En terra galesa : contes poupulàris lengadoucians / Lou Maseliè ; pref. e trad. francesa de P. Chassary = En terre gauloise : contes populaires languedociens / Le Maselier ; préf. et trad. française de P. Chassary

Published on March 2017 | Categories: Documents | Downloads: 140 | Comments: 0 | Views: 1152
of 332
Download PDF   Embed   Report

Comments

Content

LOU MASELIÈ

EN TERRA GALESA
CONTES POUPULÀRIS
LENGADOUCIANS

EMB' UNA PREFACIA E LA TRADUCIOUN FRANCESA
DE

P. CHASSART

MOUNT-PELIÈ
EMPRIMARIÈ GENTRALA DAU MIEJOUR
(HAMELIN PRAIRES)

1895

ES

ESTAT TIRAT
PAS

NOUN

MESES

QUE

DINS

425

LOU



5

6 à

25

26 à 425

D'AQUESTE LIBRE
ESEMPLÀRIS

COUMÈRCE,

NUMEROUTATS

papiè de Japonn,
papiè d'Oulanda,
papiè de lùssi.

Esemplàri Not 168

LOU MASEL·IÈ

EN TERRA GALESA
CONTES POUPULÀRIS
LENGADOUCIANS
EMB'UNA PREFACIA E LA TRADUCIOUN FRANCESA
DE

P.

CHASSAHÏ

(la Tieira)
De legna au fougau,
D'enfants à l'oustau,
Ma moulhè soumessa,
De contes d'antan
Plena ma cabessa,
E lou laid ivèr pot durà tout l'an!

MOUNT-PELIE
EMPRIMARIÈ CENTRAA DAU MIEJOUR
(HAMELIN FRAIRES)

1895

LE MA SE LIER

EN TERRE GAULOISE
CONTES POPULAIRES
LANGUEDOCIENS

AVEC UNE PRÉFACE ET LA TRADUCTION FRANÇAISE
DE

P. CHASSARY

(Ie Série)
Du bois au foyer,
Des enfants à la maison,
Ma femme obéissante,
De contes d'autrefois
Ma tète pleine,
Et le laid hiver peut durer toute l'année

MONTPELLIER
IMPRIMERIE CENTRALE DU MIDI
(HAMELIN

FRÈRES)

1895

C.I.D.O.

EN TERRA GALESA

CAB

1495

EN TERRE GAULOISE

PREFACIA

Un das registres de l'estat-civil de la coumuna de Grabel
pèr l'an 1859, porta sus soun darriè fiol, à la data dau 29 de
décembre, l'ate de naissença d'Andrieu Chassary e lou de
Pau Chassary, enfants l'un e l'autre de Peire Chassary e de
Francesa Salagé.
Aqueles enfants, nascuts lou même jour e de la mema
maire, soun be, se noun m'engane, dous bessous. Anàs faire
counouissença emb'eles : Andrieu, l'ainat, es l'autou d'aqueste libre lengadoucian ; Pau, lou jouine, n'es lou reviraire en francès. Es encara el qu'escrieu aquesta prefacia.
Noste paire, lou sieisenc enfant d'una familha ounte sèt
se soun mandats, aviè quitat à dèch ans soun oustau pairoulaude las Sajolas, pèr servi de cabriè jusqu'à douge ans,
de pastre juSqVà quinze, de bouirac jusqu'à dès-e-ioch, e
pioi de ràfi.
En 47, se louguèt pèr carretou à la Teulieira de Massana,
e es aquí qu'espousèt la pus jouina de las filhas de Mèstre
Salagé, lou paire dau mas.
Après soun maridage, croumpèt à Grabel tres ou quatre
cantous de terra que plantèt en vignas, e tout en anant à la
journada à la Teulieira couma mèstre travalhadou, poudava,
fouchava, majencava à l'emperau sous plantiès que lèu
coumtèroun aunoumbre das pus poulitse das milhous acoutrats dau terraire.
Dau bon mati au sourel coule, noste paire èra pèr campestre. Nosta maira, courdurieira de soun estat, nous aba-

PRÉFACE

L'un des registres de l'état-civil de la commune de Grabels
pour l'année 1859 porte sur son dernier feuillet, à la date
du 29 décembre, l'acte de naissance d'André Chassary et
celui de Paul Chassary, fils l'un et l'autre de Pierre Chassary et de Françoise Salagé.
Ces enfants, nés le même jour et de la même mère, sont
bien, si je ne me trompe, deux jumeaux. Vous allez faire
connaissance avec eux, puisque l'aîné, André, est l'auteur
de ce livre languedocien, et que le jeune, Paul, en est le
traducteur. Paul est, en outre, le signataire de cette préface.
Notre père, le sixième enfant d'une famille où sept se
sont mariés, avait quitté à dix ans la maison paternelle des
Sajoles, pour servir comme chevrier jusqu'à douze ans,
comme berger jusqu à quinze, comme bouvier jusqu'à dixhuit, et ensuite comme valet de ferme.
En 47, il se loua pour aide-charretier à la Tuilerie de
Massane, et c'est là qu'il épousa la plus jeune des filles de
Maître Salagé, le paire du mas.
Après son mariage, il acheta à Grabels trois ou quatre
lopins de terre quifurent plantés en vignes, et, tout en allant
à la journée à la Tuilerie en qualité de maître-cultivateur, il
taillait, piochait, binait dans l'extrême après-midi ses jeunes
vignes qui bientôt comptèrent parmi les plus vigoureuses et
les mieux tenues du terroir.
De l'aube au coucher du soleil, notre père était aux
champs.Notre mère, couturière de son métier, nous éleva,
1

VI

PREPACIA.

riguèt, amai seguèssen prou magnagouses estent pichotets.
Tantlèu que nou'n anèren soûls, nous mandôt à l'escola
das plouraires, e à sieis ans, fiers couma s'avian gagnât lou
coutèlet, mountaven à l'escola dau mèstre.
Andrieu, de bona oura, faguèt prouba de prou de memòria : apreniè en jougant toutes lous verses que s'atrouvaboun
sus nostes libres, — es una coustuma qu'a gardada, e crese
ben que se ioi encara pariava de recità chacun das jours de
l'an cent verses diferents, sariè de talha à gagnà l'escoumessa ; — iéu, m'agradava mai de carculà e de chifrà.
Mès, pèr esemple, ce que ni l'un ni l'autre voulountaven
gaire, èra de francimandejà dins las carrieiras, ansin qu'un
mèstrot, mandat pèr ajudà à noste brave Moussu Chazot
qu'èra malaute, vouliè nous ie fourçà.
Me remembre encara qu'un dissate, aquel mourvelous que
ioi coumpare à l'escoulan limousi de quau es questioun dins
Rabelais, coundannèt Andrieu à ie pourtà lou dilus, escrich
dèch cops en entiè, lou verbe Parler patois dans la rue.
Nous atalèren toutes dous au papafard, e dins la journada
dau dimenche, tout en repoutegant, roumpliguèren cinquanta
pajas de nostes grifounages. Crese ben qu'Andrieu, amai siègue bon, bon couma lou pan, n'a pa'ncara perdounat emb'aquel cabourd, e lou cop de bata au mèstre d'escola qu'atroubarés dins lou conte de Mèstre Coudena, es lou revenge
tardieu das dèch verbes de 68.
Se parlaven embé goust lou lengadoucian, avian grand
pena à lou legi: degus dins lou vilage n'auriè pouscut nous
prestà un libre escrich dins nosta lenga mairala ; tout-escàs
se quauques vièls citavoun de memòria dous ou tres versets
dau Nadau :
Autres cops moun segne-grand
Era cònsou dau vilage,
e Lou Sermoun de Moussu Sistre, de Favre

PRÉFACE

VII

bien que nous fussions d'une santé assez délicate. Aussitôt
que nous pûmes marcher, elle nous envoya à la salle d'asile,
et à six ans, fiers comme si nous avions gagné le petit couteau, nous allions à l'école de l'instituteur.
André, de bonne heure, fit preuve d'une excellente mémoire: il apprenait, comme en jouant, tous les vers que
contenaient nos livres, — c'est une habitude qu'il a conservée, et je suis convaincu que si, aujourd'hui encore, il gageait de réciter cent vers différents chacun des jours de
l'année, il serait de taille à gagner son pari ; — pour moi,
il m'était plus agréable de calculer et de chiffrer.
Mais, par exemple, ce que nous n'aimions guère ni l'un ni
l'autre, c'était de parler français dans la rue, ainsi qu'un
instituteur tout frais émoulu, envoyé pour aider notre bon
Monsieur Chazot qui était malade, voulait nous y obliger.
Il me souvient encore qu'un samedi, ce morveux, que je
compare aujourd'hui à Yescholier limosin dont parle Rabelais, condamna mon frère à lui apporter le lundi, écrit dix
fois en entier, le verbe Parler patois dans la rue. Nous
nous attelâmes tous les deux au grimoire, et pendant la
journée du dimanche, tout en maugréant, nous remplîmes
cinquante pages de nos gribouillis. Je crois qu'André, bien
qu'il soit bon, bon comme le pain, n'a pas encore pardonné
à cet idiot, et le coup de patte au maître d'école, que vous
trouverez dans le conte de Maître Couenne, est la vengeance tardive des dix verbes de 68.
Si nous parlions le languedocien avec goût, il nous était
difficile de le lire : personne dans le village n'aurait pu nous
prêter un livre écrit dans notre langue maternelle ; c'est à
peine si quelques vieillards citaient deux ou trois strophes
du noël :
Autrefois mon arrière grand-père
Était consul(l) du village,
et Le Sermon de Monsieur Sistre, de Favre.
(1) Maire.

VIII

PREFACIA

De las obras das felibres n'en eau pas parlà ; en fèt de
felibrige, se counouissiè à Grabel ni lou mot ni la causa.
Tout ce que se sabiè de pouësia lengadouciana, bona ou
paura, à noste entour, ou agèren lèu après ; ajustèren aqui
quauques michants coublets de cansous de charivari, e las
douge ou quinze sournetas qu'à la velhada avian ausit
countà.
En 71 ou 72, un dijous que nosta maire nous aviè menais au Clapàs, en passant davans Calàs, lou libraire de la
plaça de la Prefetura, devistèren à soun estendilhage lou
Siège de Cadaroussa, de Favre, que Roumanilha veniè de
restampà.
Prengueren vitament dins noste boursicot d'enfant sieis
sous chacun, e Andrieu, intrant encò de Calàs, croumpèt loulibre que ioch jours après sabiè en entiè de pèr cor.
S'endourmiguèt pas sus lou roustit.
A l'imitacioun de Favre, vouguèt rimà un pouème erouïcoumic, e prenguèt pèr sujet: Lous Saussaires de Grabel(l).
Sabe pas se n'a counservat lou manuscrit; mès se voulièi
poudriè encara lou recità, soulament lou gusàs se garda be
d'aco faire.
« Ririès trop », merespond quand ie demande de m'en dire
un tros.
En me crosant la cabessa, arribarai belèu à recounstitui
l'invoucacioun que retrais bravament à la dau Siège de Cadaroussa :
Musa, qu'as bords de la ribieira
As fach toun nis dins la fresquieira,
(1) Lous Saussaires es l'escais-noum dounat as Grabelhencs,
amor que, dis lou poupulàri, faguèroun la saussa avans d'agudre lou peis. La vertadieira rasou dau soubriquet es que las
fennas de Grabel soun pèr la maja part bugadieiras, e que
saussoun dins l'aiga quatre das sèt jours de la senmana.

PRÉFACE

IX

Des œuvres des félibres, il n'en fallait point parler; en fait
de félibrige, onne connaissait à Grabels ni le mot ni la chose.
Tous les vers languedociens, bons ou mauvais," que l'on
savait autour de nous, nous les eûmes vite appris; nous
y ajoutâmes quelques horribles couplets de chansons charivaresques, ainsi que les douze ou quinze sornettes que
nous avions entendu conter à la veillée.
En 71 ou 72, un jeudi que notre mère nous avait conduits à Montpellier, en passant devant Calas, le libraire
de la place de la Préfecture, nous aperçûmes à sa devanture le Siège de Caderousse, de Favre, que Roumanille
venait de réimprimer.
Nous prîmes rapidement dans notre gousset d'enfant six
sous chacun, et André, entrant chez Calas, acheta le livre
qu'il apprit rapidement par cœur en moins d'une semaine.
Il ne s'endormit pas sur le rôti.
A l'imitation de Favre, il voulut rimer un poème héroïcomique, et il choisit pour sujet : Les sauceurs de Grabels (1).
Je ne sais s'il en a conservé le manuscrit ; je suis convaincu que, s'il le voulait, il pourrait encore réciter le poème
entier, mais le coquin se garde bien d| le faire.
« Tu rirais trop », répond-il, quand je lui demande de
nous en dire un passage.
En me creusant la tête, j'arriverai peut-être à reconstituer
l'invocation qui rappelle fort celle du Siège de Caderousse :
Muse, qui aux bords de la rivière
As fait ton nid dans la fraîcheur,
(1) Les Sauceurs est le sobriquet donné aux Grabellois par lès
habitants des villages voisins, parce que, disent-ils, les Grabellois firent la sauce avant d'avoir le poisson. La véritable raison
du sobriquet est dans la profession des femmes qui, lessiveuses
pour la plupart, saucent dans l'eau quatre des sept jours de
la semaine.
1*

X

PREFACIA

Tus que dins l'Avi (1), la Maussou,
Sibles toujour quauca cansou ;
Que bresilhes pèr lou campestre
Desempioi l'auba jusqu'au vèspre,
Acoumpagnant cbaca moucèl
Dau bruch de l'aiga e dau bacèl...
Anen, Musa de moun vilage,
Bmpougna à dos mans toun courage,
Planta- m'aqul lou lavadou,
La tina, amai l'espandidou ;
Presta ta voués pieutaira e fola
Au pichot encara à l'escola
Pèr cantà d'un toun ispirat
Lou peis qu'à Grabel an pescat...
E vautres, gaias bugadieiras,
Qu'à rire sias pas las darrieiras,
Escacalàs de mous perpaus,
Es pèr vous plaire que soun baus !...

Pèr quau vèn de legi :
Musa, se m'ajudes un pau,
Labesougna anarà pas mau ;
Anen, vielha nimfa, courage,
' S'agis que de faire tapage,
E quinta fenna n'aima pas
Lou carrilhoun e lou tracàs !... (2)
(1) La font de YAvi nais sus la riba drecha de la Maussou,
enfacia de Grabel, dinsuna bauma teulada d'un roucàs gigant.
Lou gourg que l'aiga fai dins la bauma es batejat desempioi
sabe pas quoura : lou gourg dau Dragàs. Andrieu, raprouchant
lou noum de la font e lou dau gourg, a bastit aquí dessus una
legenda que publicarà quauque jour.
La font de l'Avi, ben oumbrejada, es, lou vèspre das dimenches d'estieu, la passejada causida pèr la jouvença dau vilage.
(2) Favre, Lou Siège de Cadaroussa, cant I.

PRÉFACE

XI

Toi qui, aux bords de VAvi(l), de la Mausson,
Toujours siffles quelque chanson ;
Qui gazouilles dans la campagne
Depuis l'aube jusqu'à la vesprée,
Accompagnant chaque morceau
Du bruit de l'eau et du battoir...
Allons, Muse de mon village,
Empoigne ton courage à deux mains,
Plante-là le lavoir,
La cuve, le séchoir aussi ;
Prête ta voix folle et criarde
A l'enfant encore à l'école
Pour chanter d'un ton inspiré
Le poisson péché à Grabels...
Et vous, gaies lessiveuses,
Qui n'êtes pas les dernières à rire,
Eclatez donc à mes propos,
C'est pour vous plaire qu'ils sont fous !...

Pour qui vient de lire :
« Muse, si tu m'aides un peu,
» La besogne n'ira pas mal ;
» Allons, vieille nymphe, courage,
» Il suffît de faire tapage,
» Et quelle femme n'aime pas
» Le carillon et le tracas !... (2) »
(1) La source de Y Avi (de YAïeal) jaillit sur la rive droite
de la Mausson, en face du village, dans une grotte ayant pour
toit un gigantesque rocher. Le petit lac que l'eau forme dans
la grotte est appelé : le gouffre du Dragon. André, rapprochant
le nom de la source de celui du gouffre, a imaginé une légende
qu'il publiera quelque jour. La source de l'Avi, très pittoresque et très fraîche, est la promenade choisie de la jeunesse
de Grabels, surtout pendant les après-midi dominicales de l'été.
(2) Favre, Le Siège de Caderousse, chant I.

XII

PREFACIA

lous verses d'Andrieu apareissoun couma una coupla, mès
dequé poudiè faire de mai un enfant de douge ans que pèr
lou prumiè cop s'ensajava à escrieure, e à quau lou cultieu
de l'esperit mancava d'à-founs ?

Noste paire, entre 70 e 74 agèt mai que sa part de làguis : la guerra empachèt de vendre lou vi de la grossa récolta de 70; lous frechs de janviè 71 tuèroun la mitât de las
soucas; lou filosserà arrapèt las que restavoun, e una grella,
couma s'en èra jamai vist de souvenencia de vièl, enrabalava en 74 lous quatre rasins que pourtavoun las soucas
malautas.
Maugrat aqueles auvàris, en 72, partissièn pèr lou coulège. Mès nautres defoi'a, las vignas douuant pus res, nostes parents vejèroun l'espargne de l'oustau se foundre couma
una nevada au sourel, talament qu'agèroun pòu de pourre
pas nous acaminà jusqu'à la fin de nosta educacioun.
Après avedre loungament coumtat e rebatut, prenguèroun
un partit que belèu coustèt fossa à soun amour-propre, mès
qu'a facb lou bonur de sous dous bessous : abandounèroun
soun oustau e se louguèroun pèr menà lou mas que lou
doutou Farrat aviè sus lou cami de Sant-Gèli, ras de Mansilhou.
Couma lou mas n'èra qu'à una miècha-oureta de la vila,
pousquèren anà lou mati à l'escola, tournà à l'oustau lou
vèspre; d'aquel biais, pus de costis de pensioun.
Tout ce qu'es estat mesclat, i'a vint ans, à la vida scientiflca, letruda ou artística de Mount-Peliè a counougut lou
doutou Farrat, un das esperits lous mai fins, una de las inteligenças las mai doubèrtas que coumtèsse nosta vila.
Nautres presèren sus tout soun avenença e sa bountat.

PRÉFACE

XIII

les vers d'André apparaissent comme une copie, mais que
pouvait faire de mieux un enfant de douze ans qui s'essayait
pour la première fois à écrire, et à qui la culture de l'esprit
manquait tout à fait ?

Notre père, entre 70 et 74, eut plus que sa part de soucis :
la guerre avait empêché de vendre le vin de la grosse récolte de 70; les froids de 71 avaient fait périr la moitié des
pieds de vigne, le phylloxéra avait attaqué ceux qui restaient, et une grêle, comme de mémoire de vieillard on n'en
avait jamais vu, hacha en 74 les quelques raisins que portaient les souches malades.
Malgré ces fâcheux contre-temps, nous étions partis en 72
pour le collège. Mais, nous dehors, les vignes ne donnant
plus rien, nos parents virent leurs économies fondre comme
un tas de neige au soleil, tellement qu'ils craignirent de ne
pouvoir nous acheminer jusqu'à la fin de notre éducation.
Après avoir mûrement pesé toutes choses, ils prirent un
parti qui coûta peut-être beaucoup à leur amour-propre, mais
qui devait assurer le bonheur de leurs jumeaux : ils abandonnèrent leur maison et se chargèrent de mener le mas que
le docteur Farrat possédait sur la route de Ganges, près de
Mansion.
Comme cette maison de campagne n'est guère qu'à une
demi-lieue de la ville, il nous fut possible d'aller le matin à
l'école et de rentrer le soir à la maison. De cette manière,
plus de frais de pension.
Tout ce qui a pris part, il y a vingt ans, à la vie scientifique, littéraire ou artistique de Montpellier a connu le docteur Farrat, un des plus fins esprits, des plus vives intelligences que comptât notre ville.
Nous, nous avons apprécié surtout son affabilité et sa bonté.

XIV

PREFACIA

Aviè una biblioutèca renoumada : nous la droubiguèt touta
granda. Nous traguèren, moun fraire e iéu, aquí dessus,
couma las fedas à la sau, e quante seguèt pas noste afougament, lou jour ounte boutèren la man sus lous libres escriches en lenga d'Oc !
Andrieu devouriguètlous armanacs prouvençaus, dau tems
que legissiei La Mióugrano entredubèrto e Mirèio ; ioch
jours après, moun fraire n'aviè pus que Lou Cascarelet en
bouca, e iéu, m'endourmissiei chaca vèspre en répétant lou
delicious e malancòni refrin d'Aubanel :
Mirau, mirau, fai-me la veire,
Tu que l'as visto tant souvènt !
D'aquela oura en-lai, èren felibres de cor, mès counouissièn pa'ncara persounalament ges de felibres; e jamai nautres, paures pagesots vergougnouses, qu'acoumençaven toutescàs à alenà l'èr de la vila, n'aurian sounjat à escrieure à
Mistral, à Aubanel ou à Roumanilha.
Es vrai que desempioi la counouissença s'es fâcha.
Es entre quatorze ans e dès-e-ioch que vertadieirament
nous fourmèren e qu'aprenguèren lou pauc que sabèn.
Iéu me pourtère dau coustat de las matematicas que soun
ioi moun gagna-pan, Andrieu aimèt mai estudià lous escrivans franceses ou lengadoucians.
Mès nosta vida en coumun, noste amour doublament
frairenau de bessous que s'èroun jamai quitats, una penetracioun simpàtica que foundièsouventas-fes nostas dos persounalitats en una soula, nous empachèroun de nous cantounà
chacun dins nosta especialitat. loi, se eau, Andrieu tamben
maneja lous x, e soun fraire se laissa anà pèr mouments à
rimejà un sounet.
N'avièi escrich mai d'un en 78, quand la Mantenença de
Lengadoc e la Soucietat pèr l'estùdi de las lengas roumanas engenquèroun la Fèstas latinas.

PRÉFACE

XV

Il possédait une bibliothèque renommée : il nous l'ouvrit
toute grande. Nous nous jetâmes, mon frère et moi, là-dessus,
comme les brebis sur le sel, et quelle ne fut pas notre joie
le jour où nous mîmes la main sur les livres écrits en langue
d'Oc!
André dévora les almanachs provençaux, pendant que je
lisais La Grenade

entr'ouverte et Mireille; huit jours

après, mon frère n'avait plus que Le Cascarelet en bouche,
et moi, je m'endormais chaque soir en répétant le délicieux
et mélancolique refrain d'Aubanel :
Miroir, miroir, fais-la moi voir,
Toi qui l'as vue si souvent !
A partir de cette heure, nous étions félibres de cœur, mais
nous ne connaissions encore personnellement aucun félibre ;
et jamais nous n'aurions songé, timides paysannets que
nous étions, commençant à peine à respirer l'air de la ville,
à écrire à Mistral, à Aubanel ou à Roumanille.
Il est vrai que depuis la connaissance s'est faite.
C'est entre quatorze et dix-huit ans que nous nous sommes véritablement formés et que nous avons appris le peu
que nous savons.
Je m'étais porté du côté des mathématiques, qui sont aujourd'hui mon gagne-pain, André avait préféré l'étude des
écrivains français ou languedociens.
Mais notre vie en commun, notre amour doublement fraternel de jumeaux qui ne s'étaient jamais quittés, une sympathique pénétration mutuelle qui fondait souvent nos deux
personnalités en une seule, nous empêchèrent de nous spécialiser complètement. Aujourd'hui, s'il le faut, tout aussi
bien André manie les ce, et son frère se laisser aller de
temps à autre à rimailler un sonnet.
J'en avais écrit plusieurs en 78, lorsque la Maintenance
de Languedoc et la Société pour l'étude des langues romanes organisèrent les Fêtes latines.

XVI

PREFACÎA

Noste amour pèr la lenga dau brès n'en eresquèt encara
mai ; nous chalèren à las bellas representaciouns dounadas
au Teatre; e ma fe, quauques meses après, nous asardèren
à moustrà bata blanca à la porta de chacuna d'aquelas
dos soucietats.
La Mantenença couma las Lengas roumanas nous aculiguèroun mai que courtesament, e desempioi avèn l'un e
l'autre ensajat de faire nosta partida dins lou councèrt miejournau que jamai cala dins noste Clapàs.
Quau dis felibre de vint ans, dis cor en cremou: tamben,
dins lou courrènt de 80, Andrieu espousava una de nostas
vesinas, maselieira couma nautres, galharda bruna fourmada d'oura au traval de l'oustau, n'agent ni lou biais, ni
l'imou, ni lous gousses de las filhas de vila que soun,nòu
cops sus dèch, de petètas de cabinet.
Dins mens de quinze ans, i'es nascut sèt enfants, quatre
garçounets et tres filhetas, toutes mourets couma paire e
maire. Lou malur a vougut que Peirounet e Paulou, lou flIhôu de noste paire e lou mieu, nous siègoun estats raubats pèr la Mort despietousa, à quatre ans toutes dous,
alor qu'èroun dins la foga de la gracia enfantoulida, dins
lou cande espeliment de toutes lous bonurs qu'avian pantaisats pèr eles.
Au lindau d'aqueste libre, avès legit:
De legna au fougau,
D'enfants à l'oustau,
Ma moulhè soumessa,
De contes d'antan
Plena ma cabessa,
E lou laid ivèr pot durà tout l'an!
l'a quauques jours demandave à moun ainat se tout
aqueles souvèts èroun coumplits.
« Lou cavalet de legna que veses aqui, me respoundèt

PRÉFACE

XVH

Notre amour pour la langue du berceau s'accrut encore
à la vue de ces fêtes ; nous prîmes un vif plaisir aux représentations données au Théâtre ; et, ma foi, quelques
mois après, nous nous hasardâmes à frapper à la porte de
chacune de ces deux Sociétés.
La Maintenance comme les Langues romanes nous accueillirent très courtoisement, et depuis nous avons l'un et
l'autre essayé de faire notre partie dans le concert méridional qui jamais ne cesse dans notre Montpellier.
Qui dit félibre de vingt ans, dit cœur en combustion :
aussi, dans le courant de 80, André épousait-il l'une de nos
voisines, campagnarde comme nous, vigoureuse brune formée de bonne heure aux travaux du ménage, n'ayant ni
les manières, ni l'humeur, ni les goûts des citadines, lesquelles sont, neuf fois sur dix, des poupées bonnes tout au
plus à minauder en chambre.
En moins de quinze ans, il leur est né sept enfants, quatre garçonnets et trois fillettes, tous hâlés comme père et
mère. Le malheur a voulu que Petit Pierre et Petit Paul, le
filleul de notre père et le mien, nous aient été ravis à quatre
ans l'un et l'autre, alors qu'ils étaient dans le plein épanouissement de leur grâce enfantine, dans la candide éclosion de
tous les bonheurs que nous avions rêvés pour eux.
Au seuil de ce livre, vous avez lu :
Du bois au foyer,
Des enfants à la maison,
Ma femme obéissante,
De contes d'autrefois
Ma tête pleine,
Et le laid hiver peut durer toute l'année !
Je demandais à mon aîné, il y a quelques jours, si tous
ces souhaits étaient accomplis.
« La meule de bois que tu vois, me répondit-il en mon2

XVIII

PREFACIA.

en moustrant un moulou de grossas asclas, n'es pa' ' ncara
acabat; d'enfants, n'ai ma part: Dieu, qu'es lou mèstre,
nous lous counserve e nou'n done d'autres, e laissaren cridà
lous beligasses s'esclamant à chaca nouvel pichot qu'arriba
enco d'un paure ; pèr de contes, crese de n'en saupre ma
part....
— Es que sautes lou gros moucèl ! E ta moulhè, es soumessa?...
— N'ou sabe pas : n'ai jamai agut besoun de la coumandà ! »
Urous Andrieu ! brava cougnada !
*

»

Ara que counouissès l'orne, coumprendrés milhou soun
obra.
A noutat e sempre nota toutas las manifestaciouns de
l'esperit poupulàri, que siègue lou dau pages rusticant pèr
camps e vignas, que siègue lou de l'oubriè cieutadin trimant
au chantiè ou dins la boutiga.
Contes, sournetas, cansous, prouvèrbes, proumtas rebecadas, talounadas, tout ce queie pareis piquant e ouriginal es
sasit e fissat, fissat encara milhou dins sa memòria que sus
lou papiè.
Cau pas longtems quand on fiolheteja, couma ou fau de
cops que i'a, aquelas notas, pèr veire que la marca douminante de noste esperit miejournau es una gaietat sana que
devèn à noste sourel esbarlugant, à nosta mar tant blava, à
noste vi perfumat, gaietat que mai de cent generaciouns an
acoumoulada dins noste sang, e qu'es demourada pèr lou
mounde entiè, mau-despiech la counquesta latina e lou
caucage franc, la gaietat galesa, galesariè ou golejada,
segound que porta sus un sujètun pauc espignous ou sus un
simple badinage.
Vous esplicàs donne lou titre d'aqueste libre.

PRÉFACE

XIX

trant un tas de grosses bûches, n'est pas encore achevée ;
quant aux enfants, j'en ai ma part : que Dieu, qui en est le
maître, nous les conserve et nous en donne d'autres ; nous
laisserons s'exclamer les idiots qui jettent de hauts cris à
chaque arrivée d'un enfant chez un pauvre ; en ce qui touche aux contes, je crois en connaître ma part...
— C'est que tu évites le gros morceau ! Et ta femme,
est-elle obéissante?
— Je n'en sais rien : je n'ai jamais eu besoin de la commander!... »
Heureux André! excellente belle-sœur!

Maintenant que vous connaissez l'homme, vous comprendrez mieux son œuvre.
Il a noté et toujours il note les diverses manifestations
de l'esprit populaire, que ce soit celui du paysan travaillant
péniblement dans les champs, que ce soit celui de l'ouvrier
citadin trimant au chantier ou dans l'atelier.
Contes, sornettes, chansons, proverbes, promptes et vives
reparties, bons mots, tout ce qui lui paraît piquant et original est saisi et fixé, fixé plus sûrement encore dans sa
mémoire que sur le papier.
Lorsqu'on feuillette ces notes, comme je le fais parfois,
on a vite reconnu que la caractéristique de notre esprit
méridional est une saine gaîté que nous devons à notre
soleil éblouissant, à notre mer si bleue, à notre vin parfumé, gaîté que plus de cent générations ont accumulée
dans notre sang, et qui est demeurée pour le monde entier,
malgré la conquête latine et l'invasion franque, la gaîté
gauloise, gauloiserie ou galéjade, selon qu'elle porte sur
un sujet épineux ou sur un simple badinage.
Vous vous expliquez donc le titre de ce livre.

XX

PREFACIA

Andrieu fai de sous papiès tres parts : d'un coustat, embarra tout ce qu'es trop galés, trop salat ou trop pebrat, ce
que poudriè s'escrieure qu'en latin, pioi que
« Le latin, dans les mots, brave l'honnêteté... » ;
d'un autre, ce que, à sa counouissença, es estat publicat ;
e garda enfin pèr ou faire espeli pauquet à pauquet ce que
creinôu e agradieu.
En ce que pretoca lous contes e las galejadas, couma a
fach Roumanilha, garda pas que lous founs poupulàri, e
causis librament la forma à dounà àchaca pichot récit.
A vautres de jujà se, caminant dins la dralha dau mèstre
prouvençau, de quau s'ounourava d'èstre l'amie e l'escoulan,
a troubat un toun prou persounal pèr amerità de faire moudèsta figura dins la cola das prousatous de lenga d'Oc dau
genre badinaire, cola que lou brave e regretat Rouma bailejava sans countèste.
Es à Vlbu de Pascas, armanac de la Mantenença de Lengadoc pèr les annadas Ì881-82-83-84-85, qu'acoumencèt de
bailà quauques-uns d'aqueles contes sinnats de l'escais-noum
Lou Maseliè. Fossa d'autres soun estats publicats dins La
Campana de Magaïouna, lou valhent journalet clapassiè à
quau l'amie Fournel marcandeja ni soun tems ni sa pena.
Lous contes aquí publicats e quauques nouvèls, coumpausoun lou present voulume, prumieira de las tres tieiras que,
se Dieus ou vòu, veiran lou jour embé lou titre de En terra
galesa.
Troubarés belèu que vous ai parlat fossa de l'autou, pas
.gaire dau libre. Aurés rasou.
Avièi tablât pamens de vous esplicà perqué lous capelans
tènoun tant de plaça dins lous contes satirics, e sustout
dins aqueles de noste païs; aurièi vougut vous faire una
courta coumparancia entre Pradet de Gange e lou Figaro
de Beaumarchais ; m'ère demandat se devièi pas disserta

PRÉFACE

XXI

André fait de ses papiers trois parts : d'un côté, il met
tout ce qui est trop gaulois, trop salé ou trop poivré, ce qui
ne pourrait s'écrire qu'en latin, puisque
« Le latin, dans les mots, brave l'honnêteté... » ;
d'un autre, ce qui, à sa connaissance, a été publié; etil
garde enfin pour le faire paraître petit à petit ce qu'il croit
neuf et intéressant.
En ce qui touche aux contes et aux galéjades, comme l'a
fait Roumanille, il ne garde que le fond populaire, et il
choisit librement la forme à donner à chaque petit récit.
A vous déjuger si, marchant dans la voie du maître provençal, de qui il s'honorait d'être l'ami et le disciple, il a
trouvé un ton assez personnel pour mériter une modeste
place dans le groupe des prosateurs de langue d'Oc du genre
badin, groupe dont le bon et regretté Rouma était le chef
incontesté.
C'est à VŒuf de Pâques, almanach de la Maintenance
de Languedoc pour les années 1881-82-83-84-85, qu'il donna
pour la première fois quelques-uns de ces contes sous le
voile du pseudonyme Le Maselier,
Beaucoup d'autres ont paru dans La Campane de Maguelone, le vaillant petit journal montpelliérain auquel l'ami
Fournel ne marchande ni le temps ni la peine.
Les contes ainsi publiés et quelques autres inédits, composent le présent volume, et forment la première des trois
séries qui, s'il plaît à Dieu, verront le jour sous le titre de
En terre gauloise.
Vous trouverez peut-être que j'ai longuement parlé de
l'auteur, très peu du livre. Vous aurez raison. Je m'étais cependant promis de vous expliquer pourquoi les membres du
clergé, les curés, tiennent tant de place dans les contes satiriques, et surtout dans ceux de notre pays ; j'aurais voulu
brièvement comparer Pradet de Ganges et le Figaro de
2*

XXII

PREFACIA.

quauque pauc sus la lengade Mount-Peliè e das vilages de
sa vesinança ; mès vese que sariè trop aloungà ma charrada
sans grand proufit pèr vautres; atabé ie renouncie. N'agés
pas regret, ie perdrés pas res.
Vole pas ácabà sans quistà touta vosta indulgença pèr lou
revirament en francès qu'ai fach à moun cor défendent, valent à dire prou mau.
Ai degut counsacrà emb'aquel traval un floc de mas vacanças passadas. Que lou proufessou à quau un perfach es
estat impausat dins lous meses d'Agoust e de Setembre e
que l'a coumplit sans repoutegà m'aquaire lou prumiè!
Tamben, passàs-vous, se poudès, de legi ma traducioun.
Se, la legiguent, vous remembras la dicha italiana : Traduttore, traditore, vouguès ben pensà qu'aicì se verifica lou
prouverbe francès : On n'est jamais trahi que par les
siens.
P. CHASSARY.

Mount-Peliè, lou 15 de mars 1895.

PRÉFACE

XXIII

Beaumarchais; je m'étais demandé si je ne devais pas disserter quelque peu sur le langage de Montpellier et des villages qui l'avoisinent ; mais je m'aperçois que ce serait allonger inutilement cette causerie; aussi, je m'empresse de
la clore. N'en éprouvez aucun regret, vous n'y perdrez rien.
Je ne veux pas terminer cependant sans solliciter toute
votre indulgence pour la traduction française, que j'ai faite
à mon corps défendant, par conséquent assez mal.
J'ai dû consacrer à ce travail une partie de mes dernières
vacances. Que le professeur à qui une tâche a été imposée
pendant les mois d'août et de septembre et qui l'a exécutée
sans murmure me jette la première pierre !
Aussi, passez-vous, si vous le pouvez, de lire cette traduction. Si, la lisant, vous vous remémorez le dicton italien :
Traduttore, traditore, dites-vous aussi qu'ici se vérifie le
proverbe français : On n'est jamais trahi que par les
siens.
P. CHASSARY.

Montpellier, le 15 mars 1895.

EN TERRA GALESA
PRAUET DE GANGE
A TEEOUND, FOÜENEL, DEZEUZE E CARLES
lous bons coumpans e amies de la Campana de Magalouna.

Quau n'a pas, dins noste Bas-Lengadoc e dins las
Cevenas, ausit parlà de Pradet de Gange ? loi que
lou vieiounge se sarra e qu'es moun tour, la nioch do
Nadau, de tène lou let couina moun grand lou teniè
quand ère enfant, vau chari'à, s'ou voulès ben, d'aquel
gusàs de Pradet.

I
LOU MARIDAGE DE PRADET

Pradet, couma soun noum ou maroa, èra l'ainat
de Mèstre Prat, lou rendiè de Moussu de Gange.
Tant-lèu qu'agèt des-e-ioch ans, soun paire lou maridèt emb' una jouina filha de La Roca, qu'aviè prou
de be e toutas las qualitats que fan, i'a bèu tèms,
l'amerite de las fennas : èra groumanda, testuda,
pacbaquieira, vanitousa, ause pas dire courriola,
raès de-segu èra de mai jalousa, fenianta e roundinaira.
,

EN TERRE GAULOISE
PRADET DE GANGES
A THÉROND, FOURNEL, DEZEUZE ET CARLES
les amis et bons compagnons de la Campane de Mague.lone.

Qui n'a pas, dans notre Bas-Languedoc et dans les
Cévennes, ouï parler de Pradet de Ganges ? Aujourd'hui que l'âge vient et qu'il est mon tour, la nuit de
Noël, de prendre la parole comme mon grand-père la
prenait quand j'étais enfant, nous allons causer, si
vous le voulez bien, de ce gueux de Pradet.
I
LE MARIAGE DE PRADET

Pradet, comme l'indique son nom, était l'aîné des
enfants de Maître Prat, le fermier de Monsieur de
Ganges. Aussitôt qu'il eut dix-huit ans, son père le
maria avec une jeune fille de La Roque, qui avait
suffisamment de bien et toutes les qualités qui font,
il y a beau temps déjà, le mérite des femmes : elle
était gourmande, entêtée, cancanière, vaniteuse, je
n'ose dire dévergondée, mais sûrement elle était encore jalouse, paresseuse et grognon.

26

EN TERRA G ALESA

Afourtl que Pradet s'atroubava urous emb' ela,
sariè s'avança un pauquet trop. Amai lou couqui
n'en sachèsse mai que ce que soun paire i'aviè après,
qu'agèsse prou d'ime e l'esperit pu fi que lou de fossa
Gascous, aco l'empachava pas de soufri las milanta
pichotas e grossas penas que tala fenna eseampilha
toujour à soun entour.
Jujàs-n'en pèr ce que seguis.

II
LOU LOÜP

Un jour, Pradet dejunava à Brissac enco de soun
ouncle. Aqueste d'aici e tres ou quatre autres cassaires avièn troubat sus la Serana un loup agantat au
ferre calat pèr un reinard.
Lou loup, soulidament estacat, èra estat menat
jusqu'au vilage.
Après lou dejunà, lous cassaires, acouidats sus la
taula, cercavoun un mejan de tirà venjença dau loup
qu'aviè raubat tant de fedas.
« Se m'en cresès, fasiè l'un, l'anan saussà dins de
trementina, e pioi ficaren floc à sa pèl.
— No, disiè l'autre, vau mai lou penjà pèr la
couga emb' un aubre e lou laissà crebà de fam en
ausiguent lou bialament de las fedas e das agnèls.
— M'es avis, ajustava un tresene, qu'aquel loup
soufririè prou se l'escaudaven tout vieu e se pioi,
quand la bourra sariè touta toumbada, ie dounaven
lou vanc en acoussejant darriès el toutes nostes chis
de pargue.
— E tus, nebout, dequé n'en penses? demanda
l'ouncle à Pradet que n'aviè pas quincat mot.

EN TERRE GAULOISE

27

Affirmer que Pradet se trouvait heureux avec elle,
ce serait s'avancer un peu trop. Bien que le coquin
en sût beaucoup plus que ne lui en avait appris son
père, qu'il eût assez de sens et l'esprit plus fin que
celui de la plupart des Gascons, cela ne l'empêchait
pas de souffrir les mille et un petits et gros ennuis
qu'une telle femme éparpille toujours autour d'elle.
Vous allez en juger par ce qui suit.

Ii
LE LOUP

Un jour, Pradet déjeunait àBrissac chez son oncle.
Celui-ci et trois ou quatre autres chasseurs avaient
trouvé sur la Séraneun loup pris au piège tendu pour
un renard.
Le loup, solidement attaché, avait été amené jusqu'au village.
Après le déjeuner, les chasseurs, accoudés sur la
table, cherchaient le moyen de se venger de l'animal qui leur avait ravi tant de brebis.
« Si vous m'en croyez, disait l'un, nous le tremperons dans de l'essence de térébenthine, puis nous
mettrons le feu à sa peau.
— Non, disait l'autre, il vaut mieux le pendre
par la queue à un arbre et le laisser crever de faim
en écoutant le bêlement des brebis et des agneaux.
— M'est avis, ajoutait un troisième, que ce loup
souffrirait quelque peu si nous l'échaudions tout vivant,
et si ensuite, lorsque le poil serait tombé, nous le lâchions en excitant derrière lui tous nos chiens de parc.
— Et toi, neveu, qu'en penses-tu? demanda l'oncle à Pradet qui n'avait soufflé mot.

28

EN TERRA G ALESA

— Lou voulès aladounc faire bravament soufri,
■vostè loup ?
— Tant que pourren.
— E be ! ce qu'avès de milhou à faire es encara
de lou maridà !— »
Sabe pas se lous Brissagôus seguiguèroun lou
counsel.
III
LOUS TRES CLAPASSES

Quauque tems après, Mèstre Prat, qu'èra veuse,
mouriguèt e lâissèt à Pradet encara jouine, la carga
dau be pairoulau e la renda de las terras de Moussu
de Gange.
N'èra pas lou bailejament das camps e de las vignas
qu'enfètava lou mai Pradet, aco sariè'stat de pan
blanc pèr el, se i'aviè pas agut à l'oustau aquelafenna
dau diable.
« Ensajen, se diguèt Pradet, de ie dounà una
liçou. »
Un tantost que veniè dau defora intrèt à l'oustau
tout caravirat. Escampèt sa bloda sus la pastieii a, e
febrous anèt lavà sas mans dins lou selhou qu'èra ras
de l'iguieira.
« Dequ'as? ie demanda sa fenna.
— M'en parles pas! ai fach un malur!... n'ai
tuat un !...
— Noste-Segne 1 âgés pietat de nautres !... e
ounte l'as tuat?...
— Dins lou camp das Amouriès, proche de la
rasa e l'ai rescoundut dins lou clapàs.
— Secous ! au seeous! estavanisse !... crida à
plen gousiè la fenna. »
L'oustau es lèu pie de vesinas.

EN TERRE GAULOISE

29

— Vous voulez donc le faire grandement souffrir, votre loup ?
— Autant que nous le pourrons.
— Eh bien! ce que vous avez de mieux à faire,
c'est encore de le marier !... »
Je ne sais si les Brissagois suivirent le conseil.

III
LES TROIS TAS DE PIERRES

Quelque temps après, Maître Prat, qui était veuf,
mourut, laissant à Pradet, encore jeune, la charge du
bien paternel et la ferme des terres de M. de Ganges.
Ce n'était point l'administration des champs et des
vignes qui préoccupait le plus Pradet, c'eût été du
pain bénit pour lui, s'il n'y avait eu à la maison cette
femme du diable.
« Essayons, se dit Pradet, de lui donner une
leçon. »
Une après-midi qu'il revenait des champs, il rentra
à la maison tout bouleversé. Il jeta sa blouse sur le
pétrin, et fiévreux alla se laver les mains dans le seau
qui était près de l'évier.
« Qu'as-tu? lui demande sa femme.
— Ne m'en parles pas ! j'ai fait un malheur!...
j'en ai tué un !...
— Seigneur, ayez pitié de nous !... et où l'as-tu
tué?...
— Dans le champ des Mûriers, près de la haie,
et je l'ai caché dans le tas de pierres.
— Au secours ! au secours ! je m'évanouis !... crie
à plein gosier la femme. »
La maison est bientôt remplie de voisines.
3

30

EN TERRA GALESA

« Dequé vous arriba dounc, ma paura Pradeta?
— » Es una maledieioun !... Moun orne, aquel
moustre, aquel bourrèl, que n'a tuat un autre !...
Vesès, sas bralhas soun toutas salladas dau sang qu'a
coumpissat !... »
Pradet toujour palle se taisava.
Las vesinas cridèroun mai que Pradeta ; lèu i'agèt
dos ou tres cents persounas davans la porta.
Pradet, questiounat, respoundèt pas que quauques
mots :
« D'un cop de bigot, n'ai tuat un que me menaçava. Per que degus n'en vegèsse res, l'ai rescoundut
dins un das clapasses dau camp das Amouriès. Es soun
sang qu'a tacat mas bralhas. »
Lou menèroun au camp das Amouriès. La terra èra
trepilhada à l'entour das tres clapasses.
« Dins quante l'as mes ? ie demandèroun.
— Dins lou pus gros, respoundèt ; à mens que siègue dins lou que vèn après... m'ou remembre pas
ben... coumprenès, on fai pas un cop couma aquel de
sang-frech... »
Tres ou quatre dougenas d'ornes se metèroun à
traire las pèiras das clapasses dins lou camí qu'èra au
coustat. Travalhavoun febrouses, esperant lou moument de veire apareisse lou paure ome sagatat.
Lous dous clapasses èroun passats pèr lou camí e
res s'èra pas moustrat.
« L'aurai dounc mes dins l'autre », fai Pradet, un
pau mens palle que davans.
Dins un virà-de-man, l'autre clapàs qu'èra lou pus
pichot, a resquillât dins lou camí.
Au founs, vesoun un chi que pareissiè tuat d'un cop
de bigot despioi un parel d'ouras.

EN TERRE GAULOISE

31

« Que vous arrive-t-il donc, ma pauvre Pradette?
— C'est une malédiction !... Mon mari, ce monstre,
ce bourreau, qui a tué un homme !... Voyez, ses chausses sont toutes recouvertesdu sangqui ajailli !...»
Pradet, toujours pâle, se taisait.
Les voisines crièrent plus que Pradette ; en peu
d'instants deux ou trois cents personnes furent rassemblées devant la porte.
Pradet, interrogé, ne répondit que ces quelques
mots :
« D'un coup de pioche, j'en ai tué un qui me menaçait. Afin que personne n'en vît rien, je l'ai caché
dans l'un des tas de pierres du champ des Mûriers.
C'est le sang qui a taché mes chausses. »
On le mena au champ des Mûriers. La terre était
piétinée autour des trois tas.
« Dans lequel des trois l'as-tu mis? lui demandat-on.
— Dans le plus gros, répondit-il ; à moins que ce
ne soit dans le suivant..., il ne m'en souvient pas
trop
vous comprenez bien qu'on ne fait pas un
coup comme celui-là de sang-froid.... »
Trois ou quatre douzaines d'hommes se mirent à
jeter les pierres des tas dans le chemin qui était à
côté. Ils travaillaient anxieux, comptant que le pauvre homme égorgé allait leur apparaître.
Les deux tas étaient passés dans le chemin et rien
ne s'était montré.
« Je l'aurai donc mis dans l'autre », dit Pradet,
un peu moins pâle qu'auparavant.
En un tour de main, l'autre tas, qui était le plus
petit, a roulé dans le chemin.
Au fond, on voit un chien, qui paraissait tué d'un
coup de pioche depuis deux heures à peu près.

32

EN TERRA GALESA

« Ai I bregand de Pradet ! toutes cridoun, te siès
f... icat de nautrës !
— Iéu, respond Pradet, ai fach ce que vautres au ri as
faeh à ma plaça. Aquel chi veniè me mordre, i'ai bailat
un cop de bigot, l'ai tuat. Per que degus me charpèsse
pas, l'ai rescoundut dins lou clapàs. Es pioi la lengassa
de ma fenna qu'a fach tout lou mau. Fai dich : N'ai
tuat un. Ela a cridat qu'avièi tuat un ome !... Vesès
be que n'ai pas la mina d'un assassin .. soui trop farcejaire pèr assucà un crestian... Pamens, davans de
vous quità, eau que vous digue gramecis. M'avès levât lous tres clapasses de dedins moun camp en empeirant un pau lou camí, es un traval qu'aurai de
mens aqueste ivèr...»
Toutes lous Ganjòus partiguèroun d'un cacalàs,
mès per se revenjà anèroun faire un charivari das
pus espetaclouses à dona Pradeta que dau cop n'en
faguèt una faussa coucha.

IV
L'ESPEIRIGAGE

Moussu de Gange, aprenguent lou tour que Pradet
aviè jougat à sa fenna e lou biais qu'aviè agut de
faire sourti lous clapasses de soun camp sans que
n'i'en coustèsse un sòu, lou mandèt querre.
« Toutes mous coumpliments, Pradet, espeirigues tas terras à bon comte ; es daumage que
toun estèc pogue pas servi dous cops, sans aco te
demandarièi de faire espeirigà las tieunas amai las
mieunas.

EN TERRE GAULOISE

33

« Ah ! brigand de Pradet ! crie-t-on de toutes
parts, tu t'es f... ichu de nous!
— Moi, répondit Pradet, j'ai fait ce que chacun de
vous eût fait à ma place. Ce chien venait me mordre,
je lui ai donné un coup de pioche, je l'ai tué. Afin que
personne ne se plaignît, je l'ai caché dans le tas de
pierres. C'est ensuite la mauvaise langue de ma femme
qui a fait tout le mal. Je lui ai dit :. J'en ai tué un.
Elle a crié que j'avais tué un homme !... Vous voyez
bien que je n'ai pas la mine d'un assassin.... j'aime
d'ailleurs trop à rire pour assommer un chrétien....
Cependant, avant de vous quitter, je dois vous dire
un grand merci. Vous avez enlevé les trois tas de
pierres de mon champ, empierrant, il est vrai, quelque peu le chemin, c'est un travail que j'aurai do
moins cet hiver
»
Tous les Gangeois partirent d'un gros éclat de
rire, mais, pour se venger, ils allèrent faire un charivari monstre à dame Pradette, qui du coup accoucha
prématurément.

IV
L'ÉPIERRAGE

Monsieur de Ganges, ayant appris le tour que Pradet avait joué à sa femme et le moyen qu'il avait employé pour faire enlever les tas de pierres de son
champ sans qu'il lui en coûtât un sou, l'envoya
prendre.
« Tous mes compliments, Pradet, tu épierres tes
terres à bon compte ; il est vraiment dommage que
ton procédé ne puisse servir deux fois, sinon je te
demanderais de faire épierrer les tiennes et les
miennes aussi.
3*

34

EN TERRA GALESA

— Oh! Moussu, se voulès jougà quicon que n'en
fague espeirigà una autra, sans que m'en coste mai
de trenta sòus.
— Te jogue ce que voudras. Lous Ganjòus soun
pas tant nèscis de s'agantà dous cops à la mema
leca.
— Anan jougà pas qu'un sac de blad. Dilus que
vèn, vendrés, se voulès, veire lou camp das Greses,
alai sus lou camí de Sant-Julian, e me dirés se n'es
pas espeirigat de man de mèstre ; iéu vous countarai
quand l'espeirigage m'a coustat.
— Vai pèr un sac de blad, diguèt Moussu de
Gange ; à dilus, sarai curious de veire coussi te siès
tirat d'aquela. »
Lou dimenehe au mati s'ausissiè lou cridaire, embé
sa ti'oumpeta fâcha d'una bana de biòu : « Touroutouroutou, tarataratà... Quau voudra gagnà un parel de
pouls, sans que n'i'en coste un sòu, qu'ane à dos ouras
dau tantost, au quartiè das Greses, sus lou camí de
Sant-Julian ! »
A dos ouras dau vèspre, un ajust de mounde èra
rendut au camp das Greses. Aquel camp fasiè partida
dau be que Moussu de Gange aviè bailat en renda à
Pradet ; dejout lou camp, i'aviè un garrigou d'una cinquantena de passes de large, pioi lou cami, et de l'autre las dau camí, una poulida vigna que Moussu de
Gange fasiè el-memes valé.
Sus la voulhèira dau camp, i'aviè, à quatre pans
d'aussada, una corda tibada, e sus l'acrin dau garrigou, una barra d'un parel de canas, ben palaficada
dins lou sòu e pourtant à la cima dous gais — dous
gais d'au mens dèch sòus pèça, ce qu'èra, i'a cent cinquanta ans, la fina flou das gals, — soulidament estacats.

EN TERRE GAULOISE

35

— Oh ! Monsieur, voulez-vous parier quelque
chose quej'en fasse épierrer une autre, sans qu'il m'en
coûte plus de trente sous?
— Je gage ce que tu voudras. Les Gangeois ne
sont pas assez idiots pour se laisser prendre deux fois
au même piège.
— Nous n'allons parier qu'un sac de blé. Lundi prochain, vous viendrez, si vous le voulez, voir le champ
des Grès, là-bas, sur le chemin de Saint-Julien, et vous
me direz s'il n'est pas épi erré de main de maître; pour
moi, je vous dirai combien l'épierrage m'a coûté.
— Va pour un sac de blé, répondit Monsieur de
Ganges ; à lundi, je serai curieux de voir comment
tu t'es tiré de cette affaire. »
Le dimanche au matin, on entendait le crieur, avec
sa trompette faite d'une corne de bœuf : « Touroutouroutou, taratarata... Celui qui voudra gagner une
paire de poulets, sans qu'il lui en coûte un sou, n'a
qu'à se rendre à deux heures de l'après-midi, au quartier des Grès, sur le chemin de Saint-Julien ! »
À deux heures du soir, une foule nombreuse s'était
rendue au champ des Grès. Ce champ faisait partie
du bien que M. de Ganges avait baillé en ferme à Pradet; sous le champ, était une petite garigue d'une
cinquantaine de pas de large, ensuite le chemin, et,
de l'autre côté du chemin, une jolie vigne que M. de
Ganges faisait valoir lui-même.
Sur la limite du champ, on avait placé, à quatre
empans du sol, une corde tendue, et sur la crête de
la petite garrigue, un pieu de deux toises, bien fiché
dans le sol et portant au sommet deux coqs — deux
coqs valant pour le moins dix sous pièce, ce qui était,
il y a cent cinquante ans, la fine fleur des coqs, —
solidement attachés.

36

EN TERRA GALESA

Un ome, — n'èra pas Pradet, lou coulas se fasiè
pas veire, — disiè à chacun qu'arribava :
« Vesès, s'agls pas que d'endavalà d'un cop de
calada lous pouls que soun aquí plantats. Quau que
lous tombe, lous gagna. Lou joc es à gratis, e las pèiras mancoun pas. Amusàs-vous, guinchàs ben e trasès
rede. N'avès pas res à pèrdre e tout à gagna. Dounàsvous d'aise, que res vous geina pas. E sus aco, vous
souvète bona chança, mès sabès, aici couma à toutes
lous jocs, chacun per se, e Dieu per toutes... »
E lous calhaus, grosses ou pichots, voulavoun eu
siblant, e retoumbavoun, quauques-uns sus lou camí,
la maja part dins la vigna de Moussu de Gange.
Quatre ou cinq pastres de Mountoulieu e tres cabriès
de la Cadieira, qu'èroun venguts aquel dimenche beure
foulheta ou pichè à l'auberja de dona l'Agassa, en
ausiguent lou troumpetaire, s'èroun aproumesses de
pas mancà aquela aucasioun. De-fèt, toutes en coutria, arribèroun au camp das Greses.
N'èroun pas manchots, s'en mancava de prou ;
atambèn aquièireroun lous paures gals jout una grella
de caladous e de mièchas-lausas, talament que las
dos bestiolas agèroun lèu agroumoulit la cresta e
plegat lou col. Mès couma la courdella que lous teniô
èra de bon cambe, e lou nous fach de man de mèstre, mortas despioi bon brieu, n'en demourèroun pas
mens quilhadas sus lou pau que las supourtava. Pèr
tant coudelous que seguèsse lou camp, s'atroubèt lèu
espeirigat.
« Mous amies, sou diguèt l'ome que menava lou
joc, vous cauriè anà querre trop lion lous greses que
vous fan besoun ; moulàs un pauc, nous sarraren dau
camí ; lou garrigou vous prouvesirà de mouniciouns,
e, pus proches de la toca, picarés pus rede. »

EN TERRE GAULOISE

37

Un homme, — ce n'était pas Pradet, le chenapan
ne se montrait pas, — disait à chaque arrivant :
« Voyez, il ne s'agit que d'abattre d'un coup de
pierre les poulets qui sont là plantés. Celui qui les
abat, les gagne. Le jeu est gratuit, et les munitions
ne manquent pas. Amusez-vous, visez bien et lancez
vigoureusement. Vous n'avez rien à perdre et tout à
gagner. Mettez-vous à l'aise, qu'ici rien ne vous gêne.
Et sur ce, je vous souhaite bonne chance, mais, savezvous, ici, comme à tous les jeux, chacun pour soi, et
Dieu pour tous
»
Et les cailloux, gros ou petits, volaient en sifflant,
et retombaient, quelques-uns sur le chemin, la plus
grosse part dans la vigne de Monsieur de Ganges.
Quatre ou cinq pâtres de Montoulieu et trois chevriers de La Cadière, qui étaient venus ce dimanche-là
boire chopine ou pichet à l'auberge de dame l'Agasse,
ayant ouï le crieur, avaient juré de ne pas manquer
cette occasion. De fait, tous en coterie, ils arrivèrent
au champ des Grès.
Il s'en fallait de beaucoup qu'ils fussent manchots ;
aussi lapidèrent-ils les pauvres coqs sous une grêle
de menus cailloux et de pierres plates de moyenne
grosseur, tellement que les deux bestioles eurent bientôt recroquevillé la crête et ployé le cou. Mais comme
le cordeau qui les tenait était d'un chanvre incomparable et le nœud fait de main de maître, mortes depuis un bon instant, elles n'en demeuraient pas moins
hissées sur le pieu qui les supportait. Quelque caillouteux que fût le champ, il se trouva bientôt épierré.
« Mes amis, dit l'homme qui conduisait le jeu, vous
seriez obligés de [prendre trop loin Tes projectiles
dont vous avez besoin ; mollissez un peu, nous nous
rapprocherons du chemin ; la garigue vous appro-

38

EN TERRA GALESA

Tout-escàs desfasiè sa corda fourmant bàrri, qu'un
das pastres de Mountoulieu, d'un cop de gres mandat
couma un boulet de canou, endavala lou pau amai
lous gais.
« La partida es gagnada, e sans rampèus, fai lou
camarada de Pradet. Anen, un picament de mans
per lou gagoaire que l'a prou ameritat
Toutes
mous coumpliments, bravas gens, — escusàs se me
troumpe, — e au plasé de vous reveire
»
L'endeman, Moussu de Gange preniè l'acourcha
pèr arribà d'oura au camp das Greses. l'atroba Pradet que l'esparava. Lou camp èra net couma la mari.
« Per ma fe, me sembla qu'ai la cara fâcha couma
un perdut, dis Moussu de Gange. Me vas countà
coussi te ie siès pres pèr faire espeirigà toun camp
sans que t'en âge coustat mai de trenta sòus...»
E Pradet de countà, de fieu en courdura, ce que
sabès.
« Ai ! bregand, fai Moussu de Gange, eau que te
cope las aurelhas ! ... Toutes lous greses qu'an
levât de toun camp, lous an traches dins ma vigna !...
Es ara ieu que me caurà pagà l'espeirigage !...
— Couma ou prenès au vieu, Moussu, rebèca
Pradet; dequé diaussi, i'a pas mort d'orne aici.
M'en vole de faire faire un pauc de michant sang
emb' un ome couma vous ; mès pamens, tout coumtat
e rebatut, n'èrapas dich dins noste pache ounte devièn s'escampà las pèiras. L'encausa de tout aco, es
lou bon bras de vostès Ganjòus, mès devès èstre fier
d'eles ; chaval! quanta pougna!... s'eròun estats de
petòfis de vila, tout-escàs s'aurièn agandit au mitan
dau garrigou...
Ansinda, Moussu, me pagarés be, digàs, lou sac de
blad qu'ai gagnât?

EN TERRE GAULOISE

39

visionnera de munitions, et plus près du but, vous ne
le frapperez que mieux. »
Il dénouait à peine la corde formant rempart,qu'un
des pâtres de Montoulieu, d'un coup de pierre lancé
comme unboulet de canon, renverse le pieu et les coqs.
«La partie est gagnée, et sans ex-oequo, dit le
camarade de Pradet. Allons un battement de mains
pour applaudir le gagnant qui, certes, l'a bien mérité .... Tous mes compliments, braves gens, — veuillez m'excuser si je commets une erreur, — et au
plaisir de vous revoir... »
Le lendemain, Monsieur de Ganges prenait un raccourci pour arriver à l'heure convenue au champ
des Grès. Il y trouve Pradet qui l'attendait. Le champ
était net comme la main.
« Par ma foi, il me semble que j'ai la figure faite
comme un perdu, dit Monsieur de Ganges. Tu vas
me raconter comment tu t'y es pris pour faire
épierrer ton champ sans qu'il t'en ait coûté plus de
trente sous...»
Et Pradet de narrer, de fil en couture, ce que
vous savez.
« Ah ! mauvais sujet ! lui crie Monsieur de Ganges,
il faut que je te coupe les oreilles !... Toutes les pierres que l'on a enlevées de ton champ, on les a jetées dans ma vigne !... C'est moi qui maintenant devrai payer l'épierrage !...
— Combien vous le prenez au vif, Monsieur, répliqua Pradet; que diable, il n'y apas mort d'homme
là-dedans. Je m'en veux de faire faire quelque peu de
mauvais sang à un homme comme vous ; néanmoins,
tout compté et rebattu, il n'était pas dit dans notre
pacte où devaient être jetées les pierres. La cause de
tout cela, c'est le bras vigoureux de vos Gangeois,

40

EN TERRA. G ALESA

— Tèn-te siau, e me roumpes pas pus las aurelhas. Estima-te countent, se te cope pas moun becde-corb sus las costas !... »
E remieutejant e barboutiguent, Moussu de Gange
s'entournèt, dau tems que Pradet, tout risouliè, se
pensava : d'un biais ou de l'autre, finirà be pèr lou
bailà, aquel sac de blad, amai que farà bona mesura! .. .Vole que se n'en parle encara dins cinq cents
ans de ioi, dau sac de Pradet !...

