It's Our Community Case Studies France

Published on 1 weeks ago | Categories: Documents | Downloads: 0 | Comments: 0 | Views: 93
of 27
Download PDF   Embed   Report

Comments

Content

 

IT’S OUR COMMUNITY 

CASE STUDIES FRANCE

INTRODUCTION

En France, le terme approprié pour parler de community ownership  est celui de ESS (Économie Sociale et Solidaire). Ce secteur émerge au 19ème siècle avec les  premières

mutuelles

et

coopératives

ouvrières.

Nou Nouss

identifion identifionss

trois

composantes principales : les associations, les mutuelles et les coopératives:  

Les associations loi 1901

 

Les coopératives quelle que soient leur forme : coopératives d’usagers,

 

d’entr eprises, eprises, de production, bancaires, d’intérêt collectif  ou d’emploi.  d’emploi.  Les mutuelles

 

Les fondations

 

Les structures de l’insertion par l’activité économique  économique   dont leur projet et la











nature nat ure de leur activité s’inscrit dans le champ de l’ESS.  l’ESS.    



Les entreprises répondant répondant aux critères de l’agrément entreprises solidaires. solidaires .

Le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) regroupe des structures très diverses qui portent un projet collectif, le plus souvent à finalité sociale et/ou environnementale. Le champ d’activité va de l’action sociale aux activités financières et d’assurance. Les entreprises de l’ESS exercent le plus souvent dans le secteur tertiaire comme le commerce équitable, éq uitable, l’insertion par l’activité économique ou l’épargne solidaire entre autres.  autres.   Le secteur de l’économie sociale et solidaire cherche à avoir   :: Une finalité d’intérêt général ou collectif  

: le projet des structures de l’ESS

 privilégie l’intérêt colle collectif ctif de ses membres, de ses salariés ou des bénéficiaires de son action sur l’intérêt individuel, qu’il s’agisse de créer et maintenir des emplois

 

1

 

durables et de qualité, de mettre en œuvre des projets respectueux de l’environnement ou de contribuer à la r éduction éduction des inégalités et à la cohésion sociale. Une gouvernance démocratique   :

les structures de l’ESS placent les hommes et les

femmes associés au projet au cœur du processus processus de décision selon le princip principee « une  personne, une voix », élisent leurs dirigeants et asso associent cient les parties prenantes à l’exercice du pouvoir.  pouvoir.   Une libre adhésion

: l’adhésion, tout comme la sortie d’une structure de l’ESS est un

choix individuel qui ne peut pas être imposé. Une rentabilité limitée  :

les structures de l’ESS affirment la primauté de l’homme

 par rapport au capital. Elles encadrent le less échelles de salaires, limite limitent nt ou refusent r efusent la rémunération du capital et affectent les excédents réalisés au développement du  projet. Un ancrage territorial et une mobilisation citoyenne 

: les structures de l’ESS

s’appuient sur l’ensemble des acteurs de leurs territoires (collectivités territoriales, entreprises, usagers). Elles ont pour objectif de faire des citoyens les contributeurs aussi bien que les bénéficiaires. Le secteur est e st structuré et organisé au niveau national, il représente 10% du PIB avec 2,3 millions de salariés et 200 200,, 000 entreprises. Les instances représentatives sont :  



Le Conseil nation national al des CRES rassemble les CRES(S) : représente les chambres régionales de l’ESS.  l’ESS.  

 



Le Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale (CEGES) : Il regroupe les entreprises, employeurs et organisations de l’économie sociale et solidaire.  solidaire.  

 



Le CSESS (Conseil supérieur de l’Economie sociale) : sociale)  : instance consultative su surr l’ESS placée auprès du Ministre de l’économie, instituée par décret en

 



 

2006. Les syndicats d’employeurs  d’employeurs de l’ESS (UNIFED, USGERES)  USGERES)   2

 

Les débats et les enjeux qui traversent le secteur sont :  



La reconnaissance de la représentativité des syndicats d’employeurs d’employ eurs de l’ESS dans le dialogue social  social  



 

L’évaluation de l’utilité sociale  sociale des structures de l’ESS : l’ESS : quels critères mettre en avant ? Comment évaluer la « performance sociale » d’une action, son impact sur le territoire, les usagers etc. ?

 



La labellisation labellisation ddees structures de l’ESS : l’ESS : quels critères et et avantages pour les structures struct ures ?

 



L’émergence de entrepreneuriat social  social   ( social  social business) business ) avec la création du MOUVES (mouvement des entrepreneurs sociaux) qui prône un « changement d’échelle » d’échelle » ; l’idée est de dépasser dépasser les statuts traditionnels de l’ESS et de reconnaître, promouvoir, soutenir des entreprises sociales à partir de critères identifiés (gouvernance, rentabilité limitée, finalité sociale). En effet, si le  social business   milite pour l’instauration d’une économie éco nomie responsable partagée par tous types d’entreprises qui se fixent une finalité sociale, les acteurs de l’ESS restent attachés à une reconnaissance du secteur liée aux statuts des personnes morales, à la dimension collective et à la non rentabilité.

 



L’initiative L’i nitiative européenne autour de entrepreneuriat social (lancée par M Barnier) lance quelques défis comme identifier la place pour l’ESS dans l’initiative et savoir quelle politique publique de soutien aux échelons européen et national s’appliquera au secteur de l’ESS.  l’ESS.  

 

3

 

ÉTUDE DE CAS 1

CENTRE NAUTIQUE Projet situé à Saint-Sébastien, Piriac-sur-Mer dans la partie nord-ouest de la France

Le projet du Centre Nautique 1  a été créé au départ, d épart, par des enseigna enseignants nts de la Fédération des Œuvres Laïques de Haute Savoie (FOL 7474 - Ligue de l’enseignement 2), association loi 1901 à but non lucratif et par la voie gestionnaire du centre de vacances Le Razay.

Figure 1, « Vue extérieure du Centre Nautique » Saint Sébastien, Piriac-sur-Mer France, photographie Cristina Castellano, mai 2012. Fiche d’identité de la FOL74  

17 centres d’accueil enfants / adultes permanents ou semisemi - permanents, 6 centres de loisirs sans hébergement, hébergement, 8000 enfants en co colonie lonie en ju juillet illet et août, 31 3100 000 journées vvacances acances et classes de découverte, 120 salariés permanents et 500 pendant 6 mois, 15 millions d’euros de budget, 36 000 adhérents. 1

 Le terme approprié pour parler de ce projet est « Centre Nautique » et pas « Piscine municipale ». En effet, le centre propose d’autres services tels que des leçons de natation, de plongée, d’aquagym ainsi que des activités liées au bien être : hammam, jacuzzi, sauna, solarium. 2

 Lavaleurs FOL 74deestl’éducation une association qui partage les principes de l’économie sociale solidaire ainsi que les populaire. La FOL 74 est fédérée également à la etLigue Française de l’Enseignement l’Enseigneme nt association reconnue  reconnue d’utilité publique, publique, créée par Jean Macé en 1866.  