V
PRADET VEÜSE

La fenna de Pradet, pèr se revenjà dau tour que
soun orne i'aviè jougat, lou fasiè mai que mai soufri.
La soupa n'èra pas jamai escullada à l'oura ; lou fricot èra toujour rabinat, ou trop salat ou pas prou ;
las bralhas traucadas demouravoun de longa sans
sarci ; e dau vèspre au mati, garguil, e dau mati au
vèspre, tantara.
« Es tems qu'aco finigue lèu, se diguèt un jour
Pradet. Cau que l'enfant de moun paire s'aprepare
àbour.à un grespe nôu à soun capèl. E vole be que
lou diable me croque se tourna me maride!...
— Sabes, faguèt en soupant
fenna, anèsses
pas à la vignassa manjà de figas en prumieiras, que

41

EN TERRE GAULOISE

mais vous devez être fier d'eux ; bon Dieu ! quelle
poigne!.... s'ils n'eussent été que des gringalets de
ville, à peine s'ils eussent atteint le milieu de la garrigue. ..
Ainsi, Monsieur, vous me paierez bien, dites, le sac
de blé que j'ai gagné?
— Reste coi, et ne me romps plus les oreilles.
Estime-toi heureux, si je ne casse pas mon bec-decorbin sur tes côtes !... »
Et tout en murmurant, et tout en marmonnant,
Monsieur de Ganges s'en retourna, pendant que
Pradet, rieur, pensait: d'une manière ou de l'autre,
il finira bien par me le donner ce sac de blé, et même
qu'il fera bonne mesure!... Je veux qu'on en parle
encore dans cinq cents ans d'aujourd'hui, du sac de
Pradet !...
V
PRADET VEUF

La femme de Pradet, pour se venger du tour que
son mari lui avait joué, le faisait souffrir de plus en
plus. La soupe n'était • jamais trempée à l'heure ; le
ragoût était toujours brûlé, tantôt trop salé, tantôt
trop peu ; les chausses percées demeuraient longtemps
sans reprises ; et du soir au matin, querelle, et du
matin au soir, tapage.
« Il est temps que cet état de choses prenne bientôt fin, se dit un jour Pradet. Il faut que le fils de
mon père se prépare à mettre un crêpe neuf à son
chapeau. Et je consens bien à ce que le diable me
croque, si jamais je me remarie !...
— Sais-tu, dit-il à sa femme pendant le souper,
4

42

EN TERRA G ALESA

rescariès, s'una branca se coupava, — la figuieira
peta tant lèu, — de te negà dins l'Erau. »
Èra soulide, qu'aqui n'i'aviè prou perqué, l'endeman, sa fenna anèsse manjà toutas las figas.
En vista d'aco, aviè culit toutas las que la man
poudiè agandi dau sòu, pèr fin que sa fenna seguèsse
fourçada de mountà sus la figuieira; pioi emb' un
resset aviè ressat finament as tres quarts las brancas
mestressas, de tau biais qu'un pes un pauc grèu deviè
sans fauta las faire petà.
La fenna, que s'aubourava jamai dau liecb qu'ànòu
ouras, se levèt aquel mati una miècha — ourada pus
lèu, e tant èra pressada d'anà culi las figas, queprenguèt pas la pena d'apreparà la soupa au lach sucrada
que manjava chaca jour.
Arriba à la figuieira.
« Emb'un croustet de pan tendre couma lou qu'ai
pourtat, sou dis, aqueles bourraus van èstre famouses.... » E la vejaqui en trin d'escarlimpà sus l'aubre.
Tout emb'un cop, crac... la branca s'espalanca, e
Dona Pradeta es dins l'aiga.... N'a pas lou tems de
cridà secous. Lou courrent l'enmena, e avans que
dous ornes, que de lion l'avièn vista toumbà, siègoun
arribats, esempourtada e negada au founs d'un gourg,
à mai d'una lèga de la figuieira.
Lous ornes agachoun, vesounpas res; cercoun,troboun pas mai. Van querre Pradet.
Aqueste d'aici, pren una manaira, e un cop au pèd
de la figuieira :
« Te vole pas pus davans mous iols, figuieira de malur ! se met à cridà ; tus tabé, i'anaràs dins l'aiga !... »
E à cops de manaira, copa e brigoula la figuieira e
n'en irai Ions flocs dins l'Erau.

EN TERRE GAULOISE

43

ne t'avise pas d'aller à la vignasse manger des figues
précoces, tu risquerais, si une branche cassait, —le
bois de figuier est si cassant, — de te noyer dans
l'Hérault. »
Il était sûr que cette remarque suffirait pour que, le
lendemain, sa femme allât manger toutes les figues.
En prévision de ce fait, il avait cueilli toutes celles
que la main pouvait atteindre du sol, afin que sa
femme fût obligée de monter sur le figuier ; puis
avec une petite scie il avait finement scié aux troisquarts les branches maîtresses, de telle façon qu'un
poids un peu lourd devait sans faute les faire craquer.
La femme, qui ne se levait jamais qu'à neuf heures,
fut sur pied ce matin-là une demi-heure plus tôt, et,
tant elle était pressée d'aller cueillir les figues, elle
ne prit pas la peine de préparer la soupe au lait sucrée qu'elle mangeait chaque matin.
Elle arrive au figuier.
« Avec un morceau de pain tendre comme celui
que j'ai apporté, se dit-elle, ces figues-fleurs vont
être fameuses....» Et la voilà en train de grimper
sur l'arbre.
Tout à coup, crac.... la branche casse, et Dame
Pradette est dans l'eau... Elle n'a pas le temps d'appeler au secours. Le courant l'entraîne, et avant que
deux hommes, qui de loin l'avaient vue tomber, fussent arrivés, elle est emportée et noyée au fond d'un
gouffre, à plus d'une lieue du figuier.
Les hommes examinent, ils n'aperçoivent rien. Ils
cherchent, ils ne trouvent pas davantage. Ils s'en
vont quérir Pradet.
Celui-ci prend une hache, et une fois au pied du
figuier :
« Je ne te veux plus devant mes yeux, figuier de

44

EN TERRA G ALESA,

« Counsoulàs-vous, Pradet, coumprenèn vosta
pena, ie disounlous omes, mès vaudriè mai belèu que
cerquèssen vosta fenna.
— Avès rasou ; remounten dounc la ribieira, veiren se quauca racina d'aubre l'auriè pas arrestada...
— Voulès remountà la ribieira?... N'es pas d'aquel las que l'aiga raja e la pot emmena... Au countràri, seguiguen lou courrent.
— Ah ! vai ! s'aviàs counougut ma fenna, parlariàs
pas antau ! Èra talament reboussieira quand viviè,
que soui pas soulide qu'après sa mort ague fach couma
tout lou mounde... »
Cerquèroun un parel d'ouras, troubèroun pas res.
Pradet s'estimèt dous cops urous : èra desbarrassat
de sa fenna e n'aviè pas agut à pagà l'entarrament.

VI
LOU SAC DE PRADET

Quand Moussu de Gange ausiguèt countà la mort
de dona Pradeta, aviè adejà dessoublidat lou michant
tour de l'espeirigage. E couma lous Prats èroun rendiès dau ben das Marqueses de Gange de paire en
fil, i'aviè mai de dous cents ans, que fasièn quasiment partida de soun oustau, mandèt querre Pradet.
« Moun paure Pradet, ie diguèt, te planisse fossa»

45

EN TERRE GAULOISE

malheur! se met-il à crier; toi aussi, tu y iras, dans
l'eau !... »
Et à coups de hache, il coupe le figuier en menus
morceaux qu'il jette dans l'Hérault.
« Consolez-vous, Pradet, nous comprenons votre
douleur, lui disent les deux hommes, mais il vaudrait
peut-être mieux que nous cherchions votre femme.
— Vous avez raison ; remontons donc la rivière,
nous verrons si quelque racine d'arbre ne l'aurait pas
arrêtée...
— Vous voulez remonter la rivière?.... Ce n'est
pas dans cette direction que l'eau coule et la peut
entraîner.... Au contraire, suivons le courant.
— Ah! bah! si vous aviez connu ma femme, vous
ne parleriez pas ainsi ! Elle était tellement habituée à
faire toutes choses à rebours en son vivant, que je ne
suis pas sûr qu'après sa mort elle ait fait comme tout
le monde... »
Ils cherchèrent pendant deux heures, ils ne trouvèrent rien.
Pradet s'estima deux fois heureux : i! était débarrassé de sa femme et il n'avait pas eu l'enterrement à
payer.
VI
LE SAC DE PRADET

Lorsque Monsieur de Ganges entendit raconter la
mort de dame Pradette, il avait déjà oublié le mauvais tour de l'épierrage. Et comme les Prat étaient
fermiers du bien des marquis de Ganges depuis plus
de deux cents ans, qu'ils faisaient en quelque sorte
partie de sa maison, il manda Pradet :
« Mon pauvre Pradet, lui dit-il, je te plains beau4*

46

EN TERRA GAI.ESA

demores veuse ben jouine. T'ères maridat un cadelàs, aviés agut lou malur de perdre toun paire e ta
maire; ta fenna, qu'auriè agut de besoun d'èstre
un pauc menada, prenguèt lou gouvèr de l'oustau de
trop bona oura : tus la earquignejaves de tems à
autre, atabé m'èra estat dich que mai d'un cop
Moussu Deleuse varalhejava. Mès tout aco t'empacha pas de la plourà, e empacha pas mai qu'un oustau sans fennas siègue una campana que n'a ges de
matable. Sans coumtà que mouris sans enfants, e que
te caurà rèndre sa legitima à tous cougnats.
Amai siègues un couquinàs, s'as de besoun de
quicon, parla, e se pode, te marcandejarai pas moun
ajuda.
— Siès bon, Moussu lou Marqués, respoundèt Pradet, mès, gràcias à Dieus, ai quauques sous de coustat e pode encara me passa de moun vesi.
Ce que me counsola mai que res, ce qu'amaisa
mous làguis, es de veire que m'avès perdounat. Pioi
que voulès que lou passat siègue passat, nous retroubaren couma quand venguères me veire au camp das
Greses, ieu aguent facli espeirigà lou camp per mens
de trenta sous, e vous me déuguent un sac de blad.
— Pioi que ie tènes tant emb'aquel sac de blad,
dirai à Panoulha de te lou bailà.
— Gramecis, Moussu lou Marqués, deman lou reclamarai à Panoulha. »

Panoulha èra l'enfant d'una chambrieira de Madama de Gange, la maire dau Marqués.

EN TERRE GAULOISE

47

coup, tu demeures veuf bien jeune. Tu t'étais marié
n'étant encore qu'un enfant, tu avais eu le malheur
de perdre ton père et ta mère ; ta femme, qui avait
besoin d'être quelque peu dirigée, prit le gouvernement de la maison de trop bonne heure ; tu la
taquinais de temps à autre, aussi m'avait-il été dit
que parfois Monsieur Duchêne se mettait de la partie.
Mais tout cela ne t'empêche pas de la pleurer, et
n'empêche pas non plus qu'une maison privée de
femmes ne soit une cloche sans battant. Ajoutons
qu'elle meurt sans enfants, et que tu devras rendre
sa dot à tes beaux-frères.
Bien que tu sois un gars fort déluré, si tu as besoin
de quelque chose, parle, et, si je puis, je ne te marchanderai pas mon aide.
— Vous êtes bien bon, Monsieur le Marquis, répondit Pradet, mais, grâces à Dieu, j'ai quelques sous
de côté et je puis encore me passer de mon voisin.
Dans mon malheur, ce qui me console plus que
tout, ce qui apaise mes chagrins, c'est de voir que
vous m'avez pardonné. Et, puisque vous voulez que le
passé soit passé, nous nous retrouverons comme le
jour où vous êtes venu au champ des Grès, moi,
ayant fait épierrer le champ pour moins de trente
sous, et vous, me devant un sac de blé.
— Puisque tu y tiens tant, à ce sac de blé, je dirai
à Panouille de te le donner.
— Grand merci, Monsieur le Marquis, je le réclamerai demain à Panouille. »
*

Panouille était le fils d'une femme de chambre de
Madame de Ganges, la mère du Marquis.

48

EN TERRA GALESA

Couma lou paure el n'èra pas trop lutrat, n'aviè
jamai pougut faire un varlet de cambra ni un cousiniè. Moussu de Gange l'emplegava à bailejà las de
sas terras qu'èroun pas arrendadas; es Panoulha
qu'aviè la clau dau graniè.
Cau vous dire que l'oustau ounte restava Pradet
fasiè partida de las dependencias dau castèl de Gange,
e que, justament, una de sas cambras s'atroubava au
dejout dau graniè.
Pradet, mountat sus una escala, faguèt emb'una
virouna un trauc au poustat dau graniè, pioi prenguent un sac de tèla blanca, l'estripèt bravament au
founs.
L'endeman, anèt atroubà Panoulha.
« Dieu te lou done, Panoulha !
Amai à tus, Pradet. Vènes querre lou sac de blad
que Moussu lou Marqués m'a dich de te bailà?
— Tout juste.
— E be ! mounten au graniè, te lou bailarai. »
Montoun. Dau tems que Panoulha cerca l'eminau,
Pradet met lou sac de façoun que lou founs tout estripat seguèsse sus lou trauc dau poustat, e, quand
Panoulha vouja, lou blad tomba dins la cambra qu'es
au dejout.
Panoulha, — que pensava à ce qu'èra l'encausa de
soun trincament de tèsta desempioi mai de quaranta
ans : couma se fasiè que sa maire, sans èstre jamai
estada maridada, l'aguèsse mes au mounde, — aviè
voujatau mens cinquanta eminaus sans s'avisa de res.
N'en voujèt mai de dous cents autres sans arremarcà
mai, e n'es pas qu'au moument ounte lou graniè seguèt vouide que faguèt à Pradet :
« Coussl ! i'aviè un gros moulou de blad toutara

EN TERRE GAULOISE

49

Le pauvre garçon, n'étant pas très intelligent,
n'avait pu faire ni un valet de chambre ni un cuisinier! Monsieur de Ganges remployait à administrer
celles de ses terres qui n'étaient pas affermées ; c'est
Panouille qui avait la clé du grenier.
Il faut vous dire que la maison qu'habitait Pradet
faisait partie des dépendances du château de Ganges,
et que, justement, l'une de ses chambres se trouvait
au-dessous du grenier.
Pradet, monté sur une échelle, fit, avec une vrille,
un trou au plancher du grenier; prenant ensuite un
sac de toile blanche, il le déchira grandement au
fond.
Le lendemain, il s'en vint trouver Panouille.
« Dieu te le donne, Panouille !
— Ainsi qu'à toi, Pradet. Tu viens prendre le sac
de blé que Monsieur le Marquis m'a dit de te donner ?
— Justement.
— Eh bien ! montons au grenier, je te le donnerai. »
Ils montent. Pendant que Panouille cherche le
boisseau, Pradet place le sac de façon à ce que le fond
tout déchiré fût sur le trou du plancher, et, lorsque
Panouille verse, le blé tombe dans la chambre qui est
au dessous.
Panouille, — qui pensait au problème cause de son
cassement de tète depuis plus de quarante ans : comment il pouvait se faire que sa mère, sans avoir jamais été mariée, l'eût mis au monde, —avait versé au
moins cinquante boisseaux sans s'aviser de rien. Il en
versa plus de deux cents autres sans remarquer davantage, et ce n'est qu'au moment où le grenier fût
vide qu'il dit à Pradet :
« Comment ! il y avait un gros tas de blé tout à

50

EN TERRA GALESA

e n'eu vese pas mai aici que dins toun sac ? Dequ'es
devengut ?
— Moun paure Panoulha, crese que repàpies. N'as
pas ausit que te disièi : Te fiques de iéu, Panoulha,
de me faire mountà aici per prene un sac de blad,
quand dins toun graniè i'a mai de petolas de rat que
de gras de tousella?
— M'en vau vitament countà aco à Moussu lou
Marqués. Quaucun nous a 'nmascat, pas poussible !... »

*

¥

De ce que Panoulha anava atroubà moussu de
Gange, Pradet emb'un gros dousil atapava lou trauc
dau graniè, et d'un cop de cisèl coupava lou floc que
despassava, e tout se frétant las mans de countentament, davalava à soun oustau :
« Aviè rasou, Panoulha, fasiè tout cacalassant.
Quiconèra enmascat, es moun sac, lou sac de Pradet,
ounte se vouja toujour e qu'es pas jamai coumoul. Es
vrai qu'ai counougut e que counouisse prou d'omes
que soun couma moun sac : manjoun e bevoun toujour, e soun pas jamai sadouls !... »

*
¥ ¥

Quand Panoulha countèt à Moussu de Gange que
lou blad dau graniè s'èra esvanit couma un fum, lou
Marqués ouprenguèt pas pèr rire. Sans voudre veire
Pradet, ie mandèt soun intendent emb'aqueste ordre :
« Defensa es fâcha à Pradet de restà pus long
tems sus nosta terra de Gange ; tout ce que poudèn

EN TERRE GAULOISE

51

l'heure, et je n'en vois pas plus ici que dans ton sac ?
Qu'est-il devenu ?
— Mon pauvre Panouille, je crois fort que tu divagues. N'as-tu pas entendu que je te disais : Tu te moques de moi, Panouille, de me faire monter ici pour
y prendre un sac de blé, lorsque dans ton grenier il
y a plus de crottes de souris que de grains de froment ?
— Je m'en vais vite raconter tout cela à Monsieur
le Marquis. Quelqu'un nous a ensorcelés, pas possible !... »
*

Pendant que Panouille allait trouver Monsieur de
Ganges, Pradet avec une grosse cheville de bois bouchait le trou du grenier, et d'un coup de ciseau enlevait le bout qui dépassait, puis, se frottant les mains
de contentement, il descendait à sa maison :
«Il avait raison, Panouille, disait-il tout en riant
aux éclats. Quelque chose était ensorcelé, c'est mon
sac, le sac de Pradet, où l'on verse toujours et qui
n'est jamais plein. Il est vrai que j'ai connu et que
je connais pas mal d'hommes qui sont comme mon
sac : ils mangent, ils boivent toujours, et ne sont jamais rassasiés !... »
*

Lorsque Panouille raconta à Monsieur de Ganges
que le blé du grenier s'était évanoui comme une
fumée, le Marquis ne le prit pas en riant. Sans consentir à voir Pradet, il lui dépêcha son intendant avec
cet ordre :
« Défense est faite à Pradet de demeurer plus

52

EN TERRA GALESA

faire pèr el, en remembrança das bons e leials services renduts pèr sous davanciès à nosta familha, es
de benvoulentament ie permetre de résida e de cercà
à gagna sa vida dins nosta terra de Sant-Jan-deFos.
Marqués de GANGE. »

VII
LA TERRA DE SANT-JAN-DE-FOS

L'ordre de Moussu de Gange faguèt pas mai d'efèt
sus Pradet qu'un cop de coueta de chi sus un butaroda de porta carretieira. Noste Ganjou s'en virèt
pas, e sans se soucità de res, pas mai dau dòu de sa
fenna que dau Sant-Miquèu que veniè de i'èstre
dounat, entounèt à plena gargamella, d'una voués pas
gamada :
Dequé dounarai à ma miga, lou prumiè de Mai ?
Dequé dounarai à ma miga, lou prumiè de Mai ?
— Una perdigouna ! una perdigouna !
Dequé dounarai à ma miga, lou segound de Mai ?
Dequé dounarai à ma miga, lou segound de Mai ?
— Dous pichounets vêlas,
Una perdigouna, una perdigouna!...
« N'es-ti pas aquel afrountat de Pradet que canta
ansin ? » se demandèt Moussu de Gange en l'ausiguent.
E, couma pèr ie respondre, Pradet cambiava de
cansou. Entemenava la bourrèia :
Lous bourgeses d'aici
Disoun qu'an la barba fina.

53

EN TERRE GAULOISE

longtemps dans notre terre de Ganges ; tout ce que
nous pouvons faire pour lui, en souvenir des bons et
loyaux services rendus par les siens à notre famille,
c'est de bénévolement lui permettre de résider et de
chercher à gagner sa vie dans notre terre de Saint Jean-de-Fos.
Marquis de GANGES. »
VII
LA TERRE DE SAINT-JEAN-DE-FOS

L'ordre de Monsieur de Ganges ne produisit pas
plus d'effet sur Pradet qu'un coup de queue de chien
sur la borne d'une porte cochère. Notre Gangeois ne
s'en émut guère, et sans s'inquiéter de rien, pas plus
du deuil de sa femme que de la Saint-Michel qui
venait de lui être signifiée, il entonna à plein gosier
et d'une voix bien nourrie :
Que donnerai-je à ma mie, le premier de Mai ?
Que donnerai-je à ma mie, le premier de Mai ?
— Une prune perdigon ! une prune perdigon!...
Qfce donnerai-je à ma mie, le second de Mai ?
Que donnerai-je à ma mie, le second de Mai ?
— Deux petits voiles,
Une prune perdigon! une prune perdigon !...
« N'est-ce pas cet effronté de Pradet qui chante
ainsi ? » se demanda Monsieur de Ganges en l'entendant.
Et, comme pour lui répondre, Pradet changeait de
chanson. Il entamait la bourrée :
Les bourgeois d'ici — Portent, dit-on, la barbé fine, —
5

54

EN TERRA GALESA

Lous bourgeses d'aici
Disoun qu'an la barba fina !
Lous païsans
Tamben ie la faran !...
le la faran,
Sans sabou e sans aiga,
E sous bástous
Serviran de rasous !

« Maneariè pas que parlèsse das nobles à lioga de
parlà das bourgeses, aquel sacamand !... S'ausava,
me cansounejariè iéu tabé. Respèta pas res ni degus,
Moussu Pradet, mès sauprà ce que n'i'en costa pèr
avedre la lenga tant longa e pèr pas aubeï sus lou
cop.
E prenguent soun capèl à tres pounchas, sa nauta
cana, Moussu de Gange davalèt dau castèl, se gandiguent dors l'oustau de Pradet.
La voués dau cantaire se faguent mai tindanta e
mai trufarella, repreniè la bourrèia au segound
verset .
La fenna dau bourgés,
Quand es unpauc poulida,
La fenna dau bourgés,
Quand es un pauc poulida,
A lous segnous
Toujour à sous talous !
A sous talous,
Ou ben dessus sa fauda !
A sous talous...
Moussu n'es pas jalons !

« Fouche! se diguèt Moussu de Gange, es que lou
coucàrrou auriè agut vent de quicon?... Maneariè
pas qu'aco !
Amai la Marquesa ague la mancha
pas trop destrecha, quau sap dequé fariè se veniè à

EN TERRE GAULOISE

55

Les bourgeois d'ici — Portent, dit-on, la barbe fine! — Les
paysans — Pourtant la leur feront !... — La leur feront, —
Sans savon et sans eau, — Et leurs bâtons — Serviront de
rasoirs !

« Il ne manquerait plus qu'il parlât des nobles au
lieu de parler des bourgeois, ce va-nu-pieds !... S'il
osait, il me chansonnerait, moi aussi. Il ne respecte
rien ni personne, Monsieur Pradet, mais il saura ce
qu'il lui en coûte pour avoir la langue trop longue et
ne pas obéir immédiatement. »
Et prenant son tricorne, sa haute canne, Monsieur
de Ganges descendit du château et se dirigea vers la
maison de Pradet.
La voix du chanteur, devenant plus sonore et plus
moqueuse, reprenait la bourrée au second couplet :

La femme du bourgeois,— Lorsqu'elle est un peu jolie, —
La femme du bourgeois, — Lorsqu'elle est un peu jolie, —
A les seigneurs — Toujours à ses talons! —A ses talons, —
Ou bien sur ses genoux! — A ses talons... — Monsieur
n'est pas jaloux !

« Diantre ! se dit Monsieur de Ganges, est-ce que
le vaurien aurait vent de quelque chose ?... Il ne manquerait plus que cela !... Bien que la Marquise n'ait
pas la manche trop étroite, que dirait-elle en appre-

56

EN TERRA GALESA

saupre que Mos de Cabanoun, la fenna dau grosmoulinaire de seda, me reçap dins soun saloun quand soun
orne i'es, e dins lou membre d'après quand s'atroba
touta soula?... »
E tout se parlant ansin, Moussu de Gange arriba
davans l'oustau de Pradet. Descadaula la porta. Dequé vei ? Pradet, dins una granda gerla, risouliè couma
quau a gagnât lou coutelet.
« D'ounte vèn que m'âges pas encara aubeït? dis
Moussu de Gange aubourant sa cana.
— Pausàs voste sang, Moussu lou Marqués, que
pourriàs vous troubà mau, se vous enfètaves mai.
Vesès be de vostes iols que n'ai pas agut res de pus
v
pressât que de me soumettre à vostes ordres.
— Coussi, auses encara te ficà de iéu, galapian ! »
Ela canatoumbava.
Pradet, couma se re noun èra, l'esquivava en se
penjant de l'autre las, e countuniava galoi mai-quemai.
« Ai seguit, Moussu, voste coumandament pan per
pan. M'avès ourdounat de quità vosta terra de Gange
pàr anà dins vosta terra de Sant-Jan-de-Fos. Es
ce qu'ai fach. Tenès, aquesta gerla es vostra, e es
en terra de Sant-Jan-de-Fos. Soui pas dounc pus
dins vosta terra de Gange, e, quand lou diable ie
sariè, m'atrobe dins vosta terra de Sant-Jan-deFos!
».
Sus aquel esclargiment, Moussu de Gange partissiè d'un gros cacalàs.
« L'as toujour lèsta, fulobre ! Quante daumage
que lou Comte, moun ainat, âge pas la mitât de l'esperit qu'es cavit dins ta cabessa ; fariè, ou m'engane,
famousament soun camí à la Court... Te perdoune,

57

EN TERRE GAULOISE

nant que Madame Cabanon, la femme du gros fllateur
de soie, me reçoit dans son salon quand son mari est
présent, et dans la chambre d'après lorsqu'elle se
trouve seule?... »
Tout eu parlant ainsi, Monsieur de Ganges arrive
devant la maison de Pradet. 11 soulève le loquet delà
porte. Que voit-il? Pradet, dans une grande jarre,
rieur comme qui a gagné le petit couteau.
— « Pourquoi ne m'as-tu pas encore obéi? dit Monsieur de Ganges en levant sa canne.
— Calmez votre sang, Monsieur le Marquis ; vous
pourriez tomber en syncope, si vous vous animiez
davantage. Vous voyez bien de vos yeux que je n'ai
rieil' eu de plus pressé que de me soumettre à vos
ordres.
— Comment, tu oses encore te moquer de moi,
mauvais sujet ! » Et la canne tombait.
Pradet, comme si rien n'était, l'esquivait en se penchant de l'autre côté, et continuait de plus en plus
gai.
« J'ai exécuté, Monsieur, vos ordres point par
point. Vous m'avez ordonné de quitter votre terre de
Ganges et de me retirer dans votre terre de SaintJean-de-Fos. C'est ce que j'ai fait. Tenez, cette jarreci vous appartient, et elle est en terre de Saint-Jeande-Fos. Je ne suis donc plus dans votre terre de Ganges, et, quand bien même le diable s'en mêlerait, je
me trouve dans votre terre de Saint-Jean-de-Fos !.. »
Sur cet éclaircissement, Monsieur de Ganges partit
d'un gros éclat de rire.
« Tu l'as toujours prête, la réplique, fin luron!
Quel dommage que le Comte, mon fils aîné, n'ait pas
la moitié de l'esprit logé dans ta caboche ; il ferait, ou
je me trompe fort, rapidement sou chemin à la Cour...
5*

58

EN TERRA GALESA

mes, d'ara-en-lai, m'aproumetes de rire as despens
das autres, se vos, noun pas au mieu... »
Pradet aproumetèt tout, e quicon de mai encara,
pioi, fresc de gaugna couma un peis dins l'aiga courrenta, sourtiguèt de sa gerla.
Respetuousament, sa bouneta à la man, acoumpagnèt Moussu lou Marqés au castèl.
Panoulha e lous autres, deveire Moussu de Gange
qu'un brieu davans èra tant encourouçat contre Pradet badinejà emb'el e ie toucà la man, n'èroun pas
lions de creire que lou farcejaire aviè un estèc de
masca per se faire pcrdounà sous michants tours.
« Pradet sourtis tout-escàs cFe ma terra de SantJan-de-Fos, anouncièt lou Marqués à soun oustalada, e, pèr lou recoumpensà de sa proumta aubeïssença, i'ai rendut mas bonas gracias.
Anen, Panoulha, toca-ie la man, e tournas amies. »

VIII
PRADET A TAULA

Un dissate, Pradet tournava de Madieiras ounte èra
anat ve ire sa tanta Peirouna, quand sus lou bord de
la ribieira de Vis faguèt lou rescontre de l'Anchoia,
un das milhous pescaires de Gange.
L'Anchoia aviè dins un paniè vendemiadou dèch
ou douge lieuras de trouchas, d'aquelas trouchas picassadas de tacas roujas e negras, que nous arriboun
gaire aicì, amor que lous Raiòus an lou biais de las
gardà per eles.
Pradet, qu'èra un linfre de marca, aimava las trouchas à la fouliè.
« Quand n'en vos de la lieura ? demanda à l'Anchoia.

EN TERRE GAULOISE

59

Je te pardonne, mais promets-moi de rire dorénavant
aux dépens des autres, si tu veux, non aux miens...»
Pradet promit tout, et quelque chose de plus encore, puis, frais de gorge comme un poisson dans
l'eau courante, il sortit de sa jarre.
Respectueusement, son bonnet à la main, il accompagna Monsieur le Marquis au château.
Panouille et les autres, voyant Monsieur de Ganges un instant auparavant si courroucé contre Pradet plaisanter avec lui et lui serrer la main, n'étaient
pas loin de croire que le farceur avait un pouvoir de
sorcier pour se faire pardonner ses mauvais tours.
« Pradet sort à peine de ma terre de Saint-Jean de-Fos, annonça le Marquis à sa maison, et, pour le
récompenser de sa prompte obéissance, je lui ai
rendu mes bonnes grâces.
Allons Panouille, tends-lui la main, et redevenez
bons amis. »
VIII
PRADET A TABLE

Un samedi, Pradet revenait de Madières où il était
allé voir sa tante Pierrette, quand sur l'une des rives
de la Vis il fit la rencontre de l'Anchois, l'un des
plus habiles pêcheurs de Ganges.
L'Anchois avait dans un panier de vendange dix ou
douze livres de truites, de ces truites tachetées de
rouge et de noir, qui ne nous arrivent guère ici, parce
que les Cévenols ont l'intelligence de les garder pour
eux.
Pradet, en gourmet de marque qu'il était, aimait
les truites à la folie.
« Combien en veux-tu de la livre ? demanda-t-il à
l'Anchois.

60

EN TERRA GALESA

— Soun pas à vendre ; Moussu de Gange me las
a coumandadas, e m'en prendra tant que n'en pescarai, n'agèsse un quintau.
— Quante apetís, chaval de boussut ! Cau que trate
fossa mounde, noste Marqués, per faire servi tant
de peis qu'aco.
— Soulide que n'en trata de mounde ; aqueste
mati n'es arribat de Sumena, de Poumpignan, de
Sant-Ipoulite e d'Anduza. Jogue que deman saran
mai de trenl-a à taula.
— E dire que ie sarai pas ! ajustèt Pradet, tout
malancôni.
Anen, au reveire, l'Anchoia. Quand voudras que
n'en fàguen un bon, n'as pas qu'à pourtà à l'oustau
una padenada de trouchas, iéu me cargue dau resta.
— Aco pot be se faire quauque jour. Au reveire
Pradet. »
E Pradet, tout sounjarèl, countunièt soun cami.
De tems en tems passava la lenga sus las babinas
en pensant au bon rebobi que se fariè lou lendeman
au oastèl.
Tout d'un cop-, sautèt couma un cabrit, e se frétant
las mans :
« Las tastarai, las tastarai las trouchas de Mousu
de Gange, cridèt risounejant ; las tastarai e n'en manjarai mai d'una ! »

Lou dimenche, à miejour e quart, Pradet picava à
la porta dau castèl.
Panoulha ie venguèt droubi.
« Ai de-besoun de veire Moussu lou Marqués.
— Moussu lou Marqués es à taula e a fossa COUVN
dats.

EN TERRE GAULOISE

61

— Elles ne sont pas à vendre; Monsieur de Ganges me les a commandées, et il m'en prendra tant que
j'en pécherai, fût-ce un quintal.
— Quel appétit, cheval de bossu ! Il doit traiter
beaucoup de monde, notre Marquis, pour faire servir
autant de poisson.
— Sûrement qu'il en traite du monde ; ce matin,
il en est arrivé de Sumène, de Pompignan, de SaintHippolyte et d'Anduze. Je gage qu'ils seront demain
plus de trente à table.
— Et dire que je n'y serai pas ! ajouta Pradet tout
mélancolique.
Allons, au revoir, l'Anchois. Lorsque tu voudras
que nous en fassions un bon, tu n'as qu'à apporter à
la maison une friture de truites, je me charge du reste.
— Cela peut bien se faire quelque jour. Au revoir,
Pradet. »
Et Pradet, tout songeur, continua son chemin.
De temps à autre il passait la langue sur les babines en pensant au régal que l'on servirait le lendemain au château.
Tout à coup, il bondit comme un chevreau, et se
frottant les mains :
« Je les goûterai, je les goûterai les truites de
Monsieur de Ganges, cria-t-il en riant ; je les goûterai, et j'en mangerai plus d'une ! »

Le dimanche, à midi et quart, Pradet sonnait à la
porte du château.
Panouille vint lui ouvrir.
« J'ai besoin de voir Monsieur le Marquis.
— Monsieur le Marquis est à table et il a beaucoup
d'invités.

62

EN TERRA GALESA

— De qu'aeo fai ! Sabes be que desempioi l'autre
jour nous sian acourdats emb'el, e que t'a reeoumandat de me ben tratà. Bota, laissa-me passà que m'espèroun per lous faire rire. »
Panoulha, que, couma sabès, n'èra pas trop lutrat,
n'en quinquèt pas mai, e Pradet arribèt à la sala ounte
Moussu de Gange èra ataulat.
u Ben lou bon-jour, Moussu lou Marqués, e à
touta vosta coumpagna.
— Adieu, Pradet. Dequé i'a de tant pressât que
vèngues d'aquesta oura ?
— M'en parles pas, Moussu, quicon que s'èrabelèu
jamai vist dins voste marquesat, nimai, jougarièi ma
tèsta, dins la coumtat ou la barouniè de ges das Moussus que soun à vosta taula.
— Dequé diàussi deu èstre aco ? Parla vitament,
t'escoutan toutes.
— Moussu, vejaici : Masauma, de-matis, a fach tres
poulinets. »
Tout lou mounde partiguèt d un gros cacalas»
Lou baroun d'Anduza que, couma Moussu de Gange,
èra un orne poupulàri, diguèt à Pradet :
« Mès vous cau cercà una nourriça per l'un de
vostes poulinets, se-noun dequé fariè lou tresenc quand
lous dous autres aurièn pres chacun un teti ?
— Moussu, fariè ce que fau iéu ara, agachariè.
— Pas mau, pas mau troubat per se faire couvidà
à dinnà, diguèt Moussu de Gange.
Panoulha, porta una cadieira à Pradet, dinnarà
embé nautres ; n'es pas quand on a tres poulis qu'on
pot se metre au lach de sauma. M'escusarès, ajustèt
Moussu de Gange parlant à sa taulada, Pradet n'es
pas de noste mounde, mès a dessoublidat d'èstre un

EN TERRE GAULOISE

63

— Qu'est-ce que cela fait ! Tu sais bien que depuis
l'autre jour nous nous sommes raccordés, et qu'il t'a
recommandé de me bien traiter. Va, laisse-moi passer, qu'ils m'attendent car je dois les faire rire. »
Panouille qui, vous ne l'ignorez point, n'était pas
trop rusé, ne répondit mot, et Pradet arriva à la salle
où Monsieur de Ganges était attablé.
« Bien le bonjour, Monsieur le Marquis, et à toute
votre compagnie.
— Adieu, Pradet. Qu'y a-t-il de si pressé que tu
viennes à cette heure?
— Ne m'en parlez pas, Monsieur, quelque chose qui
peut-être ne s'était jamais vu dans votre marquisat,
ni même, je parierais ma tête, dans le comté ou la baronnie d'aucun des Messieurs qui sont à votre table.
— Que diable doit être cela ? Parle vite, nous t'écoutons tous.
— Monsieur, voici : Mon ânesse, ce matin, a mis
bas et m'a donné trois ânons. »
Chacun partit d'un gros éclat de rire.
Le baron d'Anduze qui, comme Monsieur de Ganges,
était un homme populaire, dit à Pradet :
« Mais il vous faut chercher une nourrice pour
l'un de vos ânons, sinon que ferait le troisième quand
les deux autres auraient pris chacun une mamelle ?
— Monsieur, il ferait ce que je fais maintenant, il
regarderait.
— Pas mal, pas mal trouvé pour se faire inviter à
déjeuner, dit Monsieur de Ganges.
Panouille, porte une chaise à Pradet, il déjeunera
avec nous ; ce n'est pas lorsqu'on a trois ânons que
l'on peu't se mettre au lait d'ânesse. Vous m'excuserez,
ajouta Monsieur de Ganges parlant à ses invités, Pradet n'est pas de notre monde, mais il a oublié d'être

64

EN TERRA G ALESA

sot, e, ma fe, n'es pas s'abaissa que de faire plaça à
las gens qu'an sa bona part d'esperit. »
E Moussu de Gange countèt à sous ostes quaucasunas de las badinadas de Pradet, dau tems qu'aqueste d'aici engoulissiè,tout en tenguent sorga à las
damas que lou questiounavoun.
Se pourtèt las trouchas. Lous varlets las serviguèroun.
Pradet n'agèt una de mièch-quart, ce que fasiè pas
trop soun afaire. N'en lourgnava una d'una lieurada
qu'èra dins lou plat d'argent en coumpagna de quaucasautras un pauc pus pichotas,mès toutas pus grossas que l'a qu'aviè dins sa sièta.
Delicadament, prenguèt la troucha entre sous dets,
e, la sarrant de sa bouca, ie diguèt quicon que degus
ausiguèt pas. Pioi, pourtant la troucha ras de l'aurelha, agèt l'er d'escoutà ce que lou peis respoundiè,
e brandoulhava la tèsta couma quaucun qu'aplaudis
ce qu'entend.
o Dequé fas, Pradet ? ie demandèt Moussu de
Gange.
— Moussu lou Marqués, me soui dich qu'aquela
troucha aviè belèu passejat l'Erau desempioi Valarauba jusqu'au Causse-de-la-Sella, e que dins sous
viages auriè pougut rescountrà lou cors de ma paura
fenna, negada couma sabès, sans que l'agen troubada.
— E t'a respoundut, pioi-que l'escoutaves?
— Aubé, Moussu, e vejaqui ce que m'a dich : Iéu
n'en sabe pas res de ta fenna, soui trop jouveneta,
n'ai, pas sieis meses, mès de-segù ma maire qu'es
alai dins lou plat — e Pradet moustrava la grossa
troucha — n'en sap quicon ; demanda-i'ou.... Se
voulès, Moussu lou Marqués, i'ou demandarai... »

EN TERRE GAULOISE

65

un sot, et, ma foi, ce n'est point s'abaisser que de réserver une place aux gens qui ont leur bonne part
d'esprit. »
Et Monsieur de Ganges raconta à ses hôtes quelques-unes des plaisanteries de Pradet, pendant que
celui-ci engloutissait tout en donnant la réplique aux
dames qui lui posaient des questions.
On apporta les truites. Les domestiques les servirent.
Pradet en reçut une d'un demi-quart délivre, ce
qui ne faisait pas sonaffaire.il en lorgnait une, d'une
livre à peu près, qui était dans le plat d'argent en
compagnie de quelques autres un peu plus petites,
mais toutes bien plus grosses que celle qu'il avait
dans son assiette.
Délicatement, il.prit la truite entre les doigts, et,
l'approchant de sa bouche, lui dit quelque chose que
personne n'entendit. Puis, portant la truite à l'oreille,
il eut l'air d'écouter ce que répondait le poisson, et
il agitait la tête comme quelqu'un qui approuve ce
qu'il entend.
« Que fais-tu, Pradet ? lui demanda Monsieur de
Ganges.
— Monsieur le Marquis, je me suis dit que cette
truite avait peut-être parcouru l'Hérault depuis Valleraugue jusqu'au Causse-de-la-Selle, et que dans ses
voyages elle aurait pu rencontrer le corps de ma
pauvre femme, noyée comme vous le savez, sans que
nous ayons pu la retrouver.
— Elle t'a répondu, puisq ue tu l'écoutais?
— Oui, Monsieur, et voici ce qu'elle m'a dit: Moi,
je n'en sais rien de ta femme, je suis trop jeunette,
je n'ai pas six mois, mais sûrement ma mère qui est
là-bas dans le plat — et Pradet montrait la grosse
6

66

EN TERRA GALESA

E sans esperà la responsa, Pradet preniè la troucha
dau plat, la metiè dins sa sièta, e la coupant en quatre flocs :
« Escusàs-me se demande pas res emb' aquesta.
Merevèn à la mementa una recoumandacioun de ma
santa fenna de maire — que Dieu âge soun ama ! —
Pradet, me disiè, es la curiousitat qu'à droubit as
ornes la porta de l'infèr. Laissa tant que vieuràs la
curiousitat à las fennas e as
couma dirai ? e as
bruts perfumats...

IX
LOUS CHIS DE MOÜSSU DE GANGE

Pradet, tout couma à soun oustau, escampava au
sôu, jout la taula ou au coustat,lous osses dau gibiè e
las espignas dau peis, sans se soucità s'enco dau grand
mounde se fai antau ou nou.
« Mous chis manjounpas lous osses ni las espignas
dau peis, ie dis Moussu de Gange, que l'agachava
tout en ie charrant.
— E perqué dounc ?
— Perqué soun trop lipets : ie eau emb'aqueles
moussus, un counsumat fach esprès per eles, de bons
flocs de car, mès as osses i'a pas prou à rousigà.
— E be, Moussu lou Marqués, se voulès me lous
flsà, m'en cargue de vous lous rendre dins quinze
jours ou tres senmanas manjant pas soulament lous

EN TERRE GAULOISE

67

truite — en sait quelque chose, demandez-le lui...
Si vous le permettez, Monsieur le Marquis, je le lui
demanderai...»
Et sans attendre la réponse, Pradet prenait la
truite du plat, la mettait dans son assiette, et la découpant en quatre morceaux:
« Excusez-moi si je ne demande rien à celle-ci.
Il me revient subitement à la mémoire une recommandation de ma sainte femme de mère, — que Dieu
ait son âme ! — Pradet, me disait-elle, c'est la curiosité qui a ouvert aux hommes les portes de l'enfer. Laisse tant que tu vivras la curiosité aux femmes, et aux... comm ent dirai-je ? et aux bruits parfumés. ..

IX
LES CHIENS DE MONSIEUR DE GANGES

Pradet, tout comme à sa maison, jetait sous la
table ou à côté les os du gibier et les arêtes du poisson, sans se soucier des usages du grand monde.
« Mes chiens ne mangent ni les os ni les arêtes
du poisson, lui dit Monsieur de Ganges qui l'examinait tout en causant.
— Et pourquoi donc ?
— Parce qu'ils sont trop gourmands ; il leur faut,
à ces messieurs, un consommé faitv exprès pour eux,
de bons morceaux de viande, mais pour ce qui est
des os, ils n'y trouvent point assez à ronger.
— Eh bien, Monsieur le Marquis, si vous voulez
me les confier, je m'engage à vous les rendre dans
quinze jours ou trois semaines, mangeant non seule-

68

EN TERRA GALESA

osses e la espignas de peis, mès encara lou pan mousit e lous cruvels de ceba.
— Farcejaire, vai, es qu'as jamai vist un chi, seguèsse un chi de paure,. manjà la ceba crusa?
— Ou veirés de vostesiols quand voudrés, Moussu
lou Marqués. Bailàs-me vostès chis, e dins tres senmanas m'en dirés de nouvellas.
— Te lous pode pas bailà toutes, que n'avèn debesoun perla cassa, mès prendràs Tant-Bella, qu'es la
pus fenianta e la pus groumanda de toutes ; s'arribes
à ie faire manjà de cruvels de ceba, troumpetarai
pertout que i'a ges d'ornes au mounde qu'ajoun lou
biais de Pradet.
— Tenès, Moussu, vau pus lion qu'aco. Vosta
china manjarà pas soulament lous cruvels de ceba, mès
encara laissarà de coustat, quand veirà la ceba e lou
pan, e lous osses e la car.
— Oh! aquesta crèma au lum ! cridèt touta la taulada, franc d'enmascà la china, arribares pas aquí,
Moussu Pradet.
— Es ce que veiren, vou'n dise pas mai.., A tres
senmanas, Messius», faguèt Pradet en s'aubourant e
tirant sa reverencia.

Aviè pres emb'el Tant-Bella; en arribant à soun oustau, l'embarrèt dins una crota, estacada de court à
una anella, e la laissèt tres jours sans ie res pourtà.
Lou mati dau quatrièma jour, prenguèt una ceba,
un floc de pan e un gros bastou, doubriguèt la crota
e pausèt lou pan e la ceba davans Tant-Bella. La
china, que s'èra agusat las dents aqueles tres jours,
sautèt sus lou pan, mès i'aviè pas agandit, qu'un cop
de bastou de Pradet la trasiè au sou.

EN TERRE GAULOISE

69

ment les os et les arêtes de poisson, mais encore
le pain moisi et les pelures d'oignon.
— Farceur, va, as-tu jamais vu un chien, fût-ce un
chien de pauvre, manger l'oignon cru?
— Vous le verrez de vos yeux lorsque vous le
voudrez, Monsieur le Marquis. Donnez-moi vos chiens
et dans trois semaines vous m'en direz des nouvelles.
— Je ne puis pas te les donner tous, nous en avons
besoin pour la chasse, mais tu prendras Tant-Belle
qui est la plus paresseuse et la plus gourmande de la
meute ; si tu parviens à lui faire manger des pelures
d'oignon, je trompetterai partout qu'il n'y a pas
d'homme au monde qui soit aussi adroit que Pradet.
— Tenez, Monsieur, je vais plus loin. Votre chienne
ne mangera pas seulement les pelures d'oignon, mais
encore elle laissera de côté, quand elle verra l'oignon, et le pain, et les os, et la viande.
— Oh ! celle-ci est trop forte ! cria toute l'assistance, A moins que vous n'ensorceliez la chienne,
vous n'en arriverez pas là, Monsieur Pradet.
— C'est ce que nous verrons, je ne vous en dis pas
davantage.... A trois semaines, Messieurs », répondit Pradet en se levant et'tirant sa révérence.
*

Il avait pris avec lui Tant-Belle; en arrivant à sa
maison, il l'enferma dans une cave, attachée de court
à un anneau, et il la laissa trois jours sans manger.
Le matin du quatrième jour, il prit un oignon, un
morceau de pain et un gros bâton, ouvrit la cave et
posa le pain ainsi que l'oignon devant la chienne.
L'animal, qui s'était aiguisé les dents pendant ces
trois jours, sauta sur le pain, mais il n'y avait pas
touché, qu'un coup debâton de Pradet le jeta à terre.

EN TERRA 6ALESA

Dèch fes ensajèt d'agantà lou pan, dèch cops de
bastou l'empachèroun, talament que per força se resourguèt à anà senti la ceba.
La flairejèt, mès la tastèt pas.
Pradet laissèt là ceba e s'entounièt.
Lou lendeman, lou jour d'après, même manège.
Au boutde ioch jours, Tant-Bella manjava la ceba,
mès encara sautava sus lou pan quand lou vesiè.
Las roustas que ie bailava Pradet venguèroun pas
mens à bout de soun capudige e las tres senmanas
èroun pas passadas que la china se laissava metre davans ela de car, d'osses, de pan e de ceba sans toucà
à pus res qu'à la ceba.
— La pòu dau bastou es la fi dau lipetige, disiè
Pradet, paroudiant, lou malurous, una paraula de las
Santas-Escrituras.

X
LOU PUS POULIT SAUT

Moussu de Gange seguèt enclausit de veire, quand
Pradet ie la menèt, sa china tant groumanda, manjà
pulèu la ceba que lou pan e la car.
a Moun ome,diguètà Pradet, s'as un estèc couma
aquel d'aquí per educà touta mena de bestiau, auràs
lèu fachfourtuna.
— Es que counouissès pas tout ce que soui capable
de faire; ansin, ai un vièl chival, de quau degus me
dounariè pas un louidor, tant pareis magre e acabat,
e be, i'ai après à sautà talament ben que ges de chivals de Gange ou de l'encountrada, per tant jouines
e vieus que siègoun, sautaran pas couma el.

EN TERRE GAULOISE

71

Dix fois il essaya d'atteindre le pain, dix coups de
bâton l'en empêchèrent, tellement que par force il se
résolut à sentir l'oignon.
Il le flaira, mais n'y goûta point.
Pradet laissa l'oignon et s'en retourna.
Le lendemain, le jour suivant, même manège.
Au bout de huit jours, Tant-Belle mangeait l'oignon, mais se jetait encore sur le pain quand on le
lui présentait.
Les bastonnades que lui donnait Pradet vinrent cependant à bout de son entêtement, et les trois semaines ne s'étaient pas écoulées que la chienne se laissait
mettre devant elle de la viande, des os, du pain et de
l'oignon, sans toucher à autre chose qu'à l'oignon.
— La crainte du bâton est la fin de la gourmandise,
disait Pradet, parodiant, le malheureux, une parole
des Saintes-Écritures.
X
LE PLUS JOLI SAUT

Monsieur de Ganges fut ravi de voir, lorsque Pradet
la lui amena, sa chienne, si gourmande auparavant,
manger plutôt l'oignon que le pain et la viande.
« Mon ami, dit-il à Pradet, si tu as un procédé
pareil pour faire l'éducation de chaque animal, tu
seras bientôt riche.
— C'est que vous ne connaissez pas tout ce dont je
suis capable : ainsi, j'ai un vieux cheval duquel personne ne donnerait un louis d'or, tant il paraît maigre et achevé, eh bien, je lui ai si bien appris à sauter,
qu'aucun cheval de Ganges ou des environs, pour si
jeune et si vif qu'il soit, ne sautera comme lui.

72

EN TERRA GALE SA

— Vos gàlejà? Auriès lou frount de mantène que
toun roussi tout escraneat sautarà tant ben que moun
pus poulit chival de cassa?
— Moussu, n'es pas à l'ounou de voste chival, mès
pèr quau voudra dire la veritat, es couma ai dich;ma
roussinanta que marcha couma una arna sauta ben
milliou que voste chival de cassa.
— Quand jogues que siègue pas vrai ?
— Oh! Moussu, embé vous, res de tout, quand perdés, vous décidas pas jamai à pagà.
,
—Aqueste cop, n'aurai pas gaire de pena à me décida à pagà, pioi que soui soulide de te gagna, couma
un e un fan dous.
— Se m'aproumetès de pas faire lou refastignous
quand caurà metre la man au boursicot, vous jougarai?
— Quand jogues adounc?
— Cent escuts, se voulès, Moussu lou Marqués.
— Cent escuts siègue. »

Lou vèspre, Moussu de Gange, mountat. sus soun
fin chival de cassa e Pradet tirant per la cassana un
chival de quau un caràcou n'auriè pas vougut, caminavoun ensemble.
« Vesesbe, disiè Moussu de Gange en esperounant
de tems en tems soun courreire per lou faire sautà,
que jamai ta bèstia pourra levà las cambas couma
aquesta d'aici? »
Pradet quincava pas mot.
Arribèroun sus lou bord de l'Erau, en un rode
ounte lou camí passa belèu vint canas au-dessus de la

EN TERRE GAULOISE

73

— Tu veux plaisanter? tu aurais le toupet de soutenir que ton roussin tout efflanqué sautera aussi bien
que mon plus joli cheval de chasse?
— Monsieur, ce n'est point à l'honneur de votre
cheval, mais pour quiconque voudra dire la vérité,
c'est comme je l'ai affirmé ; ma rossinante qui marche
comme une chenille sautera bien mieux que votre
cheval de chasse.
— Combien paries-tu qu'il n'en soit pas ainsi?
— Oh! Monsieur, avec vous, rien du tout: lorsque
vous perdez, vous ne vous décidez jamais à payer.
— Cette fois-ci, je n'aurai guère de peine à me décider à payer, puisque je suis sûr de te gagner, comme
un et un font deux.
— Si vous me promettez de ne pas vous montrer
récalcitrant quand il faudra mettre la main au gousset, je parierai.
— Combien paries-tu donc?
— Cent écus, si vous le voulez, Monsieur le Marquis.
— Va pour cent écus. »

Le soir, Monsieur de Ganges monté sur son fin cheval de chasse et Pradet tirant par le licou un cheval
dont un caraque n'aurait pas voulu, cheminaient ensemble.
« Tu vois bien, disait Monsieur de Ganges en éperonnant de temps à autre son coursier pour le faire
sauter, que jamais ta bête ne pourra lever les jambes
comme celle-ci. »
Pradet ne soufflait mot.
Ils arrivèrent sur le bord de l'Hérault, en un endroit où le chemin passe peut-être à vingt toises

74

[EN TERRA GALESA

ribieira. l'a dous cents ans, se despensava mens que
ioi per tène lous camis en estat, atamben i'aviè pas
ges de parapèls emb'aquel passage que s'atroubariè
de noste tems prou dangeirous.
«Esaie! lou cop, diguèt Pradet à Moussu de Gange ;
vesès coussl sauta moun cavalot... »
E ie bailant un gros cop de bastou e una ruda butada, lou traguèt dau camí dins la ribieira ounte la
paure bèstia s'abimèt.
« Que voste poulit sautaire n'en fague autant,
Moussu lou Marqués, e vous baile cent escuts ; se
que de nou, ai be lou drech de dire qu'ai gagnât, e
que me lous devès ?
— Aurièi degut me mesfisà d'un tour de ta façoun,
respoundèt Moussu de Gange que s'atroubava de bona
imou : me soui laissât eng.. . abià, tant pis per iéu,
auras lous cent escuts.
— E emb'aco anarai lou nòu de setembre à la
fleira dau Vigan per n'en croumpà un autre. Boutas,
las trouchas de l'Erau n'an gaire gagnât, amai i'ague
servit moun paure Baiard per soun tua-verme : Baiard
aviè la pèl dura e mai d'osses que de car...
Se quaucus m'aviè jamai dich que n'en tirarièi
tres cents francs... Tant es vrai que eau pas jama1
vendre sa fourtuna tant qu'on es en vida!... »

XI
A LA FIEIRA

Lou nòu de setembre, Pradet èra au Vigan, Moussu
de Gange e quauques-uns de sous amies i'èroun atabé.

EN TERRE GAULOISE

73

au-dessus de la rivière. Il y a deux cents ans, on dépensait beaucoup moins qu'aujourd'hui pour entretenir les routes en bon état, aussi n'y avait-il aucun
parapet à ce passage que l'on considérerait actuellement comme assez dangereux.
« C'est ici le coup, dit Pradet à Monsieur de Ganges ; examinez comment saute mon cheval... »
Et lui donnant un gros coup de bâton en même
temps qu'une rude poussée, il le jeta du chemin dans
la rivière où le pauvre animal s'abîma.
«Que votre beau sauteur en fasse autant, Monsieur
le Marquis, et je vous donne cent écus ; sinon, j'ai
bien le droit de dire que j'ai gagné, et que vous me
les devez ?
— J'aurais dû me défier d'un tour de ta façon, répondit Monsieur de Ganges qui se trouvait de bonne
humeur : je me suis laissé mettre en cage, tant pis
pour moi, tu auras les cent écus.
— Et avec cela j'irai le 9 septembre à la foire du
Vigan pour en acheter un autre. Allez, les truites de
l'Hérault n'ont guère gagné, bien que je leur aie servi
mon pauvre Bayard pour leur tue-ver de demain :
Bayard avait la peau dure et plus d'os que de chair...
Si quelqu'un m'avait jamais dit que j'en retirerais
trois cents francs sonnants et trébuchants... Tant il
est vrai qu'on ne doit jamais vendre sa fortune pendant qu'on est encore en vie !... »

XI
A LA FOIRE

Le 9 septembre, Pradet était au Vigan. Monsieur
de Ganges et quelques-uns de ses amis y étaient aussi.

76

EN TERRA GALESA

Tout aco aviè laissât sas mounturas à l'auberja de
la Vernieira roustida, la mai presada e renoumada de
tout lou Vigan, couma quau diriè la de l'oste Parguel
de ioi.
Pradet faguèt fieira d'oura : menèt soun chival à
l'estable, e anèt dinnà.
Moussu de Gange croumpèt dous poulits bearneses
que ie coustèroun cinquanta louidors chacun, e diguèt au maquignoun de ie lous menà à l'auberja dins
la tantossada.
Pioi el tabé anèt s'entaulà.
Lou repàs servit au Marqués e à sous amies degûèt èstre coupious e recercat, car nostes nobles
demourèroun à taula mai de dos ouras de reloge.
Quand s'aubourèroun, davalèroun à l'estable per
agachà se lous tarbeses èroun arribats.
« Lous an pas encara menats, ie diguèt lou varlet d'estable ; per Gange, n'avèn aici que lou chival
qu'a croumpat Pradet.
— Fai-me lou veire, demandèt Moussu de Gange.
— Tenès, es aquel mouret, qu'a de tant finas aurelhas.
— De-fèt, soun talament courtas qu'ai enveja de ie
las acourchi un pau mai... Baila-me un parel de cisèus à toundre las miolas... »
E as cacalasses de tout lou mounde qu'èra aquí,
Moussu de Gange coupèt ras las dos aurelhas dau
chival de Pradet.
« Veiren la bèba que farà aqueste vèspre, ajustèt.
A ris tant de cops de nautres, que nous es be permés
de rire un cop d'el. E pioi, es un pau mieu aquel
chival, pioi que moun argent l'a pagat. »
Sus aquel bel esplech, nostes nobles anèroun faire
un autre tour de fieira.

77

EN TERRE GAULOISE

Tout ce monde-là était descendu à l'auberge du
Goujon frit, la plus prisée et la plus renommée du
Vigan, comme qui dirait l'hôtel Parguel d'aujourd'hui.
Pradet acheta de bonne heure : il conduisit son
cheva là l'écurie, et s'en fut déjeuner.
Monsieur de Ganges fit l'acquisition de deux beaux
béarnais qui lui coûtèrent cinquante louis chacun,
et chargea le maquignon de les mener à l'auberge
dans l'après-midi.
Puis il alla se mettre à table, lui aussi.
Le repas servi au Marquis et à ses amis dut être
copieux et recherché, car nos nobles demeurèrent'à
table plus de deux heures d'horloge. Lorsqu'ils s'en
levèrent, ils descendirent à l'écurie afin de s'assurer
si les tarbais étaient arrivés.
« On ne les a pas encore amenés, leur dit le valet d'écurie ; pour Ganges, nous n'avons ici que le
cheval qu'a acheté Pradet.
— Montre-le moi, demanda Monsieur de Ganges.
— Tenez, c'est ce bai-brun, qui a de si fines oreilles.
— En effet, elles sont si courtes que j'ai l'envie de
les lui raccourcir encore... Donnez-moi une paire
de ciseaux à tondre les mules...»
Et aux éclats de rire de tous ceux qui étaient présents, Monsieur de Ganges coupa fort ras les deux
oreilles du cheval de Pradet.
« Nous verrons la grimace qu'il fera ce soir,
ajouta-t-il. Il a ri si souvent de nous, qu'il nous est
bien permis de rire une fois de lui. Et finalement, ce
cheval est bien un peu à moi, puisque c'est mon argent
qui l'a payé. »
Sur ce bel exploit, nos nobles allèrent faire un autre tour de foire.
7

78

EN TERRA GALESA

* »

Pradet revenguèt à l'auberjà e trapèt soun chival
desaurelhat.
Sabiè que Moussu de Gange aviè dinnat en bona
coumpagna, e, couma èra au courrent das amusaments que lous nobles se permetièn dins sous mouments d'imou galoia, n'agèt pas de pena à faire dire au
garçou d'estable coussi las causas s'èroun passadas.
Prenguèt soun mau embé paciença, remieutejant
la vengença que s'aproumetiè.
Vers las tres ouras e miècha, lou maquignoun
qu'aviè vendut à Moussu de Gange lous dous chivals
lous menèt ; lous estaquèt de sa man à la grepia, recoumandant de lous pas trop arribà, qu'avièn manjat
mai que soun roumpliment aquel jour.
Pradet esperèt que tout lou mounde sourtiguèsse ;
pioi, tirant soun coutèl de la pocha, coupèt d'à-founs
las maissas à chacun das tarbeses. Las paures bèstias renèroun prou, mès lou varlet d'estable èra anat
dins la tantossada faire un tour au fieirau, atabé degus
ausiguèt pas res.
Quand Moussu de Gange e sous amies arribèroun
de la fieira, lou Marqués, en imou de galejà, vejent
Pradet sus lou pas de la porta de l'auberja, ie diguèt
antau :
« As fach una poulida fieira, Pradet ?
— Oui, Moussu lou Marqués, una fieira touta à
moun agrat.
— Vos rire. Se me soui pas enganat me sembla que
menaves un chival sans aurelhas.
— Aco 's vrai, Moussu. Tenès, venès agachà coussi
risoun lous vostres de veire lou mieu sans aurelhas. »

EN TERRE GAULOISE

79

Pradet revint à l'auberge et trouva son cheval essorillé.
Il savait que Monsieur de Ganges avait déjeuné en
bonne compagnie, et, comme il était au courant des
amusements que les nobles se permettaient dans leurs
moments d'humeur gaie, il n'eut pas de peine à faire
avouer au valet d'écurie comment les choses s'étaient
passées.
Il prit son mal avec patience, ruminant la vengeance qu'il se promettait.
Vers les trois heures et demie, le maquignon qui
avait vendu à Monsieur de Ganges les deux chevaux
les amena; il les attacha de sa main à la crèche, recommandant de ne pas leur donner trop à manger,
car ils avaient mangé suffisamment ce jour-là.
Pradet attendit que tout le monde fût sorti ; puis,
tirant son couteau de la poche, il coupa totalement
les lèvres à chacun des tarbais. Les pauvres bêtes se
plaignirent fort, mais le valet d'écurie était allé faire,
lui aussi, un tour de foire, et personne n'entendit les
hennissements.
Lorsque Monsieur de Ganges et ses amis arrivèrent, le Marquis, en humeur de plaisanter, apercevant Pradet sur le seuil de la porte de l'auberge, lui
dit ainsi :
« As-tu fait une belle foire, Pradet?
— Oui, Monsieur le Marquis, une foire toute à mon
gré.
— Tu veux rire. Si je ne me suis pas trompé, il me
semble que tu conduisais un cheval sans oreilles.
— C'est vrai, Monsieur. Tenez, venez voir comment rient les vôtres de voir le mien essorillé. »

80

EN TERRA GALESA

Moussu de Gange e sous amies, estounats de veire
Pradet prene la badinada d'aquel biais, pensèroun
que s'èra passat quicon de mai ou de mens ; anèroun
vitament à l'estable, ounte atroubèroun lous dous
poulits bearneses la rauba touta ensannousida e regagnant de dents de quatre través de det.
« Michant coulas ! as agut lou frount de tratà
'ntau mas dos bèstias ! cridèt Moussu de Gange
furious.
— E, Moussu lou Marqués, dequé vous aviè fach
la mieuna?... N'es pas ieu qu'ai acoumençat... Sabès
be lou prouverbe :
Quau revelha lou chi quand dor,
Se lou mord,
N'a pas tort...
— Auses encara me tène sorga, coupèt Moussu
de Gange, bret de la bisca ; coumparà tous drechs as
mieus, es coumparà ta bringa de dèch pistolas à
mous chivals de cinquanta louidors chacun !...
— Moussu, lou paure tèn tant à sa feda que lou
riche à soun troupèl...
— Aqueste cop, i'a pas res que m'arrèste... Quitaràs ma terra de Gange, eanaràs pas dins aquelade
Sant-Jan-de-Fos !...
— Ounte anarai dounc, Moussu ?
— Te faire penjà ounte voudràs, bandit de Calabra, gibiè de poutencia, vesiat de bourrèl !...
— Dounàs-me à tout lou mens lou tems de vendre
ce qu'ai à Gange
— N'agues pas pòu, fouche!... Ou gardarai pèrme
pagà de ce que ioi me costes, bregand ! e estimate
urous de t'en tirà couma aco !... »
Pradet n'aviè pas jamai vist Moussu de Gange dins

EN TERRE GAULOISE

81

Monsieur de Ganges et ses amis, étonnés de voir
Pradet prendre la plaisanterie de cette manière, pensèrent qu'il s'était passé quelque chose d'extraordinaire ; ils allèrent vitement à l'écurie, où ils trouvèrent les deux jolis béarnais la robe tout ensanglantée et montrant des dents de quatre travers de doigt.
«Mauvais collier! tu as eu l'impudence de traiter
ainsi mes deux chevaux ! cria Monsieur de Ganges
furieux.
— Eh, Monsieur le Marquis, que vous avait fait
le mien?... Ce n'est pas moi qui ai commencé... Vous
connaissez bien le proverbe :
Celui qui réveille le chien lorsqu'il dort,
Si l'animal le mord,
Doit prendre pour lui le tort...
— Tu oses encore me tenir tête, interrompit
Monsieur de Ganges, bègue du dépit ; comparer tes
droits aux miens, c'est comparer ta rosse de dix pistoles à mes chevaux de cinquante louis chacun !...
— Monsieur, le pauvre tient autant à sa brebis
que le riche à son troupeau...
— Cette fois, rien ne m'arrêtera... Tu quitteras
ma terre de Ganges, et tu n'iras point dans celle de
Saint-Jean-de-Fos !...
— Où irai-je donc, Monsieur ?
— Te faire pendre où tu voudras, bandit de Calabre, gibier de potence, favori de bourreau !...
— Accordez-moi tout au moins le temps de vendre
ce que j'ai à Ganges...
— Je m'en garderai bien, diantre !... Ce que tu
possèdes servira à payer ce que tu me coûtes aujourd'hui, brigand! et estime-toi heureux de t'en tirer
ainsi !... »
7*

82

EN TERRA 6ALESA

una coulèra tant enverinada; atabé, quinquèt pas
mot, e, pagant à l'oste ce que ie deviè, s'enanèt sans
prene emb'el soun cavalot desaurelhat.
Coupèt à través planas e mounts e arribèt à Gange
ben avans lou Marqués.

XII
LA MORT DE PRADET

Tant-lèu arribà, Pradet passèt enco de l'Anchoia,
menusiè de soun estat, lou même que, pescaire pèr
goust, fournissiè de trouchas la taula de Moussu de
Gange.
« L'Anchoia, ie faguèt, soui pressât. Fabrica-me
d'ausida una caissa de mort pèr un ome de moun
aussada e de ma grossou. Entanoha-te pèr l'avedre
acabada à miècha-niocb ; te la demande pas fignoulada. Me la pourtaràs à l'oustau, ounte atroubaràs
una bona foulheta de vi vièl. Aquí douge francs pèr
toun déugut... »
E sans mai esperà, Pradet s'anèt embarrà dins
soun oustau.
* *

L'Anchoia, à quau pagavoun pas jamai las caissas
pèr lous grands corses que cinquanta sòus, un escut,
quatre francs e mièch ou sieis francs, — segound lou
traval ou la mena dau boi que i'emplegava, — agèt
lcu clavelat quatre possese gagnât sous douge francs.
Miècha-nioch picava au reloge dau castèl que lou
menusié, soun cargament sus l'esquina, dintrava
enco de Pradet.

EN TERRE GAÜLOISE

83

Pradet n'avait jamais vu Monsieur de Ganges dans
une colère aussi envenimée ; en conséquence, il ne dit
mot, et, payant à l'hôte ce qu'il lui devait, il partit
sans emmener son cheval essorillé.
Il coupa à travers plaines et monts, et arriva à
Ganges bien avant le Marquis.
XII
LA MORT DE PRADET

A peine arrivé, Pradet s'en fut chez l'Anchois,
menuisier de son état, le même qui, pêcheur par goût,
fournissait de truites la table de Monsieur de Ganges.
« L'Anchois, lui dit-il, je suis pressé. Fabriquemoi sur-le-champ un cercueil pour un homme de ma
taille et de ma corpulence. Dépêche-toi, afin de l'avoir
achevé à minuit; je ne te le demande pas soigné.
Tu me l'apporteras à la maison, où tu trouveras une
bonne bouteille de vin vieux. Voici douze francs pour
ton dû... »
Et sans attendre davantage, Pradet courut s'enfermer chez lui.
*

L'Anchois à qui l'on ne payait jamais les cercueils
pour les grands corps que cinquante sous, un écu,
quatre francs et demi ou six francs, — selon le travail ou la qualité du bois qu'il y employait, — eut
vite cloué quatre planches et gagné ses douze francs.
Minuit sonnait à l'horloge du château que le menuisier, son chargement sur le dos, entrait chez
Pradet.

84

EN TERRA G ALESA

« Pausa ta caissa sus las dos cadieiras qu'ai apreparat, e asseta-te, ie dis Pradet ; la boutelha t'espéra. »
L'Anchoia pausa la caissa e s'ataula.
« Me diràs ce que n'en vos faire d'aquela caissa
de mort? Siès tout soul aici : t'es dounc mort degus.
Amens qu'aqueste cop n'ages tuat un pèr de bon, e
que vogues l'entarrà sans que ie vejen res?
— Cala-te que desbourrounes, ou veses be que n'ai
pas tuat degus. Se t'ai coumandat aquela caissa, es
pèr te faire gagnà douge francs d'abord et un escut
après.
— Tène lous douge francs, mès l'escut?
— L'escut, lou vas gagnà, se vos. Demora embé
iéu jusqu'à 'queste mati, vers cinq ouras manca un
quart. Lou tems sarà pas long ; tout en charrant, faren regagnou, e se cau, lou regagnou acabat, tuaren
lou verme...
— Se i'a pas qu'acô à faire, l'escut me pareis de
bon gagnà.
— A cinq ouras manca un quart, me plegarai dins
un lençôu, e me jairai dins la caissa, couma s'ère
mort. Tus, pausaràs lou cabussèl, sans lou jountà
trop, que vole prene alé, e pioi anaràs trapà loucampaniè. le diràs : Fermin, à l'Angelus d'aqueste mati,
te eau sounà lou classes dau paure Pradet qu'es mort
aquesta nioch. Fermin mancarà pas de te questiounà,
ie respoundràs tout bonament que ièr, après quatre
mots embé Moussu de Gange, me virère lou sang, e
que dins la nioch soui mort d'una ataca. Pioi tournaràs aici, ounte la bouta dirà pas de nou.
— L'escut es mieu, respoundèt l'Anchoia, tout ce
que m'as coumandat sarà fach pan per pan e de fieu
en courdura... »

EN TERRE GA.ULOISE

85

« Pose ta caisse sur les deux chaises que j'ai préparées, et assieds-toi, lui dit Pradet; la bouteille
t'attend. »
L'Anchois pose la caisse et s'attable.
« Tu me diras ce que tu veux en faire de cette
caisse de mort ?Tu es seul ici : il ne t'est donc mort
personne... A moins que cette fois tu n'en aies tué
un sérieusement, et que tu veuilles l'enterrer sans
qu'on y voie goutte?. ..
— Tais-toi, car tu divagues. Tu vois bien que je
n'ai tué personne. Si je t'ai commandé ce cercueil,
c'est pour te faire gagner douze francs d'abord et
un écu après.
— Je tiens les douze francs, mais l'écu?
— L'écu, tu vas le gagner, si tu veux. Demeure
avec moi jusqu'au matin, vers cinq heures moins un
quart.Le temps ne sera pas long; tout en causant,
nous réveillonnerons, et s'il le faut, le réveillon
achevé, nous tuerons le ver...
— S'il n'y a pas autre chose à faire, l'écu me paraît facile à gagner.
— A cinq heures moins un quart, je m'envelopperai dans un linceul, et je me coucherai dans le cercueil, comme si j'étais mort. Toi, tu poseras le couvercle, sans trop le jointer, car je veux pouvoir
respirer, tu iras ensuite trouver le sonneur. Tu lui
diras: Firmin, à l'Angélus du matin, il te faut sonner le glas du pauvre Pradet qui est mort cette
nuit. Firmin ne manquera pas de te questionner, tu
lui répondras tout bonnement qu'hier, après une
courte discussion avec Monsieur de Ganges, je me
suis tourné le sang, et que dans la nuit je suis mort
d'une attaque d'apoplexie. Tu retourneras ensuite ici,
où le baril n'est pas près d'être vide.

80

EN TERRA GALESA

Nostes dous bouns drilhas acabèroun la nioch
couma Pradet ou aviè anounciat : charrèroun, mangèroun, beguèroun, ause pas dire qu'atubèroun la
pipa,— dins aquel tems se fumava gaire,— mès, ce
que i'a de soulide,es que se faguèrounpas una ounça
de michant sang.
A cinq ouras manca vint, Pradet, un lençòu pèr
susàri, s'aloungava dins la caissa, e l'Anchoia ie pausava, un pauc de cantèl, lou cabussèl dessus.

*
* *

Au prumiè pic de cinq ouras, l'Angelus sounava,
e après l'Angelus, de classes.
« Quau es mort?» se demandavoun Ganjòus e
Ganjolas.
Lasvesinas de la glèisa anèroun faire aquela demanda à Fermin lou campaniè.
« Es lou paure Pradet, Quau auriè dich, ièr d'aquesta oura, quand partissiè per la fieira dau Vigan,
que ioi sariè preste à fumà las maulas !...
— E dequ'a dounc agut?
— Pareis que ièr de-vespre, au Vigan, agèroun
quatre mots embé Moussu lou Marqués ; Pradet se
virèt lou sang, e dins la nioch, à ce que m'a dich
l'Anchoia, es mort d
— Lous riches, on sap pas coussi l'on ie plais, ni
coussi on lous manca, faguèt una de las fennas. Es
daumage, èra tant farcejaire e tant bonas gens, aquel
brave Pradet...»
De perpaus pariés, seguits de fossa d'autres, s'espandiguèroun en taca d'oli, e arribèroun lèu à las

EN TERRE GAULOISE

87

— L'écu est à moi, répondit l'Anchoi3, tout ce que
tu m'as commandé seraaccompli point par point et de
fil en couture... »
Nos deux bons drilles achevèrent la nuit ainsi que
Pradet l'avait annoncé : ils jasèrent, mangèrent, burent, je n'ose dire qu'ils allumèrent la pipe, — en ce
temps-là, on ne fumait guère, — mais, ce qui est sûr,
c'est qu'ils ne se firent pas une once de mauvais sang.
A cinq heures moins vingt, Pradet, un drap de lit
pour suaire, s'allongeait dans le cercueil, sur lequel
l'Anchois posait, quelque peu obliquement, le long
couvercle.
*

Au premier coup de cinq heures, l'Angelus sonnait,
et après l'Angelus, un glas.
« Qui donc est mort ?» se demandaient Gangeois et
Gangeoises.
Les voisines de l'église allèrent poser cette question à Firmin, le sonneur.
« C'est le pauvre Pradet. Qui aurait dit, hier à cette
heure, quand il partait pour la foire du Vigan, qu'il
serait aujourd'hui prêt à fumer les mauves !...
— Et qu'a-t-il donc eu ?
— Il paraît qu'hier dans la soirée, au Vigan, ils
eurent quatre mots avec Monsieur le Marquis ; Pradet
se tourna le sang, et dans la nuit, à ce que m'a raconté l'Anchois, il est mort d'une attaque...
— Les riches, on ne sait comment on leur plaît, ni
de quelle manière on les froisse, dit l'une des femmes.
C'est dommage, il était si farceur et si bon homme,
ce brave Pradet. »
De pareils propos, suivis de beaucoup d'autres,
s'étendirent en tache d'huile, et arrivèrent vite aux

88

EN TERRA G ALESA

aurelhas de Panoulha. Aqueste, n'agèt res de pus
pressât, que d'anà au leva de Moussu de Gange,
i'anouncià la mort de Pradet e l'encausa d'aquela
mort.
« Diàussi ! faguèt Moussu de Gange, tout destimbourlat qu'èra, aviè mai de cor que ce que nTen
cresièi, aquel paure Pradet... Mouri perqué l'avièi
ficat defora !... N'i'a tant d'autres que se sarièn
moustrats mens estacats à mas terras, ou à iéu e à
mas bonas gracias !... S'avièi pensat acò, me sarièi
be 'ngardat de l'enmandà... Aviè coupât, es vrai,
las maissas à mous chivals, mès iéu avièi acoumençat
per desaurelhà lou sieu, n'èrapas d'à-founs dins soun
tort.
Me sentisse l'aubligacioun de faire quicon per el.
Vèni, Panoulha, anen veire quau alestìs l'enterrament; vole pagà tout ce que coustarà, pioi que soui
un pauc l'encausa d'aquela mort tant proumta... »
E, seguit de Panoulha, Moussu de Gange davala à
l'oustau de Pradet.

Una grossa candella cremava ras de la caissa ; sus
una tauleta i'aviè une sièta plena d'aiga signada e un
ramelet de bouis dedins. Nòu ou dèch fennas entrin
de babilhà e cinq ou sieis ornes remplissièn la cousina.
S'acalèroun tre que Moussu de Gange pausèt lou
pèd sus lou pas de la porta. Una d'elas bailèt au Marqués lou bouis per signà la caissa.
« Paure Pradet, faguèt Moussu de Gange esmóugut, que Dieu te perdoune eouma iéu te perdoune !...»

89

EN TERRE GAULOISE

oreilles de Panouille. Celui-ci n'eut rien de plus pressé
que d'aller, au lever de Monsieur de Ganges, lui annoncer la mort de son fermier et la cause de cette
mort.
« Diantre, dit Monsieur de Ganges, tout détraqué qu'il fût, il avait plus de cœur que je ne lui en
attribuais, ce pauvre Pradet... Mourir parce que
je l'avais renvoyé !... Combien d'autres se seraient
montrés moins attachés à mes terres, ou à moi et à
mes bonnes grâces !... Si j'avais prévu ce qui est arrivé, je me serais bien gardé de le renvoyer... Il
avait coupé, il est vrai, les lèvres à mes chevaux,
mais j'avais moi-même commencé par essoriller le
sien. Il n'était pas tout à fait dans son tort.
Je me sens obligé de faire quelque chose pour lui.
Viens, Panouille, allons voir qui prépare l'enterrement, je veux en faire les frais, puisque je suis quelque peu la cause de cette mort si prompte...»
Et, suivi de Panouille, Monsieur de Ganges descend à la maison de Pradet.
*
* *

Un gros cierge brûlait près du cercueil ; sur une
petite table étaient une assiette remplie d'eau bénite
et un rameau de buis. Une dizaine de femmes en
train de babiller et cinq ou six hommes remplissaient
la cuisine.
Elles se turent aussitôt que Monsieur de Ganges
posa le pied sur le seuil de la porte. L'une d'elles tendit au Marquis le rameau de buis pour bénir le cercueil.
« Pauvre Pradet, exclama Monsieur de Ganges ému, que Dieu te pardonne comme je te pardonne !...»
8

90

EN TERRA G ALESA

N'aviè pas acabat que lou cabussèl de la caissa
se panlevava, e que Pradet, desplegant soun lençòu,
s'aubourava e sautava au sòu, diguent à toutes lous
qu'èroun aquí :
« A vautres vous ensouvêngue que Moussu lou
Marqués m'a perdounat ! »
Las fennas, prestas à s'estavani, cridèroun couma
de perdudas, lous ornes s'acoussèroun à la porta;
soûls, l'Anchoia e Moussu de Gange èroun demourats en plaça.
« M'auras dounc toujour? diguèt à Pradet Moussu
de Gange, t'ai perdounat, pode pas m'en desdire, mès,
gusàs, t'ou amerites gaire !
— Gramecìs, Moussu lou Marqués, respoundèt
Pradet ; tenès, avièi destapat una granda e vièlha
boutelha de Pica-poul, s'acò vous agrada, pèr moustrà emb'aquelas bravas gens que nous quitan bons
amics, toucaren lou got toutes ensemble e beuren à
vosta santat. »
Moussu de Gange, en orne poupulàri, faguèt pas
lou refastignous ; trinquèt embé Pradet e lous Ganjòus, e s'entournèt à soun castèl lou cor pus gai que
quand n'èra partit, pioi que n'aviè pas pus la mort
d'un orne sus la counsciença.

Vous demandas belèu s'aquì s'arrèsta l'istòria de
Pradet.
Fau-ti creire que, dins lou tems qu'aviè passat dins
sa caissa couma un mort vertadiè, Pradet s'èra aproumés de cambià de vida e d'èstre, d'ara-en-lai, un ome
serious ?

EN TERRE GAULOISE

91

Il n'avait pas achevé que le couvercle du cercueil
se soulevait, et que Pradet, déployant son linceul,
se levait et sautait à terre, disant à tous ceux qui
étaient présents :
« Qu'il vous souvienne que Monsieur le Marquis
m'a pardonné ! »
Les femmes, prêtes à s'évanouir, poussèrent des
cris perçants, les hommes gagnèrent vite la porte,
seuls l'Anchois et Monsieur de Ganges restèrent en
place.
« Tu m'auras donc toujours? dit le Marquis à
Pradet, je t'ai pardonné, je ne puis revenir sur ma
parole, mais, fichu gueux, tu ne mérites guère ce pardon !
— Grand merci, Monsieur le Marquis, répondit
Pradet, tenez, j'avais débouché une grande bouteille
de vieux Picpoul ; si cela vous est agréable, pour
montrer à ces braves gens que nous nous quittons
bons amis, nous toucherons le verre tous ensemble et
nous boirons à votre santé. »
Monsieur de Ganges, en homme populaire, consentit à trinquer avec Pradet et les Gangeois ; il s'en
retourna à son château le cœur plus gai que lorsqu'il
en était parti, puisqu'il n'avait plus la mort d'un
homme sur la conscience.
*

Vous vous demandez peut-être, si là s'arrête l'histoire de Pradet ?
Faut-il croire que, pendant le temps qu'il avait
passé dans son cercueil comme un mort véritable,
Pradet s'était promis de changer de vie et d'être dorénavant un homme sérieux ?

92

EN TERRA GALES A.

N'ou pense pas :
Qu'es fat quand nais, toujour ie dura,
afourtis lou prouverbe.
Tamben, un autre jour qu'aurai lesi, vous countarai las farcejadas de Pradet, deseinpioi lou jour ounte
mouriguèt pèr rire, jusqu'au jour ounte, sans ou voulé,
s'atroubèt mai mort, couma disoun à Ceta.

UN COUNSEL
EMB'UN SARRA-PIASTRAS

Dau tems que se fasiè d'omes, Mèstre Tira-la-Rèssa
planiguèt de metre un saquet de mila à la massa pèr
sourti soun enfant — e n'aviè pas qu'aquel — qu'anava tirà 'u sort. Quand lou jouinome plantèt la man
au sac, aguèt autant de chança que lou galant de
Catin, tirèt numerot 5.
« S'aco's de malur! veniè soun paire. Un enfant
à quau tène mai qu'as iols de la tèsta! Oh! vesès,
s'èra en moun poudé de l'empachà de parti, planirièi
pas ma vida pèr aco faire !
— N'ou disès pas de bon ? ie demandava un de
sous vesls.
— Couma ai cinq dets à la man.
— l'a res de pus simple, alor. Estacàs-vous un
brave calhau au col e anàs vous traire dins lou gourg
de Trempa-chis. Vostè drolle ansin partirà pas : sarà
enfant ainat de veusa ! »

EN TERRE GAULOISE

93

Je ne le pense pas :
Qui est toqué en naissant, toujours le demeure,
affirme le proverbe.
Aussi, un autre jour, alors que j'en aurai le loisir, je
vous raconterai les farces de Pradet, depuis le jour où
il mourut pour rire, jusqu'au moment où, sans le vouloir, il se trouva mort encore, comme on dit à Cette.

UN CONSEIL
A UN GROS AVARE

A l'époque où il se faisait encore des remplaçants,
Maître Tire-la-Scie plaignit un sac de mille pour
mettre à la masse, et exonérer par ce moyen son unique enfant du service militaire.
Quand le jeune homme planta la main dans le sac,
il eut autant de chance que le galant de Catin, il
amena le numéro 5.
« Si ce n'est point jouer de malheur ! disait son
père. Un enfant à qui je tiens plus qu'aux yeux delà
tête ! Oh ! voyez, s'il était en mon pouvoir de l'empêcher de partir, je sacrifierais volontiers ma vie pour
cela faire !
— Le dites-vous sérieusement? lui demanda un
de ses voisins.
— Comme j'ai cinq doigts à la main.
— Rien de plus simple, alors. Attachez-vous une
grosse pierre au cou et allez vous jeter dans le gouffre de Trempe-chiens. Votre gamin ne partira pas :
il sera fils aîné de veuve ! »

94

EN TERRA GALE SA

AU SERMOUN
Un dimenche de Carnaval, lou capelan de Balharguet, prêchant à la messa matinieira, esplicava à sous
auditous l'Evangile dau jour, ounte es questioun de
Noste-Segne e d'ornes que travalhoun la vigna.
Couma Moussu Sistre, lou curat de Balharguet
s'embroulhava de tems en tems, e sabe pas trop perquè penequejava prou aquel mati per arribà à la fi de
soun escagna.
Barjava desempioi mai de miècha-oura, quand lou
vièl Risouliè, s'aubourant de sa plaça, se gandiguèt
dor la porta.
« Ounte anàs couma aco, Risouliè? ie demanda lou
capelan, coupant lou fieu de sa charrada.
— Vau querre ma poudadouira, respond lou vièl,
serious couma un Papa ; vous levarai quauques gavèls, se de nou vous sourtiriàs pas de tout ioi d'aquela vigna! »

L'OUFICIE D'ACADEMIA
AD PRÔUFESSOU C. CHABANEAU

Quau counouis pas Jousè Couflat, lou pouèta lou
mai poupulàri de las Cabanas ? poupulàri, senoun pèr
sous verses, tout au-mens per la longa broucheta de
ferreblantariès de touta mena que pounis sus soun pitre tres cent souessanta-sieis jour de l'an.
Es chivaliè de l'Elefant-Desdentat dau Grouënland,
de l'Estella Fousca dau Pôle Nord, de la ProubitatInternaciounala dau Panama, e de sabe pas quant

EN TERRE GAULOISE

95

AU SERMON
Un dimanche de Carnaval, le curé de Baillarguet,
prêchant à la première messe, expliquait à ses auditeurs l'Évangile du jour, où il est question de NotreSeigneur et d'hommes qui travaillent la vigne.
Comme Monsieur Sistre, le curé de Baillarguet
s'embrouillait de temps à autre; et je ne sais trop
pourquoi, ce matin-là, il peinait plus qu'à l'ordinaire,
pour arriver à la fin de son écheveau.
Il en débitait depuis plus d'une demi-heure, lorsque
le vieux Risoulier, quittant sa place, se dirigea vers
la porte.
« Où allez-vous ainsi, Risoulier? lui demande le
curé, coupant le fil de sa causerie.
— Je vais prendre ma serpette, répond le vieux,
sérieux comme un Pape ; je vous ôterai quelques sarments, sinon vous ne sortiriez pas de tout aujourd'hui
de cette vigne ! »

L'OFFICIER D'ACADÉMIE
AU PROFESSEUR C. CHABANEAU

Qui ne connaît Joseph Gonflé, le poète le plus populaire de Palavas-les-Flots ? populaire, sinon par ses
vers, tout au moins par la longue brochette de ferblanteries de toute sorte qu'il pique sur sa poitrine
trois cent soixante-six jours de l'an.
Il est chevalier de l'Éléphant-Édenté du Groenland,
de l'Étoile-Terne du Pôle Nord, de la Probité-Internationale du Panama, et de je ne sais combien d'au-

96

EN TERRA GALËSA

d'autres ordres, toutes recercats e tenguts en nauta
estima per lous ornes marcants das dous moundes.
Mès sustout ce que satisfai lou mai sa nobla e legitima embicioun es lou riban viéulet, es las palmas
academicas que vènoun de ie dounà au darriè prumiè
de l'an.
Tant-lèu que legiguèt dins lou Journal ouflcial, que
veniè counsultà chaca jour au café de Mount-Peliè,
sa nouminacioun, s'acoussèt enco de Madama Martin,
à la Grand-Carrieira, e croumpèt sieis dougenas de
boutous embé lou riban viéulet, e vint-e-dos canas
dau même riban en pèça ; pioi reprenguèt vitament
lou trin que lou menèt à las Cabanas.
Aquí, per anà de la gara à soun oustau, marchava
pas, voulava ; dintrèt couma un foulet, sautèt au col
de sa fenna e de sa filha, e, las lagremas as iols, ie
venguèt couma aco :
« Ara, pode cantà moun Nunc dirnittis, pode mouri,
vesès, soui Ouflciè d'academia!...»
Pioi, tirant de sa pocha lous boutous e la pèça de
riban viéulet que pourtava, diguèt à las dos fennas
estasiadas :
« Tenès, plaçarés un d'aqueles boutous à la boutounieira gaucha de chacuna de mas vèstas, de mas
levitas, de mous boumbets e de mous gourdous ; dessoublidés pas au-mens l'àbi à la francesa que cargue
quand vau rèndre visita à las autouritats. »
Pioi, après un brivet de reflessioun : « Mès, quand
sarai dins l'oustau, en mancha de camisa, sarai be
'ncara ouflciè d'Academia?... Me courdurarés un
ribanet à chacun de mous gilets... »
E quand me boutarai en cors de camisa, es que
n'aurai pas lou riieme titre ?.. .Courduràs-n'en dounc
un sus chacuna de mas camisas..,

EN TERRE GAULOISE

97

tres ordres, tous recherchés et tenus en haute estime
par les hommes marquants des deux mondes.
Mais ce qui satisfait surtout sa noble et légitime
ambition, c'est le ruban violet, ce sont les palmes
académiques qu'on vient de lui donner au dernier
jour de l'an.
Aussitôt qu'il lut dans le Journal officiel, qu'il venait consulter chaque jour au Café de Montpellier, sa
nomination, il courut chez Madame Martin, à la
Grand'Rue, et acheta six douzaines de boutons avec
le ruban violet, et vingt-deux aunes du même ruban
en pièce; puis il reprit immédiatement le train qui le
mena à Palavas.
Là, pour aller de la gare à la maison, il ne marchait pas, il volait; il entra comme un tourbillon,
sauta au cou de sa femme et de sa fille, et les larmes
aux yeux :
« Maintenant je puis chanter mon Nunc dimittis,
je puis mourir, voyez, je suis officier d'Académie !....»
Puis, tirant de sa poche les boutons et la pièce de
ruban violet qu'il portait, il dit aux deux femmes en
extase :
« Tenez, vous placerez l'un des boutons à la boutonnière gauche de chacune de mes vestes, de mes
lévites et de mes redingotes ; n'oubliez pas au moins
l'habit à la française que je mets pour rendre visite
aux autorités. » Puis, après un instant de réflexion :
« Mais, lorsque je serai dans la maison, en bras
de chemise, je serai bien encore officier d'Académie?... Vous coudrez donc un ruban à chacun de
mes gilets...
Et lorsque je me mettrai en corps de chemise, estce que je n'aurai point le même titre ?... Appliquezen un sur chacune de mes chemises...

98

EN TERRA. GALESA

E quand cambiarai de camisa, diga, fenna, es que
n'auras pas davans tus un ouficiè d'Academia?
Vou'n eau dounc planta un à toutes mous gilets de
flanella...
E pioi, acabèt pèrdire, l'estieu, quand prendrai un
ban, pourtarai ni vèsta, ni gilet, ni camisa, ni flanella ; lou mounde saupran dounc pas que soui ouflciè d'Academia?... Laissàs-me tourna à Mount-Peliè
pèr me faire tatoua un riban viéulet sus lou teti gauche ! »
B, sus lou cop,faguèt couma aviè dich.

PARLAS AU CARRETIÈ !
A ERNEST CHAZOT

Quand ère enfant, vesièi chaque dissate, à Grabel,
moun endrech, un vièl pelharot en quau disian Pèlde-Lèbre. Menava una michanta carretouna emb' un
roussi bourrut, magre, descarnat, que regagnava
d'osses couma de trissous, un veritable roussi de pelharot.
Un vèspre s'entournava à Mount-Peliè qu'èra mai
de nòu ouras, e sans calelhas, couma poudès pensà,
quand d'una jardinieira que passava au galop ie cridoun :
« Hôu, Tome ! avisàs-vous, i'a lous gendarmas que
venoun aquí darriès ! »
Pèl-de-Lèbre desatala soun ase, l'estaca à soun
bras, intra dins lou brancard, e, empougnant lous
trachs, tira la carreta.
Dins un brivet, lous gendarmas l'agandissoun. Un
sauta de chival, e, l'agantant au coulet, ie vèn:

EN TERRE GAULOISE

99

Et lorsque je changerai de chemise, dis, femme,
est-ce que tu n'auras pas devant toi un officier d'Académie ?... Il faut donc munir du ruban chacun de
mes gilets de flanelle...
Enfin, acheva-t-il, l'été, quand je prendrai un bain,
je ne porterai ni veste, ni gilet, ni chemise, ni flanelle : les gens ne pourront donc pas savoir que je
suis officier d'Académie ?. .Laissez-moi retourner à
Montpellier pour me faire tatouer un ruban violet sur
le sein gauche ! »
Et, sur-le-champ, il fit comme il avait dit.

PARLEZ AU CHARRETIER!
A ERNEST CHAZOT

Quand j'étais enfant, je voyais chaque samedi, à
Grabels, mon village, un vieux chiffonnier que nous
appelions Peau-de-Lièvre. Il menait une mauvaise
petite charrette, avec un roussin à long poil, maigre,
décharné, montrant en saillie, des os semblables à
des pilons de mortier, un véritable roussin de chiffonnier.
Un soir, il s'en retournait à Montpellier qu'il était
plus de neuf heures, et sans lanterne, comme vous
pouvez le penser, quand, d'une jardinière qui passait
au galop, on lui crie :
« Hé, l'homme! prenez garde, les gendarmes sont
là derrière, et ils viennent de votre côté ! »
Peau-de-Lièvre dételle son âne, l'attache à son
bras,entre seul dans le brancard, et, empoignant les
traits, tire la charrette.
Dans un instant, les gendarmes l'atteignent. L'un

100

EN TERRA GALESA

« Vous êtes en contravention, je vous dresse un procèsverbal. Comment vous appelez-vous ?
— Dequé me voulès ? fai Pèl-de-Lèbre, tranquille
couma Batista, iéu soui parés aici, parlas au carretie ! »

LAS FARINETAS
A MOUSSU P. GENIEZ, DE PEGAIROIiAS-DE-L'ESCALETA.

Jan de Pastourèl, à quau disoun pas que Janàs,
aviè perdut soun paire e sa maire.
Amai seguèsse pas trop lutrat, aviè un brave cantounet de terra, un oustalet emb'un ort, un miolet à
l'estable e un poulit troupelou de ternencas.
Soun ouncle La Guilhaumella aviè, dau coustat de
sa fenna, una nebouda d'una vintena d'ans, droleta
prou travalhaira e acassada, mès avirida pauc ou prou
couma Janàs.
S'encapèt de lous maridà.
S'empleguèt tant ben que soun cougnat diguèt«oi. »
Babèu, quand soun paire ie faguèt : « Pichota, te
maridan », respoundèt : « Couma voudrés, moun
paire .» E Janàs seguèt encantat d'avedre lèu una
fenna que ie petassariè las bralhas, fariè bouli lou
toupi e delargariè de tems en tems lou troupèl.
Un bèu dimenche au mati, Janàs e soun ouncle partiguèroun de Sant-Grèli, qu'aco's soun endrech, per anà
jusqu'au Mas-Nòu, ròdou proche dau Cailà, ounte
demourava Babèu.

101

EN TERRE GAULOISE

d'eux saute de cheval, et, le saisissant au collet, lui
dit :
« Vous êtes en contravention, je vous dresse un procès-verbal. Comment vous appelez-vous?
— Que me voulez-vous ? répond Peau-de-Lièvre,
tranquille comme Baptiste, je ne suis rien ici. Parlez
au charretier I »

LES FARINETTES (1)
A MONSIEUR P. GENIEZ, DE PÉGAIROLLES-DE-L'ESCALETTE.

Jean Pastourel, à qui l'on ne dit que Gros-Jean,
avait perdu son père et sa mère.
Bien qu'il ne fût pas trop rusé, il possédait néanmoins un bon coin de terre, une maisonnette avec un
jardin, un mulet et un petit troupeau de brebis de
trois ans.
Son oncle La Guillaumelle avait, du côté de sa
femme, une nièce d'une vingtaine d'années, fillette
suffisamment active et soigneuse, mais à peu près aussi
délurée que Jean.
Il se mit en tête de les marier, et pour cela il s'employa si bien que son beau-frère dit « oui. »
Babeau, lorsque son père lui fit : « Petite, nous te
marions, » répondit : « Comme vous voudrez, mon
père. » Et Jean fut enchanté à la pensée d'avoir bientôt une femme qui lui raccommoderait les chausses,
ferait bouillir le pot et de temps à autre garderait le
troupeau.
Un beau dimanche au matin, Gros-Jean et son oncle
partirent de Saint-Gély, leur village, pour aller jus(1) Bouillie de farine de mais.

9

102

EN TERRA GALESA

Anavoun faire la demanda, e, couma lou camí es
prou long-, avièn pres la biassa garnida.
Quand miejour arribèt, s'assetèroun à l'oumbrina
d'una rasa, e Janàs dins quatre cops de dents, davans
que soun ouncle aguèsse dich soun Benedicite, aguèt
acabat pan e recate et vouidat lou flàscou.
« Moun orne, ie fai soun ouncle, se de-vèspre à
taula, enco dau cougnat, engoulisses antau, te troubaran un gros manjaire, e, couma soun prou abarouses, tamben diran de nou.
— E coussi me eau faire ? demanda Janàs espaurugat.
— Quand saren à taula, manjaràs à toun aise, mès
tre qu'embé moun pèd te toucarai la camba, t'arrestaràs ; e amai te digoun, amai te digue : Janàs, manja
dounc, de-qu'as, siès malaute ? respoundràs : Nàni,
mès, vesès, soui pas un gros manjaire, n'ai ben prou
couma aco.
— Segués tranquille, moun ouncle, ou farai. »
E se metèroun mai à caminà.

Era sieis ouras quand Janàs e soun ouncle droubiguèroun lou pourtau dau Mas-Nòu. La cbina Alerta
jèt, e Babèu, fourviant lou ridèu de lafenèstra vejèt
intrà dins la bassa-cour soun pretendut e l'ouncle La
Guilhaumella.
« Maire, fai, moun ouncle e soun nebout arriboun !
— Embarra las farinetas dins lou four e vai coupà
una trancha de cambajou ! » dis la maire en s'acoussant au galiniè pèr levà un palhassou d'iòus.

EN TERRE GAULOISE

103

qu'au Mas-Neuf, près du Caylar, où demeuraitBabeau.
Ils allaient faire la demande, et, comme le chemin
est assez long, ils avaient pris soin de garnir le bissac.
Lorsque midi arriva, ils s'assirent à l'ombre d'une
haie, et Gros-Jean, en quatre coups de dents, avant
que son oncle eût dit le Benedicite, eut achevé pain et
victuailles et vidé la bouteille.
« Mon cher, lui dit son oncle, si ce soir à table,
chez le beau-frère, tu engloutis de cette façon, on te
jugera un gros mangeur, et comme ils sont fort économes, tout aussi bien ils reprendront leur parole.
— Et comment me faut-il faire? demanda Jean
tout apeuré.
— Quand nous serons à table, tu man géras à ton
aise, mais aussitôt qu'avec le pied je te toucherai la
jambe, tu t'arrêteras ; et, bien que l'on te dise, bien
que jeté dise: Jean, mange donc, qu'as-tu, es-tu malade ? tu répondras : Non, mais, voyez-vous, je ne
suis pas un gros mangeur, j'en ai suffisamment ainsi.
— Soyez tranquille, mon oncle, je ferai comme
vous dites. »
Et ils se mirent à cheminer de nouveau.

Il était six heures lorsque Jean et son oncle ouvrirent le portail du Mas-Neuf. La chienne Alerte aboya,
et Babeau, tirant le rideau de la fenêtre, vit entrer
dans la basse-cour son prétendu et l'oncle La Guillaumelle.
— « Ma mère, s'écria-t-elle, mon oncle et son neveu arrivent !
— Enferme les farinettes dans le four et va couper
une tranche de jambon ! » répondit la mère en courant au poulailler pour y lever un corbillon d'oeufs.

104

EN TERRA GALESA

Mès Babèu seguèt pas prou degourdida. Janàs en
intrant vejèt la porta dau four que dona dins la chiminieira s'oubri, e Babèu i'embarrà dous plats de farinetas roussellas couma l'or.
Lous prumiès aculs fâches, lous ornes s'assetèroun
davans la porta e se metèroun à cliarrà, dau tems
que las fennas escullavoun la soupa, fasièn rousti lou
cambajou e apreparavoun una grossa aumeleta au
lard..
La Guilhaumella qu'aviè pas dinnat, e Janàs qu'avié
pres apetis en caminant, ausissièn brounzinà la sartan, e aquel bruch i'agradava prou.
S'aubourèroun couma un soul orne, tre que Babèu,
s'aplantant sus lou pas de la porta, venguèt à soun
paire : « Moun paire, venès soupà, se vous plai. »
Nostes ornes seguèroun lèu ataulats.
*

Janàs, que se remembrava ce que i'aviè recoumandat soun ouncle, tirèt pas qu'una siètadeta de soupa.
L'acabava tout juste, quand Alerta qu'èra jout la
taula, en sautant pèr agantà un floc de pan que venièn de ie traire, tustèt Janàs au boutel. Aqueste creseguèt qu'èra soun ouncle que vouliè ie dire : « As
prou manjat. » Atabé, quand ie presentèroun lou plat
dau cambajou, respoundèt : « Oh ! gramecis. Vesès,
soui un pichot manjaire, la soupa m'a couflat, e n'ai
ben prou.
— Siès dounc malaute ? fai soun ouncle estounat.
— Nàni, moun ouncle, mès sabès be que mange
pas jamai gaire. Voudrièi be faire couma vautres,
mès pode pas. »
Se Janàs mangèt pas, soun ouncle devouriguèt.
A la fi dau repàs, dau tems que se destapava la

105

EN TERRE GAULOISE

Mais Babeau ne fut point diligente. Gros-Jean en
entrant vit la porte du four qui donne dans la cheminée s'ouvrir, et la jeune fille y enfermer deux plats
de farinettes dorées.
Les premiers accueils échangés, les hommes s'assirent devant la porte et se mirent à causer, pendant
que les femmes trempaient la soupe, faisaient frire le
jambon et préparaient une grosse omelette au lard.
La Guillaumelle qui n'avait pas dîné, et Jean qui
avait pris appétit en cheminant, entendaient chanter
la poêle et ce bruit ne leur était point désagréable.
Ils se levèrent comme un seul homme, aussitôt que
Babeau, se dressant sur le seuil de la porte, dit à
son père : « Mon père, venez souper, s'il vous plaît. »
Nos gens furent bientôt à table.

Gros-Jean, qui n'avait pas oublié les recommandations de son oncle, ne tira qu'une assiette de soupe.
Il l'achevait à peine, qu'Alerte, qui était sous la
table, en sautant pour attraper un morceau de pain
qu'on venait de lui jeter, heurta Jeán au mollet. Celui-ci crut que c'était son oncle faisant le signal convenu. Aussi, quand on lui présenta le plat de jambon, il répondit : « Oh ! grand merci. Voyez-vous, je
suis un piètre mangeur, la soupe m'a gonflé, et je
suis rassasié.
— Tu es donc malade ? fait son oncle étonné.
— Non, mon oncle, mais vous savez bien que je ne
mange jamais guère. Je voudrais bien faire comme
vous, mais je ne le puis. »
Si Gros-Jean mangea peu, son oncle dévora.
A la fin du repas, pendant qu'on débouchait labou9*

106

EN TERRA GALESA

boutelha de vin blanc, La G-uilhaumella faguèt la demanda que seguèt acourdada; counvenguèroun dau
jour de las fianças e dau de la noça, pioi tout lou
mounde s'anèt coucha.
*

Menèroun Janà e soun ouncle dins la pus poulida
cambra dau mas, una cambra parieira à la cambreta
tant ben aliscada de Babèu, e qu'aviè sa porta vis-àvis.
Nostes ornes se couchèroun. La Guilhaumella s'endourmiguèt lèu, Janàs dourmiguèt pas ; quicon roundinava dins soun ventre : aviè fam.
Dins un brieu pousquèt pas pus ie tène. Davala dau
liech plan-planet, descaus, en camisa; droubis douçamenet la porta de la cambra, sourtis, la barra sans
faire picà la cadaula, e quand es sus l'aireta de l'escaliè :
« Ah ! ç'anen, se fai, eau pas s'embaurà. La porta
de la cambra es à man drecha, la mancarai pas en
remountant! »'
Davala à tusta-limbusta, seguis la paret de la cousina fins qu'atrobe la chiminieira, alanda la porta dau
four, e, à paupas, pren lous dous plats de farinetas.
N'entemena un e fai tant ben travalhà lou caissau
que dins un virà-de-gaugna l'a acabat. Lou segound
i'aviè passat pèr mitât quand Jan se dis : « Toun ouncle a pasdinnat; amai ague manjat à soupà, belèu
encara dirà quicon emb'aquestas farinetas : pourtenie-las. »
E dins l'eseuresina gagna l'escaliè. Arribat sus l'aireta :
« Nous troumpen pas, dintren à man drecha ! »

EN TERRE GAULOISE

107

teille de vin blanc, La Guillaumelle fit la demande
qui fut sur-le-champ accordée ; on convint du jour
des fiançailles et de celui de la noce, puis chacun
s'en fut coucher.
*
* »

On mena Jean et son oncle dans la plus jolie chambre du mas, une chambre pareille à la chambrette si
bien tenue de Babeau et qui avait sa porte vis-à-vis.
Nos deux hommes se couchèrent. La Guillaumelle
s'endormit bientôt, Jean ne dormit pas ; quelque
chose grognait dans son ventre : il avait faim.
Ne pouvant plus y tenir, il descend du lit silencieusement, pieds nus, en chemise ; il ouvre avec précaution la porte de la chambre, sort, la ferme sans
faire battre le loquet, et lorsqu'il est sur le palier de
l'escalier :
« Allons, se dit-il, ne perdons pas la tête. La porte
de la chambre est à main droite, je ne la manquerai
pas en remontant ! »
Il descend comme il peut, suit le mur de la cuisine
jusqu'à ce qu'il trouve la cheminée , ouvre toute
grande la porte du four, et, à tâtons, prend les deux
plats de farinettes.
Il en entame un et fait si bien travailler les dents
que dans un tour de lèvre il l'a achevé. Le second
était englouti à moitié, lorsque Jean se dit : « Ton
oncle n'a pas dîné; bien qu'il ait mangé ce soir, peutêtre dira-t-il encore quelque chose à ces farinettes :
portons-les lui. »
Et, dans l'obscurité, il gagne l'escalier. Arrivé sur
le palier :
« Ne nous trompons pas, entrons à main droite. »
La porte à main droite, cette fois, n'était pas celle

108

EN TERRA GAtESA

La porta à man drecha, aqueste cop, n'èra pas la
de sa cambra, mès aub'aquela de la cambra de Babèu.
Fasiè caud, e la filheta, tout en dourmiguent s'èra
tant boulegada, qu'aviè aubourat en l'èr un parel
de... gautas, qu'an ges de nasses au mitan.
Jan s'avança sus la pouncha das artels.
« Moun ouncle, fai, vous ai pas dessoublidat, vous
porte quaucas farinetas. »
Babèu rouncava. Jan prenunsouspir pèr un «baila»
de soun ouncle, e, arrapant un pougnat de farinetas,
n'embatuma aqueste mourranchoun de nouvella mena.
« Bufés pas, moun ouncle, vèn Jan, soun pas caudas ! »
Las farinetas jaladas ela man de Jan derevelhoun
Babèu que, mandant la man ounte se sentis frech,
toca quicon de mol.
La malurousa s'imagina qu'es partida de soun rèpaus e que la man qu'a sentit es la de sa maire :
« Moun Dieu, ma maire, crida la paureta, me piqués pas, ie tournarai pas pus !... »
Janàs estabousit vòu se sauvà, tusta pertout, tomba
de cadieiras. Au varal que fai, soun ouncle, lou paire,
la maire courrissoun ; tout s'esplica, e lou soul
resultat d'aquela mespressa
Seguèt de maridà tres senmanas pus lèu
Noste Janàs embé Babèu.

LOU BOUQUET
A LOUVIS PAULET

Mèstre la Pruna qu'es travalhadou à Caunella, a
pèr vesinas dos devotas ensucradas que soun toutas
dos sacrestanas à la capella de la Vierja.

EN TERRE GAULOISE

109

de sa chambre, mais bien celle de la chambre de Babeau.
Il faisait chaud, et la jeune fille, tout en dormant,
s'était tellement agitée qu'elle avait arboré en l'air une
paire de... joues, qui n'étaient séparées par aucun nez.
Jean s'avance sur la pointe des orteils.
« Mon oncle, fait-il, je ne vous ai pas oublié, je
vous apporte quelques farinettes. »
Babeau ronflait. Jean prend un soupir pour un
« donne » de son oncle, et, saisissant une poignée de
farinettes, il en enduit ce minois de nouvelle espèce.
« Ne soufflez pas, mon oncle, dit Jean, elles ne
sont pas chaudes ! »
Les farinettes froides et la main de Jean réveillent
Babeau qui, portant la main où elle sent la fraîcheur,
touche une pâte molle.
La malheureuse croit être partie de son repos, et
elle pense que la main qu'elle a sentie est celle de sa
mère.
« Mon Dieu, ma mère, crie la pauvrette, ne me
battez pas, je ne recommencerai plus !... »
Jean, décontenancé, veut se sauver, il se heurte
partout, renverse des chaises. Au vacarme qu'il cause,
son oncle, le père, la mère, accourent ; tout s'explique, et le seul résultat de cette méprise
Fut de marier trois semaines plus tôt
Notre Gros-Jean avec Babeau.

LE BOUQUET
A LOUIS PAULET

Maître La Prune, qui est le chef des travailleurs de
Caunelle, a pour voisines deux dévotes sucrées qui

110

EN TERRA 6ALESA

Un jour, manda sa fenna las sounà. Tant-lèu que
soun arribadas :
« Ah ! se sabiès, ie dis, lou poulit bouquet qu'ai
pourtat de Caunella, un bouquet couma n'avès jamai
ges agut à vosta capella, un bouquet que voudriàs be,
mès que vous dounarai pas!
— Mèstre La Pruna, fan las devotas curiousas
couma toutas lasfennas, se voulès pas nous lou dounà,
au mens fasès-nous lou veire que n'en faren un parié
pèr la capella.
— Un parié ! un parié! sarés be finas, se jamai ne
venès à bout.
— Ou veirés be, fasès tant que de nous lou
moustrà.
— Pioi, se voulès tant lou veire, n'es pas una
relica! Davalàsembé iéu. »
Las mena à sa crota, o, dau founs d'una semau, tira
un cabrit que sa cabra i'aviè fach la vèlha.
« Tenès, ie dis, agachàs ben, es un mascle, un
pichot bouc, un bouquet ! ara fasès-n'un antau, se
poudès! »

A LAS ROUGACIOUNS
A.-E.

EICOME

Nicouqueta èra la flou de las devotas de soun endrech. Auriè pas mancat la proucession de las Rougaciouns per un mioch d'òli ; ie cantava : « Ora pro
nobis» à se desgargamelà, e se lou mau a devourit

EN TERRE GAULOISE

111

sont toutes les deux sacristines à la chapelle de la
Vierge.
Un jour, il envoie sa femme les appeler. Aussitôt
qu'elles sont arrivées :
« Ah! si vous saviez, leur dit-il, le joli bouquet
que j'ai apporté de Caunelle, un bouquet comme vous
n'en avez jamais eu à votre chapelle, un bouquet que
vous voudriez bien, mais que je ne vous donnerai pas!
— Maître La Prune, font les dévotes curieuses
comme toutes les femmes, si vous ne voulez pas nous
le donner, au moins montrez-le nous, afin que nous
puissions en faire un pareil pour la chapelle.
— Un pareil! un pareil! vous serez bien fines si
jamais vous en venez à bout.
— Vous le verrez bien, faites tant que de nous le
montrer.
-— Cependant, si vous tenez tant aie voir, ce n'est
pas une relique ! Descendez avec moi. »
Il les conduit à sa cave, et, du fond d'une comporte,
tire un chevreau que sa chèvre avait mis au monde
la veille.
« Tenez, leur dit-il, regardez bien, c'est un mâle,
un petit bouc, un bouquet! et maintenant faites-en
un semblable, si vous le pouvez ! »

AUX ROGATIONS
A.-E. RICOME

Nicoquette était la fleur des dévotes de son endroit.
Elle n'aurait point manqué la procession des Rogations pour un muid d'huile; elle y chantait: «Orapro
nobis» à s'enrouer, et si la maladie a détruit les vi-

112

EN TERRA GALESA

las vignas, es pas fauta que Noste-Segne âge pas
ausit Nicouqueta pregà per lous bes de la terra.
Pamens, dins las Letanias das Sants, quicon ie metiè martèl entèsta: i'atroubava pas lou noum de sa
patrouna.
L'an de délai, lou dimenche davans l'Ascensioun,
pousquèt pas pus ie tène; la messa granda tout escàs acabada, anèt supàlou curat dins la sacrestìa.
« Bonjour, Moussu lou Curat.
— Amai à vous, Nicouqueta. Me cau anà manjà la
soupa, n'ai pas lésé de vous counfessà.
— N'es pas peraco que soui venguda, Moussu lou
Curat. Voudrièi vous demanda, pioi qu'aquestes tres
jours anan cantà las Letanias das Sants, per de que
i'a pas lou noum de ma patrouna.
— Belèu lou dessoublidèroun quand majenquèroun
aquelas pregàrias ; mès s'ou voulès tant, ie lou metren.
— Demandarièi pas que milhou, Moussu lou Curat,
e pregarièi per vous ma patrouna.
— Tout aco vai ben, mès sabès be que quand la
CHèisa fai una favou, eau la pagà emb' una aumorna:
pourtàs-me de vèspre una fourma, e segués tranquil·la, aurés deman lou noum de vosta patrouna dins
las Letanias. »
Sus lou cop, Nicouqueta courris à soun oustau,
pren una fourma d'una dougena de lieuras e la porta
à la cura.
Lou capelan, countent eouma un Pierre, se grifava las mans en galejaut tout soul, sans pensà qu'aquel poulit froumage anava se cambià per el en rebarba escosenta.
Dau tems que eharrava embé Nicouqueta, Moussu
lou curat, per tant flnoche que seguèsse, s'èra pas

113

EN TERRE GAULOISE

gnes, ce n'est point que Notre-Seigneur n'ait ouï Nicoquette prier pour les biens de la terre.
Cependant, dans les Litanies des Saints, quelque
chose lui mettait martel en tête : elle n'y trouvait
point le nom de sa patronne.
L'autre année, le dimanche avant l'Ascension, elle
ne put tenir davantage ; la grand'messe à peine achevée, elle s'en fut trouver le curé dans la sacristie.
«Bonjour, Monsieur le Curé.
— Bonjour, Nicoquette. C'est l'heure de mon déjeuner, je n'ai point le loisir de vous confesser.
— Ce n'est pas pour cela que je suis venue, Monsieur le Curé. Je voudrais vous demander, puisque
pendant ces trois jours nous allons chanter les Litanies des Saints, pour quelle raison on n'y lit point le
nom de ma patronne.
— Peut-être l'a-t-on oublié quand on a composé
ces prières; mais si vous y tenez tant, nous l'y mettrons.
— Je n'en demanderais que mieux, Monsieur le
Curé, et je'prierais pour vous ma sainte patronne.
— C'est très bien, sans doute, mais vous savez que
lorsque l'Église accorde une faveur, il faut la payer
avec une aumône : apportez-moi ce soir un gros fromage, et s-\yez tranquille, vous aurez demain le nom
de votre patronne dans les Litanies. »
Sur le coup, Nicoquette court à sa maison, prend
un fromage d'une douzaine de livres et l'apporte à la
cure.
Le curé, content comme un Pierre, se frottait les
mains en riant tout seul, sans penser que ce fromage
savoureux allait se transformer pour lui en une rhubarbe de mauvais goût.
Pendant qu'il causait avec Nicoquette, Monsieur le
10

114

EN TERRA GALESA

avisat dau sacrestan que capusavadins un cantoulous
flocs de candella que devièn servi per vèspras.
L'endeman, la proucessioun s'aloungava sus lou
grand camí; lou capelan aviè engrunat adejàla mitât
de las Letanias ; Nicouqueta se demandava se pèr
asard Moussu lou curat aviè pas dessoublidat soun
aproumessa, quand lou celebrant, tre qu'agèroun respoundut à « Sancta Anastasia », reprenguètd'untoun
pus naut : « Sancta Nicoqueta 1 »
« Gramecis au froumage ! respoundèt lou sacrestan
sus lou même toun.»
Quau rigüèt?
Lous ornes, las fennas, lou sacrestan,
Mès pas gaire Couqueta amai lou capelan.

LOU FRANCÉS D'UN GAVACH
L'autre jour, ère à la Prefetura de Mende, quand
ausisse, drin, dran, drin, dran, un gavach que mountava lous escaliès.
« Vous voulez me donner un ENSEIGNEMENT (renseignement), Moussu ?
— Dequé demandas?
— Eh bien! cet hiver, il m'a moru une vache de
la PIRÀMIDE (épidémie). J'ai un SANCTIFICAT (certificat)
de BONNE HUMEUR (bonnes mœurs), et je viens voir si
je ne peux pas me faire donner une INDIGNITÉ (indemnité). »
M'encourriguère en me tenguent lou ventre, e,
chaca cop que pense au gavachàs, rise à me desboutounà.

EN TERRE GAULOISE

115

curé, tout finaud qu'il était, n'avait point pris garde
au sacristain qui préparait dans un coin les bouts de
cierge devant servir pour les vêpres.
Le lendemain, la procession s'allongeait sur le
grand chemin ; le curé avait égrené déjà la moitié
des Litanies, Nicoquette se demandait si par hasard
la promesse de la veille n'avait pas été oubliée, lorsque le célébrant aussitôt après que l'on eût répondu
à « Sancta Anastasia», reprit d'un ton plus élevé :
« Sancta Nicoqueta! »
« Grâces au beau fromage ! répondit le sacristain
sur le même ton. »
Qui rit?
Les hommes, les femmes, le sacristain, mais guère
Nicoquette ni Monsieur le curé.

LE FRANÇAIS D'UN MONTAGNARD
J'étais l'autre jour à la Préfecture de Mende, lorsque j'entends, drin, dran, drin, dran, un montagnard
qui montait l'escalier.
« Voulez-vous me donner un ENSEIGNEMENT (renseignement), Monsieur ?
— Que demandez-vous?
— Eh bien! cet hiver il m'a moru une vache de la
PIRÀMIDE (épidémie). Tai un SANCTIFICAT (certificat)
de BONNE HUMEUR (bonnes mœurs), et je viens voir si
je ne peux pas me faire donner une INDIGNITÉ (indemnité). »
Je pris la fuite en me tenant le ventre, et, toutes
les fois que je pense au gros montagnard, je ris à me
déboutonner.

116

EN TERRA GALESA

AUSIT PER CARRIEIRAS
AU PINTEE MARSAL

« Soun quiochetas,
Las oagarauletas !
Quau vèn, que fumoun ! »

« Digàs, l'orne, m'en croumpàs un sou?
— Nàni, las vendès que fumoun, e iéu las aime
chicoun! »

Lou cridaire de tripas, aquel vendeire franchimand que tout lou mounde counouis au Clapàs, passa
davans l'espandidou qu'es à l'aire de Fèu.
« Caen! Caen! à la mode!
— l'a bèu tèms que lou cancan es à la moda, fai
una bugadieira, e que nous apelloun nautras, las sabounairas, de cancanieiras ! »

« Iéu, fai un massou que dejuna de-long da
l'avenguda de l'Espitau-Nòu, soui ni goulut ni groumand ; à taula, per me countentà, me eau pas que
dos causas : bon e fossa ! »

Dins lous Capuchins, davans las banastas de las
revendeiras de pournas, arriba una cousinieira :
« Es poulida, ta pourna, ioi, Janetoun ; me counvèn.
Mès n'es pas de reineta, ni de fenoulheta. Couma
l'appelles aquela-d'aqui ? »

117

EN TERRE GAULOISE

ENTENDU DANS LA RUE
AU PEINTRE MARSAL

» Ils sont cuits,
Les petits escargots !
Qui vient? ils fument! »
« Dites, l'homme, m'en achetez-vous un sou?
— Non, vous vendez des escargots qui fument, et
je n'aime que ceux qui chiquent ! »

Le crieur de tripes, ce marchand franchimand que
chacun connaît au Clapas, passe devant l'étendoirde
linge qui est à l'aire Féau.
« Caen ! Caen ! à la mode !
— Il y a bien beau temps que le cancan est à la
mode, dit une des femmes, et qu'on nous appelle,
nous, les blanchisseuses, des cancanières! »

« Moi, fait un maçon qui déjeune le long de l'avenue du nouvel hôpital, je ne suis ni glouton ni gourmand ; à table, pour me contenter, deux choses suffisent : bon et beaucoup ! »
*
* ♦

Dans le marché des Capucins, devant les corbeilles
des revendeuses de pommes, arrive une cuisinière :
«Elle est jolie, ta pomme, aujourd'hui, Jeanneton ; elle me plaît. Mais ce n'est ni de la rainette, ni
de la fenouillette. Comment Vappelles-tu, celle-ci ? »
10*

.

118

EN TERRA GALESA

Janetoun distracha:
« Emb' un coutèl.»
*

Es lou mati dau prumiè de l'an.
Dous couchés, sus lou plan dau Palais, soun en trin
de picà das peses e de brassejà per s'escaufà un pauc.
« Jala couma de ferre, dis l'un, soui tout engrepesit. S'aco dura, sourtirai pas qu'à dèch ouras dau
mati. Dequé n'en dises, Jan ?
— Dise qu'aquesta matinada es be la pus rude
qu'âge fach d'aqueste an!... »

*
* *

Davans lou même plan, à la sourtida de l'audiença.
« le tournarai, farai apèl, anarai en cassassioun !...
Quand sauprièi de ie laissà ma camisa !...
— Moun brave Bartoumièu, siès lou milhou garçou dau mounde, mès as michanta tèstà, e de las michantas testas, lous avoucals fan de bonas soupas. »

+

Dins la Blancariè.
« Françoun marida sa illha, e la vanta, e n'i'en dona
de qualitats ! Dis qu'es poulida, brava, ounèsta, acassada, oustalieira...
— Oustalieira, parlas-me d'aco !... una mourvelousa
que fai la sauça trop longa à las constellas sus la grasilha e que rabina las alhadas!...»