4

 

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Le Centre Nautique Nautique est destiné aux habitants de quatre comm communes unes : La T Turball urballe, e, Saint Molf, Mesquer et Piriac. Elles sont toutes situées dans la presqu’ile guérandaise à 10 km de Guérande, 15 kilomètres de La Baule et 80 kilomètres de  Nantes. La Turballe est un port. L’activité L’activité économique de cette commune est tournée vers la  pêche mê même me si aujourd’hui les bateaux des particuliers (utilisés pour les activités sportifs et de loisir) dépassent de plus en plus le nombre des bateaux destinés à la  pêche.  Piriac est un port de plaisance au charme touristique avec des restaurants,  bars, hôtels, boutiques et librairi librairies. es. La commune de Saint Molf   est tournée vers l’agriculture et l’élevage  l’élevage  et  Mesquer,  avec ses marais salants et parcs à huîtres, est tournée vers l’agriculture maritime. maritime. Le centre Le Razay, qui fut le porteur initial du projet, est situé à Saint Sébastien, un  petit village à 3 kilomètre kilomètress de chacune de ces communes. La population de ces communes est d’environ neuf mille personnes et la population estivale est estimée à plus de dix mille personnes.

Figure 2, «: Office Carte de région montrant la distribution des communes Source dulaTourisme de Piriac-sur-Mer, France, mai 2012. »

 

5

 

ORIGINES / OBJECTIF

Le projet du Centre Nautique est né à partir de besoins réels et de problématiques concrets. En principe, l’objectif  l ’objectif  était   était d’intensifier l’économie et la fréquentation du Centre Le Razay, Razay, d’amplifier d’amplifier son ouverture vers les communes de proximité et par conséquent de rentabiliser socialement les installations déjà existantes. La construction d’une piscine piscine couverte et chauffée pour la mettre à la disposition de la communauté allait rendre ce lieu plus attractif en stimulant la prolifération d’activités liées  liées  à l’éducation, l’éducation, à la santé et aux loisirs. Le projet de cette piscine a évolué vers l’idée d’un Centre Nautique en raison de la dimension du projet. L’objectif principal était d’offrir aux habitants de la région la possibilité d’utiliser un espace nautique sans devoir payer les tarifs élevés que demandent les centres des vacances privés.

VISION / CONCEPTION

Le projet s’est résolument inscrit dans les principes de l’économie sociale et solidaire (tourisme social) et dans une perspective d’éducation populaire dont populaire dont la devise est : « comprendre pour agir ». Pour la conception et le design social   de ce projet, les responsables ont pris en compte l’avis de la communauté grâce à l’instauration d’un  d’un   « comité préalable d’usagers ». d’usagers  ». Pendant les réunions de ce comité, les membres de la communauté ont évoqué leurs expectatives, inquiétudes et contraintes. Par exemple, les parents soulignaient l’importance d’avoir une visibilité globale de l’ensemble de  de  l’espace  l’espace  afin de pouvoir surveiller leurs enfants. En même temps ils insistaient sur le fait qu’ils avaient besoin de se détendre également en allant à la piscine. Ils ont donc décidé de construire un Centre Nautique panoptique. En effet, l’ensemble de bassins, bassins, des équipements de bien être et des équipements ludiques sont observables depuis tous les angles possibles. possibles. Cela permet aux parents de passer rapidement de l’espace  bien être (bassin à massage) vers l’espace l’espa ce ludique ( bassin à toboggan) en cas de  besoin. Cette manière manièr e de démarrer la conce conception ption du projet privil privilégie égie l’humain sur les le s contraintes matérielles car en effet, il aurait était plus facile pour les ingénieurs et architectes, de construire sur d’autres principes d’autres  principes plus adaptés au terrain. En résumé,  

6

 

le projet est adapté aux attentes des usagers. C’est une démar che che originale parce dans la plupart des cas cas c’est aux usagers de s’adapter à l’architecture et aux espaces.   La communauté impliquée dans le démarrage de ce projet a réussi à obtenir un  projet architectural « sur mesure », un projet fondé sur leurs propres besoins et pas sur les facilités techniques. La communauté a su reconnaître et évoquer leurs  problèmes en apportant apporta nt sa solution. RÉALISATION

Le projet a été proposé en 1998 par Rino Gambardella, membre de la FOL 74 et Directeur du Centre Le Razay. Le premier accord pour le développement du projet a été signé en 2000  et le projet a été inauguré en octobre 2003. Le financement pour la construction et déroulement du projet est mixte : public et  privé. Le L e ccentre entre L Lee Ra Razay zay a donné le terrain pour sa cconstruction onstruction et les Mairies des quatre communes concernées ont investi la même somme afin de rendre possible la construction du projet. Le coût total fût de 200 000 euros. D ESCRIPTION 

Le Centre Nautique propose de nombreux équipements : -  Un bassin sportif de 25 mètres -  Un bassin ludique (banquettes à bulles, rivière à contre-courant) -  Un Un bassin  bassin d’activités d’activité s pour les enfants (patauge (pataugeoire) oire)   -  Un tob tobog ogga gann aq aquat uatiq ique ue -  Une fosse à plongée à plongée de 6 mètres -  Un espace détente avec sauna, hammam et jacuzzi -  Un espace de repos (solarium, espace vert) -  Installations adaptées pour les personnes à mobilité réduite

 

7

 

Le Centre Nautique organise plusieurs activités tels que 3 : -  Cours de natation destinés aux adultes et aux enfants. -  Cours d’initiation pour les plus petits. petits. Les parents et les bébés sont encadrés  par un éducateur pour faire découvrir aux bébés le milieu aquatique. aquatiqu e. L’activité L’activité se déroule dans un bassin spécialement aménagé, avec une eau à 32°C. -  Sessions d’aquagym d’aquagym (gym dans l’eau) et de aquabiking (vélo dans l’eau). l’eau) .  pour développer les le s capacités cardio vasculaires. vasculaire s. -  Initiation à la plongée dans une fosse à six mètres.

Figure 3, « Vue intérieure du Centre Nautique » Saint Sébastien, Piriac-sur-Mer, France, photographie Cristina Castellano, mai 2012.