EN TERRE GAULOISE

119

Jeanneton distraite:
« Avec un couteau. »
*
C'est le matin du premier jour de l'an.
Deux cochers, sur le plan du Palais, sont en train
de battre la semelle et de secouer les bras pour se réchauffer un peu.
« Il gèle comme du fer, dit l'un, je suis tout transi.
Si ce temps dure, je ne sortirai qu'à dix heures du
matin. Qu'en dis-tu, Jean ?
— Je dis que cette matinée est bien la plus rude
que nous ayons eue cette année!... »
+

* »

Devant le même plan, à la sortie de l'audience.
« J'y retournerai, je ferai appel, j'irai en cassation !... Quand bien même je saurais d'y laisser ma
chemise !
— Mon brave Barthélémy, tu es le meilleur garçon
du monde, mais tu as une mauvaise tête, et des mauvaises têtes, les avocats font de bonnes soupes. »

Dans la Blanquerie.
« Prançon marie sa fille, et elle la vante, et elle
lui en attribue, des qualités ! Elle dit que sa fille est
jolie, sage, gentille, soigneuse, ménagère....
— Ménagère, parlez-m'en !... une morveuse qui fait
la sauce trop longue aux côtelettes sur le gril et qui
brûle les soupes à l'ail!... »

120

EN TERRA GALE SA

AU TRIBUNAL
A MOUSSU MAURIN

Mèstre Brunet èra estat citat davans lou juge pèr
dire ce qu'aviè vist e ausit dins una batèsta entre
dos tripieiras dau plan de l'Oum.
Quand soun tour de parlà seguèt vengut :
« Vostè noum? ie fai lou president.
— Louis de Brunet.
— Voste âge ?
— Setanta-tres ans.
— Dequé fasès ?
— Soui tinturiè.
— Sès pas ni parent, ni aliat de las acusadas?
— Nàni.
— Levàs la man drecha, e juras de dire la veritat.»
Louis de Brunet auboura sa man, que lou juge vei
negra e lusenta couma la pèl d'un bourrau.
« Pausàs vostes gants ! dis au brave orne.
— E vous, Moussu lou juge, cargàs vostas lunetas,
respond lou vièl sans s'embaurà. »

L'ESPERIT DE NOSTES PAIRES
A P. REDONNEL

Dau tems das segnous, lou de Grabel teniè dins
soun castèl un baile dau diable, orne sans fe ni lèi,
que martirisava nostes paures reires-grands.
Malur au qu'aubourava la tèsta en travalhant à la
eourvada ! malur au paire de familha que s'endarrièirava per pagà sa redevencia !

EN TERRE GAULOISE

121

AU TRIBUNAL
A MONSIEUR MAURIN

Maître Brunet avait été cité devant le juge pour
dire ce qu'il avait vu et entendu dans une querelle
survenue entre deux tripières du plan de l'Om.
Quand son tour de parole fut venu :
« Votre nom? lui demande le président.
— Louis Brunet.
— Votre âge?
— Soixante-treize ans.
— Votre profession ?
— Je suis teinturier.
— Vous n'êtes ni parent ni allié des accusées ?
— Non, Monsieur.
— Levez la main droite et jurez de dire la vérité, n
Louis Brunet lève la main que le juge voit noire et
luisante comme la peau d'une figue-fleur.
« Enlevez vos gants! dit-il au brave homme.
— Et vous, Monsieur le juge, mettez vos lunettes,
répond le vieillard sans se troubler. »

L'ESPRIT DE NOS PERES
A P. REDONNEL

Du temps des seigneurs, celui de Grabels tenait dans
son château un bailli du diable, homme sans foi ni loi,
qui martyrisait nos pauvres arrière-grand-parents.
Malheur à celui qui levait la tête en travaillant à
la corvée! malheur au père de famille qui se mettait
en retard pour payer sa redevance !

122

EN TERRA GALESA

Lafenna d'aquel baile mouriguèt.
L'orne fai sounà lou prieu das penitents, e ie dis :
« Madama es morta; vendrés deman à soun entarrament embé la counfrariè.
— N'en soui fachat, Moussu lou Baile, respond lou
prieu, mès noste reglament, que porta lou sinnet dau
segnou e l'aproubacioun de l'Avesque de Mount-Peliè,
vôu pas que seguiguen l'entarrament de las fennas.
Ansin, vendren pas au de Madama. S'èra au vostre,
aco's autra causa, nous ie rendrian toutes de grand
cor e embé grand plasé. »

LA CANSOU DAU CARNAVAL
AU MAJOURAU A. ARNAVIELLE

l'a pas, dins noste Miejour, belèu dos persounas
sus mila qu'ignoroun lou refrin poupulàri :
Adieu, paure, adieu, paure,
Adieu, paure Carnaval!
Mès n'i'a pas belèu tambèn, dos sus mila, que pousquèssoun faire segui lou refrin das coublets que soûls
ie donoun sa rasou d'èstre.
Quauques-uns d'aqueles coublets soun estats pourtats à ma counouissença, i'a pas gaire.
Un de mous ouncles, qu'a agut la bona idèia de me
faire soun airitiè, m'a laissât enmouriguent una dougena de grosses carnets pies de notas de touta mena,
notas qu'aviè la coustuma ou la mania de prene en
tout lems e à tout perpaus.

EN TERRE GAULOISE

123

La femme de ce bailli mourut.
Le mari fait appeler le prieur des pénitents, et lui
dit :
« Madame est morte ; vous viendrez demain à son
enterrement avec la confrérie.
— J'en suis bien fâché, Monsieur le Bailli, répond
le prieur, mais notre règlement, qui porte la signature
du seigneur et l'approbation de l'Évêque de Montpellier, ne veut pas que nous suivions l'enterrement
des femmes. Ainsi nous ne viendrons pas à celui de
Madame. Si c'était au vôtre, il en serait autrement,
nous nous y rendrions de bon cœur et avec un très
vif plaisir. »

LA CHANSON DU CARNAVAL
AU MAJORAL A. ARNAVIELLE

Il n'est point, dans notre Midi, peut-être deux personnes sur mille qui ignorent le refrain populaire :
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, — adieu, pauvre Carnaval !
Mais il n'en est pas non plus deux sur mille peutêtre, qui pussent faire suivre le refrain des couplets
qui seuls lui donnent sa raison d'être.
Quelques-uns de ces couplets ont été portés naguère à ma connaissance.
Un de mes oncles, qui a eu la bonne idée de me
faire son héritier, m'a laissé en mourant une douzaine
de gros carnets remplis de notes de toute sorte, notes qu'il avait l'habitude ou la manie de prendre en
tout temps et à tout propos.

124

EN TERRA G ALESA

Es en lous passant flol per flol qu'ai atroubat
que seguis.
Cansou dau Carnaval, tala que Vaviè ausida cantà
à CouMBALHòu. avans 89, Moussu***
REFRIN

Adieu, paure, adieu, paure,
Adieu, paure Carnavàs!
Tu t'en vas e iéu demore,
Iéu demore e tus t'en vas !
I
Carnaval, siès un ibrougna,
Manjairàs, degavalhè!
Mès as una brava trougna,
E toun ventre es sans parié!
Adieu, paure, adieu, paure... etc.
II
Diga-me, perqué te cassa
Aquel laid Caramentran?
Perqué ie laissà ta plaça,
Perqué pas restà tout l'an?
Adieu, paure, adieu, paure... etc.
III
— Cranta jours magra pitança!
Cranta jours sans dejunà !
Dequé devendriè ma pansa?
Nou, nou, pode pas restà !
Adieu, paure, adieu, paure... etc.
IV
Cranta jours de farinetas,
De caulets sans trop de sau !
E iéu aime la carneta,
E iéu l'oli me fai mau !
Adieu, paure, adieu, paure..

etc.

EN TERRE GAULOISE

125

C'est en les parcourant feuille à feuille que j'ai
trouvé ce qui suit :
Chanson du Carnaval, telle que l'avait ouï chanter
à COMBAILLAUX, avant 89, Monsieur***
REFRAIN

Adieu, pauvre, adieu, pauvre,— adieu pauvre Carnaval!
— Tu t'en vas et je demeure, — je demeure et tu t'en vas !

I
Carnaval, tu es un ivrogne, — un prodigue, un gros mangeur ! — Mais tu portes une trogne respectable, — et ton
ventre est sans pareil!
Adieu, pauvre, adieu, pauvre... etc.

II
Dis-moi, pourquoi te chasse — ce laid Carême-prenant ?
— Pourquoi lui abandonner ta place, — pourquoi ne pas
rester toute l'année?
Adieu, pauvre, adieu, pauvre... etc.
III
— Quarante jours maigre pitance ! — Quarante jours
sans déjeuner!— Que deviendrait donc ma panse? — Non,
non, je ne puis demeurer !
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, etc.
IV

.

Quarante jours des farinettes, — ou des choux sans trop
de sel ! — Et moi qui aime tant la viande, — et moi à qui
l'huile fait mal !
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, etc.
11

126

EN TERRA 6ALESA

V
— Carnaval, pèr que toun viage
Te pareigue pas trop long,
Vèni prene de courage
Ras d'un barrau ple dau bon !
Adieu, paure, adieu, paure... etc.
VI
Lou dousil de la canella
Es toumbat dins lou pegau,
B per tapà la tounella,
Carnaval s'amourra au trauc !
Adieu, paure, adieu, paure... etc.
VII
Sas bralhas èroun traucadas...
Un cat lou vai devistà,
E tant-lèu quaucas miauladas
Disoun que n'en vira tastà !
Adieu, paure, adieu, paure,
Adieu, paure Carnavàs !
Tus t'en vas e iéu demore,
Iéu demore e tus t'en vas !
La Cansou s'arrèsta aquí dins lou manuscrit qu'ai
jout lous iols.
Deve à la veritat d'ajustà qu'ai chanjatquiconetau
darriè coublet ; tau qu'es, n'èra pas poussible de
l'emprimà — lous pouètas poupulàris e anounimes
dau Miejour èroun, de cops que i'a, à même de rèndre de pouns à Zola e à soun escola.
La nota es coumpletada pèr ce que seguis : Quand
la couscriciounseguètestablida en França, lou tirage
au sort se capitava, alor couma ioi, dins lou Carnaval. Es embé lou refrin de la Cansou que las jouinas

EN TERRE GAÜLOISE

127

V
— Carnaval, afin que le voyage — ne te paraisse pas
trop long, — viens prendre du courage — près d'un baril
rempli de bon jus!
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, etc.
VI
Le fausset de la canelle — est tombé dans le broc, — et
pour bouclier le tonnneau, — Carnaval met les lèvres au
trou !
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, etc.
VII
Ses chausses étaient percées.... — Un chat va le dépister, — et aussitôt quelques miaulements — disent que l'animal veut y goûter !
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, — adieu, pauvre Carnaval !
— Tu t'en vas et je demeure, — je demeure et tu t'en vas !

La chanson s'arrête là dans le manuscrit que j'ai
sous les yeux.
Je dois à la vérité d'ajouter que j'ai modifié le dernier couplet; tel qu'il est, on ne pouvait guère l'imprimer — les poètes populaires et anonymes du Midi
étaient parfois à même de rendre des points à Zola et
à son école.
La note est ainsi complétée:
Quand la conscription fut établie en France, le
tirage au sort eut lieu, comme aujourd'hui, pendant
le Carnaval. C'est avec le refrain de la chanson que
les jeunes filles se moquaient des conscrits tombés au

128

EN TERRA GALESA

filhas se trufavoun das couscrits toumbats au sort, e
trop paures per croumpà un orne ; ie cantavoun :
Adieu, paure, adieu, paure,
Adieu, paure Carnavàs !
Tus t'en vas e iéu demore,
Sabe pas se tournaràs !
Lous jouinomes, picats au vieu, respoundièn:
Se iéu passe amai repasse,
N'es pas pèr l'amour de tus,
Es pèr l'amour d'una bruna,
Qu'es pus poulida que tus !
Adieu, paure, adieu, paure...
De-fes que i'a lou couscrit malurous se servissiè de
la Cansou pèr faire un apèl à soun amiga qu'anava
quità pèr sèt ans. le cantava ansin :
Long d'aquesta carrieireta,
Çai tournarai pas passà :
Davala, moun amigueta,
M'es tant dous de t'embrassa !
Adieu, paure; adieu, paure...
La musica d'« Adieu, paure » es la mema qu'aquela
d'un cantica francès, fossa poupulàri tamben : « Au
sang qu'un Dieu va répandis », que se canta pèr la
Passioun.
Lous reculs de musica de glèisa disoun que l'èr
d'aquel cantica es de Pergolèsi. Es proubable que
l'èr poupulàri dau Carnaval èra counougutlong-tems
avans que l'ilustre musicaire napoulitan venguèsse au
mounde (Pergolèsi a viscut de 1704 à 1737). Mès
poudriè ben se faire que, couma tant d'autres grands
artistas, Pergolèsi aguèsse noutat, per lou metre dins
una de sas obras, un èr poupulàri de soun pais. Dins

129

EN TERRE GAULOISE

sort, et trop pauvres pour acheter un remplaçant ;
elles leur chantaient :
Adieu, pauvre, adieu, pauvre, — adieu, pauvre Carnaval!
— Tu pars et je demeure, —je ne sais si tu reviendras !
Les jeunes gens, piqués au vif, répondaient:
Si je passe et repasse, — ce n'est point pour l'amour de
toi, —■ c'est pour l'amour d'une brune, — plus jolie que tu
ne l'es !
Adieu, pauvre, adieu, pauvre...
Parfois, le conscrit malheureux se servait de la
chanson pour adresser un appel à l'amie qu'il allait
quitter pour sept ans. Il lui chantait ainsi :
Le long de la ruelle, — je ne passerai plus : — descends,
ma gentille amie, — il m'est si doux de t'embrasser ! —
Adieu, pauvre ; adieu, pauvre...
La musique d'« Adieu, pauvre » est la même que
celle d'un cantique français fort populaire aussi : a Au
sang qu'un Dieu va répandre », qui se chante pour la
fête de la Passion.
Les recueils de cantiques religieux attribuent l'air
de celui-ci à Pergolèse. Il est probable que l'air populaire du Carnaval était connu longtemps avant que
l'illustre compositeur napolitain vînt au monde (Pergolèse a vécu de 1704 à 1737). Mais il pourrait bien
se faire que, comme tant d'autres grands artistes, Pergolèse eût noté, pour l'introduire dans l'une de ses
oeuvres, un air populaire de son pays. Dans ce cas,
11*

130

EN TERRA GALESA

aquel cas, l'èr en questioun s'ajustariè à cent autres
coumuns au pople d'Italia e au pople dau miejour de
la França.
Las notas que vène de releva soun estadas escrichas en 1833.

LOU SARRAMENT
Quand nostes barjaires à vint-e-cinq francs lou
jour se chamalhavoun per saupre se devièn mantène
lou sarrament au palais, avièi una grossa enveja de
manda au députât de Pampalibourna aqueste conte,
pèr que n'en faguèsse soun prouflt:
Lou Panard de Pampaluneta aviè manlevat cent
escuts à soun vesi Nichoula, e, couma sabiè pas escrieure, i'aviè pas fach de papiès.
Au bout de l'an, Nichoula vai tirà sous sóus :
« Dequé me cantes ! ie respound lou Panard, te
deve pas res. »
Nichoula plantèt lou michan pagadou davans lou
juge de pas.
Au moument que lou Panard aubourava la man pèr
jurà que Nichoula i'aviè pas res prestat :
« Malurous, ie fai Nichoula, auses pèrdre toun
ama !
— Pèrdre moun ama! Osca ! mès sibé tus tous cent
escuts ! »

EN TERRE GAULOISE

131

question s'ajouterait à cent autres, communs à l'Italie
et à la France méridionale.
Les notes que je viens de relever ont été écrites
en 1833.

LE SERMENT
A l'époque où nos blagueurs à vingt-cinq francs
par jour se chamaillaient pour discuter s'ils devaient
maintenir le serment au palais ou non, j'avais une
forte envie d'adresser au député de Pampelune ce
conte, afin qu'il en fît son profit.
Le Boîteux de Pampelunette avait emprunté cent
écus à son voisin Engoulevent, et, comme il ne savait
point écrire, il n'avait signé aucun papier.
Au bout de l'année, Engoulevent va retirer son
argent :
« Que me chantes-tu là? répond le Boîteux, je ne
te dois rien. »
Engoulevent assigna le mauvais payeur devant le
juge de paix.
Au moment où le Boîteux levait la main pour jurer
que l'autre ne lui avait rien prêté :
« Malheureux, dit Engoulevent, tu oses perdre ton
âme !
— Perdre mon âme! tu veux rire! c'est toi qui
perdras tes cent écus ! »

132

EN TERRA. GALESA

TESTA NEGRA E BARBA BLANCA
A P. JALABERT

Lou dissate davans Nosta-Dama d'Agoust, anèren
à Sant-Jan-de-Coucullas pèr ie maridà lou eousl.
Lou mèstre d'eseola das Cazarels, Moussu Boncaissau, èra couvidat à la noça.
Es un ome que vai sus sous cinquanta-cinq e que
porta touta la barba; mès, pèr un rescontre qu'ai jamai
vist qu'aqui, la barba es blanca couma la tafa de la nèu
e lous pèusses de la testa soun pus negres que jaiet.
A taula, me metèronn à soun coustat.
M'es avis, que de la vida, un ome n'a, milhou
qu'aquel, respoundut à soun noum. De-segu que l'es,
Moussu Boncaissau ! Las alas de poul, las quincairolas de guinda, las tranchas de gigot largas couma las
dos mans s'arrestavoun pas dins sa sièta. Gargantua,
en coumparancia d'el, sariè'stat qu'un trassa de maujouquejaire.
Dèch ou douge estrangès que lou eounouissian pas
nous arrestèren de manjà per l'agachà engouli. Chaval de boussut ! quante magasin iïenvalage!...
« Vous esplicàs ara perqué Moussu Boncaissau a
la barba blanca e la tèsta negra? » nous demandèt
l'ouncle que vouliè nous desenclausi.
— « Nani.
— Vesès pas, qu'amai siègue mèstre d'eseola, a
fach tout sa vida cent cops mai travalhà la maissa
que la cabessa !... »
Nautres riguèren de la fissada de l'ouncle, mès lou
brave magistre quinquèt pas mot, ignourava pas lou
prouvèrbe : Touta feda que biala perd un moucèl,

EN TERRE GAULOISE

133

TÊTE NOIRE ET BARBE BLANCHE
A P. JALABERT

Le samedi avant Notre-Dame d'Août, nous fûmes à
Saint-Jean-de-Cuculles pour y marier le cousin. L'instituteur des Cazarels, Monsieur Bonnedent, était invité à la noce.
C'est un homme qui s'approche des cinquante-cinq
ans et qui porte toute la barbe ; mais, par une coïncidence que je n'ai constatée que là, la barbe est blanche comme la splendeur de la neige et les cheveux
sont plus noirs que le jais.
A table, on me plaça à son côté.
Je crois fort que, jamais de la vie, un homme n'a
porté son nom mieux que celui-là. Sûrement qu'il
l'est, Monsieur Bonnedent ! Les ailes de poulet, les
croupions de dinde, les tranches de gigot larges
comme les deux mains ne s'arrêtaient pas dans son
assiette. Gargantua, en comparaison, n'eût été qu'un
tout petit mangeur.
Dix ou douze étrangers qui ne le connaissions pas
cessâmes de manger pour le regarder engloutir. Cheval de bossu! quel magasin à'avalage!...
« Vous expliquez-vous maintenant pourquoi Monsieur Bonnedent a la barbe blanche et la tête noire ? »
nous demanda l'oncle qui voulait rompre le charme.
« Non.
— Ne voyez-vous que, bien qu'instituteur, il afait
toute sa vie travailler cent fois plus la mâchoire que
le cerveau !...»
Nous rîmes de la saillie de l'oncle, mais le brave
magister ne souffla mot. Il n'ignorait pas le proverbe :
Toute brebis qui bêle perd un morceau.

134

EN TERRA G ALESA

LOUS PAISANS D'ARA
A L'AMIC PAULIAO

Mau-grat lou filosserà, Jan de la Gloria acampa
encara un centenat de lairans de frucha, e sa fenna
Françoun, la flou de las bugadieiras grabelhencas,
gagna bravament sous dèch escuts per senmana, en
bacelant lou linge de las damas de Mount-Peliè.
Mès aco's pas aquí lou picà de ma dalha. Vous vole
dire soulament que Jan de la Gloria a 'na fllha qu'a
batejat Augustà : — Augustà, lou pus poulit noum
das douge meses de l'armanac, rebèca soun paire
quand ie demandoun perqué dis pas Gustina à sa
drolla.
Augustà, dounc, seguèt mesa au couvent à douge
ans, e n'es sourtida couma entemenava sous dès-e-sètDesempioi espincha soun mounde de naut, parla pas
pus que francimand, e 'mbessa mai de sabou per sa
teleta que sa maire à sas bugadas.
Un jour, sa grand la manda pourtà la biassa à Jan
de la Glòria, que roumpiè au devés, e lou recate à sa
maire, que dessalivava au lavadou.
Arriba à la ribieira : a Maman, sou-dis, à-de-matin,
en portant le récate à papa, j'ai vu que du monde on avait
ségué la bauque de notre rase. Comme si les gens on
savait pas qu'il y a une saume à la maison !
— Couma atroubàs que lou platina aquel francès ?
dis Françoun, coufla d'ourguiol à sas dos journalieiras. E, pamens, a pas passat que quatre ans au couvent ! »

EN TERRE GAULOISE

135

LES PAYSANS D'AUJOURD'HUI
A L'AMI PATJLIAC

Malgré le phylloxéra, Jean de la Gloire recueille
encore une centaine de comportes de raisin, et sa
femme Françon, la fleur des lessiveuses grabelloises,
gagne bel et bien ses trente francs par semaine, en
battant le linge des dames de Montpellier.
Mais ce n'est pas là l'enclume de ma faux, c'est-àdire le but de ma causerie. Je veux vous dire simplement que Jean de la Gloire a une fille qu'il a baptisée
Augusta : — Augusta, le plus joli nom des douze mois
de l'année, répond son père quand on lui demande
pour quelle raison il n'appelle pas son enfant Augustine.
Augusta, puisque c'est d'elle qu'il s'agit, fut donc
mise au couvent à douze ans, et en est sortie comme
elle entamait ses dix-sept.
Depuis, elle regarde les gens de haut, ne parle plus
que francimand, et consomme plus de savon pour sa
toilette que sa mère n'en emploie pour ses lessives.
Un jour, sa grand'mère l'envoya porter le bissac à
son père qui défrichait au devois, et le déjeuner à sa
mère qui trempait le linge au lavoir.
Elle arrive à la rivière : « Maman, dit-elle, à-dematin, en portant le récate à papa, j'ai vu que du monde
on avait ségué la bauque de notre rase. Comme si les
gens on savait pas qu'il y a une saume à la maison !
— Comment trouvez-vous qu'elle le manie, ce français ? ditFrançon, enflée d'orgueil à ses deux journalières. Et, cependant, elle n'a passé que quatre ans
au couvent ! »

136

EN TERRA GALE SA

MESTRE COUDENA
A PAU JOUNQUET

S'anàs à Grabel, parlas à quau que siègue de Jan
Nourrit — Mèstre Coudena, — tout lou mounde vou'n
countarà quauqu'una d'aquel vièl qu'entarrèren l'an
passat e qu'es estat un gala-bon-tems couma s'en vei
gaire.
Èra bouché de soun estat, e l'ivèr tuava de porcs ;
sa fenna fasièloutricoutage dins fossa oustaus e ven.
diè un pauquet de charcoutariè.
Vous esplicarés dounc l'escais-noum, e vous estounarés pas s'ajuste que Coudena se geinava pas gaire
pèr parlà gras de cops que i'a, e pèr saupicà de prou
de sau amai de pebre sous perpaus galejaires.
Es per aco que vous lous countarai pas toutes.
Pamens, dins lou noumbre, n'i'a mai d'un qu'ameritoun de troubà plaça dins un libre poupulàri, dins
un libre ounte las galejadas, autant dire Y esperit gales,
devoun tène la prumieira plaça.
Es Coudena que respoundiè quand ie demandavoun :
« E be ! Mèstre Coudena, coussi vous pourtàs ?
— Moun ome, me porte couma la mitât d'un ase,
sus dos cambas. »
Quand aguèt maridat sa filha emb'un ome que lou
traval fach n'aviè pas jamai esfraiat, nous disiè :
« Devignàs dequé fai moun gendre d'aqueste moument, dins la vigna, emb'un sourel que rabina ?
— Majenca, respoundiè l'un ; soufra, ajustava un
autre, sulfata..., copa d'erbas.
— le sias pas, repreniè tout risouliè, moun gendre,
au sourel, fai d'oumbra. »

137

EN TERRE GAULOISE

MAITRE COUENNE
A PAUL JONQUET

Si vous allez à Grabels, parlez au premier venu de
Jean Nourrit — Maître Couenne, — chacun vous contera quelque farce de ce vieillard que nous avons enterré l'an dernier, et qui a été durant sa vie un RogerBontemps comme on n'en voit guère.
Il exerçait la profession de boucher, et en hiver il
tuait des porcs ; sa femme préparait les salaisons dans
beaucoup de maisons et vendait quelque peu de charcuterie.
Vous vous expliquerez donc son sobriquet, et vous
ne serez point étonné si j'ajoute que parfois Couenne
ne se gênait nullement pour parler gras, et pour saupoudrer d'assez de sel et même de poivre ses plaisants
propos.
C'est pour cette raison que je ne vous les rapporterai pas tous.
Cependant il en est plusieurs, dans le nombre, qui
méritent de trouver place dans un recueil de contes
populaires, dans un livre où les galéjades, autant dire
les manifestations de Yesprit gaulois, doivent tenir la
première place.
C'est lui qui répondait quand on lui demandait :
« Eh bien ! Maître Couenne, comment vous portezvous ?
— Mon ami, je me porte comme la moitié d'un âne,
sur deux jambes. »
Lorsqu'il eut marié sa fille avec un homme que le
travail fait n'avait jamais effrayé, il nous disait :
« Devinez ce que fait mon gendre en ce moment-ci,
dans la vigne, avec un soleil qui grille tout ?
12

138

EN TERRA GALESA

Es el que demandava as estrangès qu'agachavoun
souventas fes lou gai qu'es quilhat sus la tourre dau
reloge :
« Sabès pas perqu'an aubourat un gai amount dessus?
— Nàni.
— E be ! tout uniment perqué se i'avièn mes una
galina, lous iòus qu'auriè fach se sarièn chaplats en
toumbant. »

En 66 ou 67, ère aladounc un manidet de sièis ou
sèt ans, — nous mandèroun pèr tène la plaça de noste
mèstre d'eseola qu'èramalaute, un jouine mourvelous
que veniè tout-escàs d'aeabà de gastà sas bralhas sus
lous bancs d'una escola dau Clapàs.
Me remembre pas ben se s'apelava Linieira, Pinieira
ou Sinieira, mès ce que sabe, es qu'èra de Poussan,
e que s'en cresiè mai que s'èra sourtit de la quioissa
de Jupitèr.
Pourtava un lourgnoun, parlava pounchut lou francès qu'escarraugnava, agachava tout lou mounde de
naut, e dins l'escola metiè pus bas que terra lou
brave ome que desempioi longtems apreniè à legi e à
escrieure as enfants dau vilage.
Un jour, Moussu Sinieira — faguen couma se Sinieira èra soun noum — passava davans la ramisa
ounte Coudena aviè soun sannadou. Lou bouché s'aprestava à escoutelà sus la pastieira un vestit de seda
qu'aviè croumpat la vèlha au mercat.
Tant-lèu veire lou jouine ferluquet, Coudena embé
soun plan bagassa ie vèn :

EN TERRE GAULOISE

139

— Il bine, répondait l'un ; il soufre, ajoutait un
autre ; il sulfate..., il ratisse.
— Vous n'y êtes point, reprenait-il souriant, mon
gendre, au soleil, fait de l'ombre. »
C'est lui qui demandait aux étrangers, lorsqu'ils
regardaient le coq perché sur la tour de l'horloge :
« Savez-vous pourquoi on a dressé un coq là-haut?
— Non.
— Eh bien ! tout bonnement parce que si l'on y eût
mis une poule, les œufs qu'elle aurait pondus se seraient écrasés en tombant. »
*

En 66 ou en 67, — j'étais alors un garçonnet de
six ou sept ans, — on nous envoya, pour remplacer
notre instituteur malade, un jeune morveux qui achevait à peine d'user ses culottes sur les bancs d'une
école de Montpellier.
J'ai oublié s'il s'appelait Linière, ou Pinière ou Sinière, mais ce que je sais bien, c'est qu'il était de
Poussan, et qu'il se croyait sorti de la cuisse de Jupiter.
Il portait un lorgnon, parlait « pointu » le français
qu'il écorchait, regardait tout le monde de haut, et
dans l'école mettait plus bas que terre le brave homme
qui depuis longtemps apprenait à lire et à écrire aux
enfants du village.
Un jour, Monsieur Sinière — supposons que Sinière fût son nom — passait devant la remise dont
Couenne avait fait son abattoir. Le boucher s'apprêtait à saigner sur la mée à échauder un vêtu de soie
qu'il avait acheté la veille au marché.
Dès qu'il aperçut le jeune freluquet, Couenne avec
son air pince-sans-rire lui dit :

140

EN TERRA G ALESA

« Escusàs, Moussu lou nouvèl Mèstre, couma ai
ausit dire que sias un garçou de fossa de sapiença,
s'aco vous fasiè pas res, vous demandarièi quiconque
degus m'a pas pougut esplicà jusqu'as à ara.
— Dequé me voulès demanda : una questioun de
física, de chimìa, d'anatoumia, d'algèbra? faguèt
nostre Poussanenc, coufle couma un pavoun.
— Nàni, una simpla questioun d'escritura. Digàsme, coussi fariàs pèr escrieure lou noum de la bèstia
que vau tua pas qu'embé dos letras ?
— Aco's pas poussible ; pèr escrieure lou noum
d'aquela bèstia, cau, en bona ourtougrafa, ires letras :
un P, un 0 e un R.
— E be ! moun bèu Moussu, escusàs-me se vous
cope, iéu l'escrive pas qu'embé dos : un P sus un
cambajou, un R sus l'autre, embé l'O dau mitan, aco
fai be lou mot couma avès dich ! »
Toutes lous ornes qu'èroun aq.ui partiguèroun d'un
cacalàs, e Moussu Sinieira, sans pensà à cargà tournamai soun lourgnoun qu'aviè laissât toumbà, s'en revenguèt mouquet e furious à l'escola.
Es vrai qu'à la classa d'après, es nostes dets e nostas aurelhas que paguèroun la licou qu'el veniè de
reçaupre.

E ara que sabès quau èra Mèstre Coudena, laissàs-me vous dire quauques-uns das contes que tène
dau galoi vièlhet.

141

EN TERRE GAULOISE

« Pardon, Monsieur le nouvel Instituteur, comme
j'ai ouï dire que vous êtes un garçon très savant, si
cela ne vous contrariait pas, je vous demanderais
quelque chose dont je n'ai pu jusqu'à maintenant
obtenir l'explication.
— Que voulez-vous me demander : une question de
physique, de chimie, d'anatomie, d'algèbre ? répondit
notre Poussanais en se pavanant.
— Non, une simple question d'écriture. Dites-moi,
comment feriez-vous pour écrire le nom de l'animal
que je vais, tuer avec deux lettres seulement ?
— Ce n'est pas possible; pour écrire le nom de
cet animal, il faut, en bonne orthographe, trois lettres :
un P, un 0 et un R.
— Eh bien ! mon beau Monsieur, excusez-moi si je
vous interromps, je ne l'écris, moi, qu'avec deux : un
P sur un jambon, un R sur l'autre, ce qui, avec l'O
du milieu, fait bien le mot tel que vous l'avez dit... »
Tous les hommes qui étaient là partirent d'un gros
éclat de rire, et Monsieur Sinière, sans penser à remettre le lorgnon qu'il avait laissé tomber, s'en revint
penaud et furieux à l'école.
Il est vrai qu'à la classe suivante, ce furent nos
doigts et nos oreilles qui payèrent la leçon qu'il venait
de recevoir,
i

*
* ¥

Et maintenant que vous savez qui était Maître
Couenne, laissez-moi vous dire quelques-uns des contes que je tiens du gai vieillard.

12

142

EN TERRA GALESA

I
S'AS PA'N OUNCLE CAPELAN...

A LOUVIS VERGNE

Jan lou Pie, de Saussan, s'èra maridat emb'una
jouina Pignanenca, à l'iol vieu e à la gauta fresca,
qu'agèt vite pres goust à la vida que coumporta l'estat de maridage.
Jan de soun constat, ie fougnava pas trop, e mamours, babetas, embrassadas, avièn per el una sabou
tant apetissadissa, que mourdiè sans rasou à la frucha paradisenca, defenduda as gargamèls que rèstoun
jouinomes.
Mès s'aquela frucha countentava Jan, l'engraissava
pas gaire; la Pignanenca, ela, èra escarrabilhada
couma un peis dins l'aiga, e s'esplicava pas perqué
soun Jan, s'amagriguent pauquet à pauquet, perdiè
d'aquela bella valhentisa qu'èra tant urous de mousirà lou jours qu'avièn seguit la noça.
Un medici de Mount-Peliè, qu'anèroun counsultà,
agèt lèu vist de-que n'èra.
« Vous caudrà entre-prene un viage d'una mesada,
diguèt à Jan ; avès besoun d'aco per vous pausà'n
pauc e vous refaire.
— Mès, Moussu, respoundèt la jouina fenna, pensant que la vida fora l'oustau vaudriè pas la que menava, se moun Jan es malaute, fisàs-vous à iéu pèr
faire ce qu'ourdounarés ; s'a besoun d'èr, n'en prendren ; se ie eau de repaus, restaren au lièch la matinada.
— E justament sès la dàrrieira persounaque degue

EN TERRE GAULOISE

143

I
SI TU N'A PAS UN ONCLE CURÉ. . .
A LOUIS VERGNE

Jean le Plein, de Saussan, avait épousé une jeune
Pignannaise à l'œil vif et à la joue fraîche, laquelle
prit vite goût à la vie que comporte l'état de mariage.
Jean, de son côté, n'y boudait pas trop, et caresses, cajoleries, embrassades, avaient pour lui une saveur si appétissante, qu'il mordait immodérément au
fruit paradisiaque, défendu aux imbéciles qui restent
célibataires.
Mais si ce fruit plaisait à Jean, il ne l'engraissait
guère ; la Pignannaise, elle, était accorte comme un
poisson dans l'eau, et ne s'expliquait guère pourquoi
son Jean, maigrissant peu à peu, perdait de cette belle
vaillance qu'il était si heureux de montrer pendant
les premiers jours qui avaient suivi la noce.
Un médecin de Montpellier ayant été consulté eut
vite mis le doigt sur la plaie :
« Il faudra entreprendre un voyage d'un mois environ, dit-il à Jean ; vous en avez besoin pour vous
reposer et vous refaire.
— Mais, Monsieur, répondit la jeune femme, pensant que la vie hors de la maison ne vaudrait pas celle
qu'elle menait, si mon Jean est malade, fiez-vous à
moi pour exécuter vos ordonnances ; s'il a besoin
d'air, nous en prendrons; si c'est du repos qu'il lui
faut, nous resterons au lit la grasse matinée.
— Et justement vous êtes la dernière personne qui

144

EN TERRA GALESA

ie douna de souens ; es neciteque partigue sans vous,
se-noun soun mau farà pas qu'aumentà.
— Ah ! coumprene, faguèt la jouina fenna, un ome
es pas qu'un ome ! n'es pas nautres, las fennas, que
sarian malautas d'aco d'aqui ! »
E se virant dau soun ome :
« Jan, anaràs passà un mes enco de l'ouncle qu'es
curat à la Salvetat ; aco's lou viage que te recoumanda
Moussu.
— S'avès un ouncle curat, ajustèt lou medici, vai
mai que ben; anàs-lou veire, restas à soun oustau
pulèu dous meses qu'un, e me dirés de nouvellas dau
tratament. Es aquí ou pa'n Hoc qu'un malaute es
soulide de troubà la cura que cèrca. »
Jan decidèt d'anà à la Salvetat, noun sans regretà
que sa jouina fenna lou seguiguèsse pas, mès coumpreniè qu'èra per soun ben. Lou jour que partiguèt,
sa fenneta aviè'nveja de plourà.
- *

A la Salvetat, lous counsumats de Margarida, la
serviciala dau curat, las trouchas de l'Agout, las
coustèletas, las tranchas de gigot, sans coumtà las
grivas e lous talhous de lèbre, e mai que res lous
bons soms que fasiè tout soul, agèroun vite remés sus
pèd lou brave Jan.
Quant tournèt à Saússan, ameritava encara soun
escais-noum de Pie.
Sa fenna, soun paire, sa maire, nadèroun dins la
joia de lou veire tant galhard, sa fenna sus tout, en
quau lou viage aviè pareigut pus long qu'à degus.
Lou retour seguèt festejat de tout biais, e la Pignanenca se paguèt l'endarrieirada.

EN TERRE GAULOISE

145

doive lui donner des soins ; il est absolument nécessaire de le laisser partir sans vous, sinon son mal ne
fera qu'empirer.
— Ah! je comprends, dit la jeune femme, un
homme n'est qu'un homme ! Ce n'est pas nous, les
femmes, qui serions jamais malades pour cette raison ! »
Et se tournant vers son mari :
« Jean, tu iras chez l'oncle qui est curé à La Salvetat ; c'est le voyage que te recommande Monsieur.
— Si vous avez un oncle curé, ajouta le médecin,
c'est parfait ; allez le voir, restez chez lui deux mois
plutôt qu'un, et vous me direz des nouvelles du traitement. C'est là qu'un malade est assuré de trouver la
cure qu'il recherche. »
Jean décida de faire le voyage de La Salvetat, non
sans regretter que sa jeune femme ne pût le suivre,
mais il comprit que c'était pour son bien. Le jour de
son départ, sa petite femme avait une forte envie de
pleurer,
A la Salvetat, les consommés de Marguerite, la
servante du curé, les truites de l'Agout, les côtelettes, les tranches de gigot, sans compter les grives et
les morceaux de lièvre, et surtout les bons sommeils
qu'il faisait seul, eurent vite remis sur pied le brave
Jean.
Lorsqu'il retourna à Saussan, il méritait encore
son surnom de Plein.
Sa femme, son père, sa mère, nagèrent dans la joie
de le voir si bien portant, sa femme surtout, à qui le
voyage avait paru plus long qu'à personne.
Le retour fut fêté de toute façon, et la Pignannaise
se paya largement le retard.

146

EN TERKA G ALESA

* ♦

La senmana d'après, Jan èra anat per sous afaires
à Launac.
En coupant pèr acourchì dins las terras de Fàbregas, travessava un rastoul ounte un pastre gardava
un troupèl de doublencas. Dins lou troupèl, lou douminant de touta sa tèsta banuda, un aret supèrbe,
tant èra fort e ben bastit.
Jan l'agachèt un brieu, pioi couma lou bestiari lou
fissava emb'un èr de triounfie :
« As bèu èstre gros e gras, ie faguèt Jan, « s'as
pa'n ouncle capelan, jamai t'en tires !... »

Lou pastre qu'aviè ausit lou mot lou repetèt, e es
desempioi que se dis à quaucun que s'es cargat d'una
jouina fenna qu'a pas frech as iols : « Bota, s'as pan
ouncle capelan, jamai t'en tires ! »
II
LOU VITRIÈ DE SANT-JAN-DE-FOS
A GAT, DE SOEBS

Lou vièl Moussu Tòni Laporta, d'Aniana, s'èra maridat à cinquanta-nòu ans passats emb'una filheta que
n'acabava tout escàs dès-e-ioch.
Amai seguèsse prou galhard e escarrabilhat per
soun tems, Moussu Laporta troubava pas Testée de
faire aima à sa fenna la vida à dous. La paureta, que
plourava souventas fes de rescoundous, anèt countà
sous laguis à Moussu lou curat. Lou sant ome, qu'aviè
lou cor bon coumà lou pan, agèt pietat d'ela e la
prenguèt en amistat.

EN TERRE GAULOISE

147

*
* *

La semaine suivante, Jean était allé pour ses affaires à Launac.
En coupant, pour raccourcir, à travers les terres
de Fabrègues, il traversait un chaume où un berger
gardait un troupeau de brebis. Au milieu du troupeau,
le dominant de toute sa tête cornue, un bélier superbe, tant il était fort et bien bâti.
Jean le considère un moment, puis, comme l'animal le regarde fixement avec un air de triomphe :
« Tu as beau être gros et gras, lui dit Jean, « si tu
n'as pas un oncle curé, jamais tu ne t'en tires 1... ».
*

* *
Le berger qui avait entendu le mot le répéta, et
depuis on dit toujours à celui qui s'est chargé d'une
femme n'ayant pas froid aux yeux : « Va, si tu n'as
pas un oncle curé, jamais tu ne t'en tires l »
II
LE VITRIER DE SA1NT-JEAN-DE-FOS
A H. GA7, DE SOEBS

Monsieur Toine Laporte, d'Aniane, s'était marié à
cinquante-neuf ans sonnés avec une fillette qui en
achevait à peine dix-huit.
Bien qu'il fût assez ingambe pour son âge, Monsieur
Laporte ne trouvait pas le moyen de faire aimer à sa
femme la vie à deux. La pauvrette, qui pleurait en
cachette bien souvent, alla raconter ses chagrins à
Monsieur le curé. Le saint homme, dont le cœur était
bon comme le meilleur pain, eut pitié d'elle et la prit
en amitié.

148

EN TERRA G ALESA

L'anava veire vèspre e mati ; mès se lous viages
que fasiè de la cura à l'oustau quand Moussu èra defora counsoulavoun de rèsta la jouina dama, pourtavoun atabé à charrà quauquas michantas lengas dau
pople das Inoucents.
Pamens res arribava pas à l'ausida de Moussu Laporta.
Una annada, lou curat aviè agut talament d'obra
dins la Senmana Santa, que de ioch jours n'aviè pas
pouscut rèndre à la dama la visita acoustumada.
Aquesta coumtava be se pagà, tre que l'aucasioun
ou fariè , l'endarrieirada amai lous interèsses, mès
l'aucasioun veniè pas vite.
Lou dilus de Pascas, à l'oura de miejour, la couquina de fenna se trais tout d'un cop sus una cadieira
e s'esquicha lou ventre en cridant :
«Ai! moun Dieu ! mourisse! Ai ! moun Dieu ! mourisse !... ■
— De qu'as dounc,ma filha?ie demanda soun ome
tout espaurugat.
— Ai una coulica d'infèr que me fai soufri las
pèiras !
— Vau querre lou medici.
— Nou, moun ome, n'es pas de besoun. Moun mau
es d'aqueles que la medicina garìs pas. Crese que fariès milhou d'anà àMount-Peliè me querre unaboutelhad'aigade santRoch. Aquela aiga miraclousa, m'an
dich, fai tant deben per las coulicas, e i'ai fossa counâsença.»
Era lou prumiè cop que Moussu Laporta vesiè sa
fenna malauta, e couma l'aimava à se traire au fioc
pèr ela, carguètvitament soun capèl e sa vèsta epartiguèt pèr lou Clapàs.
Las coulicas durèroun gaire à Madama. Mieclia-

EN TERRE GAULOISE

149

Il allait la voir soir et matin ; mais si les visites
qu'il faisait du presbytère à la maison lorsque Monsieur était sorti consolaient suffisamment la jeune
dame, elles portaient aussi à jaser quelques mauvaises langues du peuple des Innocents.
Cependant rien n'arrivait aux oreilles de Monsieur
Laporte.
Une année, le curé avait eu tellement d'ouvrage
pendant la Semaine Sainte, que de huit jours il n'avait pu faire à la dame la visite habituelle.
Celle-ci comptait bien se payer, aussitôt que l'occasion le permettrait, l'arriéré et les intérêts, mais
l'occasion ne venait pas vite.
Le lundi de Pâques, à l'heure de midi, la coquine
de femme se jette tout à coup sur une chaise et se
presse le ventre en criant :
«Ah! mon Dieu! je meurs! Ah! mon Dieu! je
meurs !...
— Qu'as-tu donc, ma fille? lui demande son mari
tout effrayé.
— J'ai une colique d'enfer qui me fait souffrir les
pierres !
— Je m'en vais quérir le médecin.
— Non, mon ami, il n'en est pas besoin. Mon mal
est de ceux que la médecine ne guérit pas. Je crois
que tu ferais bien mieux d'aller à Montpellier me
prendre une fiole d'eau de saint Roch. Cette eau miraculeuse est, m'a-t-on dit, souveraine pour les coliques, et j'ai beaucoup de confiance en elle. »
C'était la première fois que Monsieur Laporte
voyait sa femme malade, et comme il l'aimait à se
jeter au feu pour elle, il mit rapidement son chapeau
et sa veste et partit pour Montpellier.
Les coliques ne durèrent guère à Madame. Une
13

150

EN TERRA G ALESA

oura après la despartida de soun ome, anava couvidà
Moussu lou Curat à soupà.
i *

Lou bon vièl, tout en pensant à sa paura moulhè,
caminava tant qu'aviè de cambas, quand ras deMountArnaud rescontra lou vitriè de Sant-Jan-de-Fos que
fasiè soun tour.
« Bonjour, Moussu Laporta, quante bon vent?....
ounte anàs couma aco?...
— M'en vau à Mount-Peliè querre una boutelha
d'aiga de sant Rocli. Ma fenna a de coulicas e aquela
aiga déu la soulajà.
— Boutas, sias be lou pus grand inoucent que i'age
dins Aniana. Anàs, dau tems que vous fasès tres pichès de michant sang, vosta fenna es en trin de
manjà l'aumeleta embé Moussu lou Curat.
— Dequé dises! fai Moussu Laporta que sembla
toumbat das nivous.
— E oui, moun bon Moussu, se degus vous ou a
pas dich, iéu vous ou dirai : quand vous batejèroun
Moussu Tòni Laporta, endevenguèroun pla voste
noum.
— Aladounc, vos dire belèu que ma fenna me
troumpa?
— Tout juste.
— Aco's pas poussible!
— Dequé jougàs ?
— Te jogue... te jogue... tè
, dèch sestiès de
fourment contra ta boutiga de veire que vau pas quatre sous. Mès m'ou prouvaràs...
— Dous cops, se voulès.... e sans que m'en coste
grand pena... Reviràs-vous embé iéu.»

EN TERRE GAULOISE

151

demi-heure après le départ de son mari, elle allait
inviter Monsieur le curé à souper.
*

Le bon vieux, tout en pensant à sa pauvre moitié,
cheminait tant qu'il avait de jambes, lorsque près de
Montarnaud, il rencontra le vitrier de Saint-Jean-deFos faisant sa tournée.
« Bonjour, Monsieur Laporte, quel bon vent?.. .
où allez-vous ainsi ?....
—Je vais à Montpellier prendre une bouteille d'eau
de saint Roch. Ma femme a des coliques et cette eau
la doft soulager.
— Allez, vous êtes bien le plus grand innocent qu'il
y ait dans Aniane. Pendant que vous vous faites trois
pichets de mauvais sang, votre femme est en train de
manger l'omelette avec Monsieur le Curé.
— Que dis-tu là? interroge Laporte qui semble
tombé des nues.
—- Et oui, mon bon Monsieur, si personne ne vous
l'a dit, je vous le dirai moi-même: lorsqu'on vous
baptisa Monsieur Toine Laporte, on trouva le nom
qui vous convient le mieux.
— Tu veux dire, peut-être, que ma femme me
trompe ?
— Tout juste.
— Ce n'est pas possible !
— Que pariez-vous?
— Je te parie... je te parie... tiens..., dix setiers
de froment contre ta boutique de verre qui ne vaut
pas quatre sous. Mais tu me le prouveras...
— Deux fois si vous le voulez.. .et sans qu'il m'en
coûte grand'peine... Retournez-vous avec moi. »

152

EN TERRA GALE SA

*
¥ ¥

Quand soun à la porta d'Aniana, lou vitriè escampa
dins un valat la mitât dau veire qu'aviè, pioi dis à
Moussu Laporta:
« Couchàs-vous dins ma banasta, e dequé que vejés, n'en boulegués pas que quand sarà tems. »
Estendilha sa bloda dessus noste ome pèr lou rescondre un pauc; acaba, embé quauquas plaças de
veire, de roumpli sa banasta, la carga sus l'esquina
e dintra dins Aniana en cridant : « Vitriè ! vitriè !... »
Vai tout drech à l'oustau de Moussu Laporta.
Era sèt ouras dau vèspre, e lou capelan qu'aviè pas
mancat lou couvit s'atroubava ataulat embé Madama.
« Avèn pas ges coupât de vitras?» demanda lou
vitriè en tustant à la porta.
« Tè, fai la dama, aco's lou vitriè de Sant-Jan-deFos qu'aima tant de rire e que sap de cansous tant
poulidas. Se lou fasian mountà? Nou'n cantariè
quaucuna.
— Couma voudrés, respond lou curat.
— Hòu, vitriè! fai la fenna, mountàs; i'a ges de
vitras chapladas, mès souparés. »
Lou vitriè monta, pausa la banasta darriès laporta
e s'ataula. N'èroun au roustit e i'aviè una grossa galina, virada à faste, pus roussella que l'or e que fasiè
gau de veire.
Quand lou vitriè n'a manjat un fioc, la dama ie
dis:
« Sian au roustit, anàs nous cantà una cansou ?
— N'ai pa'ncara prou bagnat l'enche, Madama.
Acoumençàs, après vous me farai pas pregà. »
La fenna s'auboura :
« Moussu lou Curat, dis, avèn fach penitença tant

EN TERRE GAULOISE

153

Lorsqu'ils sont à la porte d'Aniane, le vitrier jette
dans un fossé la moitié du verre qu'il avait, puis il
dit à Monsieur Laporte :
« Couchez-vous dans ma hotte, et quoi que vous
voyiez, n'en remuez que lorsqu'il sera temps. »
Il étend sa blouse sur notre homme, afin de le cacher quelque peu ; il achève, avec quelques plaques
de verre, de remplir sa hotte, la charge sur le dos et
entre dans Aniane en criant: « Vitrier! vitrier !... »
Il va directement à la maison de Monsieur Laporte.
11 était sept heures du soir, et le curé qui n'avait pas
oublié l'invitation se trouvait attablé avec Madame.
« Nous n'avons cassé aucun carreau? demande le
vitrier en frappant à la porte.
— Tiens, fait la dame, c'est le vitrier de SaintJean-de-Fos qui aime tant à rire et qui sait de si
jolies chansons. Si nous le priions de monter?Il nous
en chanterait quelqu'une.
— Comme vous voudrez, répond le curé.
— Hé, vitrier! crie la femme, montez ; il n'y a aucun carreau de cassé, mais vous souperez avec nous.»
Le vitrier monte, dépose sa hotte derrière la porte
et se met à table On en était au rôti, et une grosse
poule à la broche, dorée à point, faisait plaisir à voir.
Quand le vitrier en a mangé un morceau, la dame
lui dit :
« Nous sommes au rôti, vous aller nous chanter
une chanson ?
— Je n'ai point encore assez mouillé l'anche, Madame. Commencez, après vous je ne me ferai guère
prier. »
La femme se lève :
13»

154

EN TERRA GALESA

de temps, qu'es pas trop lèu de pourre cantà Y Alléluia. »
E de sa pus poulida voués, entouna sus l'èr de 0
filii :
A Mount-Peliè Tòni's anat
Pèr querre d'aiga de santat;
Sabe pas quoura tournarà...
Alléluia !

— Sara iéu que cantarai lou segound verset, fai lou
capelan :
Ai la galina pèr soupà
E sarai pas soulpèr couchà;
Sabe pas s'aco durarà...
Alléluia !

— Ara es moun tour, vèn lou vitriè. E canta :
Ai un coucut ben amagat
Que n'a pas encara cantat,
Crese pamens que cantarà...
Alléluia !

— L'orne sauta aladounc de sa banasta, e moustrant la porta au vitriè :
Vitriè, m'as gagnât moun fourment,
Passa la porta, e vitament;
Mès lou curat la pagarà !...
Alléluia !

III
ENTRE CAPELAN E SACRESTAN
A MOUSSD ARCHIMBAUD

Moussu Galhet èra, avans 89, curat de MountPèirous.

EN TERRE GAULOISE

155

« Monsieur le Curé, dit-elle, nous avons fait pénitence si longtemps, qu'il est enfin heureux que nous
puissions chanter VAlléluia. »
Et de sa plus jolie voix, elle entonne sur l'air de 0
filii :
A Montpellier Toine est allé
Pour prendre de l'eau de santé;
Je ne sais quand il reviendra...
Alléluia!
— C'est moi qui chanterai le second couplet, dit
alors le prêtre :
J'ai belle poule pour souper,
Ne serai point seul pour coucher ;
Je ne sais si ça durera...
Alléluia !
— C'est maintenant mon tour, reprend le vitrier.
Et il chante :
J'ai gros coucou fort bien caché,
Il n'a pas encore chanté,
Je crois pourtant qu'il chantera...
Alléluia !
Le mari sort alors de la hotte, et montrant laporte
au vitrier :
Vitrier, je te dois mon froment,
Gagne la porte, et promptement;
Mais le curé me la paîra !...
Alléluia !
III
ENTRE CURÉ ET SACRISTAIN
A MONSIEUR ARCHIMBAUD

Monsieur Gaillet était, avant 89, curé de Montpeyroux.

156

EN TERRA GALESA

Coumala maja part das prèires d'aquel tems, sourtits dau pople que travalha la terra e visquent de la
vida dau pople, aviè la counsciença drecha, lou cor
sus la man, lou paraulis franc, l'esperit vieu e galejaire, prounte à repicà e à rèndre, emb é prou de malicià, mès sans un brigoulet de michantisa, mouneda
de la pèça au que lou pessugava.
Soun sacrestan, Andrieu de la Massouna, que se
cresiè pas d'aco dau sòu, en c narrant de tout à tort
e à través, se fasiè mai d'un cop riblà lou clavèl ou
coupa lou siblet, sans que la liçou i'aprouíitèsse gaire.
Es ansin qu'un jour, après la messa, disiè au curat :
« Moussu lou Curat, lous ases de Gignac afourtissoun
que lasfennas d'aici soun de trassas de fennas...
— Dequé vos dire, de trassas-de fennas ?
— Vole dire... anen, me coumprenés be...
— Nou, te coumprene pas.
— E be, de fennas que l'endeman de soun maridage
emb'un Janet an cargat las bralhas, de fennas que fan
teissel'ome e cantà lou coucut, de fennas...
— N'avèn pas mai aici qu'à Gignac...
— Couvenès dounc que n'i'a quaucas-unas !
— Dise pas de nou.
— Vous que las counouissès, pioi que las counfessàs toutas, fasès-me las counouisse...
— Coussi ie vas ! e dequé pensariès de iéu ?...
— Oh ! Moussu lou Curat, aco sourtirà pas de la
glèisa, e pioi, cavalisca! entre nautres, es pas de
counsequença, quand iéu sabe quicon, vous ou dise
be...
— Pioi que ie tènes tant, ou saupràs. Deman i'a
una messa pèr lous morts de Mount-Pèirous : toutas
las fennas saran aquí ; à l'oufertôri, quand vendran
faire lou poutou à la crous, tiba l'aurelha : se dise,

EN TERRE GAULOISE

157

Comme la plupart des prêtres de cette époque,
sortis du peuple qui travaille la terre et vivant de la
vie du peuple, il avait la conscience droite, le cœur
sur la main, son franc-parler, l'esprit vif et plaisant ;
il était prompt à la riposte et rendait, avec assez de
malice, mais sans un brin de méchanceté, monnaie
de la pièce à qui le taquinait.
Son sacristain, André de la Maçonne, qui ne se
croyait pas le premier venu, en causant de tout à tort
et à travers, se faisait souvent ri ver le clou ou couper
le sifflet, sans que la leçon lui servît à grand'chose.
C'est ainsi qu'un jour, après la messe, il disait au
curé : « Monsieur le Curé, les ânes de Gignac affirment que les femmes d'ici ne valent guère ?
— Que veux-tu dire, ne valent guère?
— Je veux dire.... allons, vous me comprenez
bien...
— Non, je ne te comprends pas.
— Eh bien, que ce sont des femmes qui, le lendemain
de leur mariage avec un Jeannot, ont mis la culotte,
des femmes qui font taire le mari et chanter le coucou, des femmes...
— Nous n'en avons pas plus ici qu'à Gignac.
— Vous convenez donc qu'il y en a quelques-unes!
— Je ne dis pas non.
— Vous qui les connaissez, puisque vous les confessez toutes, faites-les moi connaître...
— Comment y vas-tu ? et que penserais-tu de
moi ?..,.
— Oh! Monsieur le Curé, cela ne sortira pas de
l'église, et puis, que diable! entre nous rien ne tire à
conséquence, quand je sais quelque chose je vous le
dis bien....
— Puisque tu y tiens tant, tu le sauras. Demain, il

158

EN TERRA GALESA

couma à l'aeoustumada, Pax tecum, la fenna es ounèsta; se dise Osca, saràs soulide qu'aquela d'aqui
es una courriola e que soun orne n'a pas croumpat
toutes lous capèls que porta... »
L'endeman, Andrieu vesiè pas l'oura e lou moumentounte la messa n'en sariè à l'oufertôri.
Se parlant tout soul :
« l'aura de segù Madama Lesclop, Catinou de
l'Ounjat, Janetoun la Gravada, que reçaupran soun
Osca à la plaça dau Pax tecum; amai belèu la fenna
dau regent de las escolas, — me sembla pla que noste
consou l'agacha pas trop de través ; — e Teresina
dau Panard? e Babèu de la Placeta? e Froucanda,
la fenna de Milounet? e Margaridou de Guiraud?...
An trop lou mourre en l'èr pèr pas n'èstre, elas
atabé... »
Las prumieiras buretas servidas, Andrieu s'enderrairèt pas ; anèt querre la crous, lou linge blanc pèr
l'eissugà, la sièta pèr l'aumorna, e venguèt embé
Moussu lou Curat au mitan de la santa-taula.
Las fennas passavoun una pèr una, se clinant,
baisant la crous e dounant, quau una liarda, quau un
sôu.
Lou sacrestan, tout aurelhas, escoutava lou curat
que, d'à-founs à soun sant menistèri, avançava la
crous, disiè Pax tecum e eissugava lou poutou.
La fenna dau mèstre d'escola passèt una de las prumieiras. Quand Andrieu n'ausiguèt pas Osca, touquèt
lou couide au capelan pèr ie remembra l'aproumessa
de la vèlha.
Un quichament d'iol de Moussu Galhet ie moustrèt
que lou curat dessoublidava pas res, e pamens Madama Lesclop agèt soun Pax tecum, amai Catinou,
amai Jana la Gravada, qu'èroun toutas d'ounèstas

EN TERRE GAULOISE

159

se dira une messe pour les défunts de Montpeyroux :
toutes les femmes seront là; à l'offertoire, lorsqu'elles
viendront baiser la croix, tends l'oreille : si je dis,
comme d'habitude, Pax tecum, la femme est honnête ;
si je dis Osque, tu peux être assuré que celle-là est
une coureuse et que son mari n'a pas acheté tous les
chapeaux qu'il porte....»
Le lendemain, André attendait avec impatience
l'heure où la messe en serait à l'offertoire.
Se parlant à lui-même :
« Il y aura sûrement Madame Lesclop, Catinette
de l'Huilé, Jeanneton la Grêlée, qui recevront leur
Osque au lieu du Pax tecum ; peut-être aussi la femme
du régent des écoles, — il me semble bien que notre
maire ne la regarde pas trop de travers, — et Thérésine du Boiteux? et Babeau de la Placette ? et Fulcrande, la femme de Milounet ? et Marguerite de
Guiraud?... Elles ont le minois trop éveillé pour ne
pas en être,elles aussi... »
Les premières burettes servies, André ne s'attarda
pas ; il alla prendre la croix, le linge blanc pour
l'essuyer, le bassin pour l'aumône, et il vint avec
Monsieur le Curé au milieu de la sainte table.
Les femmes passaient une à une, s'inclinant, baisant la croix, et donnant, qui un liard, qui un sou.
Le sacristain, tout oreilles, écoutait le curé qui,
entièrement à son saint ministère, avançait la croix,
disait Pax tecum et essuyait le baiser.
La femme du maître d'école passa l'une des premières.
Lorsque André n'entendit point Osque, il toucha le
coude au curé pour lui rappeler la promesse de la
veille.
Un clignement d'yeux de Monsieur Gaillet lui mon-

160

EN TERRA GALESA

fermas, dequé que n'en pensesse Andrieu. L'ajèroun
couma las autras, e Teresina, e Babèu, e Froueanda,
e Margaridou.
Venguèt lou tour de Françoun, la fenna dau sacristan : Osca, diguèt lou curat, en ie bailant la
crous.
Andrieu, couma s'una serp l'aviè fissat, faguèt pas
qu'un saut :
« Badinan, Moussu lou Curat, ou manjan d'agriotas?... Coussi, ausàs dire Osca à ma fenna ?
— Osca dous cops, moun enfant, rebequèt Moussu
Galhet, e ten-te siau ara que sabes ce que vouliès
saupre, iéu me cau acabà ma besougna.... »
E lou curat, couma sere noun èra, countunièt à dire
Pax tecum.

*

Un autre jour, — èra lou dissate-sant, — Andrieu
se counfessava pèr faire sas Pascas.
« Moun Paire, disiè au curat, m'acuse d'avedre, de
cops que i'a, mancat ma preguieira, mès, d'autres
cops, l'ai fâcha pus longa que ce que eau.... aco tapa
aco....
M'es arribat de parlà mau dau monde que s'ou ameritavoun pas, mès mai d'una fes ai dich de ben de gusasses que s'ou ameritavoun gaire... aco tapa
aco....
De divendres que i'a, ai fach gras, mès mai d'un dimenche n'ai pas manjat que de magre... aco tapa
aco....

161

EN TERRE GAULOISE

tra que le curé n'oubliait rien, et cependant Madame
Lesclop eut son Pax tecum, ainsi que Catinette et
Jeanne la Grêlée, qui étaient toutes d'honnêtes femmes, quoi qu'en pensât André. L'eurent comme les
autres, et Thérésine, et Babeau, et Fulcrande, et
Marguerite.
Vint le tour de Françon, la femme du sacristain :
Osque, dit le curé en lui tendant la croix.
André, comme si une vipère l'eût mordu, ne fit
qu'un saut.
« Plaisantons-nous, Monsieur le Curé, ou mangeons-nous des guignes?... Comment, vous osez dire
Osque à ma femme !
— Osque deux fois, mon enfant, répliqua Monsieur
Gaillet; et reste tranquille maintenant que tu sais ce
que tu voulais apprendre, pour moi, j'ai ma besogne
à achever... »
Et le curé, comme si rien n'était, continua à dire
Pax tecum.
*

Un autre jour, — c'était le samedi-saint, — André
se confessait pour faire ses Pâques.
« Mon Père, disait-il au curé, je m'accuse d'avoir
parfois manqué ma prière, mais, parfois aussi, je l'ai
faite plus longue qu'il n'est utile de la faire... ceci
couvre cela....
Il m'est arrivé de parler mal de gens qui ne méritaient pas qu'on les calomniât, mais souvent j'ai dit
du bien de canailles qui ne le méritaient guère... ceci
couvre cela
Certains vendredis, j'ai fait gras, mais plus d'un
dimanche je n'ai mangé que du maigre... ceci couvre cela....
14

162

EN TERRA G ALESA

Ai belèu raubat mai d'una panieira d'oulivas, mès
de-segù m'en soui laissât raubà mai d'una saca... aco
tapa aco
Quasiment cbaca jour, m'es arribat de... pessugà
vosta serviciala....
— Couma iéu ta fenna... aco tapa aco! » respond
lou curat per acabà aquela counfessioun que l'enfètava.
IV
LOU CHAPELET
A FROUOAND GUIZAED

Un autre brave orne que retrasiè fossa à Moussu
Galhet es lou Paire Pountil que venguèt à Grabel en
22, perie presicà la missioun ounte s'aubourèt las dèse-sèt crouses dau Calvàri.
Jouine prèire en 93, aviè troubat lou biais d'escapà
à toutes lous auvàris d'aquel marrit tems, e à parti
dau prumièBonaparta, s'èra counsacrat à revieudàla
fe, las praticas e lou culte catoulics dins mai d'un
rodou ounte n'èra de besoun.
Dau tems de sa missioun, veniè souventas fes, sa
messa dicha, charrà à la boutiga, — moun grand e
moun paire èroun sabatiès de soun estat. — Toutes
lous vièls dau vilage s'ajustavoun aquí, e iéu, levènti
de nou ou dèch ans, m'atroubave toujour dins quauque cantou, escoutant sans faire semblant de res tout
ce que se ie disiè.
Vejaici ce qu'ausiguère countà au Paire Pountil:
« l'a quauques ans, lou curat de Sant-Froucand
de Loudeva m'aviè sounat pèr ie faire renfort dau
tems dau Carema.

EN TERRE GAULOISE

163

J'ai volé peut-être plus d'un panier d'olives, mais
sûrement je m'en suis laissé voler plus d'un sac...
ceci couvre cela....
Presque chaque jour, il m'est arrivé de... pincer
votre servante....
— Comme moi ta femme
ceci couvre cela!»
répond le curé pour achever cette confession qui lui
donnait sur les nerfs.
IV
LE CHAPELET
A. FULCEAND GUIZARD

Un autre brave homme qui ressemblait fort à Monsieur Gaillet, c'est le Père Pontil qui vint à Grabels
en 22 pour y prêcher la mission où furent élevées les
dix-sept croix du Calvaire.
Jeune prêtre en 93, il avait trouvé le moyen d'échapper à tous les dangers de cette époque tourmentée, et dès l'avènement du premier Bonaparte, il
s'était consacré à faire revivre la foi, les pratiques et
le culte catholiques en plus d'un endroit où le besoin
s'en faisait sentir.
Durant sa mission, il venait souvent, sa messe
achevée, causer à la boutique, — mon grand-père et
mon père étaient savetiers de leur métier. — Tous
les vieillards du village se réunissaient là, et moi gamin de neuf ou dix ans, je me trouvais toujours en
quelque coin, écoutant, sans paraître y toucher, tout
ce qui se disait.
Voici ce que j'ouïs conter au Père Pontil :
«Jlly a quelques années,le curé de Saint-Fulcrand de
Lodève m'avait appelé pour l'aider pendant le Carême.

164

EN TERRA 6ALESA

La gracia dau bon Dieu aviè segurament toucat
lous cors, pioi que vejère arribà, dins las cinq senmanas que ie demourère, mai de mila ornes e de tres
mila fennas dins la cabaneta ounte se bugada tant
de counscienças mai ou mens tacadas.
Un vèspre, una vièlha de setanta ans au mens venguèt m'atroubà, una miècha-oureta après que seguère
davalat de cadieira. Agèt prou de pena à dire soun
Confiteor.
Me countèt que, filha, fenna e maire de contrabandiès, contrabandieira ela-mema, aviè desempioi longtems mai crenit lous rats-de-cava e lous gabelousque
lou bon Dieu, e qu'aviè pulèu trepat lous cabarets e
las habitarellas per ie béure sa foulheta couma un
orne, que la gleisa, ounte, à soun dire d'alors, se
i'atroubava que d'aiga-signada.
A la perfín, s'èra ensouvenguda dau tems ounte,
manideta, anava à Sant-Froucand, e i'èra vengut l'enveja de ie tournà.
— Fasès atencioun, paire Pountil, ie diguèt moun
grand en lou coupant, me sembla que desvelàs bel e
ben lou secrèt de la confessioun.
— Ah vai! ie respoundèt, counouissès pas la vièlha,
e pioi, ce que vous conte anarà pas pus lion que de
iéu à vautres.
Dounc aquela vièlhàse counfessèt emb'una fe e una
franquetat couma n'avièi gaire vist. Gardave pas lou
mendre doute sus sa counversioun, talament que ie
dounère l'assoulucioun au prumiè cop.
Pèr vosta penitençi, ajustère, dirés cinq jours àderré, ehaca vèspre, voste chapelet. Lou sabès dire,
au mens ?
— Oh! oui, moussu, me respoundèt.
— E coussi farés per lou recità sans vous troumpà?

165

EN TERRE GAULOISE

La grâce du bon Dieu avait sûrement touché les
cœurs, puisque je vis arriver, dans les cinq semaines
que dura mon séjour, plus de mille hommes et de
trois mille femmes dans la guérite où se lessivent
tant de consciences plus ou moins souillées.
Un soir, une vieille de soixante-dix ans au moins
vint me trouver, une petite demi-heure après ma
descente de chaire. Elle eut assez de peine à dire
son Confiteor.
Elle me raconta que fille, femme et mère de contrebandiers, contrebandière elle-même, elle avait depuis longtemps craint beaucoup plus les rats-de-cave
et les gabelous que le bon Dieu, et qu'elle avait plutôt fréquenté les cabarets et les auberges pour y boire
chopine comme un homme que l'église où, à son dire
d'alors, on ne trouvait que de l'eau bénite.
A la fin cependant, elle s'était rémémorée le temps
où, petite enfant, elle allait à la messe à Saint-Fulcrand, et l'envie lui était venue d'y retourner.
— Prenez garde, Père Pontil, lui dit mon grandpère en l'interrompant, il me semble que vous dé.
voilez le secret de la confession.
— Ah bah! répondit-il, vous ne connaissez pas la
vieille, et puis, ce que je Taconte n'ira pas plus loin
que de moià chacun de vous.
Donc cette vieille se confessa avec une foi et une
franchise comme je n'en ai guère rencontré. Je ne
conservai aucun des doutes qui m'étaient venus à
propos de la réalité de sa conversion, tellement que
je lui donnai l'absolution à la première fois.
Pour votre pénitence, ajoutai-je, vous direz chaque
soir, pendant cinq jours consécutifs, votre chapelet.
Le savez-vous dire, au moins?
— Oh! oui, Monsieur, répondit-elle.
14*

166

EN TERRA GALESA

— Quand sarai couchada, dirai à Jaoque, moun
ome : Jaoque, vira un moumenet l'esquina, qu'ai de
besoun de tus. le metrai la man en naut dau carrastèl, seguirai jusqu'en bas, e à chaca osca, dirai un
Ave Maria. »
En l'ausiguent parlà 'nsinda, me demandère se la
vièlha contrabandieira se trufava pas de iéu ou se
parlava embé tout soun ime ; à touta zurta, — vouguent pas ie déure quicon, au cas ounte auriè agut
l'idèia de rire à mous despens, — ie faguère :
« Aco vai mai que ben, i'a ges de milhoun biais de
dire lou chapelet, mès dessoublidés pas, quandl'aurés
acabat, de faire un poutou à la medalha... E ara,
digàs vostè Mea culpa. »
Barboutiguèt quicon qu'escoutère gaire tant avièi
pena à me retène de cacalassà, pioi ie barrère lou fenestrou.
Desempioi pode pas counfessà una vièlha sans ie
dounà per penitença lou chapelet à recità cinq cops,
en faguent chaca cop un poutou à la medalha. »
*

* »
Tanque aici lou rajòu das contes de Mèstre Coudena.
Era tems, me dirés, que virèsses l'aiga.

BARJA-BEN
Lou felibre Barja-ben, qu'a mai de blaga que de
sen, vòu pas que siègue lou dich qu'es Gascon.

EN TERRE GAULOISE

167

— Et comment ferez-vous pour le réciter sans vous
tromper ?
— Quand je serai couchée, je dirai à Jacques, mon
mari : Jacques, tourne un moment le dos que j'ai besoin de toi. Je mettrai la main sur la colonne vertébrale, tout en haut, je suivrai jusqu'au bas, et, à
chaque encoche, je dirai un Ave Maria. »
En l'entendant parler ainsi, je me demandai si la
vieille contrebandière se moquait de moi ou si elle
parlait sérieusement ; à tout hasard, — ne voulant
pas être en reste avec elle, au cas où elle aurait voulu
rire à mes dépens, — je lui répondis :
« C'est très bien; il n'y a pas de meilleure méthode
pour réciter le chapelet, mais n'oubliez pas, lorsque
vous l'aurez achevé, de baiser dévotement la médaille. .. Et maintenant, dites votre Mea culpa. »
Elle murmura quelques mots que je n'écoutai guère,
tant il m'en coûtait de ne pas rire aux éclats, puis je
lui fermai le guichet.
Depuis, je ne puis confesser une vieille femme sans
lui donner pour pénitence à réciter cinq fois le chapelet, en baisant chaque fois la médaille très dévotement. »
*
* V

Je ferme ici le jet des contes de Maître Couenne.
Il était temps, direz-vous, de tourner l'eau.

BLAGUE-BIEN
Le félibre Blague-bien, qui a plus de bagout que de
bon sens, ne veut pas convenir qu'il est Gascon.

168

EN TERRA GALESA

« Pamens, ie fasièi l'autre jour, me dirés pas de
nou, sès be nascut à Auch ?
— Aco vòu dire aladounc que lou bon Dieu es un
ase, pèr amor qu'es nascut dins un estable ! »

LAS PLANTAS DEVIGNAIRAS
AU OOUSI P. CHASSAEr

Es pas de besoun, filhetas, de vous faire tirà la bona
aventura per una caraca, quand voudrés saupre se
vous devès maridà.
Vejaicì un estèc que vous fara pas degalhà voste
tems, amai que i' âgés fe.
Prenès una margarideta, e digàs-ie :
Margarida dau prat,
Diga la veritat ;
Ansin per tus sauprai
S'un jour serai :
Fenneta, — veuseta, — moungeta.
En digueut lous tres darriès mots, tiràs una fiolheta
de la flou e repetàs : « Fenneta, veuseta, moungeta »,
fins que i'age pas pus de fiolhetas : lou mot que dires
en derrabant la darrieira vous marcarà ça que sarés
un jour, se lou bon Dieu vous dona vida.
Voulès-ti counouisse couma vous aima voste galant?
Prenès unafiolhade cacia de rasa, d'aquel aubret que
fai las espignas que ne tiroun las cagaran las de sa
closca, e derrabàs sas fiolhetas en cansounejant :
Moun galant, moun bel ami,
Moun galant, tus ni'aimes-ti ?

EN TERRE GAULOISE

169

« Cependant, lui disais-je l'autre jour, vous ne pouvez pas le nier, vous êtes bien né à Auch ?
— Cela veut donc dire que bon Dieu est un âne,
parce qu'il est né dans une étable ! »

LES PLANTES DEVINERESSES
AU COUSIN P. CHASSAET

Point n'est besoin, fillettes, de vous faire dire la
bonne aventure par une bohémienne, quand vous voudrez savoir si vous devez vous marier.
Voici un moyen qui ne vous fera pas perdre votre
temps, pourvu que vous y ajoutiez foi.
Prenez une pâquerette, et dites-lui :
Marguerite du pré — dis-moi la vérité ; — ainsi par toi je
saurai — si un jour je serai : — femme, veuve ou nonne.
En prononçant chacun des trois derniers mots, arrachez un pétale de la fleur et répétez : « Femme,
veuve, nonne », jusqu'à ce que la marguerite soit totalement effeuillée ; le mot que vous direz en arrachant
le dernier pétale vous marquera sûrement ce que vous
serez un jour, si le bon Dieu vous accorde de vivre.
Voulez-vous connaître comment vous aime votre
galant ? Prenez une feuille de l'acacia des haies (1),
de cet arbre qui produit les épines avec lesquelles on
tire l'escargot de sa coquille, et arrachez ses folioles
en chantonnant,
Mon galant, mon bel ami — mon galant, dis, m'aimes-tu ?
(1) Gleditchia triacanthos des botanistes.

170

EN TERRA G ALESA

Un pauc, — fossa, — de tout toun cor, — à la fouliè,
— tout-escàs, — pas de tout!
E farés couma à la margarida.
Me dirés se la cacia vous respoundrà pas.

Es que i'a mai que las fîlhetasquevolouncounouisse
l'aveni !
Moun grand, — que Noste-Segne lou repause, —
veniè chaca an au Clapàs, lou jour de la fleira de
Pasquetas, e'mbé sous dous sous, se fasiè dire pèr un
d'aqueles oumenets que dansoun dins una boutelhase
sa frucha de l'annada sariè bona.
D'aquel tems, avièi pas l'ime qu'ai ioi, autrament
i'aurièi dich : « Moun grand, prenès dins lou camp
ounte anarés laurà divendres una espiga de jol, e digàs-ie :
Erba dau diable, de Satan,
Afourtis s'auren aqueste an :
Pan, vin, aboundancia ou carestiè.

E derrabàs à chaca mot un espigou:lou que vendra
darriè marcarà la frucha de l'annada. »
Moun grand, qu'èra un orne de sen, auriè seguit
moun counsel e se sariè espargnat au mens trenta
sòus doubles, e trenta sòus doubles farien juste lous
tres francs que me mancoun pèr avedre un escut.

EN TERRE GAULOISE

171

Un peu,— beaucoup, — de tout cœur, — à la folie,
— à peine, —pas du tout ?
Et vous ferez comme pour la marguerite.
Vous me direz si l'acacia ne vous répondra pas.
*

Mais il y a plus que les jeunes filles qui veulent
connaître l'avenir !
Mon grand-père, — que Notre-Seigneur lui donne
le repos, — venait chaque année à Montpellier, le
jour de la foire de Quasimodo, et, avec ses deux
sous, se faisait dire par un de ces lutins qui dansent
dans une bouteille si sa récolte de l'année serait
bonne.
En ce temps-là, je n'avais pas les connaissances
que j'ai maintenant, sinon je lui aurais dit : « Grandpère, prenez dans le champ où vous irez labourer
vendredi un épi d'ivraie, et dites-lui:
Herbe du diable, de Satan, — affirme si nous aurons
cette année : — pain, vin, abondance ou cherté.
Arrachez à chaque mot un épillet : celui qui viendra
le dernier marquera la récolte de l'année.
Mon grand-père, qui était un homme de sens, aurait suivi mon conseil et aurait ainsi économisé au
moins trente sous doubles ; or trente sous doubles
feraient juste les trois francs qui me manquent pour
avoir un écu.

172

EN TERRA 6ALESA

COUGOURLOU
(SOURNETA

DE

MA

PÈE

GRAND

LA BORGNA)

ALBERTOU

«Tè, Cougourlou, venièCougourla à soun drolle, en
ie bailant una sacada de blad, vai-t'en au mouli faire
moure aquestas dos eminas, e, au mens, souven-te
quand n'i'a. »
E Cougourlou, que se lous grapauds an pas ges de
couetas, n'es pas l'encausa, partiguèt en cansounejant :
« Dos eminas de blad i'ague, dos eminas de blad
i'ague !....»
En diguent ansin, arribèt emb' una coundamina
ounte un orne semenava de blad. Aqueste ausiguent
l'enfant dire : « Dos eminas de blad i'ague, ie faguèt :
— Siès bau, manit ; vos que i'ague pas que dos
eminas de blad ?
— E coussi me eau dire? demanda Cougourlou.
— A plenas earretadas n'i'ague ! »
Lou pichot partiguèt en diguent: « A plenas earretadas n'i'ague, à plenas earretadas n'i'ague !
»
quand rescontra un entarrament.
Un das ornes dau dòu, que l'ausìs, l'empougna pèr
las aurelhas :« Poulissounot, ie dis, vos que i'ague de
morts à plenas earretadas ?
— E coussi me eau dire ? demanda tournamai Cougourlou.
— Te eau dire : Lou bon Dieus ague soun ama !»
E Cougourlou partis en diguent: « Lou bon Dieus
ague soun ama ! lou bou Dieus ague soun ama !
>

173

EN TERRE GAULOISE

CITROUILLON
(SORNETTE DE MÈRE-GRAND LA BORGNE)
POUB LE

PETIT ALBEET

« Tiens, Citrouillon, disait Citrouille à son jeune
fils en lui donnant un sac de blé, va au moulin faire
moudre ces deux héminées de blé, et au moins n'oublie
point la contenance du sac. »
Et Citrouillon qui, si les crapauds n'ont pas de
queue, n'en est pas la cause, partit en murmurant:
« Qu'il y ait deux héminées de blé, qu'il y ait deux
héminées de blé h .. »
En chantonnant ainsi, il arriva sur le bord d'un
grand champ où un homme était en train de semer
du blé. Cet homme ayant ouï l'enfant dire : « Qu'il y
ait deux héminées de blé, l'apostropha ainsi :
« Tu es donc fou, gamin, veux-tu qu'il n'y ait à ce
champ que deux héminées de blé?
— Et comment me faut-il dire? demanda Citrouillon.
— Qu'il y en ait à pleines charretées ! »
L'enfant partit en disant: « Qu'il y en ait à pleines
charretées, qu'il y en ait à pleines charretées !.... »
quand il rencontre un enterrement.
L'un des hommes du deuil, qui l'entend, l'empoigne
par les oreilles : « Petit drôle, lui dit-il, tu souhaites
qu'il y ait des morts à pleines charretées ?
— Et comment dois-je dire? demande encore Citrouillon.
— Il te faut dire : Le bon Dieu reçoive son âme ! »
Et Citrouillon repart en disant : « Le bon Dieu reçoive son âme ! le bon Dieu reçoive son âme !» quand
15

174

EN TERRA GALESA

quand de vès el vei una cola de droullassesqu'anavoun
negà una china.
Deque canta aquel d'aqui?fai un d'eles, que lou
bon Dieus ague l'ama de la Nòvia! (car fau vous dire
qu'à la china disièn la Nóvia).
— E coussi me eau dounc dire? demanda vitament
Courgoulou.
— Te eau dire ce qu'es : S'en van negà la Nòvia,
pardieu ! »
E Cougourlou camina en diguent : « S'en van negà
la Nòvia, s'en van negà la Nòvia!... » quand atroba
una noça!
Lou nòvie, que l'ausis ie ven : «Siès ealuc, pichot,
dequé dises aqui?
— Aco vai pas ben, saique? demanda Cougourlou
espaurugat.
— No vai pas ben.
— E couma me eau dire?
— Long-tems demoroun ensemble!
— Ou dirai. »
E partis encara en faguent : « Long-tems demoroun
ensemble, long-tems demoroun ensemble ! » quand,
de qu'es pas lou sort? passa davans dous ornes enfangats.
« Ah! bastardou, fai un d'eles, vos que resten aicì !
espera-me un pauquet! »
E, en diguent aiço, l'orne sourtissiè dau camp ounte
s'èra enfangat.
— Coussi me eau dounc dire? demanda Cougourlou
que s'agroumoulissiè couma una coucoumella.
— Te eau dire : «Un es sourtit, que l'autre lèu
sourtigue ! »
E Cougourlou s'en vai en diguent : « Un es sourtit,

EN TERRE GAULOISE

175

il voit s'avancer vers lui une bande de joyeux drilles
qui allaient noyer une chienne.
— Que chante donc celui-ci? s'écrie l'un d'eux,
que le bon Dieu reçoive l'âme de la Mariée! » (car il
faut vous dire qu'on appelait cette chienne la Mariée).
« Et comment donc dois-je dire ? » demande vivement Citrouillon.
— Eh parbleu ! tu n'as qu'à dire ce qui est : Ils s'en
vont noyer la Mariée ! »
Et Citrouillon chemine en marmottant : « Ils s'en
vont noyer la Mariée, ils s'en vont noyer la Mariée !... » quand il rencontre une noce !
Le marié qui l'entend : « Tu es idiot, petit, que distu donc là ?
— Ce n'est pas convenable, sans doute? » demande
Citrouillon effrayé.
— Non, ce n'est pas convenable.
— Et comment me faut-il dire ?
— Longtemps ils restent ensemble ! »
— Je le dirai. »
Et il repart, répétant: «Longtemps ils restent ensemble, longtemps ils restent ensemble ! » quand,
autre coup du sort, il passe devant deux hommes embourbés.
« Ah! petit bâtard, fait l'un d'eux, tu désires que
nous restions ici ! attends un peu ! »
Et en parlant ainsi, l'homme sortait du champ où il
était embourbé.
— Comment donc dois-je dire?» demanda Citrouillon, se rapetissant comme un champignon.
— Tu dois dire : L'un est sorti, que l'autre bientôt
sorte ! »
Et Citrouillon s'en va tout en disant : « L'un est

176

EN TERRA GALESA

que l'autre lèu sourtigue ; un es sourtit, que l'autre
lèu sourtigue !... »
Sus la porta dau moulì, atroba un orne borgne.
Acos èra lou mouliniè.
« Parles de moun iol, manit? fai à Cougourlou.
— Nàni, parle dau blad que vous porte à mòure.
— Siès urous, autrament te derrabave la lenga. »
Lou mouliniè môuguèt lou blad. Courgourlou prenguèt la farina, s'en tournèt à soun oustau.
Lou gai cantèt e la sourneta feniguèt.

LAS TALOUNADAS DE ROUMIEU
AU PKOUFESSOU A. GLAIZE

L'abat Favre au siècle passat, Roumieu dins aqueste,
an representat ce que i'a de mai sabourous, de mai fin
e de mai populàri tout au cop, dins aquel esperit
galejaire que la salabrouso mar latina bufa sus nosta
terra d'Oc.
Au coustat das bons mots, de las badinadas saupejadas de tant d'imou galoia que l'un e l'autre an semenat di-ns sas obras, quant n'i'a pas, —fusadas qu'alucava lou fioc de la charradissa, — que sounperdudas
pèr lous amics dau franc rire e das cacalasses !
En ce que pretoca lou prieu de Cella-Nova, poudèn
n'en faire noste dòu : ges das amies de Favre tournaran
pas de l'autre mounde pèr nous countà ce que disiè
lou curat cascarèl. Mès sian tant d'amies de Roumieu
que l'avèn ausit e qu'avèn retengut quaucas-unas de
sas talounadas. Entanchen-nous de las noutà, avans

EN TERRE GAULOISE

177

sorti, que l'autre bientôt sorte ; l'un est sorti, que l'autre bientôt sorte !... »
Sur la porte du moulin, il se trouve face à face avec
un homme borgne. C'était le meunier.
« Parles-tu de mon œil, gamin ? demande-t-il à Citrouillon.
— Non, je parle du blé que je vous porte à moudre. »
— C'est heureux, sinon je t'arrachais la langue. »
Le blé fut vite moulu. Citrouillon prit la farine et
s'en retourna à la maison.
Le coq chanta et la sornette prit fin.

LES PLAISANTERIES DE ROUMIEUX
AD PROFESSEUR A. GLAIZE

L'abbé Favre au siècle passé, Roumieux dans celuici, ont représenté ce qu'il y a de plus savoureux, de
pl us fin et de plus populaire à la fois, dans cet esprit
rieur et satirique que la piquante mer latine souffle
sur notre terre d'Oc.
A côté des bons mots, des fines plaisanteries assaisonnées de tant d'humeur gauloise dont l'un et l'autre
ont parsemé leurs œuvres, combien n'y en a-t-il pas,
— fusées qu'allumait le feu de la conversation, — qui
sont perdues pour les amis du rire franc et joyeux!
En ce qui touche le prieur de Celleneuve, nous pouvons en faire notre deuil : aucun des amis de Favre
ne reviendra de l'autre monde pour nous raconter ce
que disait le curé facétieux. Mais nous sommes tant
d'amis de Roumieux qui l'avons entendu et qui avons
retenu quelques-unes de ses drôleries. Hâtons-nous
15*

178

EN TERRA GALESA

que d'autres eveniments ajoun trach sus sa despolha
lou grèu silenci que pesa toujour mai ou mens sus una
toumba.
Sabès que Roumieu aviè pres pèr blasoun la TourreMagna embé la devisa :
Chasque aucèu
Trobo soun nis bèu.
« Poulit aucèl que soui, fasiè ; ai de cambas de perdigal, un cors de cauquilhada, una tèsta de linota,
d'iols de chot, un bec de perrouquet, mès, ajustava
ben vite, una voués de roussignòu. »
E couma pèr se dounà rasou, se metiè à siblà un
èr ounte engaugnava à la perfecioun lou cap-mèstre
dau lutrin de l'aucelilha.
Sans avedre de grosses boutels, Roumieu aviè tout
au mens de cambas de gai et noun de perdigal ; soun
cors èra prou tèune, mès pus gros que lou d'una cauquilhada; sa tèsta, pèr tant laugèira que seguèsse, pesava mai que la d'una linota; sous iols avièn besoun
de lunetas, mès èroun pus poulits que lous d'un chot;
quant à soun nas, lou poudiè vertadieirament apelà
un bèc de perrouquet, tant la natura ie l'aviè dounat
croucut e loungarut, de mai couma un bèc de papagai, servissiè à mai d'una causa.
Un jour que Roumieu, fantasieirous couma un mainage, aviècroumpat una flahuteta de ferre-blanc pèr
n'en jougà Lou Maset, venguèt à soun oustau un vesitaire clapassiè qu'es encara en vida, e que pèr aquela
rasou, vous noumarai pas.
Lou vesitaire vei la flahuteta e, pauc discrèt, la
pren e s'ensaja à mountà la gama.
« N'en jougàs embé la bouca? fai Roumieu. Iéu
n'en jogue autrament. »

EN TERRE GAULOISE

179

de les noter, avant que d'autres événements aient
jeté sur sa dépouille le lourd silence qui pèse toujours
plus ou moins sur une tombe.
Vous savez que Roumieux avait pris pour blason la
Tourmagne avec la devise :
Chaque oiseau
Trouve son nid beau.
« Bel oiseau que je suis, disait-il; j'ai des jambes
de perdreau, un corps de cochevis, une tête de linotte,
des yeux de hibou, un bec de perroquet, mais, ajoutait-il bien vite, une voix de rossignol. »
Et comme pour se donner raison, il sifflait un air où
il imitait à la perfection le maître du lutrin de la gent
ailée.
Sans avoir de gros mollets, Roumieux avait tout
au moins des jambes de coq et non de perdreau; son
corps était assez mince, mais plus gros que celui d'un
cochevis ; sa tête, quelque légère qu'elle fût, pesait
plus que celle d'une linotte ; ses yeux avaient besoin
de lunettes, mais ils étaient plus beaux que ceux d'un
hibou ; quant à son nez, il pouvait réellement l'appeler un bec de perroquet, tant la nature le lui avait
donné long et crochu; de plus, comme un bec de perroquet, il servait à plusieurs usages.
Un jour que Roumieux, plein de fantaisies comme
un enfant, avait acheté un flageolet enfer-blanc pour
jouer Le Maset, il vint à sa maison un Montpelliérain
encore en vie, et que, pour cette raison, je ne vous
nommerai pas.
Le visiteur voit le flageolet et, peu discret, le prend
et s'essaie à monter la gamme.
« Vous en jouez avec la bouche ? fait Roumieux.
J'en joue autrement. »

180

EN TERRA GALESA

E tirant das dets dau musiquejaire l'estrument, n'en
bouta l'enche dins sa narrilha gaucha, e sible que siblaràs Lou Maset de Mèste Roumieu !
Lou Moussu que se capitavaun delicat, pas que de
pensà qu'aviè mes à sa bouca lou bout que Roumieu
fasiè passà dins soun nas, n'agèt un panlevament d'estoumac e sourtiguèt vitament pèr anà escullà defora
ce que poudiè pas pus caupre dedins.
« Dèch sous de ficats, faguèt Roumieu en coupant
en dous flocs la flahuteta, mès es égal, lous planisse
pas ; lou brave orne aurà, de-segu, lous dets mens
longs un autre cop. »

Roumieu se maridèt que n'èra gaire qu'un cadelàs :
lou pairastre de sa jouina feniia, Moussu C", que
vendiè de fustas à Bèu-Caire, lou prenguèt couma
emplegat.
Noste nouvèl maridat, tout floc e tout bélugas,
s'endarrairava souventas fes à l'oustau. Lous prumiès
meses, Moussu C*** laissèt courre l'aiga en bon ribeiròu dau Rose qu'èra ; mès un jour qu'aviè la mousca,
que bouscava Roumieu de tout las sans l'atroubà'n
lioc, mountèt la garda fins qu'au moument ounte
aqueste, sus lou cop de nòu ouras e miècha, venguèt
à soun traval.
« M'anàs dire, Moussu moun gendre bouscàs, perquè chaca jour que Dieu a fach, vous countentàs pas
d'intrà una ou.va après tout lou mounde, mès encara
partissès una oura e miècha davans quau que siègue ?
— Es vrai, respond Roumieu serious couma un
papa, qu'arribeun pauquet en retard lou mati ; se lou
vèsprepartisse debonaoura, es que vole pas m'atroubà

EN TERRE GAULOISE

181

Et tirant l'instrument des doigts du musicien, il enfonce l'anche dans sa narine gauche, et en avant, de
siffler Le Maset de Maître Roumieux !
Le Monsieur qui se trouvait être assez délicat, rien
q ue de penser qu'il avait porté à la bouche le bout
que Roumieux passait dans son nez, en eut un soulèvement d'estomac; il sortit au plutôt pour déposer
au dehors ce qui ne pouvait plus rester à l'intérieur.
« Dix sous de flambés, dit Roumieux, en brisant le
flageolet, mais peu importe, je ne les regrette pas : le
brave homme aura sûrement les doigts moins longs
une autre fois. »
*

* *

Roumieux s'était marié n'étant encore qu'un gamin:
le parâtre de sa jeune femme, Monsieur C***, qui
vendait des poutres à Beaucaire, le prit pour employé.
Notre nouveau marié, tout feu et tout flammes, se
retardait souvent à la maison. Pendant les premiers
mois, Monsieur C*** laissa courir l'eau, en bon riverain
du Rhône qu'il était ; mais un jour qu'il avait pris la
mouche, qu'il cherchait Roumieux de tous côtés sans
le trouver nulle part, il monta la garde jusqu'au moment où celui-ci, sur le coup de neuf heures et demie,
vint à à son travail.
« Vous allez me dire, Monsieur mon gendre par
alliance, pourquoi, chaque jour que Dieu a fait, vous
ne vous contentez pas d'entrer une heure après tous
les autres, mais encore vous partez une heure et demie
avant qui que ce soit ?
— C'est vrai, répond Roumieux sérieux comme un
pape, que j'arrive quelque peu après les autres le
matin ; si le soir je pars de bonne heure, c'est que je

182

EN TERRA GALËSA

dous cops tardiè dins la mema journada, ce que sariè
d'un marrit esemple dins un oustau couma lou vostre! »
*

Moussu C***, tout en vendent de coubles e de fustas,
de bos de Bourgougna e de bos dau Nord, aviè acampat una grossa fourtuna. Atamben, tratava soun gendre de naut. D'abord Roumieu aviè à sous iols mai
d'una deca : s'èra maridat contra soun agrat e sans
lou sòu, e pioi n'aviè pas ges de goust au coumerce.
Lou vièl, souvent menèbre ou repoutegaire, laissava
pas escapà una aucasioun de ie reprouchà ou sa paurieira ou ce qu'apelava sous barrancages.
Es vrai que lou levènti felibre ie riblava soun clavèl sans cridà ni para ni gara, e lou gros bourgés empouchava aco, e, se ie fasiè plasé, ou tapava embé
soun moucadou.
Un vèspre, Roumieu countava una farcejada qu'aviè jougat àBounet, lou pouèta-cafetiè de Bèu-Caire.
« Aco, faguèt Moussu C***, aussant las espallas,
aco's tout simplament lou tour d'un nèsci !
— Ah vai! respoundèt Roumieu, n'es pas antau que
se fai lou tour d'un nèsci, es couma aiço... »
E, dégourdit, faguèt lou tour de la cadieira ounte
Moussu C*** èra assetat.
A

Roumieu, dins lous dèch ans qu'avèn viscut l'un ras
de l'autre, passava pas senmana, sans veni faire un
tour à l'oustau.
Jougava embé lous enfants, ie siblava, ie cantava,
ie grimacejavatoutaslas sinjariès daumounde, e n'èra

EN TERRE GAULOISE

183

ne veux point me trouver deux fois en retard dans la
même journée, ce qui serait d'un bien mauvais exemple dans une maison comme la vôtre ! »
*

Monsieur C***, tout en vendant des chevrons et des
poutres, du bois de Bourgogne et du bois du Nord,
avait ramassé une grosse fortune. Aussi traitait-il son
gendre de haut. Roumieux avait à ses yeux plus d'une
tache : il s'était marié contre son gré et sans le sou,
et de plus il n'avait aucun goût pour le commerce. Le
vieillard, souvent récalcitrant et grognon, ne laissait
échapper aucune occasion de lui reprocher sa pauvreté ou ce qu'il appelait ses billevesées.
Il est vrai que l'espiègle félibre lui rivait son clou
sans crier ni pare ni gare, et le gros bourgeois empochait les ripostes, et, si cela lui faisait plaisir, les
recouvrait de son mouchoir.
Un soir, Roumieux racontait une farce qu'il avait
jouée à Bonnet, le poète-cafetier de Beaucaire.
« Ce que vous racontez là, dit Monsieur C***, levant
les épaules, c'est tout simplement le tour d'un idiot !
— Ah bah! répondit Roumieux, ce n'est pas ainsi
que se fait un tour d'idiot, c'est de cette manière.. . »
Et, dégourdi, il fit le tour de la chaise où Monsieur
C*** était assis. .
*
¥

*

Roumieux, pendant les dix années que nous avons
vécu l'un près de l'autre, ne laissait pas passer une
semaine sans venir faire un tour à la maison.
Il jouait avec les enfants, il leur sifflait, leur chantait, leur mimait toutes les singeries du monde, et

184

EN TERRA GALESA

pas jamai pus countent que quand lous aviè fâches ou
fossa rire ou fossa plourà. Es vrai qu'alor troubava
toujour dins sa pocha quauca bachiquella que lous
acalava vite, talament, qu'en fin de comte, felibre e
marmalha se quitavoun bons amies.
Garde couma un double e precious souveni : — remembrança de noste paure Peirounet que la mort nous
a raubat i'a nôu ans, e remembrança dau paure Roumieu que vèn de dispareisse, — una cana d'enfant,
qu'à la fieira de Toussant de 1884, lou galoi felibre
aviè croumpada à l'ainadet de nosta oustalada.
Me sembla qu'es ièr : lou lendeman de Toussant
s'atroubava un dimenche, e Roumieu me sachentlibre,
passèt à l'oustau per me prene.
Peirounet, — veniè d'acabà tout-escàs sous tres
ans, — courriguèt à soun endavans, e après lou bonjour acoustumat, avisant la longa barba e la crana
pelada dau felibre, ie venguèt couma aiço :
« Diga, Roumieu, perqu'as de pèusses tant longs à
ta barba, e n'as pas ges sus ta tèsta ? »
— Es que soui pas couma tout lou mounde. Mous
pèusses poussoun en dedins, travèssoun la tèsta, e vènoun sourti en bas per la barba.
— Aco n'es pas vrai, me badines.
— Si, es vrai. (Me sembla ausi Roumieu prounouncià segound la moda de Prouvença : es verai).
— E be ! alor bada, que veirai se i'a de pèusses dins
ta gorja. »
Roumieu s'aclata, droubls la bouca, e bouniàs,
laissa l'enfant agachà, pioi passà la maneta dins lou
four. Peirounet ni vei, ni toca ges de pèusses.
Pèr se revenjà de ce que se soun ûcats d'el, vòu
graufignà soun badinaire sans sourti lous dets de la

185

EN TERRE GAULOISE

n'était jamais plus content, que lorsqu'il les avait fait,
ou bien rire, ou bien pleurer. Il est vrai que dans ce
dernier cas, il trouvait toujours dans sapoche quelque
bonbon qui les consolait vite, tellement, qu'en fin de
compte, felibre et marmaille se quittaient bons amis.
Je garde comme un double et précieux souvenir : —
remembrance de notre pauvre petit Pierre que la
mort nous a enlevé il y a neuf ans, et remembrance
du pauvre Roumieux qui vient de disparaître, — une
canne d'enfant, qu'à la foire de la Toussaint de 1884,
le gai félibre avait achetée au petit aîné de notre
maisonnée.
Il me semble que c'est d'hier : le lendemain de la
Toussaint se trouvait un dimanche, et Roumieux, me
sachant libre, vint à la maison pour me prendre.
Petit Pierre, — il achevait à peine ses trois ans,—
courut au-devant de lui, et après le bonjour accoutumé,
avisant la longue barbe et le crâne dénudé du félibre,
il lui demanda :
« Dis, Roumieux, pourquoi as-tu d'aussi longs poils
à ta barbe, et n'en as-tu pas sur la tête ?
— C'est que je ne suis pas comme tout le monde.
Mes cheveux poussent en dedans, ils traversent la
tête et viennent sortir en bas par la barbe.
— Ce n'est pas vrai, tu te moques de moi.
— Si, c'est vrai. (Il me semble entendre Roumieux
prononcer selon la mode de Provence : c'est verai).
— Eh bien ! alors, ouvre la bouche, afin que je voie
s'il y a des cheveux dedans. »
Roumieux se baisse, ouvre la bouche, et bonasse,
laisse l'enfant regarder, puis introduire la main clans le
four. Petit Pierre ne voit ni ne touche aucun cheveu.
Pour se venger de la moquerie, il veut égratigner
le trompeur sans retirer les doigts de la bouche. Il
16

186

EN TERRA G ALESA

gorja. Agantalourasteliè que Roumieupourtava toujour e lou tira defora.
Vejaquì Peirounet, laissant toumbà'u sòu toutas
las dents, pioi plourant couma un madelen, e me cridant :
« Me piques pas, Papà; n'ou ai pasfachesprès!..»
Iéu, risièi à me tène las costas.
t
Ce qu'acalèt l'enfant, seguèt de veire Roumieu
acampà soun dentiè, lou boutà'n plaça, e cacalassà
davans sa figura.
« Nimai las dents, ie faguèt lou pichot, las as pas
couma nautres ?
— Nou, n'ai pas res couma degus : agacha moun
nas, es long couma una cournalieira e lou remene
couma me plais... »
E lou prenguent entre sous dets, Roumieu virèt
aquel longnas d'un las e de l'autre. Auriàs dich,l'ase
fiche, latroumpa d'un elefant !
Pioi, viragossejant sous dets, lous encroucava de
tout biais ; après degaugnava un boussut, un panard,
un manchot, diguent à tout moument à Peirounet estasiat :
.« Tè, fai antau, se pos...»
E l'enfantet, gauchament, de l'èr d'un canardou
quevoudriè faire lou bèu, s'ensajava à se torse couma
Roumieu.
Tout d'un cop, arrapant sous longs pèusses à plena
man, e relucant lou felibre embé d'iols pies de maliça :
« E tus, fai antau, se pos...»
E tout diguent acò, tirava sa poulida cabeladura
saura....
Sus aquel mot, lou felibre prenguèt lou manit dins
sous brasses, e lou poutounejant :

EN TERRE GAULOISE

187

saisit le dentier que Roumieux portait toujours et le
tire au dehors.
Voilà Petit Pierre laissant tomber à terre toutes les
dents, puis
criant :

pleurant comme un magdelein, et me

« Ne me bats point, Papa, je ne l'ai pas fait exprès !... » "
Moi, je riais à me tenir les côtes.
Ce qui consola l'enfant, ce fut de voir Roumieux
ramasser son dentier, le remettre en place, et rire
aux éclats.
« Ni les dents, fît l'enfant, tu ne les a pas comme
les autres personnes ?
— Non, je n'ai rien comme personne : regarde
mon nez, il est long comme une poignée de comporte
et je le remue comme il me plaît... »
Et le prenant entre ses doigts, Roumieux tourna
ce long nez d'un côté et de l'autre. On aurait dit, ma
foi, la trompe d'un éléphant!
Puis, tordant ses doigts, il les retourna en tous
sens; après, il imita un bossu, un boiteux, un manchot, disant à tout instant à Petit Pierre extasié :
« Tiens, fais-en autant, si tu le peux....»
Et l'enfantelet, gauchement, de l'air d'un caneton
qui voudrait faire le beau, s'essayait à imiter Roumieux.
Tout à coup, saisissant ses longs cheveux à pleines
mains, et reluquant le félibre avec des yeux pleins de
malice :
« Et toi, fais-en autant, si tu le peux !...»
Et parlant ainsi, il tirait sa jolie chevelure blonde...
A ces mots, le félibre prit l'enfant dans ses bras,
et couvrant ses joues de baisers :

188

EN TERRA G ALESA

« Siès trop brave pèr que te crompe pas res à la
fieira ; diga-me ce que vos ?
— Una cana couma la tieuna, emb'un bout d'or,
mès pas tant nauta, que pioi cauriè la coupa...
— Anan sourti embétoun papà ; te la croumparai,
eà miejour l'auras... Soulament, perqué t'ensouvèngues, quand saràs grand — pecaire, deviè pas
grandi, noste paure agnèl ! — de ta cana d'enfantou
e de Mèstre Roumieu, te vau escrieure quicon sus
un papiè. Vau faire couma se teniès adejà la cana... »
Se faguent bailà tout ce que eau pèr escrieure,
Roumieu improuvisèt, sus un flol qu'ai jout lous iols,
lou sounet que seguis :

A

PEIROUNET

Lou galant droulet de moun ami Chassary
De pourta cano, enfant, quand te veguère
Tant desirous :
— « N'i'en fau ben gaire — entre iéu me diguère —
Pèr èstre urous !... »
B, coume es fièiro, iuei, siéu ana querre.
Lou jounc courous
Qu'aro t'aduse ; espincho : un bout de ferre,
L'autre d'or rous...
L'embrises pas au mens: sarié daumage :
Tau qu'es, mignot, de la vido es l'image,
Aqueste jor...
Coumprendras miés ço que vole te dire
Se siés un jour grand ome o, ço qu'es pire,
Tambour-major 1 ! !
ROUMIEUX.

Anèren à la fleira.

EN TERRE GAULOISE

189

c Tu es trop gentil pour que je ne t'aehète point
quelque chose à la foire; que veux-tu?
— Une canne comme la tienne, avec un bout d'or,
moins haute, qu'il faudrait ensuite en couper....
— Nous allons sortir avec ton papa ; je te l'achèterai, et à midi tu l'auras.. .. Seulement, afin que tu
conserves le souvenir, lorsque tu grandiras — hélas !
il ne devait point grandir, notre pauvre agneau ! —
de ta canne d'enfant et de Maître Roumieux, je vais
t'écrire quelque chose sur un papier. Je suppose que
tu tiens déjà la canne....»
Se faisant donner tout ce qui est nécessaire pour
écrire, Roumieux improvisa, sur un feuillet que j'ai
sous les yeux, le sonnet qui suit :

A PETIT PIERRE

Le charmant enfant de mon ami Chassary
De porter canne, enfant, lorsque je te vis — Tant désireux : « Il ne lui en faut guère, — dis-je à part moi, —
Pour être heureux !... »
Et, comme c'est jour de foire, aujourd'hui, je suis allé
prendre — Le jonc désiré — Que je t'apporte ; regarde: un
bout de fer, — L'autre d'or roux.
Ne le brise pas au moins ; ce serait dommage : — Telle
qu'elle est, mignon, elle est l'image de la vie, — Cette badine...
Tu comprendras mieux ce que je veux te dire — Si tu es
un jour grand homme, ou, ce qui est pire, — Tambourmajor ! ! !
ROUMIEUX.

Nous allâmes à la foire.
16*

190

EN TERRA GALESA

Roumieu cerquèt pertout una cana d'enfant emb'un bout daurat; n'atroubèt ges. N'en prenguètuna
qu'aviè un bout d'os.
« N'es pas la qu'ai aproumessa à Peirounet, me
diguèt. Ansinda lou sounet qu'ai laissât à toun oustau sariè messourguiè se i'ajustave pas quicon ; m'en
torne embé tu : aurai lou plesi de dounà la cana au
pichot, e moudificarai à moun agrat ce qu'ai escrich. »
Mountèren à l'oustau. Noste manidet seguèt as
anjous d'avedre sa cana, e Roumieu, prenguent lou
fiol ounte aviè, una oura avans, eserich lou sounet,
tirèt una barra jout lou mot or, pioi ajustèt :
Pèr pas me faire menti
Mes uno s en plaço d'r :
Quant l'or defauto, abesti,
Fau faire coume se i'èro !

R.
Nous dounava dins aqueles dous darriès verses la
filousoufia de touta sa vida.

LOU PAN MOUSIT
A H. BISSANNB

Dins lous vilages qu'avesinoun Mount-Peliè, « avedre lou canard » vòu dire « èstre dins una granda
misèra ».
Mès, de tout aqueles vilages, Mervièl es lou qu'a, ou
s'aimàs milhou, lou qu'aviè mai de « canards » que ges,
atabéla cansou dis as Mervièlhencs, sus un toun bravament trufaire :
Las gens de Mervièl
An d'escuts à plen cruvèl ;

EN TERRE GAULOISE

191

Roumieux chercha partout une canne d'enfant
avec un bout doré : il n'en trouva aucune. Il en choisit une qui avait un bout en os.
«Ce n'est pas celle que j'ai promise à Petit Pierre,
me dit-il. Ainsi, le sonnet que j'ai laissé à ta maison
serait menteur si je n'y ajoutais quelque chose; je
m'en retourne avec toi; j'aurai le plaisir de donner la
canne à l'enfant, et je modifierai à mon gré ce que
j'ai écrit. »
Nous montâmes chez moi. Notre enfant fut aux
anges d'avoir sa canne, et Roumieux, prenant la
feuille où il avait, une heure auparavant, écrit le
sonnet, il souligna le mot or, puis ajouta:
Pour ne pas me faire mentir — mets une s en place d'r ;
— quand l'or manque, mon garçon, — nous devons aire
comme s'il y était !
R.
Il nous donnait dans ces deux derniers vers la philosophie de toute sa vie.

LE PAIN MOISI
A H. BISSANNE

Dans les villages qui avoisinent Montpellier, « avoir
le canard » signifie « être dans une grande misère ».
De tous ces villages, Murviel est, ou si vous le
préférez, a été celui qui compte le plus de « canards »,
aussi la chanson dit-elle aux Murviellois sur un ton
passablement railleur :
Les gens de Murviel
Ont des écus à plein crible ;

192

EN TERRA GALESA

Souii lion de l'estang,
Amai lous « canards » ie van.
A Mervièl dounc, en mila-ioch-cent-quaranta-sèt,
l'annada de la gr anda carestiè dau blad, Mèstre Virala-Roda, un amoulaire de coutèls, qu'aviè pas atroubat una liarda à gagna, sounèt un pichot, ie bailèt
dous sous.
« Tè, pichot, sou-dis, aquí dous sous, e vai-t'en as
quatre cantous de Mervièl cridà : Lou qu'auràde pan
mousit à vendre lou porte sus lou plan de la communa,
que lou crompoun à douge sous la lieura ! »
Lou pichot n'aviè pas cridat tres cops que lous
Mervièlhencs èroun sus lou plan, pas pèr vendre de
pan, — lous paures, lou laissavoun pas mousi, — mès
pèr agairà aquel insoulent de Vira-la-Roda.
Soulament, Vira-la-Roda aviè mes las cambas sus
lou col, e, miècha-oura après, countava dins SantJôrdi, en riguent couma un boussut, qu'à Mervièl
i'aviè sai pas quant de croustets de pan mousit.

L'ASE BLU
A perpaus d'una cansouneta de Prouvença ounte se
parla d'un ase blu, lou Cascarelet dis : « Couneissèn
proun lis ase gris, lis ase negre, lis ase blanc e lis
ase rouge ; mai qu'es acò, un ase blu? »
Iéu qu'ai vist fossa d'ases au mas, que n'ai vist
encara mai à la vila, n'ai pas jamai rescountrat de
blus.
M'es avis, pamens, que, se vous agradava de n'en
veire un, vou'n coustariè pas grand causa :
Anàs un vèspre de décembre ou de janviè, quand

EN TERRE GAULOISE

193

Ils sont éloignés de l'étang,
Et cependant les « canards » les visitent.
A Murviel donc, en 1847, l'année de la grande
cherté du blé, Maître Vire-la-Roue, un rémouleur de
couteaux qui n'avait pas trouvé un liard à gagner,
appela un gamin, lui donna deux sous :
o Tiens petit, lui dit-il, voici deux sous, et va-t'en
aux quatre coins de Murviel crie r : Que celui qui aura
du pain moisi à vendre le porte sur la place de la
mairie : on l'achète à douze sous la livre ! »
L'enfant n'avait pas crié trois fois que les Murviellois étaient sur la place, non pour vendre du pain,
— les malheureux, ils ne le laissaient pas moisir, —
mais pour lapider cet insolent de Vire-la-Roue.
Seulement, celui-ci avait mis les jambes sur le cou,
et une demi-heure après, il racontait dans SaintGeorges, en riant comme un bossu, qu'à Murviel on
détenait je ne sais combien de croûtons de pain
moisi.

L'ANE BLEU
A propos d'une chansonnette provençale où il est
parlé d'un âne bleu, le Cascarelet dit : « Nous connaissons assez les ânes gris, les ânes noirs, les ânes
blancs et les ânes rouges ; mais qu'est donc cela, un
âne bleu ? »
Moi qui ai vu beaucoup d'ânes au mas, qui en ai
observé bien d'autres à la ville, je n'en ai jamais rencontré de bleus.
M'est avis, néanmoins, que, s'il vous était agréable
d'en voir un, il ne vous en coûterait guère :

194

EN TERRA GALES A

la nèu tomba sarrada e que la silampa bufa rede, estacà voste roussi sus la cima de l'Aigal.
Vous aproumete que, se l'endemanàpounchad'auba,
l'atroubàs pas toutblu, es qu'aurés une ase famousament escaufat !

CAMBA-DE-BOI
A

J.

BRUYÈRE

« Se siès pas brave, te metrai au Maset! » Es ansin que, i'a trenta ans, las maires fasièn pòu as enfantous dins lous vilages qu'avesinoun lou Clapàs.
Lou Maset, autrament dich Mount-lobre, es un
grand mas, entre Grabel e Valhauqués, qu'es ioi la
prouprietat de Madama de Fourtoun e qu'èra alor à
Moussu de Rouberniè.
D'aquel tems, i'avié d'establit lou penitencià qu'an
desempioi trespourtat à Aniana. Tres ou quatre cents
garçous de sèt à vint ans, coundannats de bona oura
pèr lojus tribunals, i'espiavoun sas fautas, au dire das
que lous coundannavoun, mès en realitat ie devenièn
de sacripants acabats.
Tout en s'enfounçant mai que mai dins lou vice,
desfrichavoun las garrigasoufouchavoun lousmalhòus
qu'eles-memes avièn plantat.
Èroun gardats per una quarantena d'ancians souldats d'Àfrica qu'apelavoun d'ajudants, vièls briscards
mai amatous de la pipa e de la boutelha que dau traval. Aqueles ajudants lous tratavoun pas trop doulhetament : me soui laissât dire que de fes que i'a, lous
cops de courreja, se-nounlous cops de nèrvi de biôu,

EN TERRE GAULOISE

195

Allez un soir de décembre ou de janvier, lorsque
la neige tombe drue et que la bise souffle fortement,
attacher votre roussin sur la cime de l'Aigoual.
Je vous assure que, si le lendemain à la pointe de
l'aube, vous ne le trouvez pas tout bleu, c'est que
vous aurez un âne fameusement échauffé.

JAMBE-DE-BOIS
A J. BRUYÈRE

« Si tu n'es pas sage, je te mettrai au Maset ! »
C'est ainsi qu'il y a trente ans, les mamans effrayaient
leurs enfants dans les villages qui avoisinent Montpellier.
Le Maset, autrement dit Montlobre, est un grand
mas, entre Grabels et Vailhauquès, aujourd'hui la
propriété de Madame de Forton et qui appartenait
alors à Monsieur de Robernier.
En ce temps, on y avait établi la colonie pénitentiaire qu'on a depuis transportée à Aniane. Trois ou
quatre cents garçons de sept à vingt ans, condamnés
de bonne heure par les tribunaux, y expiaient leurs
fautes, du moins à ce que prétendaient leurs juges,
mais en réalité y devenaient des sacripants achevés.
Tout en s'enfonçant de plus en plus dans le vice,
ils défrichaient les garigues ou piochaient les jeunes
vignes qu'ils avaient eux-mêmes plantées.
Ils étaient gardés par une quarantaine d'anciens
soldats d'Afrique qu'ils appelaient des adjudants,
vieux briscards beaucoup plus amateurs de la pipe et
de la bouteille que du travail. Ces adjudants ne les
traitaient pas trop douillettement : je me suis laissé
dire que parfois les coups de courroie, sinon les coups

196

EN TERRA GALESA

toumbavoun de rescoundous sus l'esquina, quand l'aubeïssença se fasiè trop esperà.
La coulounia touta entieire davalava souvent à
Grabel, dau tems que Moussu de Rouberniè n'èra lou
Maire, e chaca an, coulouns e ajudants, flguravoun
toutes en granda tenguda, drapèu e tambours en
tèsta, à la proucessioun de la Fèsta-Dieu.
De mous souvenis d'enfant, ai gardât lou d'un d'aqueles coulouns, un garçoun de dès-e-ioch ans, ben
bastit, l'iol vieu e la tèsta inteligenta, mès raalurousament mancant d'una camba. L'avièn batejat Cambade-boi. E couma èra adrech de sas mans e que poudiè
pas gaire travalhà defora, avièn fach d'el lou cousiniè en chèfe de l'establissament.
Cau que vous conte ce qu'arribèt emb'aquel gusàs
de Camba-de-boi.

S'èra fort couma un brau e adrech couma un singe,
èra tamben pigre couma un lasert e pus groumand
qu'una mina. Ansin, quand caliè remenà la soupa e lou
rata, se gèinavapas, e sa camba de boi — un culhè
d'euse e noun de bouis, couma disiè — teniè la plaça
de la grossa culhèira qu'un cousiniè pus travalhaire
ou pus propre auriè emplegat.
Dins la coulounia, se manjava pas souvent de car;
noste cousiniè poudiè dounc pas gaire metre lous
milhous talhous de coustat ; estent toujour dedins,
i'èra pas coumode de faire la picourèia quand veniè
l'estieu. Mès un viel routiè couma el a toujour un
tour prèste au founs dau sac
Chaca mati, à cinq ouras, deviè servi la soupa à
touta Foustalada; pèr qu'aco-d'aqui se faguèsse à
tems, i'avièn bailat una cambra ounte couchava soul.

197

EN TERRE GAULOISE

de nerf de bœuf, tombaient en cachette sur le dos
quand l'obéissance se faisait trop attendre.
La colonie tout entière descendait souvent à Grabels, du temps où M. de Robernier en était le Maire,
et chaque année, colons et gardiens, figuraient tous
en grande tenue, drapeau et tambours en tète, à la
procession de la Fête-Dieu.
De mes souvenirs d'enfant, j'ai gardé celui de l'un
de ces colons, un garçon de dix-huit ans, bien bâti,
l'œil vif et la tête intelligente, mais malheureusement
privé d'une jambe. On l'avait surnommé Jambe-de-bois.
Comme il était adroit de ses mains et qu'il ne pouvait
guère travailler aux champs, on avait fait de lui le
cuisinier en chef de l'établissement.
Il faut que je vous raconte ce qui arriva à ce gueusard de Jambe-de-Bois.

S'il était fort comme un taureau et adroit comme
un singe, il était aussi paresseux qu'un lézard et plus
gourmand qu'un minet. Ainsi, quand il fallait remuer
la soupe ou le rata, il ne se gênait guère, et sa jambe
de bois — une cuiller de chêne vert et non de buis,
comme il disait — tenait la place de la véritable cuiller qu'un cuisinier plus laborieux ou plus propre eût
employée.
Dans la colonie, on ne mangeait pas souvent de la
viande; notre cuisinier ne pouvait donc guère mettre
les meilleurs morceaux de côté ; demeurant toujours à
sa cuisine, il ne lui était pas facile de faire la picorée
quand venait l'été. Mais un vieux routier — et il en
était un — a toujours un tour à son service au fond
du sac.
Chaque matin, à cinq heures, il devait servir la
17

198

EN TERRA GALESA

Se levava à tres ouras, alucava soun fournèl, e à
cinq ouras, la soupa, coupada de la vèlha, èra escullada pèr tout lou mounde.
En jun, julhet, agoust e setembre, à loga de se
leva à tres ouras, s'aubourava souventas fes à miècha-nioch, e de rescos, prenguent toutas la precauciouns couma un fin laire qu'èra, anava manlèva un
gros dèime sus lous bourraus, las peras, lous aubricots e lous rasins dau vesinage.
Davalava de cops que i'a jusqu'au mas de Gentil:
en lioc troubava pas flgas tant sucradas ou aubricots
tant sabourouses ; tamben regretava pas las dos ouras
e miècha de caml que ie prenièn lou vai e lou vèn.
Aviè lou souèn de caussà sa camba de boi d'un
souliè, pèr fln que degus pouguèsse pas, à la vista de
las pesadas, l'acusà d'èstre lou voulur. Jamai Moussu
Durand, lou mèstre dau mas de Gentil, tout en arremarcant las traças laissadas jout sous poulits aubres,
n'aviè pensat que lou cousiniè dau Maset e lou lipet
qu'à sa barba engoulissiè la frucha ben madura èroun
una soula e mema persouna.
Un mati, lous aubricots se troubèroun talament
muscats que Camba-de-boi se dessoublidèt sus l'aubre. Lou sourel anava pounchejà quand partiguèt dau
mas de Gentil pèr lou Maset.
Prenguèt à través camps e vignas, gasèt la Maussou sans anà passà au pont de la Rouqueta, e, ce
qu'agèt de pus pressât en arribant, seguèt de metre
soun fournèl en trin, de mountà sa marmita e de
faire un fioc d'infèr.
Perqué las tuferas s'escrachèssoun pus vite, zou, la
camba dins Toula, e remena que remenaràs... A
cinq ouras, couma à Fourdinàri, sans lou mendre

EN TERRE GAULOISE

199

soupe à tout le personnel ; pour que ce service fût
fait à temps, on lui avait donné une chambre où il
couchait seul. Il se levait à trois heures, allumait son
fourneau, et à cinq heures, la soupe, coupée de la
veille, était trempée pour tout le monde.
En juin, juillet, août et septembre, au lieu de se
lever à trois heures, il était souvent sur pied à minuit,
et en tapinois, prenant toutes les précautions en fin
larron qu'il était, il allait prélever une grosse dîme
sur les figues, les poires, les abricots et les raisins du
voisinage.
Il descendait parfois jusqu'au mas de Gentil : nulle
part il ne trouvait figues plus sucrées ou abricots
plus savoureux; aussi ne regrettait-il point les deux
heures et demie de chemin que lui prenaient l'aller
et le retour.
Il avait le soin de chausser sa jambe de bois d'un
soulier, afin que nul ne pût, à la vue des empreintes
du pied, le soupçonner d'être le voleur. Jamais Monsieur Durand, le propriétaire de Gentil, tout en remarquant les traces laissées sous ses beaux arbres,
n'avait pensé que le cuisinier du Maset et le gourmand qui à sa barbe engloutissait les fruits bien mûrs
étaient une seule et même personne.
Un matin, les abricots se trouvèrent tellement musqués que Jambe-de-bois s'oublia sur l'arbre. Le soleil
allait poindre lorsqu'il partit du mas de Gentil pour
la colonie.
Il prit à travers champs et vignes, traversa la
Mausson' à un gué qu'il connaissait au lieu de passer
par le pont de la Roquette, et, ce qu'il eut de plus
pressé en arrivant, fut de mettre son fourneau en
train, de monter sa marmite et de faire un feu d'enfer.
Afin que les pommes de terre fussent plus vite écra-

200

EN TERRA GALESA

brieu d'alônguis, la soupa èra servida sus chaca taula.
Camba-de-boi èra sauve!
Lou malur vouguèt que l'ajudant en chèfe, en ne
tirant sa siètada, troubèsse dins la granda soupieira
una grossa sabata. Era lou souliè que Camba-de-boi
cargava à sa bata garrella las niochs qu'anava en
rapilha, e qu'aqu,el mati, dins sa prèssa, aviè dessoublidat de pausa. En boulegant l'adoubun de la soupa,
lou souliè s'èra destacat, e fasiè figura dins lou boulhoun couma lous flocs de caulet, lous porres, las
tuferas, e las tranchas de lard.
Lou mèstre-gardian faguèt coumpareisse lou cousiniè, e sans voudre escoutà ges d'esplicaciouns lou
faguèt enferrià e lou tenguèt tres jours dins un cachot,
au pan e à l'aiga.
*

E ara, s'èra un prechaire, vous dirièi per acabà :
Se moussu Durand dau mas de Gentil n'a pas jamai
pougut castigà lou groumand que i'alaugèirissiè tant
ben sous aubres, empacha pas que Camba-de-boi a
pagat soun déute ; ce que prouva que la mourala perd
pas jamai sous drechs, e que la punicioun, de proche
ou de lion, seguis toujour la fauta.
Soulament, en vous diguent aco, aurièi l'èr d'un
mèstre d'escola que fai una liçou de mourala, e, ni à
iéu, ni as mèstres d'escola,, agrada pas gaire de faire
de liçous, seguèssoun de mourala, dau tems de las
vacanças.