Le Centre Nautique compte 21 employés. Actuellement une entrée individuelle coûte 4,50 eeuros uros hors entrée à l’espace détente l’espace détente qui est facturée à 7.50 euros. Il y a également des abonnements annuels qui vont de 120 à 240 euros et les activités, cours et stages de plongée sont payants. BENEFICIAIRES : 10 000 personnes approximativement

3

 

 Source :  : http://www.carilis.fr/francais/centrehttp://www.carilis.fr/francais/centre-aquatique-du-paysaquatique-du-pays-blanc/ blanc/  Consulté en mai 2012 8

 

INNOVATION / RESULTATS

Le Centre de Vacances le Razay cherche à privilégier l’éducation des enfants. Pour cette raison, il  propose un projet pédagogique qui s’étale sur des nombreuse nombreusess  journées de classes de découverte assurées par un unee équipe multidiscipli multidisciplinaire. naire. La formation technique de l’équipe est liée aux principes tels que le respect de l’homme et la nature. C’est C’est une démarche innovatrice parce que  que   l’exercice de nouvelles  pratiques requiert un développement de nouveaux métiers transversaux transversau x liés à la santé, au sport et aux vacances. Les responsables des équipes sont censés partager la solidarité comme principe et la création du lien social 4. De plus, le projet est une alternative sociale à l’économie de marché parce qu’il y a une vraie participation de la communauté dans la construction et développement du projet. La création d’un lieu d’échange en tant qu’espace civique d’expérimentation sociale selon des  principes équitables équitabl es a permis la création de nou nouveaux veaux emplois dans dan s la région.

Pendant leur séjour, les enfants sont invités à cultiver des fruits et des légumes divers « Jardin bio », Centre Le Razay, Saint Sébastien, Piriac-sur-Mer, Figures 4 et 5,France, photographies Cristina Castellano, mai 2012. .

L’éducation est liée à la formation de nouvelles pratiques de consommation (comme le jardin bio destiné aux enfants) et associée également à la prévention d’accidents.  d’accidents.   Le projet du Centre Nautique est donc complémentaire des activités de prévention  proposées, car en effet, la région avait connu plusieurs noyades en mer. Certains membres de la communauté n'ont jamais appris à nager, d’abord d’abord parce qu’il qu’il n'y avait

4

 Par exemple, il n’y a pas de télévision tél évision dans les chalets ou cabanes. Les espaces sociaux ont été construits pour stimuler stimuler le dialogue, l’échange l’ échange et la créativité. c réativité.

 

9

 

 pas un u n eespace space propice pour les ccours ours ddee natation natati on et eensuite nsuite parce par ce que ccela ela ne faisait  pas partie des habitudes habitu des de la population populatio n5.

ENGAGEMENT ET COMMUNICATION

Un groupe de pilotage (commission piscine) a été constitué. Les membres sont le vice-président de la FOL 74, le délégué Patrimoine, le délégué chargé des sports, le secrétaire général, trois bénévoles et le responsable du site. site. Les différentes parties sont incluses dans le processus de communication ainsi que le comité de gestion Le Razay.

GOUVERNANCE / GESTION

La FOL 74 (organisme qui a impulsé le projet de construction du Centre Nautique) collabore en étroite relation avec des partenaires naturels tels que les collectivités territoriales comme les Mairies, le Conseil Général, le Conseil Régional et la Communauté de Communes, mais également avec des partenaires sociaux comme les Comités d’Entreprises et les Associations. Cet organisme a toujours voulu répondre aux besoins du plus grand nombre et ainsi œuvrer pour l’intérêt général. C’est pourquoi, tout en mettant l’homme au centre de ses préoccupations, il travaille  pour fédérer et mutualiser les différentes forces du secteur social, pour innover, inventer, bousculer des pratiques, pour monter, promouvoir et défendre des projets. Ainsi, s’agissant de la gestion du Centre de d e vacances le Razay et du Centre  Nautique, un comité de gestion est mis en place, où siègent les représenta représentants nts des collectivités fondatrices et utilisatrices de ce site. De la sorte, les usagers se trouvent au plus près et peuvent, en termes de contenu, participer aux destinées du centre 6. La gestion du Centre Nautique est ouverte à un appel d’offre sur cinq ans. cinq  ans. Comme il s’agit d’un marché de services, les sociétés qui participent à l’appel d’offre doivent allier rigueur économique et projet d’animation de qualité. Le projet de gestion doit 5

 La pratique était toute à fait le contraire. Les pêcheurs de la région étaient censés de ne pas savoir

6 nager d’assure r le «retour d’assurer du bateau en cas cde as la de Côte tempête.   Rinoafin Gambaderlla, Centre Nautique du Pays Blanc », Le Razay Fol 74 » DUSC Gestion des Organismes de l’Économie Sociale, France, 2003.  2003.  

 

10

 

 privilégier la qualité ppédagogique édagogique des pre prestations stations en dire direction ction des enfants, ainsi que la qualité de l’accueil l’accueil des usagers  usagers  ; il doit  proposer un projet d’animation et de  promotion pour la commune, veiller aux prix des prestations et offrir des garanties financières et professionnelles. p rofessionnelles. Contrairement C ontrairement aux a ux principe principess de la « propriété communautaire » (community ownership), les membres de la communauté de  proximité (Le Razay) qui ont accompag accompagné né le projet du Centre Nautique jusqu’à sa  phase de construction, n’ont pas pu garantir leur présence à long terme sur la deuxième étape du projet : la gestion. En effet, le l e Razay n’est pas actuellement le gestionnaire de l’espace même si des accords de partenariat pa rtenariat à tarif préférentiel ont été accordés avec le nouveau gestionnaire. Sur le plan juridique, les fondateurs du  projet n’ont pas pu garantir pu  garantir leur implication dans dans la phase d’exploitatio d’exploitationn 7. La perte de la gestion et de la gouvernance du centre de la part des personnes qui l’ont initié 8 , montre que les projets à partenariat mixte peuvent changer leurs  politiques et leurs modes d’admi d’administration nistration sociale quand ils changent de gestionnaire 9. Cela se répercute sur les usagers qui n’hésitent pas à se plaindre et faire des observations : « La température de l'eau est devenue insuffisante, les tarifs ne cessent d'augmenter. Cette piscine, avec son ambiance très familiale, son  personnel très attentif est en train de perdre son caractè caractère re démocr démocratique atique  pour s'aligner sur la mode prout-prout de la région »  (leone  le 19/05/12 à 11h57) ; « Une augmentation de prix délirante depuis le changement de  gestionnaire. Mais que fait Cap Atlantic! » ( ojoli 31/12/11 à 13h00) ; «  Je  suis très déçue par les changeme changements nts de tarif. En supprimant les cartes horaires, cela pénalise les gens qui venaient uniquement pour nager une heure. Dommage... » (Annece  18/10/11 à 10h23) ; « Les tarifs de Guérande et Piriac sont plus élevés que la piscine Joséphine Baker gérée  par le même groupe à Paris! »  (kinou 03/01/12 à 15h49) ; « Oh, quelle augmentation, passé de 21 € à 36 €   €   est-ce légal ?  (teja  28/09/11 à

11h10)10.