201

EN TERRE GAULOISE

sées, zou, la jambe dans la marmite, et un vigoureux
remue-ménage... A cinq heures, comme à l'ordinaire, et sans le moindre retard, la soupe était servie
sur chaque table. Jambe-de-bois était sauvé !
Le malheur voulut que le gardien en chef, en se
servant, trouvât dans la soupière, une grosse savate.
C'était le soulier que Jambe-de-Bois mettait à la
patte boiteuse les nuits où il allait en maraude, et que,
ce matin-là, pressé par le temps, il avait oublié d'enlever. Pendant qu'il remuait la garniture de la soupe,
le soulier s'était détaché, et il faisait figure dans le
bouillon, tout comme les morceaux de chou, les poireaux, les pommes de terre et les tranches de lard.
Le gardien-chef fit comparaître le cuisinier devant
lui, et, sans écouter aucune explication, le mit aux
fers et le tint trois jours dans un cachot, au pain et à
l'eau.
*

Et maintenant, si j'étais un prêcheur, je vous dirais
pour achever :
Bien que M. Durand du mas de Gentil n'ait jamais
pu châtier le gourmand qui allégeait ses arbres, Jambede-Bois n'en a pas moins payé sa dette ; ce qui prouve
que la morale ne perd jamais ses droits, et que la
punition, de près ou de loin, suit toujours la faute.
Seulement, en parlant ainsi, j'aurais l'air d'un maître d'école qui fait une leçon de morale, et, ni à moi,
ni aux instituteurs, il n'est pas toujours agréable de
faire des leçons, fussent-elles de morale, du temps des
vacances.

17*

202

EN TERRA GALESA

L'ENFANT DESTRUSSI
A MARTOUNA

Galapian ! destrùssi ! cridava una fenna das Carmes àsoun pichot; ou ai toujour dich qu'ères bastard
de toun paire !
El a pourtat las bralhas que te faguère la senmana
passada vint ans as dimenches, dèch ans as jours ; iéu
las recope, las refau e te las cargue, e tus, tres jours
après, vènes embé lou cambau drech endavalat, una
esquinsada au ginoul gauche, lou pourtanèl sans boutous e la centura derrabada !...
Quand me parlas das enfants de ioi ! vous gausissoun dins tres jours ce que sous paires an pourtat
trenta ans ! Ounte anan, moun Dieu! ounte anan !

UN RAT ESPETACLOUS
A MOUSSU EEVEL

Passat-ièr, i'aviè un ajust de mounde davans una
granda aflcha apegada sus una façada dau Palais.
Chacun legissiè à plena voués :
VILA DAU CLAPA S

PIEIRA DE TOUSSANTS
Degus voudra pas parti de la fleira sans veire un
RAT DE GASILHAN
qu'a 4 pans e quart de long e que pesa 44 lieuras.
COSTA' PAS QUE

2

SÒUS !

« Iéu, diguèt César, lou garçou perruquiè que me
fai la barba, ai vist pus gros qu'aco.

EN TERRE GAULOISE

203

L'ENFANT DESTRUCTEUR
A PETITE

MARTHE

Mauvais sujet ! Sans-souci ! criait une femme des
Carmes à son enfant; j'ai toujours dit que tu étais
bâtard de ton père !
Il a porté le pantalon que je t'ai fait la semaine
dernière vingt ans chaque dimanche, dix ans chaque
jour ; je le retaille, je le refais et je te le mets, et
toi, trois jours après, tu arrives avec la jambe droite
emportée, une déchirure au genou gauche, le devant
sans boutons et la ceinture arrachée !...
Quand on me parle des enfants d'aujourd'hui ! ils
vous usent en trois jours ce que leurs pères ont
porté trente ans ! Où allons-nous, mon Dieu ! où allons-nous !...

UN RAT GÉANT
A MONSIEUR REVEL
Avant-hier, un attroupement s'était formé devant
une affiche placardée sur l'une des façades du Palais
de justice. Chacun lisait à pleine voix:
VILLE DE MONTPELLIER

FOIRE DE LA TOUSSAINT
Personne ne voudra quitter la foire sans voir un
RAT D'ÉGOUT
m

qui a l ,05 de long et qui pèse 44 livres.
IL N'EN COUTE QUE 2 SOUS !
« Moi, dit César, le garçon perruquier qui me rase,
j'ai vu plus gros que cela.

201

EN TERRA G A LESA

M'es arribat mai de cinquanta cops de passà davans un rat qu'a be proche de dos canas de long e
que pesa, pèr lou mens, un parel de quintaus !
— Taisa-te, farcejaire, ie fasiè soun camarada, à
quau vos countà aquela?
— La countarai à quau que siègue, e lou que voudra pas me creire n'a pas qu'a jougà una lèbre...
— Te la jogue, ie faguèt lou cougnat de soun patroun, que s'atroubava aquí.
— E be ! raoun brave Mèstre Simoun, poudès anà
à la plaça. Manjaren de lèbre aqueste vèspre.
Lou rat qu'ai vist, l'avès vist couma iéu : es lou
gros Boufard, de Figairolas ; n'es pas un rat de gasilhan, es un rat-de-cava !....»

LA CAVALA TROP JOUINA
AU COUSI FONTANIEU

l'a lou gros Jan-Francés qu'au mes de setembre
passat davalèt de l'Esperou aici pèr faire las vendemias.
Couma sap qu'un sòu vau quatre liards e qu'on n'a
de quite que ce que s'espargna, enreguèt sas vint lègas à bâtas pèr veni de l'Esperou au Clapàs.
Pamens, la ploja aguent aumentat lou pres de las
journadas, e lous ornes gagnant, cinq francs à loga de
quatre per earrejà lous lairans, s'atroubèt vers lou
vint de setembre prèste à remou utà embé dès-e-nòu
francs de mai que ce que coumtava.
Embé gau auriè regagnât sa mountagna, se n'aviè
sentit dins el dos grossas envejas : la prumieira, èra

EN TERRE GAULOISE

205

Il m'est arrivé plus de cinquante fois de passer devant un rat qui a bien près de deux mètres de long
et qui pèse, pour le moins, une paire de quintaux!
— Tais-toi, farceur, lui disait son camarade, à qui
donc veux-tu en faire accroire ?
— A personne, mais celui qui doute de ma parole
n'a qu'à parier un lièvre.
— Je tiens le pari, répondit le beau-frère de son
patron qui était présent.
— Eh bien ! mon brave Maître Simon, vous pouvez
aller à la halle. Nous mangerons du lièvre ce soir.
Le rat que j'ai vu, vous l'avez vu comme moi : c'est
le gros Bouffard, de Figuerolles ; ce n'est pas un rat
d'égout, c'est un rat-de-cave !...»

LA CAVALE TROP JEUNE
AU COUSIN H. FONTANIEU

Le gros Jean-François, au mois de septembre dernier, descendit de l'Espérou ici pour faire les vendanges.
Comme il sait qu'un sou vaut quatre liards et que
l'on n'a de quitte que ce que l'on épargne, il enfila
ses vingt lieues à pied pour venir de l'Espérou à
Montpellier.
Cependant la pluie ayant élevé le prix des journées, et les hommes gagnant cinq francs au lieu de
quatre à charrier les comportes de raisin, il se trouva
vers le vingt de septembre prêt à remonter avec dixneuf francs de plus qu'il n'avait compté.
Avec joie il aurait regagné sa montagne, s'il n'avait
senti en lui deux grosses envies: la première, c'était

206

EN TERRA GALESA

de veire la mar ; la segounda, de mountà dins lou
camí de ferre.
Après avedre loungament pensat, calculat e rebatut : « Cavalisca l'espargne ! s'escridèt. Pioi qu'ai gagnât d'argent, me vole metre en despensa!... Crèbe
l'avariça !.... Deman anarai à las Cabanas embé lou
camí de ferre ; m'en coustarà be quatorze sòus, mès
chaca jour n'es pas fèsta ! .. e pioi la Janetoun n'en
sauprà que ce que n'ien dirai !...
Au mens, pourrai charrà de ce qu'es que d'anà en
camí de ferre, e aurai vist s'aquela granda ribieira,
que ie disoun la mar, es mai de quatre cops pus larga
que l'Erau à Gange. »
*
* ¥

L'endeman matí, èra d'oura à la gara dau founs de
l'Esplanada e preniè una bilheta pèr las Cabanas, —
pas que pèr lou vai, coumtava, couma pensas, faire
lou vèn à pèd.
Passèt ambé lous autres sus lou troutadou ounte
l'on s'embarca.
Quante seguèt pas soun esfrai quand vejèt arribà la
granda machina, escampant de fum per la chiminieira
e escoupiguent de tout caire, dau tems que fasiè ausi
sas raucas bufadas e soun siblet que traucava l'ausidou !
Pensèt dau cop, loupaure orne, à ce qu'èra arribat
la vèlhaau mas ounte vendemiava: una cavala jouina,
atalada emb'una jardinieira, qu'aviè pres lou mors à
las dents, e que, descaussanada, aviè rebalat e espoutit lou ràfl que la menava, talament que lou malurous
èra mourtinèl d'aquela oura dins un lièch d'espitau.
Aladounc Mèstre Jan-Francés, creniguent pèr sa

EN TERRE GAULOISE

207

de voir la mer; la seconde, de monter dans le chemin de fer.
Après avoir longuement pensé, calculé et rebattu:
« Tant pis pour l'épargne ! s'écria-t-il. Puisque j'ai
gagné de l'argent,je veux me mettre en dépense !...
Que l'avarice crève !.. .Demain j'irai à Palavas avec
le chemin de fer, il m'en coûtera bien quatorze sous,
mais chaque jour n'est pas fête !... et puis la Jeanneton n'en saura que ce que je voudrai bien lui en
dire !...
Au moins, je pourrai dorénavant discuter à propos
des voyages en chemin de fer, et j'aurai vu si cette
grande rivière qu'on appelle la mer a plus de quatre
fois la largeur de l'Hérault à Ganges. »

Le lendemain, il était de bonne heure à la gare du
bas de l'Esplanade où il prenait un billet pour Palavas,
— rien que pour l'aller, il comptait, comme bien vous
le pensez, effectuer le retour à pied.
Il passa avec les autres voyageurs sur le trottoir
où l'on s'embarque.
Quel ne fut pas son effroi, lorsqu'il vit arriver la
grande locomotive, vomissant de la fumée par la cheminée et crachant des gouttelettes de tout côté, pendant qu'elle faisait entendre ses rauques halètements
et son sifflement aigu qui déchirait l'ouïe.
Il pensa, à l'instant, le pauvre homme, au malheur
arrivé la veille à quelqu'un du mas où il vendangeait :
malheur causé par une jument jeune, attelée à une
jardinière, qui avait pris le mors aux dents, et qui,
ivre de liberté, avait traîné et écrasé le valet de ferme
chargé de la conduire, tellement que le malheureux
était, à cette heure, moribond sur un lit de l'hôpital.

208

EN TERRA GALESA

pèl, tant-lèu que la machina s'es arrestada, se sarra
tout espaurugat dau machinista e ie vèn :
« Digàs, l'orne, i'a prou tems que l'atalàs vosta bèstia?... i'es acoustumada au coulas ?... Nous voujarà
pas au mens dins quauque vauri avans d'abità à la
mar?... e la pourrés tène se s'encapa de courre ?...
— Sabe pas dequé vou'n dire, moun brave ome, ie
respond lou machinista. l'a pas que tres jours que
l'ai: la counouisse pas gaire. E pioi, n'a pas encara
dès-e-ioch meses, atabé se poudiè que m'aubeïguesse
pas trop ; mès dequé voulès, eau pas mouri qu'un
cop...
— Una cavalassa couma aco qu'a pas que dès-eioch meses !...
Pas tant c.apoun de ie fisà l'orne de la Janetoun !...
le monte quau voudra dins lou càrri que ravala!...
N'es pas Jan-Francés que se farà crebà la panoulha
aquí dessus !... »
*

E, regagnant lou dedins, vai reclamà sous quatorze
sòus au fenestrou ounte i'avièn bailatla bilheta. Lou
fenèstrou èra barrat, l'ome i'èra pas pus. Aguèt bèu
picà, degus respoundèt pas. Dins aquel tems lou trin
aviè siblat tournamai e èra partit.
Vous dire se Jan-Francés planiguèt sous quatorze
sòus, n'es pas de-besoun. Talament que n'en dinnèt
pas e partiguèt pèr l'Espérou. l'arribèt, e, à mens
que n'en siègue tourna partit, encara se i'atroba. Mès
à l'oura qu'es, n'a pas vist la mar, pas mai que n'es
jamai mountat en camí de ferre.

209

EN TERRE GAULOISE

Donc, Maître Jean-François, craignant pour sa
peau, aussitôt que la locomotive s'est arrêtée, s'approche tout effrayé du mécanicien :
« Dites, l'homme, y a-t-il longtemps que vous l'attelez votre bête ?... est-elle habituée au collier ?... Elle
ne nous versera pas au moins dans quelque précipice
avant d'arriver à la mer?... et pourrez-vous la retenir,
si elle se met en tête de galoper ?...
— Je ne sais que vous en dire, mon brave homme,
lui répond le mécanicien. 11 n'y a que trois jours que
je l'ai : je ne la connais guère. Et puis, elle n'a pas
encore dix-huit mois ; il se pourrait qu'elle ne m'obéît
pas trop ; mais, que voulez-vous, il ne faut mourir
qu'une fois...
— Une cavalasse comme celle-là qui n'a que dixhuit mois !...
Pas si bête d'y fier le mari de la Jeanneton !... Y
monte qui voudra dans le char qu'elle traîne !... Ce
n'est pas Jean-François qui se fera crever la panse
là-dessus!... »
*

Et, regagnant l'intérieur, il va réclamer ses quatorze sous au guichet où il avait pris le billet. Le guichet était fermé, l'employé n'y était plus. Il eut beau
frapper, personne ne répondit. Pendant ce temps, le
train avait sifflé de nouveau et était parti.
Vous dire si Jean-François regretta ses quatorze
sous, ce n'est pas nécessaire. Tellement qu'il n'en
dîna pas et reprit le chemin de l'Espérou.
Il y arriva, et, à moins qu'il n'en sait reparti, il s'y
trouve encore. Mais à l'heure qu'il est, il n'a pas vu
la mer, pas plus qu'il n'est jamais monté en chemin
de fer.
18

210

EN TERRA G ALESA

UNA ESCOUMESSA
A MOUN PICHOT AMIC MAUEISE CHAZOT

« Quand avès d'ans, Mèstre Guiraud ?
— Soui dins mous quatre-vints.
— Voulès rire, saique ? Siès drech couma un I;
vostes pèusses tout-escàs grisounejoun e vous manca
pas una dent.
— E be ! porte ben moun vièlhounge, aquí tout
mès t'afourtisse que soui dins mous quatre-vints.
— N'ou crese pas.
— Vos jougà quicon, pichot ?
— Ce que voudrés.
— Tè, pas que lou tabat que me eau pèr la senmana ; un paquet de vint-e-cinq sòus.
— Aco i'es. Ai pòu qu'âgés la cara fâcha couma
un perdut, Mèstre Guiraud.
— Aubé tus, pichot. Agacha un pauc : acabère
mous tres-vinls pèr Sant-Jan ; diràs ara que soui pas
dins mous quatre-vints, belèu ? »
I'aviè pas à rebecà ; Mèstre Guiraud aviè gagnât.
I'anère croumpà soun paquet de tabat.
« Pichot, me diguèt quand ie lou bailère, aiço te
fai veire que toutes lous vièls repapioun pas e que
lous jouines, que cresès de tout saupre, avès encara
quiconet à aprene. »
Acatère moun floc embé mas cendres, e desempioi
n'ai pas pus fach d'escoumessas.

EN TERRE

GAULOISE

211

UNE GAGEURE
A MON PETIT AMI MAURICE CHAZOT

« Quel âge avez-vous, Maître Guiraud ?
— Je suis dans mes quatre-vingts.
— Vous plaisantez, sans doute ? Vous êtes droit
comme un I ; vos cheveux grisonnent à peine, et il ne
vous manque pas une seule dent.
— Eh bien ! je porte allègrement ma vieillesse,
voilà tout; mais je t'affirme que je suis dans mes
quatre-vingts.
— Je n'en crois rien.
— Veux-tu parier quelque chose, petit ?
— Ce que vous voudrez.
— Tiens, rien que le tabac qu'il me faut pour la
semaine ; un paquet de vingt-cinq sous.
— C'est tenu. Je crains fort que vous n'ayez la
figure faite comme un perdu, Maître Guiraud.
— Parle pour toi, petit. Examine un peu : j'ai
achevé mes trois-vingts pour la Saint-Jean ; soutiendras-tu maintenant que je ne suis pas dans mes quatre-vingts ? »
Il n'y avait rien à répliquer ; Maître Guiraud avait
gagné. J'allai acheter son paquet de tabac.
« Petit, me dit-il, quand je le lui donnai, ceci te
montre que tous les vieillards ne radotent pas, et que
les jeunes gens, qui croyez tout savoir, avez encore
quelque chose à apprendre. »
Je recouvris mon feu avec mes cendres, et depuis
je n'ai engagé aucun pari.

212

EN TERRA GALESA

PER N'ÈSTRE PAS JURAT
A J. AEGELLIEES

Moussu Fournàs, lou mèstre dau mas de Canta-Cigalas, ras de las Matelletas, èra à taula embè soun
oustalada, quand lou fatou ie pourtèt un papafard
l'avisant que lou sort aviè fach d'el un jurat per las
assisas qu'anavoun se droubi.
Couma sabiè que i'aviè dous anarehistas à juj'i, faguèt pas qu'un saut sus sa cadieira.
« Maladicioun! soui propre! crida. Aco n'arriba
pas qu'à iéu! èstre jurat quand i'a d'anarchistas à
coundannà! Qu'aqueles particuliès soun coumodes !...
Boutàs, sarièi pas estounat, se las garbieiras, la
palhieira e lou mas tout entiè fiambavoun un d'aquestes quatre matis. Sans coumtà que la dinamita pourriè be faire sautà l'oustau qu'ai au Clapàs !... Tenès,
planirièi pas mila escuts per troubà un biais de me
sourtì d'aqui.
— E coussi vous an noumat jurat? ie demanda Cristôu, lou majourau das pastres, un gavachàs dau Bleimard, que n'es pas l'encausa se lous grapauds an ges
de cougas.
— Moun noum se trapava, embé fossa d'autres,
dins un capèl ; n'an tirat quauques-uns, lou noumbre
que n'en caliè, e lou mieune es sourtit.
— Mès quantes soun lous noums que ie boutoun
dins aquel capèl ?
— Pèr èstre jurat, cau èstre Francés, avedre au
mens quaranta ans, saupre legi e escrieure, èstre pas
jamai estat couniannat, e veire soun noum sourti au

213

EN TERRE GAULOISE

POUR N'ÊTRE PAS JURÉ
A J. AEGELLIEES

Monsieur Fournas, le propriétaire du mas de ChanteCigales, près des Matelettes, était à table avec sa
maisonnée, quand le facteur lui apporta une lettre
l'avisant que le sort avait fait de lui un juré pour les
prochaines assises.
Comme il savait qu'il y avait deux anarchistes à
juger, il ne fit qu'un saut sur sa chaise.
« Malédiction! je suis propre! s'écria-t-il. Cela
n'arrive qu'à moi! être juré lorsqu'il y a deux anarchistes à condamner ! ce que ces particuliers-là sont
commodes !... Allez, je ne trouverai rien de surprenant à ce que les meules de gerbes, le grenier à foin
et le mas tout entier flambent l'un de ces quatre matins. Sans compter que la dynamite pourrait bien
faire sauter la maison que j'ai à Montpellier!... Tenez, je ne plaindrais point mille écus pour trouver un
moyen de sortir de ce guêpier.
— Et comment vous a-t-on nommé juré? lui demande Christophe, le chef des bergers de la ferme,
un gros montagnard du Bleymard, qui, si les crapauds
n'ont pas de queue, n'en est point la cause.
— Mon nom se trouvait, avec beaucoup d'autres,
dans un chapeau ; on a tiré quelques-uns de ces
noms, le nombre qu'il en fallait, et le mien est sorti.
— Mais quels sont les noms qu'on y met dans ce
chapeau ?
— Pour être juré, il faut être Français, avoir au
moins quarante ans, savoir lire et écrire, n'avoir jamais été condamné et voir son nom sortir au tirage
18*

214

EN TERRA GALESA

tirage au sort que se fai pèr aco toutes lous tres
meses.
— Poudès pas dire que voste noum n'es pas sourtit, i'eriàs pas quand l'an tirat; poudès pas mai assegurà que sias pas Francés, ni qu'avès pas quaranta
ans, ni que sias estat coundannat, aqueles Moussus
de Mount-Peliè an de papiès que fan fe dau countràri ; mès à vosta plaça, prendrièi una plouma e ie
mandarièi una letra pas picada das vermes, ounte
i'afourtirièi pas saupre legi ni escrieure. E ie demandarièi de me proubà, au cas ounte voudrièn pas me
creire, se ce que dise n'es pas vrai !...
D'aquel biais vou'n tirariàs, e pèr aqueste cop, e
pèr lous cops que vèn !... »

PERPAUS D'ENFANT
PÈR JAHET

l'a Janet, lou cadèt de moun fraire, que passa un
floc de sas vacanças embé nautres au mas.
Es un levènti se n'i'a ges, e de cops que i'a, vous
a de mots ou de reflessiouns tirats sabe pas d'ounte,
e qu'on s'espéra pas à troubà dins la bouca d'un pichot qu'à tout-escàs ioch ans.
*

¥

L'autre jour, passaven davans l'escola ounte vai, e
couma toutas las fenèstras an de grasilhas, pèr lou
faire charrà ie demandère :
« Perqu'an mes de barras à toutas las fenèstras de
toun escola ? »

EN TERRE GAULOISE

215

au sort que l'on fait tous les trois mois à cette intention.
— Vous ne pouvez pas dire que votre nom n'est
point sorti, vous n'étiez pas là lorsqu'on l'a tiré; vous
ne pouvez pas davantage affirmer que vous n'êtes pas
Français, ni que vous n'avez pas quarante ans, ni que
vous avez été condamné, ces Messieurs de Montpellier ont des papiers qui font foi du contraire ; mais à
votre place, je prendrais une plume et je leur enverrais une lettre non piquée des vers, où je leur affirmerais ne savoir ni lire ni écrire. Et je leur demanderais, au cas où ils ne voudraient pas me croire, si
ce que j'avance n'est pas vrai.
De cette manière vous en tireriez, et pour cette
fois, et pour l'avenir !... »

PROPOS D'ENFANT
POUR PETIT JEAN

Le petit Jean, le cadet de mon frère, passe une
partie de ses vacances au mas, avec nous.
C'est un loustic, s'il en est un au monde, et parfo is,
il a des réflexions ou des mots tirés on ne sait d'où,
et qu'on ne s'attend guère à trouver dans la bouche
d'un enfant de huit ans à peine.

L'autre jour, nous passions devant l'école qu'il
fréquente, et comme toutes les fenêtres ont des grilles, je lui demandai, dans l'intention de le faire causer:
« Pourquoi donc a-t-on mis des barreaux à toutes
les fenêtres de ton école?»
Alors, lui, sans se troubler: « C'est pour empêcher,

216

EN TERRA G ALESA

Alor el sans s'embaurà : « Es pèr empachà, dins las
pichotas classas, lou proufessou de faire passà lous
escoulans pèr la fenèstra, e dins las grandas, lous escoulans de ie faire passà lou proufessou...»
*
¥

¥

Divendres, anaven à Coumbalhòu ; avian atala.t
nosta saumeta qu'el, pauc galant pèr las doumaisellas
anglesas, a batejada Miss, e, rnountats sus nosta carretouna, caminaven à l'aise, trop à l'aise.
Sabe pas de qu'aviè Miss, mès marchava pas mai
qu'una arna, talament que iéu tenièi de tustat pèr
i'espoussà las mouscas e ie faire aloungà lou pas.
A-n-un-moument diguère : « Pique toujour, e Miss
courris pas gaire.
— I'along-tems que piques pas pus, moun ouncle,
respond Jan.
— E dequé fau alor?
— Repiques. »

Proche lou pont dau Rimassèl, rescountrèren de
carretiès de Sant-Jôrdi qu'en aqueste tems de granda
secada venièn de roumplisas boutas d'aiga à las fonts
de Grabel.
Jan, qu'a déjà estudiat lou Nouvèl-Testament, me
demandèt :
« Quante es lou bon Dieu que refai à Sant-Jôrdi
lou miracle de las noças de Catià?... »
*
¥ ¥

Aqueste an passat, lou jour ounte sannèren lou
bourguignoun, Janet e sa sorre Martouna, qu'a dous
ans de mens qu'el, venguèroun au mas.

EN TERRE GAULOISE

217

dans les petites classes, le professeur de faire passer
les élèves par la fenêtre, et dans les grandes, les élèves d'y faire passer le professeur....»
*

Vendredi, nous allions à Combaillaux; nous avions
attelé notre petite ânesse que lui, peu galant pour les
demoiselles anglaises, a baptisée Miss, et, montés
sur notre charrette, nous cheminions lentement, trop
lentement.
Je ne sais ce qu'avait Miss, mais elle ne marchait
pas plus vite qu'une mite, tellement que je tenais
de frappé, autant pour chasser les mouches que pour
lui faire allonger le pas.
A un certain moment, je me mets à dire : « Je bats
toujours Miss, et elle ne court guère.
— Il y a longtemps que tu ne la bats plus, mon
oncle, répond Jean.
— Et que fais-je alors ?
— Tu la rebats... »
*

* *

Près du pont de Rieumassel, nous avons rencontré
des charretiers de Saint-Georges qui en ce temps
d'extrême sécheresse venaient de remplir d'eau leurs
barriques aux fontaines de Grabels.
Jean, qui a déjà étudié le Nouveau-Testament, me
demande :
« Quel est le bon Dieu qui refait à Saint-Georges le
miracle des noces de Cana?...»
L'année dernière, le jouroù nous avons tué le bourguignon, Jean et sa sœur Marthe, qui a deux ans de
moins que lui, vinrent au mas.

218

EN TERRA GALESA

Perqué la pichota s'atroubèsse pas aquí au moument ounte lou sannaire plantèt lou coutèl dins lou
col à la paura bèstia, sa tanta la mandèt querre un
grel de menta à Tort.
Mès quand tournèt e que vejèt lou porc rede sus la
pastieira :
« Tanta Liseta, cridèt, es mort lou porc ?
— Oi.....
— Tastarai pas aladounc la saucissa que faràs...
— E perqué ?
— Perqué voudra pas res. L'autre cop, qu'atroubèren una galina morta dins la rasa, me diguères que
las bèstias mortas soun pas bonàs per manjà. N'en
vole pas ges de toun porc mort !...
— Mès ma tanta t'a gardât un talhou de porc vieu
pèr n'en faire ta part de saucissa, ie diguèt lou levènti
de Jan ; agacha ! es d'aqui que l'a tirat... »
E ie moustrava lous gros trauc qu'aviè fach lou coutèl dau sannaire.
« Es vrai, ma tanta ?
— Oi,moun roussignòu...E ara que sabes qu'auras
ta part tout couma lous autres, vait'amusa...
— Se l'ouncle vouliè nous prestà un faisset, anarian
sauta de-long dau grand cami,embé lous cousis ajustèt
Jan.
— Vèni, ie diguère, t'en bailarai un. »
E lou menant à l'estable, ie despenjère una longa
corda tirada d'un parel de vièlhas tralhas.
« Té, escaufàs-vous lous pèses en sautant; sustout
vous capignés pas e vous anés pas traire jout las rodas
de las carretas que passoun.
— N'ages pas pòu, l'ouncle. »
E lou couquinot s'encourriguèt.

EN TERRE GAULOISE

219

Afin que la fillette ne fût pas présente au moment
où le boucher enfonça le couteau dans le cou de la
pauvre bête, sa tante l'envoya prendre un brin de
menthe au jardin.
Mais lorsqu'elle revint et qu'elle vit l'animal étendu
sur l'auge :
« Tante Lisette, cria-t-elle, est-il mort, le porc ?
— Oui

— Je ne goûterai donc pas la saucisse que tu vas
faire
— Et pourquoi?
— Parce qu'elle ne vaudra rien. L'autre jour, lorsque nous avons trouvé une poule morte dans la haie, tu
m'as dit que les bêtes mortes ne sont pas bonnes à
manger. Je n'en veux pas de ton porc mort !...
— Mais ma tante a gardé pour toi un morceau de
porc vivant pour t'en faire une saucisse, lui dit l'espiègle de Jean ; regarde ! c'est de là qu'elle l'a tiré...»
Et il lui montrait le trou béant qu'avait fait le couteau du saigneur.
« Est-ce vrai, ma tante?
— Oui, mon rossignol
Et maintenant que tu es
assurée d'avoir ta part de saucisse comme les autres,
va jouer
— Si l'oncle voulait nous prêter une corde, nous
irions sauter sur la grand'route, avec nos cousins,
ajouta Jean.
— Viens, lui dis-je, je t'en donnerai une. »
Et le conduisant à l'écurie, je dépendis pour lui une
longue corde tirée d'une paire de vieilles guides.
« Tiens, réchauffez-vous les pieds en sautant ; surtout, pas de disputes, et de la prudence ; n'allez pas
vous jeter sous les roues des charrettes qui passent.
— N'aie pas peur, l'oncle... »

220

EN TERRA GALESA

A miejour, LiseU sounava tout lou mounde pèr
dinnà.
Nous metèren à taula. Lous pichots tastèroun la
saucissa. Marta agèt à part la sieuna, fâcha emb'un
talhou de porc vieu. La manjava embé la frèsa que
donoun lou grand èr, lou frech e tres ou quatre ouras
d'escourridas e de jocs en libertat.
» E pioi dirés, faguèt Jan, que lous enfants avèn
toujour una tripa de vouida !...
N'avèn ioi una de plena davans nautres en nous
ataulant, e toutara, en nous aubouran t, sarà la nostra
qu'auren roumplit !
— Ah ! gusàs, te manca pa 'n ceucle !... Trobes
toujour quicon à rebatre.
— Ou cau be... Agaeha un pauc... De-matls,
couma passaven lou po'urtau, una fenna,— Francés
m'a dich qu'aco 'svosta vesina Dona Rambalhèira, —
m'a demandat :
— Dequé vos faire d'aquela corda que portes sus
l'espalla, pichoutet ?
— Es pèr empourtà 'u mas lou fem qu'anan acampà
sus lou grand camí, i'ai rebecat.
A marmoutit quicon qu'ai pas ausit.
Un autre cop, se mesclarà de ce que l'arregarda... »

Dissate, en tournant dau traval, ausisse de l'escaliè Janet que plourà.
Dintre.
« J"an, perqué ploures?
— Perqué ma tanta m'a cridat.
— E perqué ta cridat?

221

EN TERRE GAULOISE

Et le lutin s'échappa.
A midi, Lisette nous appelait tous.
Nous nous mîmes à table. Les enfants goûtèrent la
saucisse. Marthe eut à part sa portion, faite d'un
morceau de porc vivant. Elle la mangeait avec l'appétit que donnent le grand air, le froid et trois ou
quatre heures de courses et de jeux en liberté.
« Et vous prétendrez ensuite, dit Jean, que nous,
les enfants, avons toujours un boyau vide !...
Aujourd'hui, nous en avons un plein devant nous en
nous mettant à table, et tout à l'heure, en nous levant,
ce sera l'un des nôtres que nous aurons rempli !
— Ah ! gueux, il ne te manque pas un cercle !...
Tu trouves toujours quelque chose à rabattre.
— Il le faut bien... Figure-toi que ce matin,
comme nous franchissions le portail, une femme, —
François m'a dit que c'est votre voisine Dame Rambalière, — m'a demandé :
— Que veux-tu faire de cette corde que tu portes
sur l'épaule, garçonnet ?
— C'est pour rapporter au mas le crottin que nous
allons ramasser sur la grand'route, lui ai-je répondu.
Elle a bougonné quelque peu, mais je n'ai rien
entendu. Une autre fois, elle se mêlera de ce qui la
regarde... »
*

Samedi, en revenant du travail, j'entends de l'escalier Jean qui pleure.
J'entre.
«Jean, pourquoi pleures-tu?
— Parce que ma tante m'a grondé.
— Et pourquoi t'a-t-elle grondé ?
19

222

EN TERRA GALESA

— Anen, un pauc vite, perqué t'a cridat ?
— Perqué plourave !... »

Lou vèspre, Jan nous conta sasbadinadas d'escoulan.
« Soui lou vesi, sus moun banc, d'un enfant gastat,
qu'es blound ou pulèu rous couma un coucou, ce que
l'empacha pas de s'apelà Negre.
«As de chança, tus, ie disièi l'autre jour.
— E perqué n'ai mai que tus?
— Perdincbe, que travalhes fossa ou pas gaire,
se toun paire te charpa, pos toujour ie respondre :
Coussì, troubàs que fau pas prou ! travaille pamens
couma un Negre !... »
*

— L'autre cop, dau tems de la licou, countùnia
Jan, avièi pessugat Negre. Negre aviè cridat mai
qu'un cat fouitat, e lou mèstre nous aviè punit toutes
dous.
Renaven l'un e l'autre couma dos carrellas de
pous.
« Cresès, nous fai lou mèstre dins soun francès,
que se vous punisse es pèr moun plasé?
— E pèr lou plasé de quau es dounc? ie rebèque. »
Me triblèt la penitença : es vrai que m'ou ameritave.
*

Dimenche passat, l'avièi pres embé iéu à MountPeliè pèr lou passejà. Sus la plaça de la Coumedia,
vejèren un vièl, emb'una longa barba blanca, que
cantava una cansou en s'acoumpagnant d'una arpa.

EN TERRE GAULOISE

223

— Allons, un peu vite, pourquoi t'a-t-elle grondé?
— Parce que je pleurais !

Le soir, Jean nous raconte ses farces d'écolier.
« Je suis le voisin, sur mon banc, d'un enfant gâté
qui est blond ou plutôt roux comme un cocon, ce qui
ne l'empêche pas de s'appeler Nègre.
« As-tu de la chance, toi ! lui disais-je l'autre
jour.
— Et pourquoi en ai-je plus que toi ?
— Parbleu, que tu travailles peu ou beaucoup,
chaque fois que ton pére gronde, tu peux répondre :
Comment, vous trouvez que je ne fais pas assez ! je
travaille cependant comme un Nègre !...»
*

— L'autre fois, pendant la leçon, continue Jean,
j'avais pincé Nègre. Mon Nègre avait crié plus qu'un
chat fouetté, et le maître nous avait punis tous les
deux.
Nous nous plaignions l'un et l'autre comme deux
poulies de puits.
« Croyez-vous, nous dit le maître en son français,
que si je vous punis, c'est pour mon plaisir ?
— Et pour le plaisir de qui donc? » lui ai-je répliqué.
Il a triplé ma punition : il est vrai que je le méritais de reste.
* •

Dimanche dernier, je l'avais pris avec moi à Montpellier pour le promener. Sur la place de la Comédie,
nous vîmes un vieillard à longue barbe blanche qui
chantait une chanson en s'accompagnant de la harpe.

224

EN TERRA GALESA.

Mès lou paure orne aviè un estrument ounte mancava la mitât de las courdellas, e pioi n'en jougava
couma quaucus que i'a pas jamai res dessoublidat.
« Diga, l'ouncle, coussi ie disoun emb'aquela musica? me demanda Jan.
— Aco's una arpa.
— Una arpa ?
— Oi.
— M'aprenes quicon... ara sauprai d'ounte vèn
lou mot arpatejà... »

LA MOSTRA-SOUREL
A F. TEOUBAT

Det-croucut, lou Ganjòu, aviè gagnât à-per-aquì
un parel de cent mila francs en vendent de grana de
magnans ou en croumpant de fourels, e, s'atroubant
prou riche d'aco, aviè quitat lou coumèrce.
S'èra fach basti, pas lion de l'Erau, un maset qu'aviè
una façada blancaqu'encigalava; dounava sus lou marin, e pourtava, pintrada en grossas regas negras,
una mostra-sourel espetaclousa.
Malurousament las prumieiras plojas lavèroun la
façada, e lous dégoûts d'aiga, en passant sus la mostra-sourel, alounguèroun jusquas au sòu las regas
qu'aviè tant ben tirat lou pincèl dau massou.
Det-croucutse planissié d'aco davans Costa-en-long,
soun travalhadou, quand aqueste d'aici, embé soun
plan bagassa, ie fai :
« Se me cresès, farés sus la mostra-sourel un sou-

225

EN TERRE GAULOISE

Mais le pauvre homme avait un instrument auquel
il manquait la moitié des cordes, et il en jouait comme
quelqu'un qui n'y ajamais rien oublié.
« Dis, l'oncle, comment appelle-t-on cette musiquelà? me demande Jean.
— C'est une harpe.
— Une harpe ?
— Oui.
— Tu m'apprends quelque chose
je saurai
dorénavant d'où vient le mot languedocien arpatejà... (1) »

LE CADRAN SOLAIRE
A P. TROUBAT

Doigt-crochu, le Gangeois, avait gagné près de
deux cent mille francs en vendant de la graine de
vers à soie ou en faisant le trafic des cocons, et se
trouvant suffisamment riche, il avait abandonné le
commerce.
Il s'était fait bâtir, non loin de l'Hérault, une maisonnette de campagne qui avait une façade blanche à
vous éblouir; elle regardait le marin et portait, peint
en grosses lignes noires, un immense cadran solaire.
Malheureusement, les premières pluies lavèrent la
façade, et les gouttes d'eau, coulant sur le cadran,
allongèrent ju squ'à terre les lignes qu'avait si bien
tracées le pinceau du maçon.
Doigt-crochu se plaignait de cette mésaventure de(1) Arpatejà, de arpa, arpia, griffe, signifie jouer des mains,
se démener, se débattre; être embarrassé; essayer de saisir
quelque chose, comme le lait un homme qui se noie.

19*

226

EN TERRA GALESA

ploch embé quatre posses : antau l'aiga farà pas pus
desteni las regas ! »

LOU VI A TRES SOUS
A F. VESSIÈEE

A tres sòus lou litre dau bon vi rouge e vièl, de
vi de prouprietàri, enco de Pitit, au numerot trege
de la carrieira Copa-Tèstà, à tres sòus, franc e natural !
E dau tems que lous pichots lançavoun au cridaire Ylbrougna! acoustumat, aici ce que me demandave :
Coussi podoun faire lous prouprietàris per nousà
lous courrejous en vendent tres sòus un litre d'aquel
vi qu'a tant coustat avans d'èstre dins la tina, que
paga à tout lou mens un sòu de drech, quand es necite d'ajustà encarà à tout aco la renda d'un en-bas,
lou carrech, la journada de Tome ou de la fenna que
se tèn aquí, la licença, sans coumtà una cola d'autras
despensas menudas?
Atroubave pas grand causa,mès lou noum de Pitit,
lou vendeire, seguèt pèr iéu lou lum ounte devièi
troubà moun esclaire.
Counouisse, dins Font-d'Aurèlia, un Pitit que logue
de cops que i'a, quand avèn au mas un traval que
prèssa.
Es un pichot prouprietàri : partit de pati-patà pas
res, reculis ioi una vintena de miochs de vi ; pèr
croumpàlas terras que ie lous donoun, s'es entrincat

EN TERRE

GAULOISE

227

vant Côte-en-long, le travailleur de sa terre, quand
celui-ci, avec son plan bagasse, lui dit: « Si vous
m'en croyez, vous établirez avec quatre planches un
auvent sur le cadran: de cette manière, l'eau ne fera
plus déteindre les lignes ! »

LE VIN A TROIS SOUS
A

FRANÇOIS VESSIÈRE

A trois sous le litre du bon vin rouge et vieux, du
bon vin de propriétaire, chez Pitit, au numéro 13 de
la rue Casse-Tête, à trois sous, franc et naturel !
Et pendant que les enfants lançaient au crieur
VIvrogne! traditionnel, voici ce que je me demandais :
Comment peuvent donc faire les propriétaires pour
nouer les deux bouts en vendant trois sous un litre
de ce vin qui a tant coûté avant d'arriver à la cuve,
qui paie au moins un sou de droits d'entrée, quand il
est nécessaire d'ajouter à ces frais le loyer d'un rezde-chaussée, le charroi, la journée de l'homme ou de
la femme-"qui se tient là pour la vente, la licence,
sans compter une foule d'autres menues dépenses?
Je ne trouvais pas grand'chose à répondre, mais le
nom de Pitit, le vendeur, fut pour moi la lumière
qui devait me fournir tous les éclaircissements.
Je connais, dans Font-d'Aurelle, un Pitit que je
loue parfois, lorsque nous avons au mas un travail
quelque peu pressé.
C'est un petit propriétaire : parti de rien, il recueille aujourd'hui une vingtaine de muids de vin ;
pour acheter les terres qui les lui donnent, il s'est ingénié de bien des façons, et il s'entend mieux que nul

228

EN TERRA GALES A

de mai d'un biais, e s'entend mai que quau que siègue
à faire susà de sòus à tout ce qu'entrepren.
— Tè, me diguère, deu èstre el que vend soun vi,
anen lou veire, nous lou farà tastà, e se se capita de
bonaimou, nous countarà coussi fai pèr pas trop degalhà sa récolta en la bailant à tres sòus lou pichè.
M'ère pas enganat.
« Adissiàs, Mèstre Pitit, ie fau en intrant.
— Amai à tus, Andrieu. Quante bon vent?...
Deves rire de me veire aici, tout couma Moussu lou
President deia Republicà, emb'un drapèu que flouteja
pèr anouncià ma presença.
— Ai pensat, quand ai ausit cridà de vi à voste
noum, qu'èra vous qu'aviès droubit una bandieira, e
soui vengut vous veire.
— Pas pèr n'en croumpà, sai-que? n'as au mas
mai que ce que n'en pos beure, e tant bon ou milhou
que lou mieu.
— Es vrai que vou'n croumparai pas ges, mès vous
pregarai de me levà lou martèl qu'ai en tèsta, s'aco
vous agrada.
— As martèl en tèsta! Sariès pas jalous? Que
diaussi, Liseta n'es pas una courriola, e pioi las maselieiras, amai que siègoun un pauquet risoulieiras,
soun d'autra mena que la maja part de las fllhas de
vila, de mourres d'anguila, mirais de fenèstra e fangasses de lièch...
— N'es pas aquí ce que m'empacharà de soupà
aqueste vèspre : voulièi tant soulament vous demanda
couma majencàs aco per gagnà voste tems e vosta
pena en bailant lou vi à tres sòus lou pichè.
— Siès pas un barjaire, — deque dirà, lou malurous,
quand sauprà que tire souventas-fes la corda de la

EN TERRE GAULOISE

229

autre à faire suer de l'argent à tout ce qu'il entreprend.
— Tiens, me suis-je dit, ce doit être lui qui vend
son vin, allons le voir, il nous le fera goûter, et s'il
se trouve dans un moment de bonne humeur, il nous
racontera comment il fait pour ne pas trop dilapider
sa récolte en la vendant trois sous le litre.
Je ne m'étais pas trompé.
« Bonjour, Maître Pitit, ai-je dit en entrant.
— Bonjour, André. Quel bon vent?... Tu dois rire
de me voir ici tout comme Monsieur le Président de
la République, avec un drapeau qui flotte pour annoncer ma présence.
— J'ai pensé, lorsque j'ai entendu crier du vin à
votre nom, que c'était vous qui aviez ouvert un débit,
et je suis venu vous voir.
— Non pas pour en acheter, sans doute? tu en as
au mas plus que tu n'en peux boire, et aussi bon ou
meilleur que le mien.
— Il est vrai que je ne vous en achèterai guère,
mais je vous prierai de me lever le martel que j'ai en
tête, si cela ne vous déplaît pas.
— Tu as martel en tête ! Serais-tu jaloux ? Que
diable, Lisette n'est pas une coureuse, et de plus les
maselières, bien qu'elles soient un peu rieuses, sont
d'une autre étoffe que la plupart des Allés de ville,
des museaux d'anguille, miroirs de fenêtre et bourbiers de lit...
— Ce n'est pas là ce qui m'empêchera de souper ce
soir; je voulais seulement vous demander comment
vous combinez toutes choses pour ne pas perdre votre
temps et votre peine en cédant le vin à trois sous le
litre.
— Tu n'es pas un babillard, — que dira-t-il, le

230

EN TERRA GALESA

Campana de Magalouna! — Entre nautres, vejaici ce
que n'es.
Ges de courratiès ni de negouciants avièn pas atroubat lou camí de Font-d'Aurèlia per veire moun vi ;
iéu, l'avièi moustrat à tout lou mounde, à Moussu
Vessieira, de Grabel, à Moussu Tourrieira, de MountFerriè, à Moussu Carrieira, de Mount-Peliè, e àsabe
pas quant d'autres ; avièi aproumés quatre francs pèr
mioch de courratage au Bessou de Pignan, se me lou
vendiè ; resi'aviè fach, èren à l'acoumençament de mai
que mounvi, tirat tres cops au fi, roumplissiè toujour
mas aisinas.
Couma las vignas bourravoun mai que ben, me diguère : — Pitit, se te derevesisses pas lèu, auras toun
vi que virarà cantuila au mes d'Agoust, e beuràs un
boulhoun que te coustarà un parelhat de mila francs.
Es aladounc que me decidère à lou vendre à pot e
pinta. Faguère moun comte : drech, lilença, escandalhage de las mesuras, carrech, renda e tout lou bataclan, m'embessavoun sièis blancs pèr litre : pèr n'en
tirà cinquanta francs dau mioch, lou devièi vendre
quatre sòus.
Mès adejà i'aviè mai de cinq cents drapelets à quatre
sòus, e de vi de Grabel, de vi de Coumbalhòu, de vi de
Sant-Jòrdi, de vi de Mervièl, de vis qu'embaumavoun
d'una lèga e que pesavoun dèch à tout lou mens.
Paure Pitit, n'en escoularàs pas quatre pichès
chaca jour, me pensère : eau atroubà un autre estèc.
loi tout lou mounde, las fennas de vila sustout, van
toujour au milhou mercat; venden-ie de vi bon mercat. De tres litres de vi à quatre sòus et d'un litre
d'aiga farai be ioch foulhetas de vi à tres sòus, e las
mainagèiras que l'aurièn bufat à quatre s'acoussaran
à la bouta quand l'auran ausit cridà à tres.

EN TERRE GAULOISE

231

malheureux, quand il saura que je tire souvent la
corde de la Campam de Maguelone! — Entre nous,
voici ce qu'il en est.
Aucun courtier ni aucun négociant n'avaient trouvé
le chemin de Font-d'Aurelle pour voir mon vin ; moi,
je l'avais montré à tout le monde, à Monsieur Vessière, de Grabels, à Monsieur Tourrière, de Montferrier, à Monsieur Carrière, de Montpellier, et à je ne
sais combien d'autres ; j'avais promis quatre francs
parmuid de courtage au Besson de Pignan, s'il me le
vendait ; rien n'y avait fait, nous étions au commencement de Mai que mon vin, soutiré trois fois, remplissait toujours mes foudres.
Comme les vignes bourgeonnaient admirablement,
je me dis : — Pitit, si tu ne te débrouilles pas bientôt, tu auras ton vin qui tournera la tête au mois
d'Août, et tu boiras un bouillon qui te coûtera une
paire de mille francs.
C'est alors que je me suis décidé à le vendre à pot
et à pinte. J'ai fait mon calcul : droits d'entrée, licence, vérification des mesures, charroi, loyer et tout
le bataclan, m'emploient six blancs par litre ; pour
en tirer cinquante francs du muid, j'étais dans l'obligation de le vendre quatre sous.
Mais il y avait déjà plus de cinq cents drapeaux à
quatre sous, et du vin de Grabels, du vin de Combaillaux, du vin de Saint-Georges, du vin de Murviel, des
vins qui embaumaient d'une lieue et qui pesaient dix
tout au moins.
Pauvre Pitit, tu n'en écouleras pas quatre litres par
jour, me disais-je : il faut trouver un autre moyen.
Aujourd'hui tout le monde, les femmes de ville surtout, vont toujours au meilleur marché : vendonsleur du vin bon marché. De trois litres de vin à qua-

232

EN TERRA. GALESA

Tant-lèu dich, tant-lèu fach. Ièr carrejère tres boutas; dins la nioch n'ai ajustat una d'aiga, espère be
m'estrenà ioi en n'en débitant un parel de sisenes. »
I'anave rebecà quicon, quand dos fennas intrèroun.
« Fasès-nous tastà aquel bon vi à tres sòus ?...
— Au reveire, Andrieu, me diguèt Pitit ; qu'aco
demore entre nautres, bouea clausa, que lenga muda
n'es jamai estada batuda. Lou bon jour à Liseta. »
E roumpliguèt las dos boutelhas que las fennas
pourtavoun, dau tems que iéu m'en anave en sounjant à las bonas oustalieiras de Mount-Peliè qu'aimoun mai embessà tres sòus à tres truquetas de vi
de ripoupèia, — es vrai que i'a la truqueta d'aigà
estrassa dau mercat, — que quatre sòus emb'un litre
de vi coursât dau terradou, aquel d'aqui au segù franc
e natural.

*

Mèstre Pitit a legit dins la Campana de Maguelouna
ce que vène de vous countà. Dau cop, m'es vengut
cercà garroulha, e nous sièn broulhats. Tambèn n'ai
pas pus besoun de me geinà, e pode vous dire ce que
i'arribèt lou lendeman dau jour ounte pareissiè lou
journal que fasiè counouisse sas maniganças.
Aviè, lou gusàs, mes pèr ensegnadou sus la porta
de la boutiga ounte vend soun aigada aquestes mots :
VI DE L'AIGA-LONGA,
A TRES

SÒUS LOU

LITRE.

233

EN TERRE GAULOISE

tre sous et d'un litre d'eau, je ferai bien huit demilitres de vin à trois sous, et les ménagères qui l'auraient
dédaigné à quatre accourront au baril lorsqu'elles
l'auront entendu crier à trois.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Hier j'ai apporté trois
tonneaux; dans la nuit j'en ai ajouté un d'eau, et
j'espère bien en débiter aujourd'hui pour mon étrenne
deux ou trois sixains. »
J'allais répliquer quelque chose, quand deux femmes
entrèrent.
« Faites-nous goûter ce bon vin de trois sous?...
— Au revoir, André, me dit Pitit, que ceci reste
entre nous, bouche close, que langue muette n'a jamais été battue. Le bonjour à Lisette. »
Et il remplit les deux bouteilles qu'avaient apportées les femmes, pendant que je m'en retournais songeant à ces bonnes ménagères de Montpellier qui
préfèrent employer trois sous à acheter trois quarts
de litre d'un vin de ripopée, — il est vrai qu'elles ne
paient pas le quart de litre d'eau, — que quatre sous
à un litre de vin corsé du terroir, celui-là sûrement
franc et naturel.
*
*

*

Maître Pitit a lu dans la Campane de Maguelone ce
que je viens de vous raconter. Du coup, il est venu
me quereller, et nous nous sommes brouillés. Aussi,
je n'ai nullement besoin de me gêner, et je puis vous
dire ce qui lui arriva le lendemain du jour où paraissait le journal dévoilant ses manigances. Il,avait, le
gueux, mis pour enseigne sur la porte de la boutique
où il vend sa piquette ces mots ;
VIN DE L'AIGUË - LONGUE ,
A TROIS SOUS LE LITRE.

20

234

EN TERRA GALESA

Era una messorga pus grossa que lou Pioch de
Sant-Loup, pioi-que soun vi es de Font-d'Aurella, e
de mai batejat couma se deu au Clapàs.
Dins la nioch, un levènti qu'aviè vist dins la Campana ounte lou coulas cachava aquel bardot, ajustèt
tres ou quatre letras à l'ensegna.
Atabé, quante cacalàs quand lou mati, en passant,
chacun legiguèt sus la porta :
VI QUE L'AIGA ALONGA,
A TRES

SÒUS

LOU

LITRE !

Pitit, desempioi descoulèra pas. Se me sentissiè
pas una bona pougna, sariè capable de cercà à m'espoussà las aurelhas. Mès digas-ie que vèngue !...

LA FOURTUNA D'UN AUZEROT
A CL. AUZIÈRE

Un vèspre de l'estieu passat, charrave davans ma
porta embé Francesou l'esclopaire.
Sa fenna, Catinou, veniè de querre un ourjolat
d'aiga, d'aquela aiga fresca que se beu pas qu'à
Mende.
« Catinou, ie diguère, prestàs-me voste ourjoù. »
E t'en pintère un brave cop à la gargalha.
«S'es poussible, pamens, faguère après avedredich
gramecis, qu'à Paris crompoun journalieirament mai
de dèch mila escuts de glaea pèr afrescà soun aiga !»
— Coussi! venguèt Francesou tout enclausit, lou
mounde de Paris i'embessoun tant d'argent qu'aco !
Petard-de-noun-de-sort ! que siègue pas negouciant !
Mandariéi be tres cops pèr senmana un parel de mila

EN TERRE GAULOISE

235

C'était un mensonge plus gros que le Pie SaintLoup, puisque son vin est de Font-d'Aurelle, et qui
pis est, baptisé comme il convient au Clapas.
Pendant la nuit, un luron qui avait vu dans la Campane où le bât blessait ce bardot-là, modifia légèrement l'enseigne.
Aussi quel éclat de rire lorsque le matin, en passant, chacun lut sur la porte :
VIN QUE L'EAU ALLONGE ,
A TROIS SOUS LE LITRE !

Pitit, depuis ne décolère plus. S'il ne me sentait
une poigne solide, il serait capable de chercher à me
secouer les oreilles. Mais dites-lui qu'il vienne !...

LA FORTUNE D'UN LOZÉRIEN
A CL. AUZIÈEE

Un soir de l'été dernier, je causais devant ma porte,
avec Francésou, le sabotier.
Sa femme Catinette venait de prendre une cruche
d'eau, de cette eau fraîche qui ne se boit qu'à Mende.
« Catinette, lui dis-je, passez-moi votre cruche. »
Et j'en bus un bon coup à la régalade.
— Si c'est possible, cependant, ai-je ajouté après
avoir dit merci, que les Parisiens achètent chaque
jour pour plus de dix mille écus de glace, afin de
rafraîchir leur eau !
— Comment! s'écria François ahuri, les gens de
Paris y dépensent autant d'argent que cela ! Pétardde-nom-de-sort ! que je ne sois point négociant ! J'enverrais bien trois fois par semaine deux mille barri-

236

EN TERRA GALESA

boutas d'aigaemb' aqueles de Paris. Jalada couma es,
la pagarièn, à tout lou mens, un sòu lou pichè. Dins
tres meses d'estieu, sarièi lou pus fourtunat de
Mende ! »
Petard-de-noun-de-sort! que siègues pas negouciant, Francesou !

A LA RENOUMADA DAU BON PEBRE
AU COUSI VIL·LA

Moussu Ris-Pan-Sau èra, i'a un parel d'ans, serjant
à l'Intendença dau 16m° Cors d'Armada, l'anavoun
dounà la medalha, quand i'arribèt ce que vous désire
à toutes, un airitage de tres ou quatre cents mila
francs.
Plantèt aquí soun mestiè, mès, amai seguèsse FrancCoumtés, aimava tant lou sourel, que demourèt au
Clapàs.
I'auriè viscut urous, pioi qu'aviè la santal, la fourtuna e la libertat, s'un grel d'embicioun n'aviè pas
pounchejat dins sa cabessa d'ancian ome de troupa.
Lou souveni dau ribanet qu'auriè pougut decourà
sa boutounieira lou coussejava vèspre e mati, nioch
e jour, e èra toujour emb'un iol d'enveja qu'agachava,
au Peirou ou à l'Esplanada, lous chivaliès de laLegioun d'ounou, lous ouficiès d'Academia, ememament
lous qu'estendilhoun sus lou revès de sa vèsta, noun
pas lou blanc, mès lou vèrd dau Porre.
Segù qu'auriè dounat dèch, vint, trenta milafrancs
pèr avedre lou drech, tout couma un autre, de pausà
sus sa petrina un sirme que marquèsse sa valou ; mès
n'es pas de noste tems que lous ribans se crompoun.

237

EN TERRE GAULOISE

ques d'eau aux Parisiens. Fraîche comme elle est, ils
la paîraient, à tout le moins, un sou le litre. Dans les
trois mois d'un été, je deviendrais le plus riche de
Mende ! »
Pétard-de-nom-de-sort ! que tu ne sois pas négociant, Francésou !

A LA RENOMMÉE DU BON POIVRE
AU COUSIN VIL·LA

Monsieur Riz-Pain-Sel était, il y a une paire d'années, sergent à l'Intendance du 16me Corps d'Armée.
11 allait recevoir la médaille, quand il lui arriva ce
que je vous désire à tous, un héritage de trois ou
quatre cent mille francs.
Il planta là son métier, mais bien que Franc-Comtois, il aimait tellement le soleil, qu'il se fixa à Montpellier.
Il y aurait vécu heureux, puisqu'il possédait la
santé, la fortune et la liberté, si un grain d'ambition
n'avait germé dans sa tête d'ancien homme de troupe.
Le souvenir du ruban qui aurait pu décorer sa boutonnière le poursuivait soir et matin, nuit et jour, et
c'était toujours d'un œil d'envie qu'il admirait, au
Peyrou ou à l'Esplanade, les chevaliers de la Légion
d'honneur, les officiers d'Académie, et même ceux qui
arborent, sur le revers de leur veste, non le blanc,
mais le vert du Poireau.
Sûrement'qu'il eût donné dix, vingt, trente mille
francs, pour avoir le droit, tout comme un autre, de
poser sur sa poitrine un signe qui marquât sa valeur;
mais ce n'est point de nos jours que les rubans s'achè20*

238

EN TERRA GALESA

Atabé lou paure ome n'en fasiè soun perqué e èra pus
malurous que iéu esperant ma mesada pèr pagà lou
pan que lous pichots an adejà manjat.
Au mes d'otobre passat, s'aubourèt un jour pus
mati que de coustuma, faguèt sa teleta dins un virade-man, e quand sourtiguèt toucava pas sòu: l'èrlou
pourtava.
Es que dins la nioch i'èra vengut una idèia lumenousa, una d'aquelas idèias que revouluciounoun una
vida e menoun soun ome prou lion, se lou portoun pas
au pinacle.
« Lou païs soufris, s'èra dich, amor que lous vis se
vendoun pas. Lou que troubariè Testée de faire vendre lous vis, rendriè service à toutes e sariè, ou me
troumparièi fossa, ben en drech de reclamà una recoumpensa publica.
Se lous vis se vendoun pas, es que s'en beu pas
prou, e se s'en beu pas prou es que se manja pas prou
de causas relevadas; dounc f'aguen manjà de causas
relevadas, e se beurà de vi e lou vi se vendrà.»
Dous meses aprèj, lou-s journals anounciavoun qu3
èu se droubiriè, au numjrot 185 de laplaç i das Estats
dau Lengadoc, una espiç.iriè touta nova, ounte lou
pebre se vendriè cinq sòus lou quart, la merlussa sièis
sòus la lieura, lou cambajou vint-e-dous sàus lou
kilo, lous arenes sièis liards lous cinq, e las arencadas, tres sòus la dougena e miècha! Se dounava sus
lou mercat, ou un poutet de inoustarda, ou un pougnat de courais, ou una culhèirada de taperas !
De-fèt, lou jour dau prumiè de l'an, vejèren toutes
flambejà lou vèspre en letras de floc l'ensegnadou dau
nouvèl oustau :
A LA RENOUMADA DAU BON PEBRE

EN TERRE GAULOISE

239

tent. Aussi le pauvre homme espérait-il vainement, et
en réalité il était plus malheureux que moi, attendant
mes gages du mois pour payer le pain que les enfants
ont déjà mangé.
Au mois d'octobre dernier, il se leva un jour plus
matin que d'habitude, il fit sa toilette en un tour de
main, et quand il sortit il ne touchait plus le sol: l'air
le portait.
C'est que dans la nuit il lui était venu une idée lumineuse, une de ces idées qui révolutionnent une vie
et mènent leur homme assez loin, si elles ne le portent pas au pinacle.
« Le pays souffre, s'était-il dit, parce que les vins ne
se vendent pas. Celui qui trouverait le moyen de
faire vendre les vins rendrait service à tous, et serait, ou je me trompe fort, bien en droit de réclamer
une récompense publique.
Si les vins ne se vendent pas, c'est qu'on n'en boit
pas assez, si l'on n'en boit pas assez, c'est qu'on
mange des mets qui ne sont pas suffisamment épicés ;
faisons donc manger des mets épicés, et l'on boira
du vin, et le vin se vendra. »
Deux mois après, lesjournaux annonçaient que bientôt s'ouvrirait, au numéro 185 de la place des Etatsdu-Languedoc, une épicerie nouvelle, où le poivre
se vendrait cinq sous le quart de livre, la morue six
sous la livre, le jambon vingt-deux sous le kilo, les
harengs saurs six Hards les cinq, et les sardines pressées trois sous la douzaine et demie! On donnait pardessus le marché, ou un pot, de moutarde, ou une
poignée de poivrons, ou une cuillerée de câpres!
En effet, le 1er janvier, nous vîmes tous flamboyer
le soir, en lettres de feu, l'enseigne de la nouvelle
maison :
A LA RENOMMÉE DU BON POIVRE

240

EN TERRA G ALESA

Lou lendeman, las cousinieiras venguèroun toutas
veire dequ'èra aquela boutiga ounte tout se vendiè
tant bon mercat, e lèu faguèroun coueta davans la
porta.
Las dos qu'intrèroun las prumieiras, èroun dos gavachounas, frescas couma de pou mas reinetas e risoulieiras couma toutas las qu'an pas vist lou jour que
per un trauc.
Quanta seguêt pas sa suspresa, quand ausiguèroun
Moussu Ris-Pan-Sau, lou mèstre de l'oustau, ie dire
dins soun francimand : — Mangez épicé, Mesdames,
mangez épicé. Se touquèroun lou couide, croumpèroun
vitament dous fours d'als, e sourtiguèronn, una diguent à l'autra :
— L'as ausit, aquel mau educat ? Es que ce que
disiè es à dire à de fennas ? le tournarai pas pus
— léu, faguèt l'autra, me geinarai pas. Lou cop
que vèn, prene un croustet dins ma pocha, e s'aquel
ome me dis couma ioi, agante un saucissot, una pougnada de prunas secas, tres ou quatre rasins de passarilha, mange tout aco, e pioi, tant pis pèr el, me
soulage dins sa boutiga !... »

Sabe pas se la cousinieira a tengut sa paraula, mès
sabeque Moussu Ris-Pan-Sau countùniade vendre à
pèrda, e à dire à sas praticas : — Mangez épicé, Mesdames, mangez épicé.
S'ère quicon dins lou Gouvèr, ie dounarièi lou ribanet qu'espéra, en recounouissença de soun bon
voulé e de soun devouament à la causa publica.

EN TERRE GAULOISE

241

Le lendemain, les cuisinières voulurent toutes visiter cette boutique où tout se vendait si bon marché, et bientôt elles firent queue devant la porte.
Les deux qui entrèrent les premières étaient deux
montagnardes, fraîches comme des pommes rainettes
et rieuses comme toutes celles qui n'ont vu le jour que
par un trou.
Quelle ne fut pas leur surprise, lorsqu'elles entendirent Monsieur Riz-Pain-Sel, le maître delà maison,
leur dire en son français : — Mangez épicé, Mesdames, mangez épicé. Elles se touchèrent le coude, achetèrent rapidement deux chapelets d'aulx, et sortirent,
l'une disant à l'autre :
— « L'as-tu entendu, ce mal élevé ? Est-ce que ce
qu'il disait est à dire à des femmes ? Je n'y retournerai plus
— Moi, répondit l'autre, je ne me gênerai pas. La
prochaine fois, je prends un morceau de pain dans la
poche, et si cet homme parle comme il l'a fait aujourd'hui, j'attrape un saucisson, une poignée de prunes
sèches, trois ou quatre raisins de Malaga, et ensuite,
tant pis pour lui, je me soulage dans sa boutique !...»
*

Je ne sais si la cuisinière a tenu sa parole, mais je
sais bien que Monsieur Riz-Pain-Sel continue à vendre à perte, et à dire à ses pratiques : — Mangez
épicé, Mesdames, mangez épicé.
Si j'étais quelque chose dans le Gouvernement, je
lui donnerais le petit ruban qu'il désire, en récompense de sa bonne volonté et de son dévouement à la
chose publique.

242

EN TERRA GALESA

Anen, Moussus dau G-ouvèr, un bon mouvement !
Noumàs noste espiciè ouficiè d'Academia ou chivaliè
dau Porre, e nautres, sous amies, dins un soul jour,
pèr lou festejà curaren sa boutiga e beuren tout lou
vi dau département! Sans coumtà qu'à las eleciouns
que vèn faren d'el un députât que sarà tout dins
vosta mancha.

LA PORTA DE LA CASSA
« Ma maire, fai lou pichotRicou en dintrant à soun
oustau lou dissate d'api ès Nosta-Dama d'Agoust,
me sounaràs deman à tres ouras dau mati.
— E perquè ?
— Perquè vole anà veire la porta de la cassa, que
l'ai pas jamai vista.
— Dequé me cantes aqui ! La porta de la cassa?
— Oi, la porta ou lou pourtau. Ai legit sus la paret
de l'escola, un grand papiè que i'a apegat lou garda,
e sus aquel papiè, i'a couma aco : Ouverture de
la chasse. Se doubrissoun la cassa, cau be que
i'age une porta ou un pourtau ! »

UNA BONA RECOUMANDACIOUN
A J. EIET

Vous arriba pas jamai de n'en faire quaucuna que
crèma au lum?... Iéu, vous ou dise, m'escapa, de
cops, de nesciges que pas un inoucent d'Aniana voudriè prene pèr soun comte, e crese que s'èra pas retenguda pèr lous pichots que soun, dau mati au vès-

EN TERRE GAULOISE

243

Allons, Messieurs du Gouvernement, un bon mouvement ! Nommez notre épicier officier d'Académie
ou chevalier du Poireau, et nous, ses amis, en un
seul jour, pour le fêter, nous viderons sa boutique et
nous boirons tout le vin du Département! Sans compter qu'aux prochaines élections nous ferons de lui un
député qui sera entièrement dans votre manche.

LA PORTE DE LA CHASSE
« Ma mère, fait le petit Henri en entrant à sa
maison le samedi après Notre-Dame-d'Août, tu m'appelleras demain à trois heures du matin.
— Et pourquoi ?
— Parce que je veux aller voir la porte de la
chasse ?
— Que me chantes-tu là ? La porte de la chasse ?
— Oui, la porte ou le portail. J'ai lu sur le mur
de l'école un grand papier blanc que le garde champêtre y a affiché, et sur ce papier, on lit : Ouverture
de la chasse. Si l'on ouvre la chasse, il faut bien
qu'elle ait une porte ou un portail ! »

UNE BONNE RECOMMANDATION
A J. RIET

Ne vous arrive-t-il jamais d'en faire quelqu'une
qui compte?... Moi, je vous le dis, il m'échappe parfois des balourdises que pas un innocent d'Aniane ne
voudrait prendre pour son compte, et je crois que si
elle n'était retenue par les petits qui sont, du matin

244

EN TERRA GAXESA

pre, penjats à sous coutilhouns, ma fenna, qu'a pas
la lenga au couissl, me cridariè souvent : « Destimbourlat? Toni-Boui ! vièlha bestiassa ! »
Cau que vous conte la que m'arribèt, deman i'aurà
tres senmanas.
Belèu sabès, e s'ou sabès pas, vous ou aprendrai,
que soui paire emb'un mas qu'es de long dau grand
camí de Sant-Gèli, pas lion de Mansilhou ; — es pèr
aco, anàs me dire, que sinnàs aici Lou Maseliè?
— Toutjuste.
Ai un fraire bessou qu'es proufessou au Clapàs. El,
s'es pas destimbourlat, a un michant caratèra: — demandas à Marsal que lou counouis...
Ai tamben un vesi, qu'es paire au Mas dau Capelan, un ome de la bona que porta lou cor sur la man
e qu'es toujour prèste à rèndre service.
L'autre dimenche, lou vejère arribàà l'oustau, juste
au moument ounte tournave de la vila.
« Bonjour, Andrieu, me faguèt.
— Dieu vous lou done, Mèstre Paulhac ! Couma aco
vai, ioi ?
— Pas mau. E vous, e la cousinieira, e toutes aqueles drolles ?
— Toutes soun escarrabilhats... Quante bon vent
vous mena?
— Vejaici : l'a voste fraire, l'ouncle lou proufessou, couma disoun vostes pichots, qu'es un das que
fan passà lous esamens dau brevet de capacitat à las
fllhas que voloun èstre mestressas d'escola.
Ai ma nebouda de Valhauquès que se presenta e aimarian fossa que reiissiguèsse.
l'a nòu ans, ou sabès, que lou fraire de ma fenna
mouriguèt dau colerà ; ma cougnada, la maire de la
pichota, vèn dins l'âge e soufris d'una timou freja ; la

245

EN TERRE GAULOISE

au soir, suspendus à ses jupons, ma femme, qui ne
laisse pas la langue à l'oreiller, me crierait souvent :
« Écervelé ! idiot ! vieille bête !...»
Il faut que je vous raconte celle qui m'arriva, il y
aura demain trois semaines.
Peut-être savez-vous, et si vous ne le savez pas, je
vous l'apprendrai, que je suis paire dans un mas qui
n'est pas éloigné de la route de Saint-Gély, non loin
de Mansion; — c'est pour cela, allez-vous dire, que
vous signez ici Le Maselier? — Justement.
J'ai un frère jumeau qui est professeur à Montpellier. Lui, s'il n'est pas distrait, a un mauvais caractère : — demandez à Marsal qui le connaît...
J'ai eu aussi un voisin qui est paire au Mas du Capelan, un excellent homme portant le coeur sur la
main et toujours prêt à rendre service.
L'autre dimanche, je le vis arriver à la maison,
juste au moment où je retournais de la ville.
« Bonjour, André, me dit-il.
— Dieu vous le donne, Maître Paulhac ! Comment
va la santé, aujourd'hui?
— Pas mal. Et la vôtre, et celle de la cuisinière et
de tous ces enfants-là ?
— Chacun est allègre... Quel bon vent vous
amène ?
— Voici : Votre frère, l'oncle le professeur, comme
disent vos petits, est un de ceux qui font subir l'examen du brevet de capacité aux jeunes filles qui veulent être maîtresses d'école.
Ma nièce de Vailhauquès se présente à cet examen,
et nous tiendrions beaucoup à ce qu'elle réussît.
Il y a neuf ans, vous le savez, que le frère de ma
femme est mort du choléra; ma belle-sœur, la mère
delà fillette, avance en âge et souffre d'une tumeur
21

246

EN TERRA GALESA

vièlha Mameta ie vei pas pus, e un garçounet qu'an,
es, peeaire, boussut, e farà pas jamai qu'un trassa de
travalhadou.
S'avièi ausat, vous aurièi demandat de veni embé
iéu enco de voste fraire ; mès dous mots que ie mandarés vaudran tout autant. E après vous dirai gramecis. »>
+

Amai de noste tems i'agèsse pa'ncara lou certificat
d'estùdis, rèste pas d'escrieure una letra quand eau,
e Martouna, la manida de moun fraire, dis qu'escrive
milhou que soun Papà, tout uniment perqu'escrive
pus gros qu'el.
Prenguère aladounc unaplouma nova e mandère à
moun bessou ce que seguis :
FRAIRE PAU,

» Aquesta es pèr te reeoumandà una filheta que vòu
èstre mestressa d'escola. La paura enfant s'atroba
dins una pousicioun fossa interessanta. Soun paire es
mort dau colerà; sa maire a una timou freja au ginoul ; sa grand es avugla, e soun pichot fraire es
boussut : la familha touta entieira comta sus lou traval d'aquela manida.
» Mostra-te pèr un cop bon garçou, e vèni me dire
dijous que tus, e lous Moussus tous counfraires de la
coumessioun, i'avès dounat aquel brevet que cèrea e
que, soulidament, deu amerità.
» Liseta, lous pichots e iéu t'embrassan ; embrassan
dous cops Albertou, Jan, Martouna, Marieta, Clara e
la Mamà de toutes. Adieu.
» Lou

MASELIÈ. »

EN TERRE GAULOISE

247

froide ; la vieille grand'mère n'y voit plus, et un garçonnet qu'ils ont, est, pecaire, bossu, et ne fera jamais qu'un médiocre cultivateur.
Si j'avais osé, je vous aurais demandé de m'accompagner chez votre frère, mais deux mots que vous lui
enverrez vaudront tout autant. Et après je vous dirai
un grand merci. »
,

*
* *

Bien que de notre temps le certificat d'études ne fût
pas encore institué, je n'en écris pas moins une lettre
quand il le faut, et Marthe, ma petite nièce, prétend
que j'écris mieux que son Papa, tout simplement parce
que j'écris plus gros que lui.
Je pris donc une plume neuve et j'envoyai à mon
jumeau ce qui suit :
« FRÈRE PAUL,

« Celle-ci est pour te recommander une jeune fille
qui veut être institutrice. La pauvre enfant se trouve
dans une situation fort intéressante. Son père est
mort du choléra ; sa mère a une tumeur froide au genou ; sa grand'mère est aveugle et son jeune frère est
bossu : la famille tout entière compte sur le travail
de cette enfant pour vivre.
Montre-toi pour une fois bon garçon, et viens me
dire jeudi que toi, et les Messieurs tes confrères de
la commission, lui avez donné ce brevet qu elle recherche et que, sûrement, elle doit mériter.
Lisette, les enfants et moi t'embrassons ; nous embrassons doublement Albert, Jean, Marthe, Mariette,
Claire et la Maman d'eux tous. Adieu.
« LE MASELIER. »

24S

EN TERRA GALESA

Lou dijòus au mati, Mèstre Paulhac e sa nebouda
venguèroun à l'oustau. Nadavoun dins la joia.
La fllheta aguèt lou bon biais de pas francimandejà,
e me diguèt dins aquel paraulis que sourtis un pauc
dau nas e qu'an toutes à Valhauqués : « Grameciàs
pèr iéu Moussu voste fraire que s'es moustrat aimable, e tant bouniàs e tant pauc difficille... »
Liseta anèt tirà d'aiga fresca au pous, dau tems
que iéu destapave una boutelha de las dau cantou, e
beguèren à la santat de la jouina Allia.
Mèstre Paulhac nous couvidèt à soupà touta l'oustalada, pèr lou dimenche d'après.
*

A dos ouras dau tantost, Pau arribèt couma toutes
lous dijòus.
« Anen, ie faguère, ioi sèn countents de tus ; te
siès moustrat resounable e ma letra a servit à quicon.
— De-segù, me respoundèt sans rire : i'aviè pas res
de pus aisit que d'atroubà, au mitan de cent cinquanta
doumaisellas, la qu'a perdut soun paire dau colerà,
qu'a sa maire panarda, sa grand avugla e soun fraire
gibous.
Es vrai que me disiès que sa pousicioun es interessanta !.... »
Alor soulament me venguèt dins l'idèia qu'avièi
dessoublidat de metre lou noum de la filheta dins ma
letra !
Quanta bona recoumandacioun que la mieuna !...
(Aco m'a pas empachat d'anà riboutà enco de Mèstre Paulhac pèr festejà la reüssida de sa nebouda....)

249

EN TERRE GAULOISE

*
Le jeudi au matin, Maître Paulhac et sa nièce vinrent à la maison. Ils nageaient dans la joie.
La jeune fille eut le bon esprit de ne pas se servir
d'autre langue que du languedocien, et me dit avec
ce timbre légèrement nasillard qu'ont tous les habitants de Vailhauquès : « Remerciez pour moi Monsieur votre frère qui s'est montré si aimable, et si bon,
et si peu difficile... »
Lisette alla tirer de l'eau fraîche au puits pendant
que je débouchais une bouteille, de celles du bon
coin, et nous bûmes à la santé de la jeune fille.
Maître Paulhac invita toute la maisonnée à souper
pour le dimanche suivant.
*

A deux heures de l'après-midi, Paul arriva comme
tous les jeudis.
« Allons, lui dis-je, nous sommes aujourd'hui contents de toi ; tu t'es montré raisonnable, et ma, lettre
n'a pas été inutile.
— Bien sûr, me répondit-il sans rire, rien n'était
plus aisé que de reconnaître, au milieu de cent cinquante demoiselles, celle qui a perdu son père du
choléra, qui a sa mère boiteuse, sa grand'mère aveugle et son frère bossu.
Il est vrai que tu nie disais qu'elle se trouve dans
une situation... intéressante !... »
Alors seulement il me vint à l'esprit que j'avais omis
dans ma lettre le nom de la jeune fille !
Quelle bonne recommandation que la mienne !...
(Cela ne m'a point empêché d'aller faire ripaille
chez Maître Paulhac pour fêter le succès de sa
nièce... j
21*

250

EN TERRA G ALESA

« E dire, ajusta moun fraire, que toutas las recoumandaciouiis valoun mai ou mens aquela d'aqui !...
Mès la fe sauva l'ama....»

A MAUMALHARGUES
A MOUSSU H. MESSINE

Moussu Faceta, lou mèstre d'escola de Maumalhargues, se passejava un jour, soun traval acabat, dau
coustat de Piquet.
Lou rendiè dau Mas de Redounèl majencava sa
vigna, quand Moussu Faceta, sautanl à grand pena
lou valat, s'agandiguèt jusqu'à la gàbia que lou brave
païsan èra en trin de segui.
« E be, Mèstre Jaque ! devès éstre countent de
veire poussà aqueles gavèls tant vèrds ?
— Countent, ou sarièi be mai, se la terra èra pas
tant bassa e tant dura ; ou se, couma vous, gagnave
una bonna mesada, à m'assetà dins un fautul, à l'oumbra quand fai sourel, proche lou fioc quand fai frech,
escoutant plóure sans creni de pèrdre la journada.
— Mès me sembla que vous pourtàs pas mau, dequé
que digues ?
— Tenès, coumparàs moun ventre tant tèune à
vosta pansa ! iéu soui magre couma un pic, e vous sès
gras couma un porc !
— Diaussi ! faguèt Moussu Faceta, que s'en cresiè
prou, e que s'èra sentit blassat dins soun amourpropre, me sembla, Moussu Jaque, que se iéu soui
gras couma un porc, vous sès elevat autant ben qu'un
ase !
— Es pas estounant, rebequèt Jaque, que lous

ENTERRE GAULOISE

251

« Et dire, ajoute mon frère, que toutes les recommandations valent plus ou moins celle-là !... Mais la
foi sauve l'âme... »

A VALMALHARGUES
A MONSIEUR H. MESSINE

Monsieur Facette, le maître d'école de Valmalhargues, se promenait un jour, son travail achevé, du
côté de Piquet.
Le fermier du mas de Redonnel donnait à sa vigne
l'œuvre du mois de mai, quand Monsieur Facette,
franchissant à grand'peine le fossé, arriva jusqu'à la
ligne de souches que le paysan était en train de suivre.
« Eh bien, Maître Jacques ! vous devez être content de voir pousser ces sarments si verts ?
— Content, je le serais bien davantage si la terre
n'était pas aussi basse ou aussi du're ; ou si, comme
vous, je gagnais un bon traitement à m'asseoir dans
un fauteuil, à l'ombre quand il fait soleil, près du feu
quand il fait froid, écoutant pleuvoir sans craindre de
perdre la journée.
— Mais il me semble que vous ne vous portez pas
mal, quoi que vous en disiez ?
— Tenez, comparez mon ventre si plat à votre
panse ! je suis maigre comme un pic, et vous êtes
gras comme un porc !
— Diantre! répondit Monsieur Facette, qui était
assez vaniteux et qui s'était senti blessé dans son
amour-propre, il me semble, Monsieur Jacques, que
si je suis gras comme un porc, vous êtes élevé aussi
bien qu'un âne !

252

EN TERRA GALESA

mèstres d'escola siègoun galhards elous païsans mau
educats : es nautres, lous païsans, que nourrissèn
lous mèstres d'escola, e es vautres, lous mèstres d'escola, qu'educàs lous païsans ! »

LOU CURAT DE BEDARRIEUS
A J. BAUMEL

l'a pèr aquí una vintena d'ans, Bedarrieus aviè un
curat, que ie disièn Moussu Matieu. Era refastignous
couma s'en vei gaire. Ges de segoundàris poudièn
pas vieure emb'el : un èra trop pataud, l'autre trop
degajat, un sabiè pas prêcha, l'autre cantava couma
un taban dins un flascou,
E patin, e coufin,
Res marcha va pas enfin.
L'Avesque, delagnat de l'ausi toujour se plagne, ie
mandèt un segoundàri causit e se perpausèt d'anà, la
senmana d'après, veire coussi lou curat l'atroubava.
l'escriguèt una letra ounte i'aviè :
« Moussu

LOU CURAT,

» Vous mande Moussu un tal per segoundàri e
vendrai vous faire una visita pastourala dimècres ou
dijous que vèn. »
Vejaqui nostre curat en varal. Quan te rambal pèr
el! bouta à pount lou segoundàri e reçaupre l'Avesque!
Lou dimenche, pèr moustrà au nouvèl vengut
coussi tout se fasiè, diguèt la messa matinieira, la
messa granda, vèspras, et laissèt pas que Coumplias
pèr soun soubriè.

EN TERRE GAULOISE

253

— Il n'y a rien d'étonnant, répliqua Jacques, à ce
que les maîtres d'école soient gras et dodus et les
paysans mal éduqués : c'est nous, les paysans, qui
nourrissons les maîtres d'école, et c'est vous, les
maîtres d'école, qui éduquez les paysans ! »

LE CURÉ DE BÉDARIEUX
A J. BAUMEL

Il y a environ une vingtaine d'années, Bédarieux
avait un curé qui s'appelait Monsieur Mattieu. Il était
difficile comme on n'en voit guère. Aucun vicaire ne
pouvait vivre avec lui : l'un était trop pataud, l'autre trop dégourdi, l'un ne savait pas prêcher, l'autre
chantait comme un taon dans une bouteille,
Et patati, et patata,



rien ne marchait enfin.

L'Évêque, ennuyé de ses plaintes, lui envoya un
vicaire choisi, et se proposa d'aller, la semaine suivante, voir lui-même comment le curé le trouvait.
11 lui écrivit la lettre suivante :
« MONSIEUR LE CURÉ,

» Je vous envoie Monsieur un tel pour vicaire et
je viendrai vous faire une visite pastorale mercredi
ou jeudi prochain. »
Voilà notre curé en émoi. Quel embarras pour lui!
mettre à point le vicaire et recevoir l'Évêque !
Le dimanche, pour montrer au nouveau venu comment tout se faisait, il dit la messe du prône, la
grand'messe, les vêpres, et il ne laissa que les Complies pour son aide.

254

EN TERRA GALESA

Aqueste, que sabiè lou michant renoum dau capelan, tremblava couma un jounc quand entounèt :
Deus in adjutorium. Emb'aco s'en sourtiguèt prou ben
jusqu'à l'inné Te lucis ante ter•minum. Aquí la memòria
ie fai fauta ! se remembra pas pus l'èr ! Fai sinne au
vedèl de se sarrà e ie vèn à l'aurelha :
« Digàs à Moussu lou Curat d'entounà l'inné que
m'ensouvène pas pus de l'èr. »
Lou vedèl fai la coumissioun. Lou curat, rouge
couma un guindard, s'auboura e entouna en apugant sus chaca mot, couma quau dona una licou de
musica :
Dau mai anan, dau mens valèn,
Couma lous efants de Jerusalèn,
Ase avian, ase avèn :
Dau mai anan, dau mens valèn.
Lou segoundàri, qu'aqueste afrount pounchouna,
pèrd pas la tramountana. Rènd mouneda de la pèça,
e respond :
Matieu, curat de Bedarrieus,
Dimècres ou dijous que vèn,
Davans l'Avesque nous veiren
Dimècres ou dijous que vèn !
Moun grand que m'a countat aquesta, m'a pas dich
— e es daumage — ce que lou dimècres après aviè
respoundut l'Avesque.

SUFFICIT
A FERNAND GUIONET

Toutes lous amatous de la lenga d'Oc counouissoun
Moussu Guilhaume Rabalat, lou curat groumand de

EN TERRE GAULOISE

255

Celui-ci qui connaissait la réputation de sévérité
du curé, tremblait comme un jonc en entonnant : Deus
in adjutorium. Cependant, il s'en sortit assez bien jusqu'à l'hymne Te lucis ante terrninum. Là, la mémoire
lui fait défaut! il a complètement oublié l'air ! Il fait
signe au bedeau de s'approcher et lui dit à l'oreille :
« Priez Monsieur le Curé d'entonner l'hymne parce
que je ne puis plus en retrouver l'air. »
Le bedeau fait la commission. Le curé, rouge
comme un dindon, se lève et entonne en appuyant
sur chaque mot, comme qui donne une leçon de musique :
Plus nous allons, moins nous valons, — comme les enfants de Jérusalem,— âne nous avions, âne nous avons : —
plus nous allons, moins nous valons.
Le vicaire, que cet affront pique au vif, ne perd
pas la tramontane. Il rend monnaie de la pièce et répond :
Mattieu, curé de Bédarieux, — mercredi ou jeudi prochain, — devant l'Évêque nous nous verrons — mercredi ou
jeudi prochain !
Mon grand-père qui m'a raconté cette histoire, ne
m'a pas dit — et c'est vraiment dommage — ce que
le mercredi suivant avait répondu l'Évêque.

SUFFICIT
A

FEENAND GUIONET

Tous les amateurs de la langue d'Oc connaissent
Monsieur Guillaume Rabalat, le curé gourmand de

256

EN TERRA G ALESA

Capestang, que viviè en l'an sege cent e tant, e que
Jaques Azaïs, de Beziès, arendut célèbre, gracia à tres
de sous contes.
Lou mai counougut das tres es Lou factotum del
curat de Capestang. Aquel factotum, ou orne à tout
faire, aviè pèr noum Roch, e ben que gavach — pioi
qu'èra davalat de Las Troubadariès, — aviè fossa mai
de biais que la maja part das ornes dau païs bas.
Vole pas reveni sus las qualitats qu'an dounat à
Roch un lustre parié au de soun mèstre ; poudrièi
gaire que vous redire en prosa patauda ce qu'Azaïs
a countat en verses beluguets, mès belèu vous sarà
pas trop desagradieu de saupre couma se fai que Roch
agantèt la plaça de doumestica enco dau curat qu'èra,
i'a dous cent cinquanta ans, l'ourguiol de Capestang.

Quand Moussu Rabalat arribèt dins la granda parròquia que l'Avesque ie fisava, n'agèt res de pus pressât que d'anà faire una vesita as riches de l'endrech.
La prumieira d'aquelas vesitas seguèt pèr lou Consou, Moussu Lartiga. Moussu e Madama Lartiga,
ounourats de veire que lou uouvèl curat recounouissiè
couma se deu la plaça que tenièn dins la coumuna,
lou couvidèroun à dinnà pèr lou dijous d'après.
« Moussu lou Curat, ie faguèt Madama Lartiga de
soun èrlou mai aimable, sèn pas aici en vila trop prouvesida, mès faren tout noste poussible pèr vous ben
recaupre. Pamens nous metriàs ben à l'aise, se vouliàs
nous dire ce que poudiè vous agradà ! »

257

EN TERRE GAULOISE

Capestang, qui vivait en l'an seize cent et tant, et que
Jacques Azaïs a, grâce à trois de ses contes, rendu
célèbre.
Le plus connu de ces trois contes est Le factotum
du curé de Capestang. Ce factotum, ou homme à tout
faire, avait pour nom Roch, et bien que gavach —
puisqu'il était descendu de Las Troubadariès — il
possédait un esprit plus délié et beaucoup plus d'habileté que la plupart des hommes du pays bas.
Je ne veux pas revenir sur les qualités qui ont donné
à Roch un lustre pareil à celui de son maître ; je ne
pourrais guère que redire en lourde prose ce qu'Azaïs
a raconté en vers étincelants, mais peut-être ne vous
sera-t-il pas trop désagréable d'apprendre comment
Roch obtint la place de domestique chez le curé qui
était, il y a deux cent cinquante ans, l'orgueil de Capestang.

Quand Monsieur Rabalat arriva dans la grande
paroisse que l'Evêque lui confiait, il n'eut rien de
plus pressé que d'aller faire une visite aux riches de
la localité.
La première de ces visites fut pour le Maire, Monsieur Lartigue. Monsieur et Madame Lartigue, honorés de voir que le nouveau curé reconnaissait la place
légitime qu'ils occupaient dans la commune, l'invitèrent à dîner pour le jeudi suivant.
« Monsieur le Curé, lui dit Madame Lartigue de
son air le plus aimable, nous ne sommes pas ici en
ville trop pourvue, mais nous ferons tout notre possible pour vous bien recevoir. Cependant, vous nous
mettriez fort à l'aise, si vous consentiez à nous dire ce
qui pourrait vous faire plaisir. »
22

258

EN TERRA GALESA

Moussu Rabalat, que lou gratavoun ounte ie prusissiê, respoundèt :
« Oh! Madama, me prengués pas pèr un Gargantua ? Dise pas de pas aima ce qu'es bon, mès m'en eau
pas fossa : segurament sarai mai que satisfach s'atrobe
sus vosta taula un pichot counsumat, un parel d'intradas, un peis,un pauquetou de gibiè roustit e quaucas sinsirimbalhas pèr dessèrt.
— Pas mai qu'aco ?
— Mès nàni, ma bona dama. Lou counsumat, las
intradas, lou peis, lou roustit, lou dessèrt, n'i'a be
prou.
— Sès trop moudèste, Moussu lou Curat ; sabèn ce
qu'es noste devé ; nou'n tendren pas à ce que disès ;
pamens voudrièi be vous faire ajusta quiconet.
Avès dich lou counsumat, las intradas, un peis, un
roustit... e dequé mai?
— Lou dessèrt, sufficit, Madama Lartiga, sufficit...
aqui n'i'aurà de rèsta... »
Moussu lou Curat se retirét, se frétant las mans à
la pensada dau bon dinnà que fariè, dau tems que
Madama Lartiga disiè à soun orne :
« Cau que Janetoun de Givèrnis, e Tereseta de Ginèsta, e Marietou de Bonafous n'en crèboun de jalousiè : avèn agut la prumieira visita couma nous èra
deuguda, atabé serviren un repàs couma s'en es jamai vist dins Capestang. Pamens, aquel sufficit qu'a
demandat Moussu Rabalat, me bouta martèl en tèsta.
De qu'es aco un sufficit?
— Foutraleta, ie respoundèt soun orne qu'aviè souvent aquel mot à la bouca, n'avèn pas qu'à manda
querre Moussu Soulese, lou mèstre d'escola, el qu'a
mai de letura que nautres, nous dirà be dequ'es acod'aqui. »

EN TERRE GAULOISE

259

Monsieur Rabalat, que l'on grattait où il éprouvait
une démangeaison, répondit :
« Oh ! Madame, ne me prenez pas pour un Gargantua ! Certes, j'avoue aimer ce qui est bon, mais
la quantité m'importe peu : sûrement je serais plus
que satisfait, si je trouvais sur votre table un petit
consommé, une paire d'entrées, un poisson, un peu de
gibier rôti et quelques pâtisseries légères pour dessert.
— Rien que cela?
— Mais oui, ma bonne dame. Le consommé, les
entrées, le poisson, le rôti, le dessert; c'est bien suffisant. •
— Vous êtes trop modeste, Monsieur le Curé ; nous
connaissons notre devoir ; nous ne nous en tiendrons
pas à ce que vous demandez ; cependant je voudrais
bien vous faire ajouter quelque autre petite chose.
Vous avez dit le consommé, les entrées, un poisson,
un rôti... et quoi encore?
— Le dessert, et sufficit, Madame, sufficit... il y
en aura de reste...»
Monsieur le Curé se retira, se frottant les mains à
la pensée du bon dîner qu'il ferait, pendant que Madame Lartigue disait à son mari :
« Il faut que Jeanneton de Givernis, et Théresette
de Gineste, et Mariette de Bonafous en crèvent de
jalousie : nous avons eu la première visite comme elle
nous était due, aussi servirons-nous un repas comme
on n'en a jamais vu dans Capestang. Cependant ce
sufficit qu'a demandé Monsieur Rabalat me met martel en tête. Qu'est-ce qu'un sufficit ?
— Foutralette, lui répondit son mari qui avait souvent ce mot à la bouche, nous n'avons qu'à quérir
Monsieur Soulèze, le maître d'école, il nous dira

260

EN TERRA G ALESA

Tant-lèu dich, tant-lèu fach. Soulese, lou mèstre
d'escola venguèt.
« Moussu Soulese, ie dis Madama Lartiga, Moussu
lou Curat dinna aici dijous ; nous tarés lou plesi de
nous tène coumpagna à taula...
— Acò's pas de refus, Madama, encara milhou que
lou dijous n'avèn pas gaire à travalhà...
— Escusàs, se vous cope, vous que sabès tout,
nous dirés ce qu'es un sufficit, e à quanta sauça aco
s'aprepara ?
— Un sufficit ? Dequé ne voulès dounc faire ?
— Moussu lou Curat nous a demandat de n'i'en
servi un, e sèn prou embarrassais.
— Noste curat es un fin groumand, pioi que vous
demanda aco-d'aqui. Anàs rire quand vous dirai qu'un
sufficit es un plat que s'aprepara emb'una couga
d'ase, ben usclada, quiocha fioc dejout, fioc dessus,
couma una anguièla en cavilhada.
— Gramecis, Moussu Soulese, me levas un gros
pes de dessus l'estoumac ; à dijous dounc.»
Lou mèstre d'escola partit:
« Nosta sauma es trop vièlha, fai Madama Lartiga
à soun orne, pèr que sa couga posque sèrvi à quicon.
Te eau croumpà à Bringuiè soun asenet qu'a pas que
quinze meses: la couga sarà tendre e ben à pount.
— Vai pèr l'asenet de Bringuiè ! N'es pas dèch escuts de mai ou de mens que nous mandaran à l'espitau ;epioi revendren be, quoura que vènguelafieira,
l'ase sans couga à quauque caràcou espagnòu!

*

Lou dijous d'après, à miejour tindant, Moussu lou

261

EN TERRE GAULOISE

bien, lui qui a plus de lecture que nous, ce qu'il en est.»
Aussitôt dit, aussitôt fait. Monsieur Soulèze, le
maître d'école, vint.
« Monsieur Soulèze, lui dit Madame Lartigue, Monsieur le curé dîne ici jeudi ; vous nous ferez le plaisir de nous tenir compagnie à table. ..
— Ce n'est pas de refus, Madame, d'autant plus
que le jeudi nons n'avons pas grand'chose à faire. ...
— Pardon, si je vous interromps, vous qui savez
tout, vous nous direz ce qu'est un sufficit, et à quelle
sauce on le prépare ?
— Un sufficit? Qu'en voulez-vous donc faire?
— Monsieur le Curé nous a demandé de lui en servir un, et nous sommes assez embarrassés.
— Notre curé est un fin gourmand, puisqu'il vous
demande ce mets-là. Vous allez rire lorsque je vous
dirai qu'un sufficit est un plat qui se prépare avec
une queue d'âne, bien flambée, cuite feu dessous, feu
dessus, comme une anguille au gratin.
— Grand merci, Monsieur Soulèze, vous m'enlevez
un gros poids de dessus l'estomac ; à jeudi donc. »
Le maître d'école parti :
a Notre ânesse est trop vieille, fait Madame Lartigue à son mari, pour que sa queue puisse servir à
quelque chose. Il te faut acheter à Bringuier son petit âne qui n'a pas plus de quinze mois: la queue sera
tendre et bien à point.
— Va pour le petit âne de Bringuier ! Ce ne sont
pas dix écus de plus ou de moins qui nous conduiront
à l'hôpital ; et puis nous revendrons bien, quand viendra la foire, l'âne sans queue à quelque caraque espagnol.
*

Le jeudi d'après, à midi sonnant, Monsieur le Curé,
22*

262

EN TERRA GAIiESA

Carat, Soulese lou mèstre d'escola, Givèrnis lou pus
coussut de Capestang après Moussu Lartiga, Ginèsta
surgent e barbiè, Bonafous marchand de peiròus,
s'assetavoun à la taula de Madama Lartiga.
Lou repas seguèt espetaclous : lou counsumat, sièis
intradas, — Mariannou, la bouchèira, aviè tuat la
vèlha dous moutous, un vedèl e un biòu, tout aco pèr
countentà Madama Lartiga, — una palaiga de cinq
lieuras, de trouchas de La Salvetat, una lèbre, dèch
perdigals, tres pintardas, una dougena de vanellas e
autant de becassas, embé sabe pas quant d'autras
causas venguèroun sur la taula avans lou famous
sufficit.
Moussu Rabalat aviè fach ounou as plats, sustout
as qu'èroun lou mai à sa counvenença ; lous bons vis
de Moussu Lartiga l'avièn un pauquet animat, et de
lou veire tant galoi e tant coumplimentous, la mestressa d'oustau se teniè pas d'aise.
Pamens soun cor ie fasiè tica-tica quand la cousinieira pourtèt lou sufficit roussèl couma l'or.
«Moussu lou Curat, diguètde sa voués la pus agradiva Madama Lartiga, avèn fach tout noste possible
pèr vous countentà, mes sarièn lous pus urouses dau
mounde se lou sufficit èra à voste goust. Que vou'n
done aqueste moucèl. »
E tout d'un tems, copa dins la couga, pus dura
qu'un nèrvi de biòu, un moucèl que, sourrisenta,
met dins una sièta e baila au curat.
« Dequ'es qu'apelàs
Moussu Rabalat.

de sufficit ?

ie

demanda

— Es ce que la senmana passada nous diguères
aima.
— Me faguère mau coumprene ; quand vous diguère

EN TERRE GAULOISE

263

Soulèze le maître d'école, Givernis le plus cossu de
Capestang après Monsieur Lartigue, Gineste chirurgien et barbier, Bonafous marchand chaudronnier,
s'asseyaient à la table de Madame Lartigue.
Le repas fut spectaeuleux : le consommé, six entrées, — Marianette, la bouchère, avait tué la veille
deux moutons, un veau et un bœuf, tout cela pour
contenter Madame Lartigue, — une sole de einq
livres, des truites de La Salvetat, un lièvre, dix perdreaux, trois pintades, une douzaine de vanneaux et
autant de bécasses, avec je ne sais combien d'autres
bonnes choses apparurent sur la table avant le fameux sufficit.
Monsieur Rabalat avait fait honneur aux plats,
surtout à ceux qui lui convenaient le plus; les bons
vins de Monsieur Lartigue l'avaient quelque peu
animé; aussi, de le voir si gai et si porté aux compliments, la maîtresse de maison ne se tenait pas
d'aise.
Cependant son cœur battait fortement lorsque la
cuisinière apporta le sufficit roux comme l'or.
« Monsieur le Curé, dit de sa voix la plus caressante Madame Lartigue, nous avons fait tout notre
possible pour vous être agréables, mais nous serions
les plus heureux du monde, si le sufficit était à votre
goût. Que je vous en offre ce morceau.»
Et en même temps, elle coupe dans la queue, plus
dure qu'un nerf de bœuf, un morceau que, souriante,
elle met dans une assiette et passe au curé.
«Qu'appelez-vous à» sufficit ? » lui demande Monsieur Rabalat.
— C'est ce que la semaine dernière vous nous avez
dit aimer. :>
— Je me suis mal expliqué ; quand je vous ai dit

264

EN TERRA GALESA

sufficit, èra une manièra d'ajustà que n'i'aviè prou
embé ce qu'avian counvengut de davans. Quau es
dounc qu'a imaginat que sufficit èra lou noum d'un
plat?
»
Madama Lartiga, pus sota qu'un guindou à la
muda, quinquèt pas mot; mès soun ome, à quau lous
cugaments d'iols de Givèrnis e de Bonafous avièn
fach cargà la mousca, perdèt touta retenguda, e, enfurounat, cridèt au mèstre d'escola :
« Trassa d'espelhat! te siès f.. .icat de nautres,
mès sabe ce que t'en coustarà. Passa-me la porta, e
un pauc vieu !... »
Soulese, gai coumaun peis dins l'aiga, s'aubourèt,
e saludant la coumpagna :
« Toutes mous coumpliments, faguèt à Madama
Lartiga, pèr vosta cousina. Quand una fenna ës una
oustalieira couma vous,i'es permés de pas saupre lou
lati : vou'n dise pas mai, sufficit. »
E, risouliè, gagnèt l'aubèrja, ounte countèt à tout
lou mounde lou tour jougat à Moussu Lartiga.
Lou vèspre d'aquel jour, escapava au revenge, en
dounant sa demissioun de mèstre d'escola, de sacrestan, de chantre e de campaniè.
*

Un garçounàs de quinze ou sege ans, qu'èra pastrou enco de Moussu Lartiga, anèt, l'endeman, servi
la messa de Moussu Rabalat. Aco's èra Roch.
Lou curat lou trapèt tant à soun agrat que l'endoutrinèt e fínalament lou mandèt tres ans à Beziès enco
de Bouniòu per i'aprene à faire la cousina.
E vejaqui couma la couga d'un ase faguèt de Roch,
lou pastrou, lou factotum del curat de Capestang.

EN TERRE GAULOISE

265

sufficit, c'était une manière d'ajouter que ce dont nous
étions convenus auparavant pouvait largement suffire. Qui donc a imaginé que sufficit est le nom d'un
plat?...»
Madame Lartigue, plus attrapée qu'un dindon à la
mue, ne répliqua mot ; mais son mari, à qui les clignements d'yeux de Givernis et de Bonafous avaient
fait prendre la mouche, perdit toute retenue, et furieux, cria au maître d'école :
« Espèce de dépenaillé! tu t'es f. ..ichu de nous,
mais je sais ce qu'il t'en coûtera. Passe-moi la porte,
et un peu vite !...»
Soulèze, gai comme un poisson dans l'eau, se leva,
et saluant la compagnie :
« Tous mes compliments, dit-il à Madame Lartigue,
pour votre cuisine. Lorsqu'on est une ménagère
comme vous, il est permis d'ignorer le latin : je ne
vous en dis pas davantage, sufficit...»
Et, rieur, il gagna l'auberge où il raconta le tour
joué à Monsieur Lartigue.
Le soir du même jour, il échappait aux représailles en donnant sa démission de maître d'école, de sacristain, de chantre et de sonneur de cloches.
*

Un gros garçon de quinze ou seize ans, qui était
berger chez Monsieur Lartigue, alla, le lendemain,
servir la messe de Monsieur Rabalat. C'était Roch.
Le curé le trouva tellement à son gré qu'il l'endoctrina et finalement l'envoya trois ans à Béziers, chez
Bonniol, pour y apprendre la cuisine.
Et voilà comment la queue d'un âne fit de Roch,
le petit berger, le factotum du curé de Capestang.

266

EN TERRA GALESA

UN PAUC DE POULITICA
Cacaraoà, candidat oubrié d'un rouge sang de
biòu, se presentava à las darrieiras eleciouns. Passèt
pas.
Soun coumitat, qu'aviè prou d'argent, pèr lou counsoulà, i'oufriguèt un banquet, pas trop demoucratic,
pioi qu'embé lou vi, lous cigàrrous e.lou rèsta, coustèt pèr dès-e-sèt persounas dous cent setanta-nòu
francs.
La carta pourtava, entre autras bonas causas :
« Nuits, Chambertin, »
« Dequ'es aco de Chambertin? demanda à soun vesi
Caracacà, qu'aviè pas jamai vistaquel mot.
— Es un vi renoumat.
— Renoumat ! A mai de chança que iéu, que soui
pas estat soulament noumat! »

LOU MEZAU
A MOUSSU GALZIN

Aquela annada, m'en anère passà las fèstas de
Nadau à Capestang ounte moun fraire èra mèstre
d'escola.
M'en tournère à l'entour dau prumiè de l'an, un
vèspre que l'aura bufava jalada, talament que l'estang de Tau s'èra pres couma una fourma.
A Ceta, en esperant lou trin que deviè me pour- •
tà'u Clapàs, m'ataulère au bufet de la gara, e me faguère servi une tassa de tè ben cauda.
Ras de iéu, dous ornes, d'une trentena d'ans chacun, envalavoun à pichotas gourjadas un cafè ser-

EN TERRE GAULOISE

267

UN PEU DE POLITIQUE
Coquelicot, candidat ouvrier d'un rouge sang de
bœuf, se présentait aux dernières élections.
Il ne réussit pas.
Son comité, qui avait suffisamment d'argent, pour
le consoler, lui offrit un banquet, pas trop démocratique, puisqu'avec le vin, les cigares et le reste, il
coûta, pour dix-sept personnes, deux cent soixantedix-neuf francs.
La carte portaitentre autres bonnes choses: «Nuits,
Chambertin. »
— « Qu'est-ce que cela, du Chambertin ? demanda
à son voisin Coquelicot, qui n'avait jamais vu ce
mot.
— C'est un vin renommé.
— Renommé! 11 a plus de chance que moi qui n'ai
pas été seulement nommé! »

LE MÉZOIS
A

MONSIEUR GALZIN

Cette année-là, j'étais allé passer les fêtes de la
Noël à Capestang où mon frère était maître d'école.
Je m'en revenais aux environs du jour de l'an, un
soir où la bise soufflait tellement froide que l'étang
de Thau s'était pris comme un fromage.
A Cette, en attendant le train qui devait m'apporter à Montpellier, je m'attablai au buffet de la gare,
et je me fis servir une tasse de thé bien chaud.
Près de moi, deux hommes d'une trentaine d'années chacun, avalaient à petites gorgées un café

268

EN TERRA GALESA

mat embé prou de riquiqui, ansin qu'où moustrava la
taupeta vouida pausada sus la taula.
L'oura de prene las bilhetas se sarrava ; tustère lou
marbre emb'un sòu double, lou garçou venguèt, lou
paguère, e m'anave aubourà per parti, quand un das
dous ornes s'entanchèt d'acabà soun veire, e diguèt
au garçou :
» Quant costa lou café ?
— Quarante centimes, Monsieur.
— Coussi disès ?
— Huit sous.
— Lous avès aqui.
— Mais c'est huit sous le verre
.— loch sòus ! e n'èra pas soulament pie !...
A Mèza, pèr tres sòus, nous lou fan vessà e nous
lou remenoun !...
— Mais il y a le cognac...
— Lou cougnat, l'avièi be couvidat, mès cresièi
qu'aco coustariè ioch ou dèch sòus pèr toutes dous;
n'en costa sege, pagarà sa part, se vòu, que l'a beguda!. .. »
« Anen, me diguère, aiço's un Mezau, un pauc
vantaire e pas mut; se d'asard preniè lou trin dau
Mount-Peliè, mountariès emb' el, e lou fariès charpà
un pauquetou.. ..»
Lou cougnat paguèt sa part, e mous dous omes
venguèroun davans lou fenestrou ounte se baila las
bilhetas.
Un soul, lou qu'aviè parlat lou prumiè, s'en anava
en viage ; passèt à l'ome un papieiret vèrd plegat en
quatre, en ie diguent :
« Tron de miola ! couma disoun à Ceta, dounarièi
be quatre sòus e una chica per m'atroubà d'aqueste
moument dins la pèl d'un souldat anant en permissioun !...

269

EN TERRE GAULOISE

coupé d'une bonne quantité d'eau-de-vie, ainsi que
le montrait le carafon vidé, posé sur la table.
Le moment de prendre les billets approchait, je
frappai sur le marbre avec un gros sou, le garçon
vint et reçut le prix de ma consommation ; j'allais
me lever pour partir, lorsque l'un des deux hommes,
se hâtant de vider son verre, dit au garçon :
« Que coûte le café ?
— Quarante centimes, Monsieur.
— Comment dites-vous ?
— Huit sous.
— Les voilà.
— Mais c'est huit sous le verre....
— Huit sous! et il n'était pas seulement plein....
A Mèze, pour trois sous, on nous le fait verser et on
le remue !
— Mais il y aie cognac....
— Le cognât, je l'avais bien invité, mais je pensais
que cela coûterait huit ou dix sous pour tous les
deux; c'est seize sous, le cognât payera sa part, s'il
le veut, qu'il l'a bue !... »
« Allons, me dis-je, c'est un Mézois, un peu vantard et non muet ; si par hasard il prenait le train du
côté de Montpellier, tu monterais avec lui, et tu le
ferais inquiéter quelque peu....»
Le beau-frère paya sa part, et les deux hommes
vinrent devant le guichet où se distribuent les billets.
Un seul, celui qui avait parlé le premier, s'en allait
en voyage ; il tendit à l'employé un petit papier vert
plié en quatre, en lui disant:
«Tonnerre de mule! conmme on dit à Cette, je
donnerais bien quatre sous et une chique pour me
trouver en ce moment-ci dans la peau d'un soldat
allant en permission !...
23

270

EN TERRA GALESA

— E perqué? demandèt l'emplegat qu'aviè pas
aquel èr refastignous e de michanta imou qu'an mai
d'un de sous coullègas.
— Perqué ? Ou coumprenès pas ! S'aeo n'èra ansin, n'es pas iéu que vous bailarièi d'argent, es vous
que m'en bailariàs. Embé lou papiè qu'es aquí, ai
drech à miècha-plaça, embé la permissioun de souldat, aurièi drech à tres quarts: miècha é tres quarts,
fan be, aici couma Mèza, una e quart. le sariès,
brave orne, pèr me bailà una bilhetaà gratis, e la mitât de ce que iéu vène de pausà sus voste coumtadou!... »
Partiguèren toutes d'un cacalàs, e l'emplegat mai
que nautres.
K Degus m'aviè pas encara fach aquel rasounament,
diguèt.
— Es que, i'a pas qu'un Mezau per troubà'co ! »
E prenguèt sa bilheta, mai countent que s'aviè
toumbat lou Cran (1) à las ajustas.

« E be, adieu dounc, cougnat.
— Adieu, e fai un bon viage.
— Pèr lou faire bon, me vau entanchà de mountà,
prendrai un cantou e se pode pas blagà, moussigarai
ma chica ; tant pis pèr lous que s'atroubaran aquí !
Pèr escoupi defora, laissarai la vitra à mitât baissada. »
(1) Lou Cran es l'escais-noum d'un Mezau fort entre lous
forts à las ajustas. le vèn de ce que, dins la lucha, pareis
cavilhat sus la tintèina pus soulidament qu'un cran acroucat
à-n-una roca.

EN TERRE GAULOISE

271

— Et pourquoi donc? demanda l'employé qni n'avait point cet air revêche et de mauvaise humeur
qu'ont trop souvent la plupart de ses collègues.
— Pourquoi? vous ne le comprenez pas! S'il en
était ainsi, ce n'est pas moi qui vous donnerais de
l'argent, c'est vous qui auriez à m'en donner. Avec le
papier qui est là, j'ai droit à une réduction de demiplace, avec la permission de soldat, j'aurais droit à
une réduction de trois quarts : une demie et trois
quarts font bien, ici comme à Mèze, une et quart.
Vous y seriez, brave homme, pour me remettre gratuitement un billet, et la moitié de ce que je viens de
poser sur votre comptoir!...»
Nous partîmes tous d'un grand éclat de rire, et
l'employé rit plus fort que nous.
« Personne, dit-il, ne m'avait encore fait ce raisonnement.
— C'est qu'il n'y qu'un Mézois pour le trouver! »
Et notre homme prit son billet, plus satisfait de
lui-même que s'il avait renversé le Crabe (1) aux
joutes.
*

« Eh bien, adieu donc, beau-frère.
— Adieu, et fais un bon voyage.
— Pour le faire bon, je vais m'empresser de monter, je prendrai un coin, et si je ne puis causer, je
mâcherai ma chique ; tant pis pour ceux qui seront
par là ! Afin de pouvoir cracher dehors, je laisserai la
vitre à moitié baissée. »
(1) Le Crabe est le sobriquet d'un Mézois réputé fort entre
les forts pour les joutes. Ce surnom lui vient de ce que, durant la lutte, il paraît chevillé sur la quintaine plus fortement
qu'un crabe accroché à un rocher.

272

EN TERRA GALESA

— Bouta, me pensère, se i'a pas qu'à te faire blagà
pèr tène la fenèstra barrada, m'en eargue...
E i'embouitant lou pas, mountère emb'el dins un
vagoun.
Lèu un orne d'equipa venguèt pourtà un parel d'aqueles longs bournèus de ferre, pies d'aiga cauda e
que servissoun de caufa-pèd.
Lou Mezau n'en toca un.
« Digàs, l'orne, soun de saorats esquicha-paures à
vosta Coumpaniè : es pèr gagna un pauc mai que vous
recoumandoun de gaire caufà l'aiga?...
— Escusàs, se vous cope ! faguèt l'emplegat que
deviè i'avedre lèsta. Caufan pas l'aiga, nou'n gardan
be : la metèn aquí couma vèn de la font, lous pèses
de vautres toutes l'escaufoun, e pioi, àTarascoun,
d'autres ornes d'equipa la voujoun quasiment boulhenta dins la caudieira de la machina : d'aquel biais
la Coumpagniè espargna tres ou quatre mila quintaus
de carbou chaca jour !...
— M'en doutave, moun orne ! rebequèt lou Mezau
que vouguèt avedre lou darriè mot. »
*
¥

¥

Cinq ou sièis autres viajaires mountèroun, la machina siblèt e nous vejaquí'n camí.
« L'estang es jalat, se pescarà pas gaire aquesta
senmana, diguère pèr atubà la charrada. »
Sus aquel mot, lou Mezau qu'èra pescaire, partis e
tèn lou debanaire mai de miècha-oura.
Lou laissave anà.
Quand nous sarrèren de Vila-nova :
« Tout ce que voudrés, mès ni vous, ni ges de pescaires n'avès pescat ni manjat un peis fi...

273

EN TERRE GAULOISE

— Va, pensai-je, s'il n'y a qu'à te faire jaser pour
que la fenêtre reste fermée, je m'en charge
Et emboîtant le pas derrière lui, je montai dans le
vagon qu'il avait choisi.
Bientôt un homme d'équipe vint apporter une paire
de ces longs tuyaux en fer, pleins d'eau chaude et servant de chaufferette.
Le Mézois en touche un.
« Dites, l'homme, ils sont de sacrés pressure-pauvres
à votre Compagnie : est-ce pour gagner un peu plus
qu'ils vous recommandent de ne guère chauffer l'eau?...
— Excusez, si je vous interromps, répondit l'employé qui devait avoir la riposte prompte. Nous ne
chauffons pas l'eau, nous nous en gardons bien : nous
la mettons là telle qu'elle vient de la fontaine, les
pieds de vous tous la chauffent, et ensuite, à Tarascon, d'autres hommes d'équipe la versent presque
bouillante dans la chaudière de la machine : la Compagnie économise ainsi trois ou quatre mille quintaux
de charbon par jour!...
— Je m'en doutais, mon cher ! répliqua le Mézois
qui voulut avoir le dernier mot. »

Cinq ou six autres voyageurs montèrent, la locomotive siffla et nous voilà en chemin.
« L'étang est gelé, on ne péchera guère cette semaine, dis-je pour amorcer la conversation. »
Sur ce moi, le Mézois qui était pêcheur, part et
tient le dévidoir pendant plus d'une demi-heure.
Je le laissais aller.
Quand nous fûmes près de Villeneuve :
« Tout ce que vous voudrez, mais ni vous ni aucun
pêcheur n'avez pris ni mangé un poisson fin
23*

274

EN TERRA GALESA

— Pèr quau nous prenès, digàs ? Cresès que n'avèn
pas tastat lous sepious roustits à la padena?...
— De sepious, aco n'es pas de peis, encara mens de
peis fi.
— Aimàs mai belèu un cran mol, ben enfarinat e
roussèl couma un coucou de magnan ?
— Voste cran vau pas mai que lous sepious.
— E dequé diriàs d'una boulha-abaissa embé trentasièis menas de peisses?
— Que i'a pas un soul peis fi...
— E d'un baudroi facit embé d'iôus e d'erbetas ?
— N'es pas un michant moucèl, mès lou baudroi
qu'avès manjat n'es pas jamai estat un pei fi...
— Pauquet à pauquet, i'arribaren. Una sauquena
ou un loup de tres ou quatre lieuras, à l'aiga-sau, sarièn-ti un plat trop groussiè, pèr voste gousiè, Moussu
lou delicat ?
— Aimarièi mai aco qu'una arencada, mès m'avès
pas encara parlat d'un soul peis fi.
— Alor, eau n'en veni à las palaigas d'un parel de
pans de long, as loups que lous quatre fan lou quintau,
as rougets de dous au kilo.
— E me farés pas dire qu'aco soun de peisses
fis !....
— Belèu Moussu aima mai lou peisses de ribieira,
las trouchas ou lou saumous ?...
— I'escoupisse pas dessus quand n'ai, mès, l'ase
me quilhe, se jamai n'ai manjat un que siègue estat
fi!...
— Ai prou manjat de fabas : belèu acabarés pèr
dire, quante, à voste avis, es lou peis lou pu fi?...»
Lou trin dintrava dins la gara dau Clapàs. M'aubourère, e La man sus la cadaula :

EN TERRE GATJL01ES

275

— Pour qui nous prenez-vous, dites ? Croyez-vous
que nous n'avons pas goûté les petites seiches frites à
la poêle ?...
— Des seiches, ce n'est pas du poisson, encore
moins du poisson fin.
— Vous préférez peut-être un crabe mou, bien
enfariné et roux comme un cocon de ver à soie ?
— Votre crabe ne vaut pas plus que les seiches.
— Et que diriez-vous d'une bouillabaisse avec
trente-six espèces différentes de poisson ?
— Qu'il n'y a pas un seul poisson fin
— Et d'une baudroie farcie d'œufs et de fines herbes?
— Ce n'est pas un morceau à dédaigner, mais la
baudroia que vous avez mangée n'a jamais été un
poisson fin...
— Peu à peu nous y arriverons. Une daurade ou
un loup de trois ou quatre livres, àl'eau-sel, seraientils un plat trop grossier pour votre palais, Monsieur
le gourmet?
— Je les préférerais à une sardine pressée, mais
vous ne m'avez encore parlé d'un seul poisson fin.
— Alors, il faut en venir aux soles de deux empans
de long, aux loups de quatre au quintal, aux rougets
de deux au kilo.
— Et vous ne me ferez pas dire que ce sont des
poissons fins.
— Peut-être Monsieur préfère-t-il les poissons de
rivière, les truites ou les saumons?...
— Je n'y crache pas dessus lorsqu'on m'en sert,
mais le diable m'emporte, si j'en ai jamais vu un qui
eût été fin !.. .
— J'ai assez mangé de fèves: peut-être finirez-vous
par dire quel est, à votre avis, le poisson le plus
fin?...»

276

EN TERRA GALESA

— E be ! moun brave, lou pus fi es lou que s'es
jamai laissât pescà !...
N'es pas à Mèza que l'an manjat aquel d'aqui !...
E ara, adissiàs à la coumpagna ..»

LOUS FRAIRES BON-ARPIEU
Lous fraires Bon-Arpieu, chivaliès dau diniè
cinq (1), jasiòus de religioun e plouma-paures de
soun estat, ilemouravoun, i'a dous cents ans, en Avignoun, e prestavoun à prou de capelans, mounges,
grands-vicàris, e, de cops que i'a, au Vice-legat que
faguèt lou sèti de Cadaroussa.
Lou pus jouine, Abraham, belèu per espousà una
richa airitieira, belèu à força de veire tant de
mounde de religioun, se laissèt toucà e se faguèt catoulic.
« Malurous ! ie venguèt soun fraire Mourdacai,
noste vièl paire, dins soun atahut, a degut se virà
la fàcia d'ourrou, quand a vist toun apoustasia?
— Fai-te catoulic, tus atabé, qu'aco lou remetrà'n
plaça ! »

MINOTA
A MOUSSU MICHÈU DE BOUTOUNET

Vous dirai pas que toutes lous Violhencs soun de
voulurs ; es bon pèr las gens de Sant-Marti de parlà
(1) Prestà au diniè cinq èra faire pagà un diniè de change
pèr cinq diniès manlevats : aco reveniê au vint pèr cent.

EN TERRE GAULOISE

277

Le train entrait dans la gare de Montpellier. Je me
levai, et la main sur le loquet :
— Eh bien, mon bon, le poisson le plus fin est celui
qui ne s'est jamais laissé pêcher !...
Ce n'est pas à Mèze qu'on l'a mangé celui-là !...
Et maintenant, bonsoir à toute la compagnie...»

LES FRÈRES BONNE-SERRE
Les frères Bonne-Serre, chevaliers du denier
cinq (1) et écorche-pauvres de leur état, dameuraient, il y a deux cents ans, en Avignon, et prêtaient à beaucoup de curés, de moines, de grandsvicaires, et parfois au Vice-légat qui fit le siège de
Caderousse.
Le plus jeune, Abraham, peut-être pour épouser
une riche héritière, peut-être à force de fréquenter
tant de gens religieux, se laissa toucher et se fit catholique.
« Malheureux ! lui dit son frère Mardochée, notre
vieux père, dans son tombeau, a dû retourner sa face
d'horreur, quand il a vu ton apostasie !
— Pais-toi catholique, toi aussi, cela le remettra
en place ! »

MINOTE
A MONSIEUR MICHEL DE BOUTOHNET

Je ne vous dirai point que tous les Viollois sont des
voleurs ; c'est bon pour les gens de Saint-Martin de
(1) Prêter au denier cinq, c'était faire payer un denier d'intérêt pour cinq deniers empruntés : en réalité, le taux du prêt
était de vingt pour cent.

278

EN TERRA G ALESA

'ntau, e se sap, afourtissoun lou Violhencs, que toutes lous Sant-Martinencs soun de messourguiès.
Pamens, estent que lous Violhencs, entre mitan
das bosses que soun pas sieus, podoun pas gaire tirà
dau sòu dequé lous faire vieure, an deugut se dounà
biais: toutes pauc ou prou fan quauque pichot coumèrce : i'a de maquignouns en bestiau, de peligantiès. e fossa carbouniès ou merchands de carbou.
Vous estounarés dounc pas s'aprenés qu'un Violhenc a dounat un pichot cop de pèd au setième coumandament de Dieu, — n'es pas pèrres que lous Ancians avièn fach de Mercuri, tout au cop lou dieu
das laires e lou dieu dau coumèrce.
Mès en debanant aquela escagna, m'apèrceve que
n'en soui pas encara arribat à Minota, Minota, un
Violhenc dau gros grun, Minota, en quau s'encarnava
aquel esprit sutieu que fai despensà mai d'adressa
pèr raubà dous liards que s'en es moustrat pèr escroucà lous quinze cents miliouns dau Panama, Minota, que mouriguèt embé mai de pecats sus lacounsciença que n'a jamai pourtat lou bouc emissari das
Jasiòus.
Aqueles pecats, cau ajustà pèr restà dins lou vrai,
cercava de tems en tems à se lous faire perdounà. Es
ansin qu'en trenta-dous, l'an dau colerà, quand se
presiquèt à Viols una tant bella missioun, Minota,
couma lous autres, faguèt soun bonjour, ce qu'estoumaquèt lou capelan de l'endrech.
Lou sant ome de curat pensava talament en aquela
proufanaciounqu'aviè coumessa Minota que, l'un das
matis de las Rougasous,à lioga d'un verset de lasLetanias das Sants, se susprenguèt à cantà :
Minota a gagnât la rnissìeu
Pèr troumpà lou bon Dieu !