7

 Aujourd’hui, le Groupe Carilis assure la Gestion du Centre Nauti que de Piriac. Le Groupe Carilis est une société privée d’exploitation d’équipements de sports et de loisirs. Cette société gère vingtvingt cinq centres aquatiques partout en France, cinq Patinoires ainsi qu’un Palais Omnisport en Guyane française. Source :  : http://www.carilis.fr/francais/nos-centres/  http://www.carilis.fr/francais/nos-centres/ Consulté en juin 2012. 8  À ce sujet, les membres membres de la communauté co mmunauté expriment une amertume amertume suivie d’un esprit d’acceptation ou de deuil. « Au début, quand nou s avons perdu la gestion du C Centre, entre, j’ai beaucoup pleuré, j’étais énervé, mais après je me suis calmé et je me suis dit que si la piscine est là et que si les enfants  peuvent en profiter, c’est bien. Je me suis détaché et c’est bien aussi comme ça » ça ». Entretien avec RG,

ex-directeur du Centre et membre ex-directeur membre de la comm co mmunauté unauté de proxim proxi mité, Centre Le Razay, 26 mai 2012.  Les membres fondateurs du projet expliquent que le critère d’appel d’offre n’est pas respecté. Il n’y a pas de transparence dans l’assignation l’assignatio n et le monde associatif est donc peu investi si ce n’est à

9

10 travers les associations

sportive s.  Source : « 12 avis sportives. et commentaires commentair es sur Centre C entre aquatique du Pays Blanc à Piriac-sur-Mer P iriac-sur-Mer » http://www.guide-piscine.fr/loire-atlantique/centrehttp://www.guidepiscine.fr/loire-atlantique/centre-aquatique-du-pays-bla aquatique-du-pays-blanc-a-piriac-sur-me nc-a-piriac-sur-merr 

11

 

L ‘ense ‘ensemble mble des commentaires antérieurs laisse penser que les usagers fidèles du Centre Nautique sont mécontents avec le changement des tarifs et donc avec les  politiques de gestion. g estion. Il semble que ss’aligner ’aligner avec les modes et modèles du bien être de la région (parfois les mêmes que dans les « spas » ou centres de vacances privés) met en péril l’orientation sociale, solidaire sociale, solidaire et éducative qui était à l’origine du projet. Par contre les visiteurs occasionnels ne sont pas concernés par cette contrainte et vivent la visite comme une expérience de loisir réussie :  Piscine ne agréable, ag réable, les tarifs sont bien étudiés, propreté intérieure « Pisci  sans reproches reproches,, accès facilité par de nombreuse nombreusess publicités depuis les villes avoisinantes » (besc  le 28/02/11 à 11h16) ;  « Bonjour, je me suis rendue dans ce parc aquatique avec mes 4 petits enfants, ils se sont bien amusés et moi aussi d'ailleurs. A renouveler ! » Béatrice  le 15/07/10 à 12h1011.

Cette étude de cas montre qu’il existe des paradoxes de la gouvernance et la gestion dans les projets à partenariat mixte. Il est donc recommandable de surveiller les spécificités des projets liés à l’économie sociale et solidaire et de maintenir les  principes tels que : protection de l’intérêt général, travail en équipe (en privi privilégiant légiant l’emploi du personnel à travers des structures de proximité), proximité ), transversalité dans la  pratique des métiers, resp respect ect des engagements budgétaires et de principes éthiques liés à la fondation des projets.

TRANSFERABILITE

L’identifi cation des besoins concrets propres à chaque contexte est fondamentale L’identification  pour la mise en rroute oute des projets 12. La clé du succès du Centre Nautique de Piriacsur-Mer est dans l’inclusion de la communauté (comité d’usagers) pour la conception du projet et la maîtrise du même par les divers comités de pilotage. Le développement d’infrastructures complémentaires aux activités déjà existantes est 390_P?commentaire&page=1 (Consulté le 8 juin 2012). 390_P?commentaire&page=1 (Consulté  Ibid. 12  « Les efforts à consentir pour p our trans férer les connaissances sont très divers… mais c’est en grande 11

 partie sur la base de d e l’analyse des d es relations probables probables entre situations sources et situations ciblés que la sélection entre les stratégies devra se faire » in Zaclkad, M. « Transférabilité des connaissances : une re-conceptualisation de la distinction tacite/explicite  », Actes er 

du Colloque En Route vers Lisbonne », 1   Colloque luxembourgeois sur l’économie de la connaissance dans«une  perspectivee européenne, 12-13 octobre,  perspectiv octobre, Luxembourg. http://archivesic.cc http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001327/fr/ sd.cnrs.fr/sic_00001327/fr/  

12

 

un ajout pour les projets qui sont fondés fondé s sur la base de l’économie sociale et solidaire. Il faut prendre en compte également :   L’implication de la base citoyenne (participation démocratique).  



verte     Les conjonctures écologiques et l’émergence de la nouvelle économie verte 



capital humain et social comme une des réponses à la crise et une option   Le capital



 pour combattre le chômage. ch ômage.

  La pérennité du projet en raison des attentes et changements des mœurs.  



La transférabilité de ce projet est malgré tout possible dans tous les espaces européens parce que lier prévention, éducation et tourisme responsable est une invitation ouverte à la configuration de nouvelles pratiques écologiques et de construction d’un lien social respectueux et responsable. Le défi est donc de stimuler et professionnaliser les membres de la communauté vers une nouvelle capacité à appréhender des nouveaux métiers, à innover dans le cadre des activités humaines et à assurer un partage équilibre dans la gestion de projets à  propriété communautaire. communautair e.

 

13

 

ÉTUDE DE CAS 2

RACONTE-NOUS TON HISTOIRE Projet situé à Paris, capitale de France.

Depuis sa création en 2002, le travail de l’association « Raconte-nous ton histoire », est organisé autour de différents objectifs parmi lesquels se trouvent les questions liées à l’immigration, à l’intégration, à l’identité et au multiculturalisme. Les projets et activités de l’association cherchent à donner une place à la parole, à l’histoire familiale, à la mémoire et à la transmission afin d’approcher les p roblématiques individuelles en offrant un cadre collectif à ces réflexions. L’association participe avec d’autres partenaires sociaux dans les quartiers populaires afin d’accomplir des objectifs objec tifs liés à l’éducat l’éducation, ion, à l’ l’innov innovation, ation, à la créativité ainsi que que  l’apprentissage de la langue française.

Figure 6, « Vue extérieure du Foyer Riquet au 19 ème arrondissement » Paris, France. Photographie Cristina Castellano, juin 2012. Fiche d’identité de  «

R aconte-nous Raconte-n ous ton histoire »

Actions autour de la jeunes la jeunesse, se, la parenta parentalité lité et llee sou soutien tien aux adult adultes es en difficult difficultéé d’in d’insertion sertion sociale. Interventions spécifiques spécifiques en collèges et foyers de travailleurs immigrants sur quatre quartiers politiques de la ville. Organisme à financement mixte.

 

14

 

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

L’association intervient sur les 11 ème, 18ème, 19ème  et 20ème  arrondissements de la zone nord de Paris. Dans cette zone se concentrent des inégalités sociales et  politiquee de la ville »   où vivent urbaines, principalement dans les quartiers dits « politiqu 330 000 habitants. En France, l’élaboration de projets de quartier et la mise en

œuvre d’actions associatives s’inscrivent dans l’ambition de bâtir un Paris plus juste et solidaire13.

Figure 7, « Quartiers politiques de Paris », source Mairie de Paris Document « Vie de quartier 14 ».

ORIGINES / OBJECTIF

L’Association « Raconte-nous « Raconte-nous ton histoire » est née des recherches élaborées par la fondatrice de l’association Marielena Salazar -Keller -Keller au cours de son Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisé en psychologie psychologie clinique15. L’objectif de son projet était d’ouvrir des espaces afin de créer des passerelles entre le vécu personnel, les différences culturelles et le lien social afin d’établir des alliances  alliances   entre la culture 13

 http://www.paris.fr/politiques/vie-dehttp://www.paris.fr/politiques/vie-de-quartier/quartiers-concer quartier/quartiers-concernes/p6145 nes/p6145 Consulté le 3 avr a vril il 2012.

14

 Ibid.  15  Ibid.

 Ce diplôme interrogeait les identités culturelles et les problèmes de reconnaissance sociale ainsi que les difficultés di fficultés ressenties par les enfants d’origine étrangère. étrangère.  

 

15

 

d’origine et la culture du quotidien en facilitant l’intégration des personnes. Un des objectifs de cette association est de travailler à la traduction des codes et des références sociales et de développer les liens intergénérationnels et interculturels grâce à un travail sur la transmission. Il s’agit d’aborder les difficultés personnelles en leur proposant une résolution dans un projet collectif de partage et d’appartenance et de faciliter l’intégration des différentes cultures qui cohabitent dans une société multiculturelle.

RÉALISATION / ACTIONS

L’Association intervient sur trois axes : axes : 1. Adultes en difficulté d’insertion sociale  

Le public est composé de personnes ayant des difficultés d’insertion sociale (difficultés accrues du fait de la transculturation) : travailleurs habitant en foyer, allocataires du RMI, chômeurs, personnes retraités, femmes isolées. Les objectifs sont de favoriser la traduction des codes et des références sociales, faciliter la découverte des différentes cultures, favoriser la valorisation de soi et de son propre savoir. Les ateliers proposés sont  Histo  Histoires ires des Uns et des Autres : Raconte-nous ton parcours  (ateliers  (ateliers –   –  jeu)  jeu) et  Raconte-n  Raconte-nous ous ton foyer  fo yer  (exposition   (exposition

de photos),  Ateliers d’alphabétisation d’alpha bétisation à travers l’informatique et  Ateliers sociolinguistiques sociolingu istiques  ASL  pour pour l’apprentissage pratique prati que du français.  français.  

l ’abécédaire cédaire dans un cours d’informatique  d’informatique », Figure 8, « Un étudiant apprend l’abé ème

Foyer Riquet, 19 Cristina  arrondissement dejuin Paris, France, Photographie Castellano, 2012.

 

16

 

2. Jeunesse Le public est formé d’enfants et adolescents d’origine étrangère en particulier. Les objectifs sont d’aider l’enfant à structurer des repères, de favoriser la valorisation des différences interculturelles, de stimuler l’échange familial. Les ateliers explorent la généalogie, les cultures, les pays en les rattachant à l’histoire personnelle pour permettre aux enfants de se  placer dans leur histoire, se reconnaître dans un unee continuité autant que dans un enrichissement culturel et donner une valeur à sa différence pour pouvoir respecter celle des autres. Les ateliers proposés sont  Autour du Monde : Raconte-nous Raconte-n ous ton histoire et  Autour de la photo.

3. Parentalité Le public est composé par des d es parents au sens large (géné (génération ration des grands-parents incluse incluse). ). Les objectifs sont de favoriser la valorisation des compétences parentales en les soutenant dans leur rôle de transmetteur et de favoriser les relations intergénérationnelles. L’association souligne l’importance de la transmission de l’histoire familiale pour l’éducation de l’enfant. Il s’agit de créer des passerelles entre le vécu personnel et les différences d’espace et temps. Les atelie at eliers rs proposés sont Comment c’était, Comment c’est: Groupes de parole-recherche

et les ateliers  Les traces de notre histoire et Un savoir à

transmettre.  

ORGANISATION / GOUVERNANCE

L'Association RNTH est gérée par un Conseil d'Administration (CA) composé d'un Président, d'un Trésorier, d'un Secrétaire et des adhérents. Le CA est élu. Il change chaque année au cours de l’Assemblé l’Assemblé Générale (AG) de l'association. La réunion annuelle de l'AG permet de valider le bilan financier et le bilan d'activités. Le Conseil Général de l’ l’association veille à l'application du règlement interne et garantit le respect des statuts

16

 de l'Association. l 'Association. La communauté est très

16

  Les statuts : c'est un document officiel qui montre la mission et la vision du projet. Toutes les

associations Loi 1901. en France sont obligées de rédiger leurs propres statuts avant de devenir une Association

 

17

 

 participative dans le l e processus d'éle d'élection. ction. La réunion de l'Assemblée Gé Générale nérale est un espace ouvert pour signaler les problèmes concernant la gestion et l'application du  projet. L’organisme compte trois salariés (un coordonateur général du projet, un coordonateur coordo nateur d’actions culturelles et un coordo coord onateur d’actions pédagogiques), et avec le soutien de trente bénévoles et cinq vacataires.

GESTION / FINANCEMENT

Le projet est inscrit dans une logique associative. Elle est soutenue par la Direction départementale de la cohésion sociale (pôle politique de la ville, égalité des chances et vie associative). L'association RNTH 17   opère avec un modèle de financement mixte18 : privé et public.

Subvention Subvent ion d'exploit d'exploitation ation :

99 815

ACS CSE E :

9 000

Mairie de Paris :

41 912

GIP GI P Réu Réussi ssite te édu éducat cative ive :

6 166

ASP21 :

41 237

Subvention Subvent ion Privée :

1 500

Cotisations Cotisat ions de la communauté :

1 840

« Rés  Résumé umé de subventions subventions 2011 », source : Association RNTH

 Nous observons obser vons qu quee le financement privé eest st min mineur eur face au a u ca capital pital publ public. ic. Dans Dan s ce  projet c'est l'État qui apport le capital mais ce sont les citoyens qui apportent le savoir-faire et les solutions pratiques à leurs problèmes (sur le terrain et à partir de leur propre expérience de vie et de travail). L'Association ne dispose pas de marchandises ni de produits financiers, et si la prestation de certains services est 17

  L'Association «Raconte-nous ton histoire» est représentative de l'ensemble des associations qui opèrent à Paris. Il y a 380 400 salariés travaillant dans l'économie sociale et solidaire en Île de France. Voir «  Le Journal du conseil Régional », avril-mai avril-mai 2012, p. 04. 18  L'assoc L'association iation com co mpte sur des investissements privés pour l'achat de supports pédagogiques. 19  L’Ag L’Agence ence nationale  nationale pour  pour la cohésion sociale et l’égalité l’égalité des chances.  chances.  20   Cet organisme soutien le développement des parcours individualisés de réussite éducative". Il 21 ouvert

associations et structuresetayant des compétences sociales et/ou éducatives.  C'estaux l'opérateur interministériel multisectoriel. Il accompagne les décideurs du secteur public dans la mise en œuvre de leurs politiques. poli tiques.    