EN TERRE GAULOISE

279

parler ainsi, et Fon sait, affirment les habitants de
Viols-le-Fort, que tous les Saint-Martinais sont des
menteurs effrontés.
Cependant les "Viollois, se trouvant au milieu de
bois épais qui ne leur appartiennent point, ne
peuvent guère tirer du sol de quoi les faire vivre,
aussi ont-ils dû s'ingénier : tous, peu ou prou, font
un petit commerce ; certains sont maquignons en bétail, d'autres font le commerce des peaux, et beaucoup
sont charbonniers ou marchands de charbon.
Vous ne vous étonnerez donc point, si vous apprenez qu'un habitant de Viols a donné un petit coup de
pied au septième commandement de Dieu, —ce n'est
pas sans raison que les Anciens avaient fait de Mercure tout à la fois le dieu des voleurs et le dieu du
commerce.
Mais, en dévidant cet écheveau, je m'aperçois que
je n'en suis pas encore arrivé à Minote, Minote, un
Viollois du gros grain, Minote en qui s'incarnait cet
esprit subtil qui fait dépenser plus d'adresse pour dérober deux liards qu'il ne s'en est montré pour escroquer les quinze cents millions du Panama, Minote
qui mourut avec plus de péchés sur la conscience que
n'en a jamais porté le bouc émissaire des Juifs.
Il convient d'ajouter, pour rester dans le vrai, que
ces péchés-là, il cherchait de temps à autre à se les
faire pardonner. C'est ainsi qu'en 32, l'année du choléra, quand il se prêcha à Viols une si belle mission,
Minote, comme les autres, fit son bon jour, ce qui
écœura le curé de l'endroit.
Ce saint homme de curé pensait tellement à la profanation que Minote avait commise, que l'un des matins des Rogations, au lieu d'un verset des Litanies
des saints, il se surprit à chanter:
Minote a gagné la mission —pour tromper le bon Dieul

280

EN TERRA G ALESA

Ora pro nobis, avièn respoundut en cor lous assistants couma se res noun èra.
— « Aquel Minota èra dounc un famous raubaire ?
vous demandas... »
Soulide que n'èra un.
Pèr el la roumana à faus boulhou, lou cop de det
que la fai mountà, amai siègue febla de vint lieuras,
la courdeta que rabala au sòu e que lou pèd retèn,
tout aco èra lou b, a, ba, lou patèr das ases. Aviè
dins soun sac tant de tours d'autra mena.
N'anàs jujà pèr aqueste parel.
*

Un jour, à Mount-Peliè, vendiè un cabàs de carbou
emb'una devota quichada, qu'aviè mai l'èr de tène à
sa santat qu'à res au mounde. La brava âlha toussissiè
un pauquetou, boutava soun moucadou davans la
bouca, barrava la porta perquè ges de courrents
bufèssoun pas.
Tout emb'un cop, Minota remena un pauc soun
cabàs que fai un fum de poussieira negrassa, pioi se
met à souscà e à plourà.
« Dequé plouràs, brave ome? ie demanda la vièlha
fllha.
— M'en parlés pas ! Ploure en pensant qu'aquela
mau-dicha poussieira de carbou que me eau envalà
chaca jour me farà mourì iéu couma a fach mouri
moun paure grand e moun paure paire... »
Au mot de mouri, la devota se retira à l'autre bout
dau courredou.
« Pesàs vite, ie fai, e sans tant remenà voste
cabàs.
Un quintau de gagnât, pensa Minota, tout en cridant : — Dous quintaus e mièch, e bon pes ma bona

281

EN TERRE GAULOISE

Ora pro nobis, avaient répondu en chœur les assistants, comme si rien n'était.
« Ce Minotte était donc un fameux larron? » vous
demandez-vous.
Pour sûr qu'il en était un.
Pour lui, la romaine à faux poids, le coup de doigt
qui la fait monter, bien qu'elle soit faible de vingt livres, la cordelette qui traîne à terre et que le pied
retient, tout cela était le b, a, ba, le pater des ânes.
Il avait dans son sac tant de tours d'autre sorte.
Vous allez en juger par cette paire.
*

Un jour, à Montpellier, il vendait un cabas de charbon à une dévote confite, qui avait l'air de tenir à sa
santé plus qu'à toute autre chose au monde. La brave
fille toussait quelque peu, elle mettait son mouchoir
devant la bouche et fermait la porte, afin qu'il ne
s'établît aucun courant.
Tout à coup, Minote agite quelque peu son cabas,
duquel sort une épaisse fumée de poussière noire,
puis il se met à soupirer et à pleurer.
« Pourquoi pleurez-vous, brave homme? demande
la vieille fille.
— Ne m'en parlez pas ! Je pleure en pensant que
cette maudite poussière de charbon que je dois avaler
chaque jour me fera mourir comme elle a fait mourir
mon pauvre grand-père et mon pauvre père... »
Au mot de mourir, la dévote se retire à l'autre bout
du corridor.
« Pesez vite, lui dit-elle, et sans tant secouer votre
cabas.
— Un quintal de gagné, pense Minote, tout en
criant : — Deux quintaux et demi, et bon poids, ma
24

282

EN TERRA GALESA

dama ; à sièis francs lou quintau, couma avèn convengut, aco fai quinze francs juste... »
Un autre cop, aviè menat soun pichot emb'el.
Lou viage èra estat lèu vendut ; restava pas qu'un
mièch cabàs.
« Quaulou vòul A cinq francs lou quintau! cridava Minota dins lous Carmes. Tenès, pèr acabà lou
bailarai à quatre ! Pas qu'à quatre francs lou quintau, lou bon carbou d'euse ! Quau lou vôu !... »
Una brava fenna davala de soun segound, agacha
lou carbou, et dis à Minota :
« Vous lou prendrai be, mès me lou mountarés.
Vau apreparà ma carbounieira, e davalarai tournà
pèr la pesada. »
Dau tems que la fenna monta à l'oustau, Minota fai
intrà lou pichot tout agroumoulit dins lou cabàs, l'acata embé tres ou quatre branquetas d'euse, croca
las garbilhas dau cabàs à la roumana e espéra que la
fenna davale.
Pesoun. Minota pren l'argent dau carbou, carga
lou cabàs sus l'espalla e monta vitament l'escaliè.
Arriba dins la cousina, pausa lou cabàs, tira lou
pichot e vouja lou carbou dins la carbounieira. S'aprepara à davalà lou manit couma l'aviè mountat,
quand la fenna que seguissiè intra.
« D'ounte vèn aquel pichot? demanda estounada.
— Ma brava fenna, respond Minota gagnant l'escaliè, lou pichot à sa man, la cansoun dis de la filha
de Matieu :
S'es maridada
Dissate, e pioi dilus
S'es acouchada
D'un efantet tout nus...

EN TERRE GAULOISE

283

bonne dame ; à six francs le quintal, comme nous en
étions convenus, c'est quinze francs tout juste... »
*
Une autre fois, il avait amené avec lui son jeune
garçon.
Le voyage avait été vite vendu ; il n'en restait
qu'un demi-cabas.
« Qui le veut ! A cinq francs le quintal ! criait
Minote dans la rue des Carmes. Tenez, pour achever,
je le donnerai à quatre! Rien qu'à quatre francs le
quintal, le bon charbon de chêne-vert ! Qui le veut !....»
Une bonne femme descend de son second étage,
examine le charbon, et dit à Minote.
« Je vous le prendrai bien, mais vous me le monterez. Je vais préparer mon coffre à charbon et je
descendrai à nouveau pour le pesage. »
Pendant que la femme monte chez elle, Minote fait
accroupir son enfant dans le cabas, le recouvre de
trois ou quatre rameaux de chêne-vert, accroche les
anses du cabas à la romaine et attend que la femme
descende.
On pèse. Minote prend le montant du charbon,
charge le cabas sur l'épaule et monte rapidement l'escalier.
Il arrive dans la cuisine, pose le cabas, tire l'enfant
et verse le charbon dans le coffre. Il se préparait à
descendre son garçon comme il l'avait monté, quand
la femme qui avait suivi entre.
« D'où vient ce garçonnet? demande-elle étonnée.
— Ma bonne femme, répond Minote gagnant l'escalier, l'enfant à la main, la chanson dit de la fille de
Mathieu :
Elle s'est mariée — le samedi, et le lundi — elle est accouchée — d'un enfançon tout nu...

284

EN TERRA GALESA

Iéu me soui maridat i'a mai de trenta ans, e n'es
pas qu'ara que vène d'acouchà d'un enfantas tout
vestit !... »
Èra dins la carrieira despioi un brieu, que la fenna
reveniè tout-escàs à ela, e pensava à ie cridà : Voulurl..."

EN FACIOUN
AU COUSI CAUPEETOU

Bastidou, un brave boujarrou de Realmount dau
Tarn, qu'an mandat faire soun service au Clapàs, vèn
de passà à l'escola de batalhonn.
lèr de-vèspre, prenguèt la garda pèr lou prumiè
cop, e vers miècha-nioch, lou pausèroun en facioun
dins lou grand plan de terra que servis pèr la mano
bra das balouns.
Loucapoural que l'aviè menat aquí lou quitèt pas
sans ie recoumandà d'empaclià quau que seguèsse de
se sarrà d'el. le remembrèt que, se vesiè ou s'ausissiè quicon, deviè cridà : Halte-là ! qui vive !...
Batistou fasiè lous cent passes despioi une vintena
de minutas, quand un ouficiè de rounda, emplegounat dins soun mantèl, vèn de soun caire.
— Hòu ! l'orne, arrestàs-vous, senoun vous arrèste !
crida Batistou.
. L'ouficiè quinca pas mot e marcha toujour.
— Se vous arrestàs pas, pause moun fusil e vous
f.. .iche un cop de roc.
L'ouficiè fai couma s'ausissiè pas e se sarra encara
mai dau faciounàri.

285

EN TERRE GAULOISE

Moi, je me suis marié il y a plus de trente ans, et
ce n'est qu'à cette heure que je viens d'accoucher
d'un gros garçon tout vêtu !... »
Il était dans la rue depuis un instant, quand la
femme, reprenant à grand'peine possession d'ellemême, songeait à lui crier : Voleur !...

EN FACTION
AU COUSIN CAUPEET

Baptistou, un beau gars de Réalmont du Tarn,
qu'on a envoyé à Montpellier pour y faire son service
militaire, vient de passer à l'école de bataillon.
Hier au soir, il prit la garde pour la première
fois, et vers minuit, on le mit en faction dans le grand
terrain qui sert à la manœuvre des ballons.
Le caporal qui l'avait amené là, ne se retira qu'après lui avoir recommandé d'empêcher qui que ce fût
d'approcher de lui. 11 lui rappela que la sentinelle
doit, si elle voit ou entend quelque chose de suspect,
crier : Halte-là l qui vive !...
*
¥

¥

Baptistou faisait les cent pas depuis une vingtaine
de minutes, quand un officier de ronde, enveloppé de
son manteau, vient de son côté.
— Hé ! l'homme, arrêtez-vous, sinon je vous arrête ! crie Baptistou.
L'officier ne souffle mot et avance toujours.
— Si vous ne vous arrêtez pas, je pose mon fusil et
je vous f.. .lanque un coup de pierre.
L'officier paraît ne pas entendre et se rapproche
encore du factionnaire.
24*

286

EN TERRA G ALESA

Batistou pausa lou fusil au sou, aganta un gres e
lou manda à l'ouficiè que, urousament pèr el, avisat,
se baissa e esquiva lou cop.
Lou gres desquilha lou capùchou dau mantel : tres
través de det pus bas, l'orne aviè la closca fendasclada.
L'ouficiè s'auboura, viratalous, es'acoussa au poste
ounte, generousament, gratifica de quinze jours de
sala de pouliça lou capoural de garda, qu'aviè tant
ben enliçounat soun ome.
E d'aquel tems, Batistou, soun fusil recampat, se
disiè :
« Sabieibe que moun estèc valiè mai que lou dau capoural : anàs veire qu'aquel ome se sariè revirat tant
vitament se i'avièi cridat : Halte-là! qui vive! couma
lou capoural me disiè de faire... »
Ce que van èstre un parel d'amies d'ara-en-lai lou
capoural e Batistou, vous dise pas qu'aco !...

PÈR LAS FILHAS
QU'AN COUIFAT

SANTA

CATARINA

A J. DEMAE

Dissate au vèspre, noste ainat arribèt de l'escola
emb'un libre nôu.
« Veja moun paire, me diguèt, aco's lou libre de
Morceaux choisis; m'en an* dounat douge lignas à
aprene pèr cor, las sabe adejà... »
E couma un mouliqui vira, me remieutejèt sa licou
que s'acabava ansin :
Imitez de Conrartle silence prudent.

« Quau èra aco Conrart? me demandèt lou pichot.

EN TERRE GAULOISE

287

Baptistou pose son fusil à terre, saisit un caillou et
le lance à l'officier qui, prévenu, se baisse et esquive
le coup.
Le caillou rabat le capuchon du manteau : trois
travers de doigt plus bas, il fendait le crâne à l'homme.
L'officier se relève, fait un demi-tour, et prend sa
course vers le poste, où généreusement, il octroie
quinze jours de salle de police au caporal de garde
qui avait si bien endoctriné son subordonné.
Et pendant ce temps, Baptistou, son fusil ramassé,
se disait :
« Je savais bien que mon moyen valait mieux que
celui du caporal : allez voir que cet homme se serait
retourné aussi vite si je lui avais crié : Halle-là! qui
vive! comme le caporal me disait de faire !... »
Ce qu'ils vont dorénavant former une paire d'amis,
le caporal et Baptistou, je ne vous dis que cela!...

POUR LES DEMOISELLES
QUI ONT

COIFFÉ

SAINTE

CATHERINE

A J. DEMAR

Samedi au soir, notre aîné arriva de l'école avec un
livre neuf.
« "Vois, père, me dit-il, c'est le livre de Morceaux
choisis ; on m'en a donné douze lignes à apprendre
par coeur, je les sais déjà... »
Et comme un moulin qui tourne, il bredouilla sa leçon qui se terminait ainsi :
Imitez de Conrart le silence prudent.
Qui était Conrart? me demanda l'enfant.

288

EN TERRA GALESA

— L'ai pas pus vist despioi que lou metère en nourriça...
— Aladounc, sabes pas niai quau èra Boileau, lou
qu'a escrich lous verses que t'ai recitat?
— Boileau! Beulaiga! que lou tron lou cure! Se
tout lou mounde beviè d'aiga couma el, dequé farian
de noste vi? »
M'enfètava mai que ce quepoudès creire de pourre
pas milhou respondre au drolle, mès, que diaussi ! de
noste tems i'aviè de moucèls causits qu'à taula, e pas
à l'escola : e pioi noste paire nous aviè pas acoustumats à beure l'aiga.
" Pamens, m'aproumetère de m'assaventà lou lendeman enco de moun fraire. El n'en sap fossa mai que
icu : la prouva es qu'a croumpat pèr mai de mila escuts de libres — es aco que i'ajudarà à maridà soun
ainada !...

Tant i'a que dimenche, en dinnant à soun oustau
couma à l'acoustumada, ie demandère:
« Diga, tus que sabes tout, e quicon mai encara,
me diràs quau èra aquel barrancaire que ie disièn
Boileau, e un autre Conrart, un pauc-parla, se n'en
eau creire lou Boileau que dis d'el:
Imitez de Conrart le silence prudent?
— Boileau, me respondèt moun fraire, èra un escrivan que viviè à Paris i'a un parel de cents ans e
que, dins soun franeimand, disiè de mau de tout lou
mounde.
Se i'aviè pas d'enfants àici, te countarièi lou tour
que de guindous ie jouguèroun...

EN TERRE GAULOISE

289

— Je ne l'ai plus revu depuis que je l'ai mis en
nourrice...
— Donc, tu ne sais pas davantage qui était Boileau,
celui qui a écrit les vers que je t'ai récités?
— Boileau ! Boit l'eau ! que le diable l'emporte ! Si
chacun buvait de l'eau comme lui, que ferions-nous
de notre vin? »
J'étais plus ennuyé que ce que vous pouvez le penser de ne pouvoir répondre au gamin, mais, que diantre ! de notre temps, il n'y avait de morceaux choisis
qu'à table, et non pas à l'école ; et ensuite, notre père
ne nous avait pas habitués à boire de l'eau.
Cependant, je promis de m'instruire le lendemain
chez mon frère. Il en sait beaucoup plus que moi : la
preuve, c'est qu'il a acheté pour plus de mille écus de
livres ; c'est çà qui l'aidera à marier son aînée !...

Tellement que dimanche, en déjeûnant à sa maison
comme d'habitude, je lui ai demandé:
« Dis, toi qui sais tout, et quelque chose de plus
encore, me diras-tu quel était ce radoteur qu'on appelait Boileau, et cet autre, Conrart, un silencieux,
s'il en faut croire le Boileau qui dit de lui :
Imitez de Conrart le silence prudent ?
— Boileau, me répondit mon frère, c'était un écrivain qui vivait à Paris, il y a deux cents ans, et qui,
dans son français, disait du mal de tout le monde.
S'il n'y avait pas d'enfants ici, je te raconterais le
tour que lui jouèrent quelques dindons....
Conrart a été le père de cette vieille grande dame
qui vit encore : l'Académie française.

290

EN TERRA G ALESA

Conrart es estat lou paire d'aquela vièlha granda
dama que vieu encara : l'Academìa francesa.
Tout couma lous autres, aquel Conrart rescassèt
lou cop de bata de Nicoulau Boileau. Mès aqueste
deu èstre dins l'infèr d'aquesta oura, à mens que se
siègue counfessat à soun darriè de la grossa messorga
qu'a dich quand a afourtit que Conrart èra estat silencious e prudent.
Lou paire de l'Academia n'es pas estat silencious :
couma Nicoulau a fach quaucas epigramas ; n'es pas
estat prudent : n'a fach una contra sa fenna qu'aviè
presa prou vièlha ; — es vrai que desempioi prou
tems el marcava pas pus.
Vos saupre aquela epigrama? La vejaici:
Tant que n'a pas vint ans, la filha en pregant Dieu
Dis : « Que lou que prendrai siègue fossa agradieu,
Poulit, prou liberau, pas courriòue bon diable ! »
A vint-e-cinq : « Moun Dieus, un que siègue passable
E que dedins lou mounde on posque presentà.»
Mès pioi, quand pèr lous ans se sentis trop butà,
Quand vei qu'aco s'en vai, que se sarra de trenta :
« Un couma vous plairà, moun Dieu, saraicountenta!»
Pas besoun de te dire que I'aviè 'scricha en francimand.
— Mès aquel Conrart n'aviè pas tirat aco de sa
cabessa ! faguère sus cop. Fa mila ans amai mai que
dins tout lou Miejour, se dis de las filhas :
A quinze ans la filha ris,
A vint ans ela causis ;
A vint-e-cinq s'acoumoda,
A trenta pren ce qu'atroba.
Es vrai que las filhas se revenjoun en aimant fossa
lou que las vòu à vint ans, pas gaire lou que las de-

EN TERRE GAULOISE

291

Tout comme les autres, ce Conrart attrapa le coup
de patte de Nicolas Boileau. Mais celui-ci doit être
dans l'enfer à l'heure qu'il est, à moins qu'à sa dernière heure il n'ait confessé le gros mensonge qu'il a
dit lorsqu'il a affirmé que Conrart avait été silencieux
et prudent.
Le père de l'Académie n'a pas été silencieux :
comme Nicolas, il a composé quelques épigrammes ;
il n'a pas été prudent : il en a composé une contre sa
femme qu'il avait épousée assez vieille ; — il est vrai
que depuis longtemps lui-même ne marquait plus.
Veux-tu connaître cette épigramme? La voici:
Au-dessous de vingt ans, la fille, en priant Dieu,
Dit : « Donne-moi, Seigneur, un mari de bon lieu,
Qui soit doux, opulent, libéral, agréable ! »
A vingt-cinq ans: « Seigneur, un qui soit supportable,
Ou qui parmi le monde, au moins puisse passer ! »
Enfin quand par les ans elle se voit presser,
Qu'elle se voit vieillir, qu'elle approche de trente :
<c Un tel qu'il te plaira, Seigneur, je m'en contente ! »
Point n'est besoin de te dire qu'il l'avait écrite en
français.
— Mais ce Conrart n'avait pas tiré cela de sa caboche ! répliquai-je sur-le-champ. Depuis mille ans
et plus, dans tout le Midi, on dit des jeunes filles :
A quinze ans, la fillette rit,
A vingt ans, elle choisit ;
A vingt-cinq, elle s'accommode,
A trente, elle prend ce qu'elle trouve.
Il est vrai que les jeunes filles se vengent en aimant fort celui qui les désire à vingt ans, guère celui

292

EN TERHA GAIJESA

manda à vint-e-cinq, e en faguent pourtà... lou pichot au que las pren à trenta...
— Es ce que faguèt la fenna de Conrart, ajustèt
moun fraire.
— E la de Boileau? ie demandère.
— Boileau n'èra pas prou poulit garçou ; ges lou
vouguèroun pas, rnouriguèt jouvenome. Mès perdounèt pas à las fennas : a escrich contra elas una
sàtira... »
¥ ¥

Tout d'un cop una idèia me passèt pèr latèsta.
« Aco tomba couma lapèira à l'anèl, m'escridère.
Es ioi lou 25 de nouvembre, lou jour ounte las filhas
qu'an despassat vint-e-cinq ans oufrissoun un couifou
à santa Catarina !
» Countarai ce que vènes de me dire, noun pas à
toun nebout, mès as legigueires de la Campana de
Magalouna, e dedicarai moun istòria à toutas las
vièlhas filhas. Las jouvas riran, e de segùlas vièlhas
se moustraran mens refastignousas à l'aveni. »

MÈSTRE RICHAUD
A ALF. FARGUES

Mèstre Richaud èra un gros Auvergnàs, courdouniè
de soun estat, que loujava à Grrabel, au Plan dau
Pourtau, dins l'oustau de la vièlha Marioun,-qu'ai
tout-escàs counouguda quand ère un manit de sèt ou
ioch ans.
Travalhava soulide : atamben caussava, en sus de
tout Grabel, lous maseliès de l'entour couma nautres,

293

EN TERRE GAULOISE

qui les demande à vingt-cinq, et en faisant porter....
le marmot à celui qui les épouse à trente....
— C'est ce que fit la femme de Conrart, ajouta
mon frère.
— Et celle de Boileau? lui demandai-je.
— Boileau n'était pas assezjoli garçon ; aucune ne
voulut de lui, il mourut célibataire. Mais il ne pardonna pas aux femmes : il a écrit contre elles une
satire
»
*

Tout à coup, une idée me passa par la tête,
« Ceci s'agence comme la pierre à l'anneau, m'écriai-je. C'est aujourd'hui le 25 novembre, le jour où
les demoiselles qui ont dépassé vingt-cinq ans offrent
une coiffe à sainte Catherine !
Je raconterai ce que tu viens de me dire, non pas
à ton neveu, mais aux lecteurs de la Campane de Maguelone,et]& dédierai mon histoire à toutes les vieilles
filles. Les jeunes riront, et sûrement leurs aînées se
montreront moins revêches à l'avenir. »

MAITRE RICHAUD
A ALPH. FARGUES

Maître Richaud était un gros Auvergnat, cordonnier de son métier, qui logeait à Grabels, sur la place
du Portail, dans la maison de la vieille Marion que
j'ai à peine connue lorsque j'étais un gamin de sept ou
huit ans.
La solidité de son travail était remarquable : aussi
chaussait-il, en sus de tout Grabels, les campagnards
25

294

EN TERRA GALESA

tout lou mounde de Coumbalhòu e de Mûries, sans
eoumtà fossa Mount-Ferrieirencs.
Aviè de countùnia tres ou quatre garçous, un aprcndrls au mens, ce qu'emb'el e soun ainat fasiè sièis ou
sèt oubriès assetats de-longa davans un velhadou coumoul d'óutisses.
Es vous dire que toumbava chaca jour prou da
retals de quior au sòu ; mès noste Auvergnàs, que
jamai de sa vida s'èra gaire avisat de la proupretat,
s'engardava be de faire escoubà : — De tems perdut,
— respoundiè à las de sas praticas qu'arremarcavoun
lou ja» d'escoubilhas qu'anava en mountant mai que
mai.
Mèstre Richaud aviè pres la precaucioun de talhà,
sus la porta, dins lou quior que s'amoulounava, d'escaliès pas trop nauts. Chaca sièis meses, se n'i'en
ajustava un nouvèl.
Venguèt lou jour ounte lous ornes assetats sus sous
tabourets touquèroun lous coubles embé la tèsta :
aquel jour Mèstre Richaud seguèt fourçat de faire curà
soun poucieu..., vole dire sa boutiga.
Moussu Picard, lou mèstre dau mas de l'Avi, se
carguèt dau traval, e paguèt d'un barrau de vi las
vint-e-cinq carradas de fem que sourtiguèroun d'aqui.
Pode vous afourti qu'un fraire de Moussu Picard,
un capitàni retirat à Grrabel, countèt ce que vous dise
dins un journal dau Clapàs.
Mèstre Richaud, pèr moustrà à sous garçous que
n'èra pas un sarra-piastras, i'aproumetèt de ie faire
beure à sas bevetas lou plen barrau de vi.
Mèsel, qu'èra un Auvergnàs dau gros grun, l'aimava negre e pas sermat ; tamben quand tastèt lou
vi dau mas de l'Avi se diguèt entre el :
« Es be daumage d'avedre aproumés as garçous un

EN TERRE GAULOISE

295

des environs comme nous, tous les gens de Combaillaux et de Mûries, sans compter beaucoup d'habitants
de Montferrier.
Il avait continuellement trois ou quatre ouvriers,
un apprenti au moins, ce qui, avec lui et son aîné,
faisait six ou sept hommes assis du matin au soir
devant un établi couvert d'outils.
C'est vous dire qu'il tombait chaque jour assez de
coupures de cuir à terre ; mais notre Auvergnat qui,
de sa vie, ne s'était guère avisé de la propreté, se
gardait bien de faire balayer : — Du temps perdu, —
répondait-il à celles de ses pratiques qui remarquaient
a couche de balayures s'accumulant de plus en plus.
Maître Richaud avait pris la précaution de tailler,
sur la porte, dans le cuir qui s'amoncelait, des degrés
pas trop élevés. Tous les six mois, il s'en ajoutait un
nouveau.
Vint le jour où les hommes assis sur leurs tabourets
touchèrent le plafond avec la tête : ce jour-là, Maître
Richaud se vit dans la nécessité de faire nettoyer sa
porcherie..., je veux dire sa boutique.
Monsieur Picard, le propriétaire du mas de l'Avi,
se chargea du travail et paya d'un baril de vin les
vingt-cinq charretées de fumier que l'on sortit de là.
Je puis vous affirmer qu'un frère de Monsieur Picard, capitaine en retraite à G-rabels, conta ce que je
vous dis ici dans un journal de Montpellier.
Maître Richaud, pour montrer à ses ouvriers qu'il
n'était pas un harpagon, promit de leur faire boire
chaque jour au goûter le vin du baril.
Mais, lui, Auvergnat du gros grain, il l'aimait noir
et non mouillé ; aussi, lorsqu'il goûta celui du mas
de l'Avi, il se dit intérieurement :
« Quel dommage d'avoir promis aux ouvriers un si

296

EN TERRA GALESA

tant bon vi, pamens un orne es un orne, deu tène una
paraula dounada, lous garçous lou beuran dounc...
amai iéu tabé. »
Sounèt soun aprendris : « Pichot, ie faguèt dins
soun auvergnàs, chaca jour, à quatre ouras, prendras
dins lou pegal un gros pichè dau vi de Moussu Picard, e tant de tàrrous que saren d'omes; voujaràs à
chacun dous través de det : quand saràs à iéu, amai
te digue : Prou n'i'èi, vouja toujour. Quand moun
tàrrou sarà pie, te lou pausarai sus lou velhadou e te
tarai : Ara que l'as voujat, beu-lou ! mès se lou beviòs !...» E de soun èr lou mai menèbre, emb'un
sinne de menaça, ie moustrava lou tira-pèd.
Tres meses après, lou barrau èra vouide. Mèstre
Richaud n'aviè begut la mitât pèr sa part. L'aprendris l'aviè pas tastat.

LOU MARIDAGE DE MARCOU
A L'AMIC COMET, DE LOUNDRAS

l'a pas à dire, mau-grat sous cinquanta-ioch ans,
Marcou es un bèl orne, mès de quant èra mai flambant, en 59, au moument ounte passèt dau 12° de
ligna dins lous granadiès de la garda imperiala.
Franc sa bella autura, sa prestança, e sustout sa
barbicha que retrasiè fieu pèr n'eu la de l'emperaire,
res l'aviè pas apreparat à faire soun service dins un
tau cors.
Enfant d'un pèd-terrous d'Aumelàs, ainat de sèt,
aviè manjat mai de geissas que de coustellas, e, à
nòu ans, après avedre passat dès-e-ioch meses à l'es-

297

EN TERRE GAULOISE

bon vin ! cependant un homme est un homme, il doit
tenir la parole donnée, les garçons le boiront donc...
et moi aussi. »
Il appela son apprenti : « Petit, lui dit-il en son
auvergnat, chaque jour, à quatre heures, tu prendras
dans le broc un grand litre du vin de Monsieur Picard, et autant de gobelets que nous serons d'hommes ; tu en verseras à chacun deux travers de doigt :
quand tu seras à moi, bien que je te dise : J'en ai
assez, verse toujours. Lorsque mon gobelet sera plein,
je le poserai sur l'établi et je te dirai: Maintenant que
tu l'as versé, bois-le !. .. mais si tu le buvais !...» Et
de son air le plus sévère, avec un geste de menace, il
lui montrait le tire-pied.
Trois mois après, le baril était vide. Maître Richaud en avait bu la moitié pour sa part. L'apprenti
n'y avait pas goûté.

LE MARIAGE DE MARCOU
A

L'AMI EICOME, DE LONDRES

Il n'y a pas à dire, malgré ses cinquante-huit ans,
Marcou est un bel homme ; mais de combien il était
plus flambant, en 59, lorsqu'il passa du 12e de ligne
dans les grenadiers de la garde impériale.
Excepté sa haute taille, sa prestance, et surtout sa
barbiche qui reproduisait fil par fil celle de l'empereur, rien ne l'avait désigné pour accomplir son service dans un tel corps.
Enfant d'un pied-terreux d'Aumelas, aîné de sept,
il avait mangé plus de gesses que de côtelettes, et, à
neuf ans, après avoir passé dix-huit mois à l'école où
25*

EN TERRA GALESA

cola ounte aviè tout-escàs après à legi, se lougavaà
Lamourous pèr garda las cabras. Venguèt bouirac,
pioi ràfi, pioi souldat.
Es encara au regiment que s'atroubèt lou milhou,
e soulide que s'aguèsse agut un pauc d'escritura, auriè fach mai d'un coungèt.
Soun service acabat, revenguèt à Aumelàs, e lou
vejaqul tournà-mai ràfi, menant tout lou jour soun
couble de miolas, manjant de fabas, de tuferas e de
fruchan, e couchant de longa pèr palhèiras.
Faguèt vira lou cor à mai d'una chambourda, mès
la vida de Paris et sustout la vista de la court l'avièn
rendut refastignous ; atamben restèt mut à toutas
las avanças que mancoun jamai à un bel ome.
« Vole pas me maridà, disiè mai d'un cop : soui pas
prou riche pèr prene u:;a filha à moun goust, e ai
trop vist de poulidas causas pèr me coumpati à vieure
dins un oustau mau tengut. »

Setanta arribèt. Marcou aviè trenta-quatre ans ;
seguèt enroullat dins lous moubilisats. Dins aquel
moument, cerquèroun, couma sabès, lous vièls souldats pèr n'en faire d'ouflciès ou tout au-mens de
sarjants.
El, qu'aviè servit dins lou prumiè cors de França,
que jout l'àbi de souldat aviè mai que bon biais,
seguèt noumat lioc-tenent.
Lous batalhouns fourmats partiguèroun pèr la
frouritieira dau Jura. Marcou, à l'avans-garda emb'una miècha-coumpagniè, arribèt à Sant-Rambert lou
24 de décembre, la vèlha de Nadau.
Lou fourriè qu'aviè apreparat las bilhetas de lou-

EN TERRE GAULOISE

299

il avait tant bien que mal appris à lire, il se louait à
Lamouroux pour garder les chèvres. Il devint bouvier, puis valet de ferme, puis soldat.
C'est encore au régiment qu'il se trouva le mieux,
et sûrement qu'avec un peu plus d'instruction, il eût
fait plusieurs congés.
Son service achevé, il revint à Aumelas, et le voilà
de nouveau valet de ferme, menant deux mules tout
le jour, mangeant des fèves, des pommes de terre et
des fressures, et couchant continuellement sur la
paille des greniers à foin.
Il fit tourner le cœur à mainte chambrière, mais la
vie de Paris et surtout la vue de la cour l'avaient
rendu difficile, aussi resta-t-il muet à toutes les avances qui ne manquent jamais à un bel homme.
« Je ne veux point me marier, disait-il souvent ;
je ne suis pas suffisamment riche pour prendre une
femme à mon goût, et j'ai vu de trop jolies choses
pour consentir à vivre dans un intérieur mal tenu. »
*
Soixante-dix arriva. Marcou avait trente-quatre
ans; il fut enrôlé dans les mobilisés. En ce momentlà, on rechercha, comme vous le savez, les anciens
soldats pour en faire des officiers ou tout au moins
des sergents.
Marcou, qui avait servi dans le premier corps de
France, qui, sous l'uniforme, faisait excellente figure,
fut nommé lieutenant.
Les bataillons formés partirent pour la frontière du
Jura. Marcou, à l'avant-garde avec une section, atteignit Saint-Rambert le 24 décembre, la veille de
Noël.
Le fourrier qui avait préparé les billets de loge-

300

EN TERRA GALESA

jament mandèt soun ouficiè enco de Moussu Franquet, lou noutàri de l'endrech.
Moussu Franquet e Madama Franquet, braves e
ounèstes bourgeses, bons couma lou pan, se metèroun en quatre pèr ben reçaupre l'ouficiè.
Madama courriguèt à la clastra pèr demanda à
Moussu lou Curat la permessioun de faire gras amai
seguèsse la vegèlha de Nadau, e Ceseta, la serviciala, avans de se boutà'n cousina, anèt alesti la
cambra d'amie ounte deviè coucha Marcou.
Sourtiguèt de l'armàsi un parel de lençôus blancs
qu'encigalavoun, lous tibèt mai que ben sus lou lièch
à double matalàs, pioi lous recoubriguèt d'una flassada de lana, d'un coubèrtou de seda blua, e sus lou
tout pausèt un d'aqueles grands couissis de pèu d'auqueta, gaire counouguts dins nostes mases, de quau
se servissoun lous riches soulets et qu'apelloun d'edredouns. Espandiguèt au pèd dau lièch la granda pèl de
cabra que servissiè de tapis, adoubèt la tauleta de
nioch, la taula de teleta, roumpliguèt de rataflà la
garafeta dau cabaret qu'èra sus la coumoda, e tout
aco acabat, se diguèt que Madama, quand arribariè,
atroubariè pas grand causa à reprene.
Pioi s'atalèt à l'apreparacioun dau soupà emb'una
foga que fasiè ounou tant à sas qualitats de serviciala
qu'à soun patrioutisme de Francesa.
A sèt ouras dau vèspre, la taula èra messa ; la cousina embaumava, e sus lou bufet s'entendilhavounbelèu
dos dougenas de siètas, embé de rasins, de poumas,
d'amellas, de passarilha, de nougat e dau bon, — SantRambert n'es pas lion de Mountelimart,— de fougassas à l'òli, de pastissariès de touta mena ; tres ou quatre boutelhas toutes pòussousas, caloutadas de rouge
ou de vèrd ; lous bols pèr lou cafè e laflola ounte bri-

EN TERRE GAULOISE

301

ment, envoya son officier chez Monsieur Franquet, le
notaire de l'endroit.
Monsieur Franquet et Madame Franquet, honnêtes
bourgeois, bons comme le pain, se mirent en quatre
pour bien recevoir l'officier.
Madame courut au presbytère pour demander à
Monsieur le Curé l'autorisation de faire gras bien que
ce fût la vigile de Noël, et Césette, la servante, avant
de se mettre en cuisine, alla préparer la chambre
d'ami destinée à Marcou.
Elle sortit de l'armoire une paire de draps d'une
blancheur éblouissante, elle les tendit avec soin sur
le lit à double matelas, elle les recouvrit ensuite
d'une chaude couverture de laine, d'une seconde couverture en soie bleue, et sur le tout elle posa l'un de
ces grands coussins remplis de duvet d'oison, peu
connus dans nos mas, desquels se servent seuls les
riches, les dénommant des édredrons. Elle étendit au
pied du lit la grande peau de chèvre qui servait de
tapis, mit en ordre la table de nuit, la toilette, remplit de ratafia le carafon du cabaret qui était sur la
commode, et, cette besogne achevée, se dit que Madame, en arrivant, ne trouverait pas grand'chose à
reprendre.
Puis elle s'attela à la préparation du souper avec
une ardeur qui faisait honneur à ses qualités de servante autant qu'à son patriotisme de Française.
A sept heures du soir, la table était mise ; la cuisine embaumait, et sur le buffet s'étalaient peut-être
deux douzaines d'assiettes, avec des raisins, des pommes, des amandes, du raisin sec de Malaga, du nougat
et du bon, — Saint-Rambert n'est pas éloigné de Montélimart, — des fouaces à l'huile, des pâtisseries de
toute sorte ; trois ou quatre bouteilles toutes pous-

302

EN TERRA G ALESA

lhava couma un rai de sourel lou vièl aiga-ardent
roussèl.
Lou soupà, sans èstre gai de rèsta, — se pensava
trop as malurs dau païs pèr festejà, — èra un das bons,
senoun lou milhou, que Marcou aguèsse fach dins sa
vida. Atamben, se ie coumpourtèt couma se deu,
coumplimentant Madama Franquet e sa cousinieira
mai de las dents que de la lenga, e tenguent cop à
Moussu Franquet chaca fes qu'una boutelha se destapava.
Tout en grignoutant lou dessèrt, en beguent lou
cafè, en fumant un bon cigàrrou, se charrèt de Nadau
dins lou Lengadoc, de Calendo ou Chalendo dins lou
Daufinat, e las ouras passèroun sans pareisse gaire
longas.
A miècha-nioch manca vint, Madama Franquet diguèt à soun orne :
« Avèn tout juste lou tems de cargà,tus, toun mantèl, iéu, moun. tartan, pèr anà à la messa ; acoumpagna Moussu que deu èstre las à sa cambra, e vèni
me querre à lamieuna. Tus, Ceseta, te passaràs de la
messa de miècha-nioch pèr aqueste an ; vas demourà
aici, que se Moussu n'aviè pas dins sa cambra tout ce
que ie eau, i'ou bailariès. »
E Moussu Franquet, prenguent un candeliè que
Ceseta veniè de ie pourtà, menava lou lioc-tenent à la
cambra ounte deviè couchà.
*

* *
Dau tems que Moussu e Madama Franquet gagnavoun la glèisa, Marcou eisaminava lou poulit lièch
que la serviciala aviè tant ben alestit. Ce que vejèt
d'abord, seguèt lou grand edredroun que teniè dau
cabussau as pèses.

EN TERRE GAULOISE

303

siêreuses, coiffées de rouge ou de vert ; les tasses pour
le café et la fiole où brillait comme un rayon de soleil
la vieille eau-de-vie.
Le souper, sans être d'une gaîté exubérante, — on
pensait trop aux malheurs du pays pour festoyer, —
était un des bons, sinon le meilleur que Marcou eût
fait. Aussi, il s'y comporta de bonne façon, complimentant Madame Franquet et sa cuisinière plutôt des
dents que de la langue, et tenant tête à Monsieur
Franquet chaque fois qu'une bouteille se débouchait.
Tout en grignotant le dessert, en buvant le café,
en fumant un bon cigare, on parla de Nadau dans le
Languedoc, de Calendo ou Chalendo dans le Dauphiné,
et les heures passèrent sans paraître bien longues.
A minuit moins vingt, Madame Franquet dit à son
mari :
« Nous avons à peine le temps de mettre, toi, ton
manteau, moi, mon tartan, pour aller à la messe;
accompagne Monsieur qui doit être fatigué à sa chambre, et viens me prendre à la mienne. Toi, Césette,
tu te passeras de la messe de minuit pour cette année;
il te faut demeurer ici, afin de pouvoir donner à Monsieur ce qui lui manquerait, s'il n'avait pas dans sa
chambre tout ce qui lui est nécessaire. »
Et Monsieur Franquet, prenant le bougeoir que
Césette venait de lui apporter, conduisait le lieutenant à la chambre qu'il devait occuper.
*
¥

¥

Pendant que Monsieur et Madame Franquet se
rendaient à l'église, Marcou examinait le lit luxueux
que la servante avait si bien dressé. Ce qu'il vit d'abord, ce fut le grand édredon recouvrant le lit du
chevet aux pieds.

304

EN TERRA GALESA

Aviè ausit dire à sa maire que lous riches couehavoun sus de coulcas ou de couetas, matalasses de
plouma ounte lou cors s'enfounça,e que tènoun cauds
fossa mai que lous de lana ou de crin.
« La serviciala, touta à l'apreparacioun dau soupà,
n'aura pas agut lou tems de metre de lençôus au lièch,
se diguèt, coussi vau faire?.. .Es que m'endourmirai
sus aquelfautul en m'acatant dau matalàs?.. .Dourmi
vestit, n'es pas coumode... .E pioi, sarièi pas gaire
fresc per m'acaminà deman dau Lioun... Encara lou
milhou sarà de sounà la serviciala... »
E, cridant daus l'escaliè, — car se doutava pas que
la courdella à gros agland franjat, penjant ras de la
taula-de-nioch, èra pèr esquillà quand on aviè besoun
de quicon, — sounèt Ceseta que mountèt vitament.
« N'agués pas pòu, Madoumaisella, ie faguèt ; se
vous sone es pèr vous demandà soulament de metre
de lençòus à moun lièch...
— Coussi, lous que i'a soun pas propres?...
— Mès n'i'a pas ges; agachàs : res acata pas lou
matalàs de plouma, ni lençòus, ni flassada, ni coubèrtou, ni couissi long, ni couissi carrat.... Aurièi pas
vougut vous derenjà, que devès èstre prou lassa, mès
n'ai pas saupegut coussi me couchà... »
Lou levènti de Ceseta qu'aviè coumprés dau tems
dau soupà que Marcou n'èra pas un ouflciè das pus
lutrats, pàrtiguèt d'un cacalàs. Galejaira couma una
Vivaresa que s'atroubava, pausèt sas galochas,e, desacatant lou lièch, se i'enfournèt dedins davans Marcou, qu'alandava d'iols couma de paumas.
Paures! ni l'un ni l'autre sounjavoun à ce que s'apreparava pèr eles.
Moussu Franquet, arribat à la porta de la glèisa,
aviè sentit lou besoun de se moucà, e mandant lamaii

EN TERRE GAULOISE

305

Il avait entendu dire à sa mère que les riches couchent sur des coites ou couettes, matelas de plume
dans lesquels le corps s'enfonce, et qui le tiennent chaud
beaucoup plus que les matelas de laine ou de crin.
« La servante, toute à la préparation du souper,
n'aura pas trouvé le temps de mettre des draps au
lit, se dit-il ; comment vais-je faire ?. . . M'endormiraije sur ce fauteuil en me recouvrant du matelas ?....
Dormir vêtu n'est guère commode.... Et puis, je ne
serais guère frais pour m'acheminer demain vers
Lyon
Le mieux sera encore d'appeler la servante. .. »
Et, criant dans l'escalier, —car il ne savait pas que
le cordon à gros gland frangé, à portée de la main
près de la table de nuit, servait à sonner quand on
avait besoin de quelque chose, —-il appela Césette qui
monta aussitôt.
« Ne craignez rien, Mademoiselle, lui dit-il ; si je
vous appelle, c'est seulement pour vous demander de
mettre des draps à mon lit...
— Comment, ceux qu'il y a ne sont pas propres?...
— Mais il n'y en a pas; regardez : rien ne recouvre
le matelasdeplume, ni draps, ni couverture, ni courtepointe, ni traversin, ni oreiller... J'aurais voulu ne
point vous déranger, car vous devez être fatiguée,
mais je n'ai su comment me coucher... »
Cette espiègle de Césette, qui avait compris pendant le souper que Marcou n'était pas un officier des
plus délurés, partit d'un grand éclat de rire. Moqueuse comme une fille du Vivarais qu'elle était, elle
tira les pieds de ses galoches, et, découvrant le lit,
elle s'y glissa devant Marcou, qui écarquillait les yeux
tout ébahi.
Pauvrets ! ils ne songeaient ni l'un ni l'autre à ce
qui se préparait pour eux.
26

306

ËN TERRA QALËSA

dins la pocha de soun mantèl, i'aviè pas ges troubat
de moucadous.
« Tè, aviè dich à sa fenna, intra; iéu m'entorne à
l'oustau querre lou moucadou qu'ai dessoublidat. »
En mountant à sa cambra, aviè ausit cascalhejà
Ceseta enco dau lioc-tenent, e, ma fe, soun devé
d'oste e de mèstre d'oustau lou butant, droubiguèt la
porta.
Dequé pensèt pas, moun Dieu, en vejent sa serviciala sourü dau lièch !
« Moussu l'ouflciè, diguèt à Marcou, que restava
'nclausit, l'oustau ounte on es reçachut deu èstre sacrât pèr un ome d'ounou ; ou avés dessoublidat. Iiepararés vosta fauta couma counvèn. Sès garçon, nous
avès dich, espousarés ma serviciala! ... »
Marcou sabiè pas dequé respondre, tant l'arribada de Moussu Franquet l'aviè susprés ; Ceseta, en
fina mousca, fasiè la vergougnousa, baissava lous
iols, se diguent que pescà un poulit ome, un ouficiè,
dins aquela estamina, sariè pas un marrit cop de
fialat.
« Decidàs-vous, Moussu, que diaussi ! Voie una
aproumessa sinnada de vosta man...
— Sabe pas sinnà, Moussu, respoundèt Marcou,
sans trop saupre ce que disiè. (Disiè pamens ges de
messorgas !)
— Aladounc, se sabès pas sinnà, n'avès pas besoun
de tant faire d'alònguis. Ceseta, la guerra acabada,
sarà la fenna que vous eau: es propra, acassada,
a quauques sòus de coustat... Anen, decidàs-vous;
voulès sai-que pas me fourçà à me plagne à voste capitàni !... »
Marcou, que reveniè à el pauquet à pauquet, escoutava Moussu Franquet, agachava Ceseta, fasiè

EN TERRE GAULOISE

307

Monsieur Franquet, arrivé à la porte de l'église,
avait éprouvé le besoin de se moucher; plongeant la
main dans la poche de son manteau, il n'y avait
trouvé aucun mouchoir.
« Tiens, avait-il dit à sa femme, entre; je m'en retourne à la maison prendre le mouchoir que j'y ai
oublié. »
En montant dans sa chambre, il avait entendu Césette caqueter chez le lieutenant, et, ma foi, son devoir d'hôte et de maître de maison le poussant, il avait
ouvert la porte.
Que ne pensa-t-il pas, mon Dieu, en voyant sa servante sortir du lit !
« Monsieur l'officier, dit-il à Marcou ahuri, la maison où l'on est reçu doit être sacrée pour un homme
d'honneur ; vous l'avez oublié. Vous réparerez votre
faute comme il convient. Vous êtes garçon, nousavezvous dit, vous épouserez ma servante !. . »
Marcou ne savait que répondre, tant l'arrivée de
Monsieur Franquet l'avait surpris ; Césette, en fine
mouche, faisait l'intimidée, baissait les yeux, se disant que pêcher un beau mari, un officier, dans cette
aventure, ne serait pas un mauvais coup de filet.
« Décidez-vous, Monsieur, que diantre ! Je veux
une promesse signée de votre main...
— Je ne sais pas signer, Monsieur, répondit Marcou sans trop savoir ce qu'il disait. (Il ne disait cependant aucun mensonge !)
— S'il en est ainsi, vous n'avez nul besoin de tant
hésiter. Césette, la guerre achevée, sera la femme
qu'il vous faut : elle est propre, soigneuse, elle a
quelques sous de côté... Allons, décidez-vous: vous
ne voulez peut-être pas m'obliger à me plaindre à votre capitaine !... »

308

EN TERRA G ALESA

virà sous dets, sinne que sa cabessa travalhava. A la
fin, diguèt :
« Se Madoumaisella vòu ie cousent!, vous aproumete de l'espousà, se laisse pas mous osses dins quauque vàuri dau païs ounte nous mandoun...
— Counsentisse ! counsentisse! s'entanchèt dédire
Ceseta. E ara que sian toutes d'acôrdi, faguèt à soun
mèstre, Moussu l'ouficiè vai vous countà ce que s'cs
passat. Dau tems, vau me vestí dau dimenche pèr
veni à la glèisa ounte anounciarai la bonna nouvella
à Madama... Moussu l'ouficiè, moun afianeat, nous
acoumpagnarà.. .»
E de-fèt, dau tems que Ceseta s'acoutrava, Marcou
fasiè à Moussu Franquet lou raconte de ce que sabés.
Pioi, ple de fisança pèr lou brave noutàri, ie countava
soun enfança besougnousa, soun service à Paris, —
lou vertadiè pountificat de sa vida, — la guerra, l'apèl
das moubilisats, sa nouminacioun couma ouficiè.
Moussu Franquet, countent que noun-sai de s'èstre
troumpat, de saupre Ceseta ounèsta, l'ouficiè ome
d'ounou, soun oustau respetat, diguèt à Marcou au
moument ounte Ceseta rintrava :
« Quand la pas fâcha, tournarés aici, vole escrieure
de ma man vostè countrat de maridage, e pèr que
Ceseta posque èstre la fenna d'un ouficiè de nosta
armada, es iéu que ie farai lous dèch mila francs de
dota que cau !... Eara, embrassàs-vous, e anen rejougne Madama
»
Pensas se Marcou e Ceseta diguèroun gramecis à
Moussu Franquet !
Madama, que se fasiè tres pichès de michant sang
à la glèisa, en esperant Moussu que s'endarrièirava
tant, seguèt fossa surpresa de lou veire intrà à l'Elevacioun, embé l'ouficiè e la serviciala. Crese que, pèr

EN TERRE GAULOISE

309

Marcou, revenant à lui peu à peu, écoutait Monsieur Franquet, examinait Césette, tournait les doigts,
ce qui était un indice certain du travail de son cerveau. A la fin, il dit :
« Si Mademoiselle veut y consentir, je vous promets de l'épouser, pourvu que je ne laisse pas mes os
dans quelque gorge du pays où l'on nous envoie.. .
— Je consens ! je consens ! se hâta de dire Césette.
Et maintenant que nous sommes tous d'accord, ditelle à son maître, Monsieur l'officier va vous raconter
ce qui s'est passé. Pendant ce temps, je mettrai mes
vêtements du dimanche pour venir avec vous à l'église
où j'annoncerai la bonne nouvelle à Madame... Monsieur l'officier, mon fiancé, nous accompagnera...»
En effet, pendant que Césette était en train de s'attiffer, Marcou faisait à Monsieur Franquet le récit de
ce que vous savez. Ensuite, plein de confiance envers
le bon notaire, il lui racontait son enfance besogneuse,
son service à Paris, — le véritable pontificat de sa
vie, — la guerre, l'appel des mobilisés, sa nomination
comme officier.
Monsieur Franquet, content de s'être trompé, de
savoir sa servante honnête, l'officier homme d'honneur, sa maison respectée, dit à Marcou au moment
où Césette rentrait :
«Lorsque, lapaix signée,vous reviendrez ici,je veux
rédiger de ma main votre contrat de mariage, et afin
que Césette puisse être la femme d'un officier de notre
armée, c'est moi qui lui ferai les dix mille francs de
dot exigés!... Et maintenant, embrassez-vous, et allons rejoindre Madame
»
Point n'est besoin de dire si Marcou et Césette remercièrent Monsieur Franquet.
Madame, qui se faisait trois pichets de mauvais sang
26*

310

EN TERRA GALESA

lou prumiè cop de sa vida, troubèt la messa de miècha-nioch trop longa, ela qu'aimava tant lous nouvès
daufinencs. Es dins lacarrieira, jout la nèu que loumbava, que se faguèt tout countà de fleu en courdura.
Couma tout ce que disiè soun orne èra pèr ela paraula d'Evangèli, aproubèt la dounacioun das dèch
mila francs, e vouguèt que las afiançalhas se celebrèssoun sus lou cop.
A l'oustau, serviguèt lous rèstas dau soupà, metèt
Ceseta e Marcou à la plaça d'ounou, pioi couvidèt
Moussu Franquet à beure à la prounta finicioun de la
guerra, e beguèt ela-mema à la santat de l'ouficiè e
de Ceseta.
Marcou troubava pas ges de mots pèr gramecià
sous ostes ; aquestes lou metèroun à l'aise en l'aeoumpagnant à sa cambra, ounte, aqueste eop, lous
lençòus èroun ben en vista, pioi qu'èroun demourats
estendilhats.
Dourmiguèt jusqu'à nòu ouras dau mati, pan taisant
qu'era decourat, e tout-escàs s'atroubèt lou tems de
dire bonjour à Ceseta, car l'oura de la partença pèr
Lioun aviè picat despioi prou tems.
Dous meses pus tard, Marcou revenguent d'Amberieu, s'arrestava à Sant-Rambert, ounte, dins soun
àbi prou dessanflourat d'ouficiè, espousava Ceseta,
que pourtava una mignota courouna de flous d'irangè,
present de Moussu Franquet.
Lou bon noutàri e sa moulhè, urouses dau bonur
das nòvis, ajustèroun as dèch mila francs de dota
touta la despensa de la noea.

EN TERRE GAULOISE

311

à l'église en attendant Monsieur qui se retardait beaucoup trop, fut très surprise de le voir entrer au moment de l'Elévation, avec l'officier et la servante. Je
crois fort que pour la première de sa vie, elle trouva
la messe de minuit trop longue, elle qui aimait tant les
noëls dauphinois. C'est dans la rue, sous la neige qui
tombait, qu'elle se fit tout raconter de fil en couture.
Comme tout ce que disait son mari était pour elle
parole d'Evangile, elle approuva la donation des dix
mille francs, et voulut que les fiançailles fussent immédiatement célébrées.
A la maison, elle servit les restes du souper, mit
Césette et Marcou à la place d'honneur, puis elle invita Monsieur Franquet à boire à la fin prochaine de
la guerre, et but elle-même à la santé de l'officier et
de sa fiancée.
Marcou ne trouvait aucun mot pour témoigner sa
reconnaissance à ses hôtes ; ceux-ci le mirent à l'aise
en l'accompagnant à sa chambre, où, cette fois, les
draps étaient bien en vue, puisqu'ils étaient demeurés
étalés.
Il dormit jusqu'à neufheures du matin, rêvant qu'il
était décoré, et à peine s'il put trouver le temps de
dire bonjour à Césette, l'heure du départ pour Lyon
ayant sonné depuis longtemps.
Deux moisplus tard, Marcou revenant d'Ambérieu,
s'arrêtait à Saint-Rambert, où, dans son uniforme
d'officier passablement défraîchi, il épousait Césette,
qui portait une mignonne couronne de fleurs d'oranger, présent de Monsieur Franquet.
Le bon notaire et sa femme, heureux du bonheur
des mariés, ajoutèrent aux dix mille francs de dot
toutes les dépenses de la noce.

312

EN TERKA GALE SA

Embé la dota de sa ferma, Marcou croumpèt un
mas ras dau nostre; Ceseta seguèt una mestressa oustalieira couma s'en vei gaire. Droubiguèt pas bouca
à de'gus dau biais que s'èra engencat soun maridage.
Aimèt soun orne de tau biais que, en 71, pèr Nadau,
lou faguèt paire d'una filheta que tenguèroun Moussu
e Madama Franquet, e que batejèroun Margarida
couma sa mairina.
Moun nebout et Margarida grandiguèroun en jougant ensemble ; vous estounaiés pas se vous dise que
s'aimèroun, talament que l'an passat lous afiançaven
la nioch de Nadau.
Nautres toutes, demandaven à Marcou perqu'aviè
causit aquel jour.
« Es lou secret de ma fenna, nous respoundiè toujour. »
Aquel secrèt, Ceseta, risoulieira e galoia, nous lou
desvelèt en nous countant ce que venès de legi.
« Lous dèch mila francs de Moussu Franquet,
ajustèt, an servit à croumpà lou mas, mès n'avèn espargnat dèch mila autras dins lous vint-e-tres ans
qu'avèn passat ensemble. Margarida se countentarà
pèr ioi d'aquela dota... »
E, à nostes picaments de mans, embrassèt Marcou,
couma l'aviè embrassât pèr Nadau vint-e-tres ans
davans, à Sant-Rambert.

EN TERRE GAULOISE

*

313

¥

Avec la dot de sa femme, Marcou acheta un mas
voisin du nôtre; Césette fut une maîtresse de maison
comme on n'en voit guère. Elle n'ouvrit la bouche à
personne de la manière dont son mariage s'était
agencé. Elle aima son mari de telle façon qu'en 1871,
pour Noël, elle le rendit père d'une fillette que tinrent sur les fonts baptismaux Monsieur et Madame
Franquet, fillette qu'on appela Marguerite comme sa
marraine.
Mon neveu et Marguerite grandirent en jouant ensemble ; vous ne vous étonnerez pas si je vous dis
qu'ils s'aimèrent, tellement que, l'année dernière, nous
les fiancions la nuit de Noël.
Nous tous, nous demandions à Marcou quels étaient
les motifs qui lui avaient fait choisir ce jour.
« C'est le secret de ma femme, nous répondait-il
toujours. »
Ce secret, Césette rieuse et réjouie nous le dévoila
en nous racontant ce que vous venez de lire.
« Les dix mille francs de M. Franquet, ajouta-t-elle,
nous ont servi à acheter le mas, mais nous en avons
économisé dix mille autres dans les vingt-trois années
que nous avons vécu ensemble. Marguerite se contentera pour aujourd'hui de cette dot...»
Et, à nos applaudissements, elle embrassa Marcou,
comme elle l'avait embrassé pour la Noeîï, vingt-trois
ans auparavant, à Saint-Rambert.

ENSEGNADOU

PREFACIA

Pradet de Gange
1. Lou Maridage de Pradet
II. Lou Loup
III. Lous tres Clapasses
IV. L'espeirigage
V. Pradet veuse
VI. Lou sac de Pradet
VII. La terra de Sant-Jan-de-Fos
VIII. Pradet à taula
IX. Lous chis de Moussu de Gange
X. Lou pus poulit saut
XI. A la fieira
XII. La mort de Pradet
Un counsel emb'un sarra-piastras
Au sermoun
L'ouficiè d'Academia
Parlas au carretiè
Las farinetas
Lou bouquet
A las Rougaciouns
Lou francès d'un gavach

iv
24
24
26
28
32
40
44
52
58
66
70
74
82
92
94
94
98
'00
108
110
114

TABLE DES MATIERES

PRÉFACE

Pradet de Ganges
I. Le Mariage de Pradet
IL Le Loup
III. Les trois tas de pierres
IV. L'épierrage
V. Pradet veuf
VI. Le sac de Pradet
VIL La terre de Saint-Jean-de-Fos
VIII. Pradet à table
IX. Les chiens de Monsieur de Ganges
X. Le plus joli saut
XL A la foire
XII. La mort de Pradet
Un conseil à un gros avare
Au sermon
L'officier d'Académie
Parlez au charretier
Les farinettes
Le bouquet
Aux Rogations
Le français d'un montagnard

V

25
25
27
29
33
41
45
53
59
67
71
74
83
93
95
95
99
101
109
111
115

316

ENSEGNADOU

Au8Ít pèr carrieiras

Au Tribunal
L'Esperit de nostes paires
La Cansou dau Carnaval
Lou Sarrament
Tèsta negra e barba blanca
Lous païsans d'ara
Mèstre Coudena
I. S'as pa'n ouncle capelan
II. Lou Vitriè de Sant-Jan-de-Fos
III. Entre Capelan e Sacrestan
IV. Lou Chapelet

..

116
120
120
122
130
132
134
136
142
146
154
162

Barja-ben
Las plantas devignairas
Cougourlou
Las Talounadas de Roumieu

166
168
172
176

Lou pan mousit
L'ase blu
Camba-de-Boi
L'enfant destrùssi
Un rat espetaclous
La Cavala trop jouina
Una escoumessa
Pèr n'èstre pas jurat
Perpaus d'enfant
La Mostra-Sourel
Lou vi à tres sòus
La fourtuna d'un Auzerot
A la Renoumada dau bon pebre
La porta de la cassa
Una bona recoumandacioun
A Maumalhargues
Lou Curat de Bedarrieus

190
192
194
202
202
204
210
212
214
224
226
234
236
242
242
250
252

Sufficit

.• •

254

317 '

TABLE DES MATIÈRES

Entendu dans la rue

117

Au Tribunal

L'Esprit de nos pères
'
La chanson du Carnaval
Le Serment
Tête noire et barbe blanche
Les paysans d'aujourd'hui
Maître Couenne

I. Si tu n'a pas un oncle curé
II. Le Vitrier de Saint-Jean-de-Fos
III. Entre Curé et Sacristain
IV. Le chapelet

121

121
123
131
133
135
137
143
147
155
163

Blague-bien
Les plantes devineresses
Citrouillon
Les plaisanteries de Roumieux
Le pain moisi
L'âne bleu
Jambe-de-Bois
L'enfant destructeur
Un rat géant
La Cavale trop jeune
Une gageure
Pour n'être pas juré
Propos d'enfant
Le Cadran solaire
Le vin à trois sous
La fortune d'un Lozérien
A la Renommée du bon poivre
La porte de la chasse
Une bonne recommandation
A Valmalhar gues
Le Curé «de Bédarieux
Sufficit

167
169
173
177
191
193
195
203
203
205
211
213
215
225
227
235
237
243
243
251
253
255
27*

318

EN'SLG.NADOU

Un pane de poulidca
Lou Mezau
Lous fraires Bon-Arpieu
Minota
lin facioun
Pèr las filhas qu'an couifat santa Catarina
Mèstre Richaud
Lou Maridage de Marcou

266
266
276
276
284
286
292
296

TABLE DES MATIÈRES

Un peu de politique
Le Mézois
Les frères Bonne-Serre
Minote
En faction
Pour les demoiselles qui ont coiffé sainte Catherine..
Maître Richaud
Le Mariage de Marcou

319
267
267
277
277
285
287
293
297

I

Sponsor Documents

Or use your account on DocShare.tips

Hide

Forgot your password?

Or register your new account on DocShare.tips

Hide

Lost your password? Please enter your email address. You will receive a link to create a new password.

Back to log-in

Close