18

 

 payante, la contribution est souvent symbolique 22. Il serait donc recommanda recommandable ble d'augmenter la participation de la communauté afin de se diriger vers un modèle

hybride. 

INNOVATION / RESULTATS

L'association RNTH se sert des structures existantes (soit privées, soit publiques)  pour mener à bon terme les aactivités ctivités proposées. Par exemple, elle permet aux autres a utres membres de la communauté d'accéder à des espaces qui sont censés être fermés. Le  projet est d’ouvrir les portes des foyers de travailleurs immigrés à l'ensemble de la  population et permet d'une part d'intégrer les populati populations ons vulnéra vulnérables, bles, et d'autre part de lutter contre la peur et la stigmatisation des cultures diverses en proposant un dialogue direct avec ces communautés. Il est clair que pour le bon fonctionnement des projets d'innovation sociale, il est recommandable d'ouvrir les portes en utilisant de manière respectueuse et raisonnable les espaces communs. L'utilisation des structures existantes est amplement recommandable et un élément transférable pour d'autres projets européens. Les résultats de ce projet associatif sont visibles et invisibles. Il est possible d’identifier la construction de la valeur humaine et la création des réseaux sociaux avec les autres associations de la communauté (développement solidaire), la médiation et le dialogue ouvert autour des problématiques sociales et religieuses, la   croissance visible de la mixité culturelle et de la parité, le développement de la culture numérique des immigrés en Europe, l’intégration  l’intégration   à la vie collective et citoyenne à travers l’art et le savoir -faire -faire humain, la récupération des savoirs informels, l’impact visible sur le quartier, la création de liens sociaux et la diminution de l’intolérance et des extrémismes, l’intégration des adultes adult es immigrés au système Français d’éducation d’éducation,, la participation active à la vie culturelle et économique du quartier (aux multiples festivals, aux ateliers d’écriture et aux projets culturels associatifs), l’insertion économique grâce à l’utilisation d’Internet d’Inte rnet car les  personnes deviennent autono autonomes, mes, la diminution d’allocataires, de chômeurs, 22

  Les usagers payent 20 euros par an pour un programme éducatif qui inclut des cours de langue française, d'initiation française, d'initi ation à l'inform l 'informatique, atique, de théâtre et de d e culture générale.  

19

 

retraités, l’intégration de femmes isolées au monde du travail et la valorisation de la différence pour pouvoir respecter celle des autres.

ENGAGEMENT ET COMMUNICATION

L'Association RNTH travaille en collaboration étroite avec d'autres associations qui ont les mêmes objectifs et les mêmes tâches 23. Ils ont développé des liens avec d'autres réseaux associatifs. Les associations se connaissent entre elles (ses membres, ses lieux d'intervention) et participent ensemble de manière indirecte. Par exemple, RNTH reçoit parfois dans ses cours de langue les nouveaux réfugiés  politiques qui sont envoyés par l'association  France Terre d'Asile . Les  Antennes  Jeunes  envoient

également les nouveaux immigrés. Si jamais il y a des femmes qui

veulent apprendre le français, l'association RNTH les dirige vers une autre association 24. Au lieu de multiplier les tâches et les responsabilités, les associations coordonnent leurs activités et leur savoir-faire. Ceci évite la dispersion d'activités et  permet de donner une un e visibilité majeure au proj projet et auprès de la communau communauté. té. Le réseau associatif a ssociatif devient vi visible sible pour la communauté uune ne fois par an. L’événement s’appelle la  Fête du quartier . C'est une sorte de festival où les membres des associations partagent un repas avec les autres membres de la communauté et pendant toute une journée nous assistons à des animations (danse, théâtre, poésie, musique, spectacles) à des jeux des pistes, à des rallyes sportifs et même à une parade en costumes (carnaval). Les associations se retrouvent en fin de  journée pour aassister ssister à uunn spectacle final eett pour cl clore ore l'l'ensemble ensemble d'activités 25 avant les vacances. Les associations qui travaillent ensemble pendant toute l'année se retrouvent hors du cadre formel du travail. Cet événement renforce le sentiment de communauté et donne un sens à la notion de partage et de responsabilité commune. 23

 Le Conseil de quartier de Belleville, Belleville, à travers de sa comm commission ission « Solidarités » a édité une  brochure avec l 'ensemble 'ensemble des informations concernant les organisations et associations qui réalisent des activités similaires à celles de l'association Raconte-nous ton histoire. La réalisation de cette  brochure destinée aux usagers des services services montre la diversité des associations associations civiles travaillant dans ce domaine. C'est une manière de créer un lien entre les professionnels qui partagent les mêmes défis et qui sont porteurs des mêmes objectifs. Voir : Guide du Bellevillois Solidaire 2012 dans http://www.mairie20.paris.fr/ Rubrique Vie Citoyenne. Consulté en avril 2012. 24

25L'assoc L'association iation

intervient dans les foyers où la population est majoritairement  Voir le site deRNTH l'événement: http://des-gens.net/Fete-de-Quartier-Bellev http://des-gens.net/Fete-de -Quartier-Belleville-Saint ille-Saint masculine.

 

20

 

TRANSFERABILITE   Équilibre



Afin de garantir la pérennité des projets (surtout quand ceux-ci interviennent dans le cadre des projets complémentaires d'éducation, de santé ou de l'écologie) il faut garantir leur financement. Nous observons que les projets bénéficiant uniquement de  financement  financeme nt public pub lic peuvent se trouver en péril face aux changements des politiques et des gouvernements. Par contre, les projets bénéficiant de subventions uniquement  privées

(grâce à la participation philanthropique par exemple), encouragent une

diminution de responsabilité de la part de l'État en matière des services sociaux. Il est donc préférable de se projeter vers un modèle   qui incite  la participation privée et volontaire des citoyens et la participation publique et obligatoire des États. Il est donc recommandable d'équilibrer  les modèles de financement en responsabilisant la  participation de l'État et eenn eencourageant ncourageant la participation citoyenne. Le L e mélange de

pratiques  est donc conseillé pour le bon déroulement des projets qui travaillent sous le régime de l'économie sociale et solidaire.

  Évaluation externe 



En France, quand les citoyens mettent en place des services complémentaires liés à l'éducation ou à la santé (services considérés comme des actions d'utilité sociale), ils sont accompagnés par les organismes et les institutions publiques responsables. Cette participation de l'État ne met pas en péril l'indépendance ou l'autonomie de gestion des projets. L'État français n'exerce pas un rôle paternaliste de contrôle et de surveillance sévère. Il travaille avec les membres de la communauté en tant que « facilitateur ». En effet, les responsables des projets présentent un rapport financier et un rapport d'activités afin d'évaluer la pertinence de ses actions et afin de surmonter leurs défis. Ceci permet d'avoir un regard externe qui s'avère différent de l'auto-évaluation. L'évaluation externe  permet permet :  –   De garantir la pertinence et la qualité des services prêtés par les particuliers.  –   De donner une « garantie de don » aux particuliers par rapport aux pprojets. rojets.

 

21

 

En effet, l'évaluation externe n'est pas synonyme de restriction légale de l'État vis à vis des citoyens. Au contraire, la formule autonomie et évaluation externe permet la mise en place d'une collaboration étroite, participative et professionnelle entre l'État et les citoyens.

  Développement rationnel



Le développement ne se mesure pas seulement en raison de la multiplication des services, des produits ou des salariés mais aussi en raison de la qualité des actions qui se réalisent dans les établissements concernés.   La croissance gérée sous une logique de développement rationnel, permet de privilégier les rapports humains de  proximité et la circulation de personnes sur lles es li lieux eux d'activités. d 'activités. Les membres de la communauté qui participent aux projets (bénévoles, vacataires, usagers) peuvent faire connaissance et partager les mêmes responsabilités. La bonne distribution de l'emploi du temps prévoit les possibles remplacements des intervenants à tout moment grâce à une gestion simple du nombre de ressources humaines. En effet, les  bénévoles ont souvent des contraintes pour aassurer ssurer leurs tâ tâches ches mai maiss ceci ne devient  pas un u n probl problème ème parce par ce que l'ensemble de l'équipe l 'équipe connaît co nnaît lles es actions action s à mener à tout moment. Éviter un développement excessif du projet en mettant des limites géographiques, humaines et économiques permet une flexibilité majeure et une organisation souple en termes de qualité et de relations humaines. Ceci est sans nul doute un critère de transférabilité viable pour les projets européens qui s’inscrivent dans une logique d’économie sociale et e t solidaire.

 

22

 

ÉTUDE DE CAS 3

E-COMMERCE Projet situé sur deux régions : Rhône Alpes et La Bourgogne

Ce projet est conduit par un organisme de formation du champ de l’économie sociale, le Centre Ressources AROBASE, une association issue de l’éducation  populaire, La Ligue de l'Enseignement l'Enseigneme nt de Bourgogne 26, ainsi que deux partenaires transnationaux, l'IREFORR (Italie) et la A ASFZ SFZ (Hongrie). Le pprojet rojet n’est pas accompli. Il est dans sa phase de démarrage. La première étape, celle qui concerne la formation des professionnels et la mise en place des outils techniques pour le développement a eu lieu mais les activités commerciales commerci ales n’ont pas encore commencé. Le premier site Internet de ventes en ligne ouvrira ses portes à partir du quatrième trimestre de 2012.

ORIGINES / OBJECTIF

Le E-commerce E-commerce génère de nouveaux métiers dans le monde entier mais c’est une activité récente en France. L’idée principale de ce projet est de stimuler de manière  positive l’inserti l’insertion on professionnelle des publics en difficulté, notamment not amment les  personnes qui sont au chômage de longue durée ou bbien ien celles qui se tr trouvent ouvent dans une situation de handicap. Il y a un intérêt particulier pour intégrer les femmes handicapées à ces activités parce que l’informatique demeure un secteur majoritairement masculin en France. Néanmoins, le E-commerce demande des compétences spécifiques et l’adaptation à une nouvelle culture numérique. Pour cette raison et avant de commencer à développer les activités commerciales, les  porteurs du projet on décidé d’él d’élaborer aborer un diagnostic pour identifier les secteurs et

26

 La Ligue de l’Enseignement de Bourgogne est la fédération régionale de la Ligue Française de l’enseignement. Elle est une instance de coordination, de réflexion et de formation militante pour les quatre fédérations de la région. Elle organise et gère une importante activité Européenne dans le cadre dispositifsd’accompagnement mis en place par l’Union Européenne LEONARDO, Grundtvig). sert dedesstructure et d’ingénierie sur (PEJA, le champ de l’économie socialeElle et l’entrepreneuriat l’entrepre neuriat social.

 

23

 

les structures économiques (publiques et privées) susceptibles d’accueillir cette nouvelle plateforme. RÉALISATION / ACTIONS

La première action de ce projet a été d’étudier le potentiel des nouveaux  métiers du E-commerce en France et leur imbrication avec les modèles d’organisation de l'économie sociale. Ensuite, il fallait identifier les défis en matière de formation et développement des compétences spécifiques liées aux nouveaux métiers et passer  par une étape d’expérimentation et de formation d’opérateurs en E-commerce. E -commerce. Les  porteurs du projet ont cherché à professionnaliser cette activité et à constituer un référentiel métier d’opérateur adapté au public visé. Ils ont contribué également à la formation form ation d’un d’un « référentiel métier d’opérateur E-commerce E-commerce » à visée européenne.

DESCRIPTION

  - Phase 1 : Repérage des marchés

Les actions du projet sont dans leur première phase : identification de besoins locaux et repérage des marchés susceptibles d’accueillir les activités E -commerce. La Région Rhône Alpes s’est intéressée à identifier le potentiel de sous-traitance sous -traitance d’entreprises. Les sites Internet sites Internet questionnés furent Univers-Maison, Jardin-Concept, Top-Déco Meuble, Laboratoires Edel, Home Maison, Décoration Stickers, Equipements Voitures, Extérieur Déco et La boutique Officielle .  La Bourgogne s’est parallèlement mobilisée sur la création de nouvelles nouvelle s activités à  partir de quatre prospectives prosp ectives du marché E E-commerce. -commerce. -  La vente sur internet d’équipements pour la Boulangerie.   Cette action se réalise grâce au soutien de l’ESAT (Etablissement de Service d’Aide au Travail 27). Un site Internet de vente d’accessoires pour matériel de boulangerie  boulangerie  est en train de se développer. L’objectif L’obj ectif est de permettre aux professionnels une accessibilité aux 27 Aide

 

spécifique financée en partie par l’ l’Etat pour le travail des personnes en situation de handicap.  24

 

 produits plus ra rapide pide et à moindre coût. Ce travail a fait l’objet d’une réflexion avec les revendeurs et les minoteries dans un secteur d’activité d’act ivité relativement cloisonné. La création du site Internet est en construction. Il sera visible à partir de septembre 2012.

- La vente sur internet de vins et de produits locaux. Les

territoires concernés par le  projet (nationaux et transnationau transnationaux) x) sont des zones viticoles reconnues reconnue s mais le marché est déjà occupé par des professionnels. Il fallait donc penser à la possibilité d’offrir une meilleure accessibilité du client aux produits. Par exemple, vendre des vins européens (Français, Espagnols, Italiens et Hongrois) dans une gamme de prix de 5 à 15€ et et intégrer le vin dans un concept plus large en l’ l’accompagnant accompagnant de l’offre de produits locaux (charcuterie, fromages, légumes secs). La stratégie commerciale de diffusion est basée sur le principe prin cipe du rréseau éseau social : « J’ai aimé et je te conseille ». - Le développement déve loppement du E-commerce en e n milieu rural et pour po ur les personnes pers onnes âgées . La grande distribution a déjà fortement investi le secteur en milieu très urbanisé à destination des catégories socio professionnelles moyennes et supérieures mais le marché est peu développé en milieu rural. La principale difficulté à surmonter pour conquérir ce marché est d’assurer les paiements sécurisés en ligne. En effet, la majorité des personnes âgées maîtrisent l’Internet sans difficultés. di fficultés. - Le développement du E-commerce  lié au tourisme social et solidaire.  Il

existe la

 possibilité de créer un site d’achat et de devis pour les produits touristiques et  pédagogiques du ser service vice ddee vacances de la Ligue de l’Enseignement.  Néan  Néanmoins, moins, il faut d’abord soulever de nombreuses questions comme par exemple quelle typologie des produits et quels sites spécialisés il faut mettre en valeur, quel type de fiscalisation de l’activité l’activité et quelles ressources humaines sont nécessaires pour le développement de ce marché. - Phase 2 :  Fo  Forr m a ti o n d ’ o p é r a te u r s E  E -commerce -commerce

Les métiers E-commerce ne sont pas encore répertoriés dans les fiches métiers « code Rome Rom e » ddee Pôle Pôl e Emploi, ni au Répertoire National des C Certifications ertifications

 

25

 

Professionnelles. Les porteurs du projet ont impulsé une formation pour les encadrants d'opérateurs E-commerce afin de permettre aux bénéficiaires (travailleurs handicapés) de se former tout au long de la vie, de s'adapter aux nouvelles conditions économiques, de faciliter leur insertion en milieu ordinaire de travail et de privilégier (pour un public féminin) l’accès à ces nouvelles activités. La formation des encadrants a permis d'identifier les profils des futurs candidats en formation d'opérateur E-commerce et grâce aux actions menées en 2010 (notamment la création de la mallette pédagogique qui est premier produit à commercialiser dans ce domaine), il est possible aujourd'h aujourd'hui ui de mettre mettre en œuvre un ou plusieurs cycles de formation d'opérateurs E-commerce. BENEFICIAIRES DIRECTS

30 personnes approximativement approximativement

ORGANISATION / GESTION/ FINANCEMENT

Ce projet innovant et expérimental se construit à partir partir des structures juridiques non lucratives fondées sur la notion d’équilibre et d’entreprise sociale. Il a été financé  par le Fonds Social Européen dans sa rubrique « compétitivité régionale et emploi 2007-2013 2007-2013 » et à travers l’organisme intermédiaire « Racine «  Racine ». Le coût total du projet a été de 212 887 euros. Les organismes coréalisateurs sont : La ligue de l’Enseignement Bourgogne, le Centre de Ressources Arobase. Les partenaires transnationaux sont le Groupe Coopératif CGM (Milan, Italie), l’établissement  public Agence pour l’emploi NFSZ NFSZ  (Pecs, Hongrie) et l’institut régional pour la formation et la recherche IREFORR (Potenza, Italie). La période d’exécution du  projet est de 18 mois. moi s. Elle va du 01 /07/2011 /07/2 011 jusqu’au jusqu’au 31/12/2012. 31/12/2012.   INNOVATION / RESULTATS

Le projet facilite l’utilisation de nouvelles technologies  technologies  sur Internet et stimule le commerce en ligne. Il lutte contre la stigmatisation des personnes en difficulté et valorise l’humain en développant l’axe économique à travers une prise en charge et  

26

 

un accompagnement social adaptés, tout en maintenant un niveau de productivité qui ne risque pas de compromettre la dimension économique des sociétés. Bien au contraire, le projet offre une solution pour les entreprises qui sont soumises à l’obligation d’emploi de personnes handicapées 28.

Le projet promeut également la flexibilité de l’emploi grâce au télétravail et permet aux salariés de développer des actions à temps partiel mais au quotidien. De plus, la répartition des tâches peut être segmentée en fonction des capacités de chacun, ce qui permet de ca casser sser la rreprésentation eprésentation du binôme « secteur bas niveau de qualification » / « personne en difficulté ». Dans ce projet, le savoir-faire est privilégié face à la dimension pragmatique du commerce car la formation est une étape importante pour le développement des activités. Les résultats directs, tels que les programmes de formation, constituent un outil technique pratique pour mettre en place des projets liés au E-commerce. En effet, c’est grâce à l’approfondissement des connaissances dans le secteur de l’économie numérique, numérique, que les usagers pourront développer leurs propres projets numériques et recevoir des bénéfices économiques directs. Enfin, le projet a réussi à identifier deux métiers spécifiques à développer : « Opérateur E-commerce » et « Manager E-commerce ». Pour l’instant, il y a treize opérateurs formés, dont deux encadrants en France et dix-sept personnes autant en Italie qu’ qu’en en Hongrie. TRANSFERABILITE / DEFIS : 

La transférabilité de ce projet est possible dans tous les espaces européens parce que lier l’économie sociale et solidaire aux programmes de lutte contre le chômage en visant l’inclusion sociale  sociale  et économique des personnes vulnérables est une priorité  pour l’Union Europée Européenne. nne. Le défi est d’élargir d’élargir les actions de formation et donner  plus de confiance aux métiers E-c E-commerce ommerce en informant les usagers sur les  paiements sécurisés sur Internet. Il ne reste qu’à  qu’à  stimuler et professionnaliser les membres de la communauté vers une nouvelle capacité à appréhender de nouveaux métiers, à innover dans le cadre des activités humaines et à assurer l’équilibre entre le développement technique et les pratiques du travail des personnes en difficulté. 28

 En France, toute entreprise de plus de 20 salariés a l’obligation d’intégrer une proportion prop ortion de 6% de travailleurs handicapés.  

27

Sponsor Documents

Or use your account on DocShare.tips

Hide

Forgot your password?

Or register your new account on DocShare.tips

Hide

Lost your password? Please enter your email address. You will receive a link to create a new password.

Back to log-in

Close